Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptySam 23 Déc - 23:02

Bon alors que dire.... Euh...vous allez détester ! What the fuck ?!? geek Peut-être même me détester ! zeropointé Oui parce que c'est un vrai passage DL, donc bon, je ne m'attends pas à des commentaires positifs, colere surtout que je n'ai jamais écrit ce genre de scènes un peu plus hot, alors, c'est pas forcément terrible. Thumb down ça reste très soft cependant. J'arrive pas à entrer dans les détails comme tu le fais si bien Valm ! Je ne suis pas à l'aise.
Je mets quand même cette scène car je l'ai écrite et qu'elle fait partie de mon histoire ! Et puis moi je l'aime bien Lindsay ! lol! Voilou. Wink


************************************************************

Appartement de Lindsay.

Lindsay ouvrit la porte de son appartement. L’entrée donnait directement sur le salon. Celui-ci comprenait un canapé de teinte marron, une table basse en bois rustique, une télévision avec lecteur DVD posée sur un meuble bas en accord avec la petite table, une étagère remplie de CD et de livres où trônait la chaîne Hifi et une autre étagère joliment ornée de lierre ou étaient exposées quelques photos. Les murs étaient de couleurs jaune orangé pâle et quelques reproduction de tableaux contemporain y été accrochées ainsi qu’un petit miroir dont le tour en fer forgé noir représentait un soleil. Quelques plantes et bouquets de fleurs venaient mettre une touche supplémentaire de couleur. Du salon, on pouvait voir la cuisine, les deux pièces n’étant séparées que par un mini bar qui servait de plan de travail et accessoirement de table. Lindsay n’alluma que quelques petites lampes pour donner à la pièce une ambiance tamisée et chaleureuse. En entrant, Danny regarda tout autour de lui. Il n’était jamais venu chez Lindsay et il fut tout de suite charmé.

Danny : C’est sympa chez toi !
Lindsay : Merci. Assied toi Danny. Ça te dit une bière ?
Danny : Oui, je crève de soif !
Lindsay : Je ne te débarrasse pas de ta veste !
Danny, souriant : Ah ah ! Très drôle !

Alors que Lindsay partit chercher deux bières dans son réfrigérateur, Danny fit le tour du salon et s’arrêta, mains dans les poches, devant l’étagère où étaient exposées quelques photos dans de jolis cadres en bois. Une photo en particulier attira son attention. Celle d’une famille. On pouvait y voir un homme et une femme accompagnés d’une fillette d’une dizaine d’années qui riait aux éclats. Cette photo respirait le bonheur. Un léger sourire se dessina sur le visage du jeune homme. Quand Lindsay revint avec les boissons, elle vit Danny arrêté devant son étagère et comprit ce qu’il regardait. Elle posa les bières sur la table basse et s’approcha de lui.

Lindsay : C’est mon frère, Tim, sa femme, Cynthtia, et Cathy.

Danny soupira. Une pointe de tristesse s'imissa dans son regard. Quelle tragique histoire ! Quelle blessure pour Lindsay. Une blessure qui, il le savait, n’était pas totalement refermée. Cathy, la fameuse petite Cathy, c’était donc elle. Elle avait de longs cheveux bruns, des yeux bleus scintillants, une peau hâlée par le soleil de la campagne et un magnifique sourire. C'était elle, cette petite fille que la mort était venue prendre de la façon la plus horrible qu'il soit. C’est pour elle que Lindsay était entrée dans la police scientifique. C’est à elle, c’est à eux que Lindsay n’avait cessé de penser durant l’enquête sur le tueur de fillettes. Maintenant, il pouvait mettre un visage sur chacune des personnes dont Lindsay lui avait parlé, elles n'étaient plus anonymes. Il eut alors l'impression de pouvoir ressentir toute la douleur qui avait du emplir le coeur de sa petite Montana au moment du drame.

Danny : Ils avaient l’air heureux.
Lindsay, les yeux brillants : Oui. Ils l’étaient.

Danny se retourna vers Lindsay et s’aperçut qu'une larme s'était échappée de ses beaux yeux noisettes. Il s’approcha d'elle et d'une caresse la lui essuya.

Danny : Je suis désolé. Je te rappelle de mauvais souvenirs. J’suis stupide. Excuse moi.
Lindsay : Non, c’est rien Danny. J’ai mis cette photo pour ne pas oublier justement. (montrant une autre photo) Tu vois, sur celle-ci, ce sont mes parents.
Danny, se tournant à nouveau vers l’étagère : Ils ont l’air sympa !
Lindsay, souriant se remémorant quelques souvenirs : Oui. Très. Ma mère fait la meilleure tarte aux pommes du Montana. Et mon père monte à cheval comme personne !
Danny, d’une voix douce : Ils te manquent ?
Lindsay : Oui. Parfois. Mais je leur téléphone régulièrement. …Bon, on la boit cette bière ?
Danny, d’un geste de mains : Après toi.
Lindsay : Merci. Installe-toi. Tu peux mettre de la musique si tu veux. Je nous prépare un petit quelque chose. Tu as toujours faim ?
Danny : Bien sûr !
Lindsay : Je n’en ai pas pour longtemps. Fais comme chez toi.
Danny : Oula ! Faut pas me dire ça Montana ! Tu risquerais de ne plus reconnaître ton appart après ! Tu veux un coup de main ?
Lindsay : Non Danny, tu es mon invité, ok !
Danny : Ok.

Pendant que Lindsay s’attelait à la cuisine, Danny jeta un coup d’œil à sa collection de livres et de CD. Il eut un petit sourire malicieux quand il vit une compile de chansons douces. C’est le CD qu’il choisit de mettre. Puis il alla s’asseoir dans le canapé, feuilletant les quelques magazines posés sur la table basse.

Danny, riant : Magazines scientifiques ! Mais tu t’arrêtes jamais de bosser ?
Lindsay, arrivant avec le plat qu’elle avait préparé : Je me tiens au courant Danny, c’est tout !
Danny, surpris : Des spaghettis Bolo ?
Lindsay : Oui. En vingt minutes, tu t’attendais à ce que je te fasse quoi ? Tu n’aimes pas ?
Danny : Si si, c’est très bien. En tout cas, ça a l’air drôlement appétissant. J’adore la cuisine italienne. Mais, la prochaine fois, c’est moi qui t’invite. Et je te montrerais ce que c’est que de la vraie cuisine.
Lindsay : Tu sais cuisiner ? Toi ?
Danny : Mais oui Mademoiselle Monroe !
Lindsay : Je demande à voir ou plutôt à goûter !
Danny : Le rendez-vous est pris ! Tu seras pas déçue, j’te promets ! (mangeant) En tout cas, elles sont délicieuces tes pattes !

Le repas fut vite terminé. Danny prit une dernière gorgée de bière et après avoir reposée la bouteille sur la table, son regard se perdit dans le vague.

Lindsay : Danny ? (mais aucune réponse) Danny ? ça va ?
Danny , sortant de ses pensées : Oui, oui. J’pensais,... j’pensais juste à Sheldon.
Lindsay, lui prenant la main : Ne t’inquiète pas. Le médecin nous a dit que tout irait bien maintenant.
Danny : Je sais mais, j’arrête pas de me repasser la scène dans la tête et... je peux pas m’empêcher de penser que j’aurais du faire quelque chose. C’est moi qui conduisais. Si j’avais vu cette voiture qui nous attendait en embuscade, tout ça ne serait peut-être pas arrivé.
Lindsay : Danny, il faut que tu t’enlèves cette idée de l’esprit.

Après un silence, Danny se décida à raconter ce qui le rongeait.

Danny : Tu sais, quand j’ai vu ces types le tabasser, j’ai cru….J’ai cru qu’ils allaient le tuer sans que je ne puisse rien faire pour l’empêcher. Et puis... j'ai pensé à Louie. ça paraît dingue à ce moment là, mais ça a été le cas. (ses yeux devenant brillants) Quand je regardais Sheldon, je voyais l'ombre de mon frère derrière lui, je voyais tout ce qu'il avait du subir pour me sauver la mise.
Lindsay , lui caressant la main : Danny tu n'es pas responsable non plus pour ton frère. Il faut que tu cesses de te torturer de cette façon.

Danny souffla, ferma les yeux et serra plus fort la main de Lindsay. Cela lui faisait du bien de la sentir près de lui. Il avait besoin d’elle. Il ouvrit les yeux, décidé à ne plus se morfondre dans de sombres pensées, tourna la tête vers la jeune femme et lui envoya un sourire.

Danny : Tu danses ?
Lindsay, surprise : Quoi ? Danser ? Ici ?
Danny : Oui. Il y a de la musique. On a la place et on est deux ! ça tombe bien !
Lindsay, secouant la tête et souriant : D’accord. T'es vraiment surprenant.
Danny : Oui, ça fait parti de mon charme.

Ils se levèrent alors tous les deux, Danny tenant délicatement la main de Lindsay pour l’entraîner au milieu du salon. Là il enlaça sa taille de ses bras tandis que Lindsay enveloppa son cou des siens. Ils commencèrent à danser sur un slow « Immortal » de Evanescence. Leurs regards se noyèrent l’un dans l’autre. Ils arboraient tous les deux un doux sourire jusqu’à ce que celui-ci disparaisse pour laisser place à l’expression du désir. Les deux jeunes amoureux rapprochèrent lentement leurs lèvres jusqu’à ce qu’elles se scellent en un tendre baiser. Baiser qui devint vite de plus en plus intense, de plus en plus passionné, de plus en plus profond. Danny commença alors à caresser le dos de sa partenaire qui, elle, enfouit ses fins doigts dans la chevelure du jeune homme et caressa sa nuque. Le jeune expert fit alors glisser ses lèvres dans le cou de la jeune femme la faisant soupirer de plaisir. Leur respiration devenait haletante. Lindsay fit vagabonder délicatement ses mains sur le torse et le dos du jeune homme. Danny remonta jusqu’aux lèvres de Lindsay pour s’en emparer ardemment de nouveau. Puis il se détacha de cette emprise et lui caressa les cheveux.

Danny : Si on continue comme ça, je te préviens tout de suite, je ne réponds plus de rien.
Lindsay , d'une voix douce : C'est la deuxième porte à droite Danny.
Danny, surpris : Quoi ?
Lindsay, avec un petit sourire malicieux, murmurant à son oreille : La chambre.

Danny sourit instantanément en se mordillant la lèvre inférieure de contentement. Il l’embrassa alors de nouveau avec ardeur. Puis Lindsay lui enleva délicatement ses lunettes qu’elle jeta sur le canapé et aida son amant à se débarrasser de son T-shirt. Danny déboutonna quant à lui le chemisier de sa Montana qu'il fit glisser lentement le long de ses bras. A un moment où ils interrompirent leurs baisers pour reprendre leur souffle, le jeune expert souleva la jeune femme pour la prendre dans ses bras, et, tout en continuant leurs baisers brûlants, l’emmena dans la chambre. Là, il déposa son amante précautionneusement sur le lit et prit place au dessus d'elle. Il la regarda amoureusement puis fit glisser ses doigts sur son visage en en dessinant les contours. Il l’aimait. Il l’aimait tant. Il lui sourit et elle le lui rendit, il effleura ses lèvres du bout des doigts et en reprit possession avec les siennes. C'est alors qu'il partit à la découverte de son corps, le couvrant de baisers voluptueux et faisant soupirer de plaisir la jeune femme qui se délectait de cette douce torture. Il remonta ensuite jusqu’à son cou, ennivré par son parfum délicieux, puis jusque ses lèvres qu’il s’empressa de joindre à nouveau aux siennes. Danny fit glisser ses mains dans le dos de Lindsay pour lui dégrafer son soutien gorge tandis qu’elle parcourait son dos de ses doigts délicats. Elle l' embrassa langoureusement dans le cou tandis qu'il faisait glisser lentement les brettelles sur ses douces épaules. Leurs deux corps brûlants frissonnaient, tellement ils se désiraient l’un l’autre. Ils se débarrassèrent bientôt de leurs derniers vêtements. Danny caressa les jambes de la jeune femme, tout en continuant de consumer ses lèvres avec frénésie. Elle avait la peau si savoureuse. Il était si doux et passionné à la fois. Elle était si affectueuse, si sensible à chacun de ses gestes. Leurs mains se joignirent et leurs doigts s’entrelacèrent alors que leur deux corps, embrasés par le désir, fusionnèrent intensément pour atteindre le plaisir. Cette nuit là, ils firent l’amour tendrement, passionnément, mais surtout amoureusement. Oui, amoureusement car même s’ils ne s’étaient pas encore dit les trois plus beaux mots du monde, ils s’aimaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Invité



Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyMer 27 Déc - 1:38

j'adore ta fic, et j'adore le couple Danny/Lindsay!!! c'est génial, continue comme ça et vite la suiteeeeeeeeeeeeee!!! love
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyMer 27 Déc - 5:30

Merci Maria ! Wink

************************************************************

Le lendemain, appartement de Lindsay.

Les deux jeunes amants dormaient paisiblement encore enlacés l’un contre l’autre, les draps les recouvrant partiellement. Un calme reposant régnait dans la chambre qui les abritait. Les premiers rayons de l'aube venaient poindre au travers des rideaux et commençaient doucement à chasser la nuit. Lindsay était blottie dans les bras de Danny, sa tête tout contre son cœur. Lui, avait une de ses mains posée délicatement sur la taille de la jeune femme. Danny ouvrit les yeux. Quand il aperçut Lindsay dans ses bras, un petit sourire attendri apparut sur ses lèvres. Il joua délicatement avec une mèche de ses cheveux si soyeux tout en la caressant du regard. Lindsay était si belle. Il se sentait si bien en cet instant qu’il aurait voulu que ce moment dure éternellement. Il l’aimait et ne voulait pas la perdre. Cette idée sombre le fit tressaillir et resserrer son étreinte autour d’elle comme pour mieux la sentir, comme pour mieux la retenir, comme pour mieux la protéger. Comme si la serrer plus fort dans ses bras aller empêcher la vie et ses turpitudes de les rattraper. « Si tu savais Lindsay, tu es ma bouée de sauvetage, celle qui me permet de garder la tête hors de l’eau quand la vie ne cesse de vouloir m’attirer vers le fond, tu es la lumière qui m’éclaire dans l’obscurité et c’est désormais toi qui guide mes pas et qui me sauve des écueils de la vie. Je suis si bien avec toi. Je n’ai jamais été aussi bien. Tu as réussi ce qu’aucune femme n’avait réussi avant, tu as emprisonné mon cœur. Je ne veux pas te perdre ma petite Montana. J’en mourrais. » Il déposa un tendre baiser sur ses cheveux. Lindsay se réveilla à ce doux contact, se tourna légèrement et leva les yeux vers lui. Elle lui sourit.

Lindsaydoucement, avec un sourire : Salut.
Dannydoucement, souriant : Salut.
Lindsay : ça fait longtemps que tu es réveillé ?
Danny, caressant ses cheveux un peu ébouriffés : Juste assez longtemps pour m’apercevoir que tu ronfles.
Lindsay, avec un sourire lui asséna une petite tape sur la poitrine : Idiot !
Danny, riant : Aïe, mais t’es violente au réveil !

Danny et Lindsay approchèrent alors leur visage pour être presque front contre front, et pouvoir ainsi se délecter chacun du regard envoûtant de l’autre. Le jeune homme entourait toujours la jeune femme de ses bras lui caressant doucement les hanches. Ils se sourirent.

Lindsay, jouant avec la chaîne que Danny avait autour du cou : Tu sais Danny… Cette nuit … C’était … C’était parfait.

Lindsay s’attendant à une réplique typiquement Messerienne du genre « Mais tu es tombé sur le meilleur en la matière » fut agréablement surprise par les propos de Danny.

Danny, soupira et s'humecta les lèvres, le regard rempli d’amour : Je n'ai jamais vécu de plus belle nuit.

Lindsay sentit son cœur déborder d’émotion. Danny rapprocha alors à nouveau le corps de la jeune femme tout contre lui. Il soupira et laissa s’échapper de petits gémissements d’aise.

Danny, serrant Lindsay : J’ai pas envie de me lever…. J’ai pas envie de te quitter.
Lindsay, se sentant infiniment bien dans les bras de son amant : Moi non plus...

Danny, tout en conservant Lindsay dans ses bras se retourna et se mit au dessus d’elle. Il posa ses coudes de chaque côté de son visage et le lui caressa. Il la regarda intensément de ses doux yeux bleus.

Danny, presqu’en murmurant : Tu es belle Lindsay.

Il approcha ses lèvres et l’embrassa langoureusement, faisant glisser ses mains à nouveau le long du corps de Lindsay. Le jeune homme alla ensuite taquiner sensuellement de baisers son cou. Lindsay soupira et caressa alors sa nuque.

Danny soupira puis dans un murmure, la voix pleine de désir : Tu me rends fou.

Lindsay, entre deux soupirs : Danny….Danny… bien que j’en aie très envie… on ne peut pas…..on doit se lever…

Danny revint alors embrasser ses lèvres puis au bout d’un instant s'éloigna lentement d'elles. Il entoura à nouveau de ses mains le visage de Lindsay.

Danny : Mais pourquoi j’ai dit à Mac que j’arriverais à la première heure ce matin ??
Lindsay : Parce que tu es quelqu’un de professionnel Danny et que tu tiens parole.

Danny sourit : Oui. Il faut que j’y aille.

Il plongea alors profondément son regard dans celui de Lindsay, un regard amoureux. « Je t’aime Lindsay, mais pourquoi ces trois mots me sont si difficiles à dire. J’ai peur. Et je ne sais pas de quoi. »
Lindsay le fixait avec le même regard. « Je t’aime Danny mais j’ai tellement peur de te perdre si ces mots viennent à être prononcés tout haut. »

Danny, déterminé : Bon, allez, je me lève !

Ils se redressèrent tous les deux pour se mettre en position assise. Danny prit le visage de Lindsay entre ses mains pour y déposer un dernier baiser fugace qui se transforma rapidement en un tas de petits baisers fugaces jusqu’à ce que l’expert se décide finalement à réellement quitter le lit.
Il s’assit sur le bord et s’activa à s’habiller. Lindsay, qui avait remonté les draps jusqu’au dessus de sa poitrine était assise dans le lit, les genoux recroquevillés sur elle. Elle observait la scène avec un certain amusement.

Danny, mettant son pantalon : J’prendrai une douche au labo. J’suis déjà en retard. Je vais même pas avoir le temps de passer chez moi pour me changer.

Danny, regardant tout autour de lui : Ah oui, c’est vrai, mon T-shirt est dans le salon.

Il courut jusqu’au salon.

Lindsay, criant pour qu’il l’entende du salon : Tes lunettes sont sur le canapé ! (et elle se mit à rire)

Lindsay se leva à son tour, un drap autour d’elle, pour aller prendre sa douche. Danny revint dans la chambre, habillé et ses lunettes à nouveau sur son nez. Il mit ses chaussures puis s’approcha une fois encore de Lindsay, lui prenant à nouveau le visage pour l’embrasser.

Danny, l’embrassant rapidement puis lui souriant : A tout à l’heure.

Il se dirigeait vers la sortie quand Lindsay aperçut sur le sol de la chambre le portable de Danny. Elle le ramassa et courut jusqu’à la porte.

Lindsay : Danny ton portable !

Danny, qui s’apprêtait à refermer la porte derrière lui, la rouvrit.

Danny : Heureusement que t’es là. J’avais pas vu qu’il était tombé de ma poche. Allez je te laisse. Bye.
Lindsay, souriant : Bye.

Elle referma la porte et s’y adossa, leva les yeux au ciel et sourit en se mordillant la lèvre inférieure. Elle poussa un long soupir de joie. Elle était heureuse. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait pas été si heureuse ! « Danny, si tu savais combien je t’aime ! Je t’ai cherché toute ma vie et je t’ai enfin trouvé. Si je devais te perdre, j’en mourrais »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyMer 27 Déc - 17:12

Et hop trois chapitres d'un coup!!!
c'est toujours aussi passionant 10/10 10/10
Pour ce qui est du passage D/L, bien que n'étant pas une adepte des ships cela ne m'empêche pas d'en lire et je trouve que c'est merveilleusement bien écrit.
C'est un moment plein de douceur et j'ai beaucoup aimé le réveil des deux amoureux le lendemain clap clap

Continue comme ça ma Linds, et vite la suite pompom pompom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 28 Déc - 0:30

Te détester pour ça? Voyons, tu ne penses pas ce que tu dis? Shocked
Perso, j'ai juste eu à sauter 2 posts. L'avantage, c'est que ça repose les yeux... Mr. Green
Bref! Tu as toujours autant de talent (comme s'il pouvait se barrer comme ça! Naaan! Tu le tiens, et tu le gardes, hein!) et c'est toujours aussi palpitant! Bravo encore, et merci toujours! thumright clap respect

_________________
Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 28 Déc - 0:39

Merci Millie !!!! Heureuse que le DL ne te rebutte pas ! Very Happy Very Happy Very Happy

Merci Valm pour tes compliments ! lol!

************************************************************

Au laboratoire

Danny arriva au laboratoire. Il se dirigea aussitôt vers les vestiaires pour y prendre une rapide douche et changer de T-shirt mais il s'aperçut qu'il avait oublié de remettre des T-shirt de rechange dans son casier. Il remit donc celui qu'il portait la veille. Quand ce fut fait, il se renseigna auprès d’un collègue pour savoir où se trouvait Mac. Quand il fut renseigné, il alla rejoindre son supérieur dans la salle du labo qu’on lui avait indiquée.

Danny, entrant : Salut Mac !
Mac : Bonjour Danny. Je vois que vous êtes... presque à l’heure.
Danny : Vous avez eu des nouvelles de Sheldon ce matin ?
Mac : Oui. Son amie m’a appelé. Il va mieux. Il est encore faible mais il va très vite récupérer.
Danny : Mac, j’me demandais. Ce serait possible que je m’absente un moment dans la matinée ? J’aimerais assez aller lui rendre visite.
Mac : Oui. Vous pourrez aller le voir dès que possible. Nous devons faire le point avec Flack pour l'instant. Il ne devrait pas tarder.
Danny : Entendu. Merci Mac.
Mac : Bon. Revenons à notre affaire. Quand vous êtes arrivés, je venais juste de recevoir les résultats de l’expertise ADN des 4 bouteilles que vous avez trouvées sur les lieux des trois meurtres des Bloods.
Danny : Et alors ?
Mac : Les ADN de 3 des bouteilles correspondent à ceux de nos 3 victimes.
Danny : Et pour la 4ème ?
Mac : L’ADN de la 4ème personne n’est pas fiché mais ses empreintes oui.
Danny : Ne faites pas languir plus longtemps Mac. Vous avez un nom ?
Mac : Asis Chavez, un junkie. Il ne fait pas parti des Bloods.
Danny : Alors soit il a participé au massacre....
Mac : ....Soit il en a été témoin.
Danny : Et pour les empreintes de pas ?
Mac : Certaines sont intactes, d’autres ont été mises en pièce par vos assaillants d’hier soir.
Danny : Elles appartiennent peut-être aussi à Asis Chavez.
Mac : Exact. Mais pour le vérifier, il nous faut d’abord lui mettre la main dessus. Flack s’en chargera.

Flack arrivant alors dans la pièce, souriant : On parle de moi ?
Mac : Bonjour Don.
Flack : Bonjour.
Danny : Salut.
Mac : Il faudrait que vous nous retrouviez Asis Chavez. C’est un junkie. Il a sûrement un rapport avec les meurtres des 3 Bloods.
Don : Pas de problème. Je verrai ça. Comment va Sheldon ?
Mac : Il va mieux.
Don : Bonne nouvelle. Ah au fait Danny, j’ai vérifié et à part nos deux victimes, tous les membres des Blacks Panthers sont bien allés à une fête dans le Queens et ils ont bien fait les marioles sur la route. Les vidéos surveillances ont enregistrées toutes leurs conneries.
Danny : Ce qui les rayent définitivement de la liste des suspects. Billy, un des Blacks Panthers nous a dit que Mike et Marty n’étaient pas allés à la petite fête parce qu’ils sont allés voir l’éducateur Wilkins.
Mac : Et vous avez parlé à ce Wilkins ?
Don : Oui, hier matin mais, apparemment, il aurait oublié de me mentionner qu’il avait vu les 2 victimes peu avant leur mort.
Mac : Il faudrait le convoquer.
Danny : Et pour le sang sur ma veste ?
Mac : Je n’ai pas encore eu les résultats…. Don, vous avez réussi à avoir des infos sur le club ?
Don : Je n’ai pas pu apprendre grand-chose. Le club 44 est géré par Cédric Newman. Il a ouvert il y a à peu près un an et la clientèle est assez fortunée. Mais pour avoir accès à la compta et à la liste des clients, il nous faudrait un mandat. J’ai bien essayé d’en avoir un mais on n’a pas assez d’éléments pour ça.

Mac : Bon, vous et moi allons interroger Wilkins. Pendant ce temps, vous Danny, vous récupérez les résultats ADN du sang sur votre veste et vous vous chargez de reconstituer et de comparer les empreintes de pas que vous avez récupérer hier.
Danny : Ok.
Don : ça marche.
Mac : Je m’occupe de la convocation de Wilkins.
Flack : J’vous attends.

Mac quitta la pièce un instant.

Don, regarda Danny avec un petit sourire en coin : Dis moi Danny, tu ne porterais pas les mêmes fringues qu’hier ? T’as pas su indiquer le chemin à Lindsay pour rentrer chez toi hier soir ?
Danny, souriant : Très drôle.
Don : Donc, ça roule entre vous ?
Danny : Oui, plutôt bien. Mais, excuse-moi Don, j’ai du boulot.
Mac, revenant : Bon, en route Don. J’ai passé un coup de fil. Des agents sont partis le chercher. On doit aller à la brigade.
Don : Je vous suis.

Mac et Don se dirigèrent vers l’ascenseur. Les portes s’ouvrirent et ils virent en sortir Lindsay. Celle-ci les salua.

Don, avec un petit regard et sourire taquins : Salut Lindsay.

Lindsay s’aperçut très vite du regard que portait Don sur elle. Cela piqua sa curiosité. C’est alors qu’elle vit Danny sortir de la salle du labo. Elle s’avança vers lui.

Lindsay : Danny !
Danny se retourna, écartant les bras et affichant un large sourire : Tu ne peux déjà plus de passer de moi ?
Lindsay sourit en faisant rouler ses yeux : Je viens de croiser Don. Il m’a regardé bizarrement. Tu lui as dit quoi au juste ?
Danny : Rien du tout. (Riant) C’est pas très compliqué de deviner que j’ai pas dormi chez moi vu que je porte les mêmes vêtements qu'hier.
Lindsay : Tu as des nouvelles de Hawkes ?
Danny : D’après Mac, il va mieux mais je vais aller le voir tout à l’heure.
Lindsay : Tu lui diras que je l’embrasse.
Danny : Ok, mais je l'embrasse comment ? Pas comme tu le fais avec moi quand même ?
Lindsay , souriant mais agacée : Danny !

Le jeune homme rit de bon coeur, ravi de l'effet produit.
Stella, sortit de l’ascenseur à son tour, pressée, mais quand elle vit le jeune couple au loin, aussitôt, un sourire illumina son visage.

Stella, s’arrêtant furtivement à leurs côtés : Salut, (regardant Danny de haut en bas) Dis moi Danny, tu ne portais pas déjà ces vêtements hier ? (puis lança un petit sourire à Lindsay)

Danny s’humecta les lèvres et sourit. Lindsay, elle, était plutôt gênée.

Stella, redevenant sérieuse : Lindsay, je vais chercher les pièces à conviction et on part pour la brigade. Mme Rippert y sera dans moins d’une heure.

Lindsay acquiesça tandis que Stella reprit son chemin.

Danny : J’étais sûr qu’elle allait me faire la remarque.
Lindsay, lui tapotant la joue avec la main : Et bien, quand tu iras voir Sheldon, sois gentil, profites en pour faire un saut chez toi et te changer. D’accord.
Danny, sourit, amusé de la situation qui gênait sa petite amie : J’essaierai.

Ils se quittèrent alors, chacun allant vaquer à ses occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
calimero
Invité



Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 28 Déc - 18:56

super ton partiel et trop marant en + 10/10
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 28 Déc - 20:13

Merci Calimero !!!!

Bon, alors là, on avance un peu plus dans les deux enquêtes et puis, ben, ... euh ... l'histoire va prendre un nouveau tournant ! Je vous laisse le découvrir ! lol!

************************************************************

Brigade criminelle. Salle d’interrogatoire.

Mac et Don entrèrent dans la salle alors que James Wilkins était déjà assis de l’autre côté de la table qui se trouvait au milieu de la pièce.

Don : Bonjour M. Wilkins. Voici le Lieutenant Taylor.
Wilkins : Vous m’avez convoqué pour quelle raison ? J’ai déjà répondu à vos questions. Je vous ai dit pour les Bloods.
Don : Exact, mais pourquoi ne pas m’avoir dit que Marty et Mike étaient venus vous voir la veille de leur mort ?
Wilkins : Vous ne me l’avez pas demandé et puis... je ne vois pas le rapport avec leur mort ?
Mac : Et bien, nous pensons qu’il y en a peut-être un justement.
Wilkins : J’en étais sûr ! C’est pour ça que je ne vous en ai pas parlé ! Parce que je savais bien que si je vous disais les avoir vu avant qu’ils ne meurent j’allais être soupçonné ! Vous avez du lire dans vos fichiers que j’ai déjà été accusé à tord une fois.
Mac : Oui. Vous avez fait de la prison pour meurtre jusqu’à ce que vous soyez innocenté.
Wilkins : Oui et ça a pris 2 longues années pour que je sois blanchi ! La prison est l’expérience la plus horrible que j’ai jamais vécu. Je ne veux plus jamais y remettre les pieds !
Don : C’est pour ça que vous êtes devenu éducateur ?
Wilkins : Oui. J’essaie de me rendre utile mais je ne fais pas confiance aux flics pour autant.
Don : Votre boulot consiste en quoi exactement ?
Wilkins : Vous savez, ces jeunes des quartiers comme le mien trainent dans la rue, volent des voitures, dealent. Tant qu’ils ne se font pas choper, ils pensent qu'ils ont une vie de rêve avec du fric plein les poches mais ils vivent au jour le jour sans penser la moindre seconde à ce qui les attend au bout du chemin ! Et moi, j’essaie de leur faire comprendre que de mourir pour un gang n’a rien de glorieux, que de finir ses jours en prison n’a rien d’amusant. Je m’en suis aperçu à mes dépends ! Alors voilà, j’essaie de leur faire percevoir un avenir différent, peu être moins payant immédiatement mais un peu plus réjouissant pour leur futur et si j’arrive à en convaincre ne serait-ce qu’un, j’en suis heureux.
Mac : Et vous aviez réussi à convaincre Mike c’est bien ça ?
Wilkins soupira : Oui. Ça m’a fait un choc quand j’ai appris sa mort. Lui qui s’était renseigné pour reprendre des études. Il voulait devenir architecte. Il savait superbement bien dessiner vous savez. Quel gâchis ! Ce gamin avait la vie devant lui.
Mac : Et pour quelle raison Mike et Marty étaient-ils venus vous voir ?
Wilkins : Marty voulait que je foute la paix à son frère. Il disait que je lui mettais de sales idées dans la tête. Que de toute façon son frère n’était pas un traître et qu’il ne laisserait jamais tomber le gang. Alors, on s’est un peu disputé et puis ils sont partis.
Mac : Et quand vous voyiez Mike, il vous parlait du gang ?
Wilkins : Oui. Parfois.
Don : Et il n’a rien dit ces derniers temps qui vous aurez interpellé, une querelle, un désaccord avec une bande rivale, avec une autre personne ou voir même à l’intérieur du gang.
Wilkins : Attendez. Maintenant que vous le dites. Oui cette semaine il m’a bien parlé d’une dispute qui a eu lieu dans un bar.
Mac : Que s’est-il passé dans ce bar ?
Wilkins : Et bien, d’après Mike, quelques membres du gang se sont frittés avec des types qu’ils n’avaient jamais vus avant. Ils les avaient insultés… avec des propos racistes.
Don , regardant Mac : Et bien je crois que l’intuition de Danny et Sheldon se vérifie !
Wilkins : Mike m’a raconté que les types avaient donné une bonne raclée à Billy. Et puis, cette semaine, Marty les a revus dans le coin. Il les a suivi jusqu’à un club mais Mike ne m’a pas donné le nom. Il ne s’en souvenait plus.
Mac, soucieux : Probablement le club 44.
Don : Oui, c’est pour ça que Marty avait cette adresse dans la poche.
Mac : Merci M. Wilkins. Vous pouvez y aller.

************************************************************

Quasiment au même moment, à la brigade criminelle, dans une autre salle d’interrogatoire.

Mme Rippert était déjà installée quand Lindsay et Stella entrèrent dans la salle avec des enveloppes, contenant des papiers, dans les mains. Elle était habillée d’un petit tailleur jupe/veste rouge très fashion. Elle était magnifiquement bien maquillée et ses cheveux étaient remontés en un petit chignon laissant s’échapper quelques mèches de cheveux. Elle croisait les jambes et faisaient claquer ses longs ongles sur la table.

Mme Rippert : Ah enfin ! J’ai cru que j’allais passer la matinée ici !
Stella, stupéfaite par l’audace de la jeune femme ne tarda pas à lui répondre sur un ton sec : Mme Rippert, vous allez peut-être passer beaucoup plus que la matinée ici.
Mme Rippert : Mais comment ça ? Qu’est-ce que vous voulez dire?
Stella : Et bien pour commencer, vous nous avez menti. Vous avez bel et bien un amant.
Mme Rippert : Je ne vois pas de qui vous voulez parler.
Lindsay, sortant les photos prises par le détective : Et bien, de lui. Vous avez l’air de drôlement bien vous connaître tous les deux sur ces photos.
Mme Rippert : Comment avez-vous eu ces photos ?
Lindsay : Votre mari ne devait pas avoir une grande confiance en vous parce qu'il vous a fait suivre par un détective privé.
Stella : Et puis nous avons trouvé des échantillons de sperme sur votre lit et le problème, c’est qu’il ne s’agit pas du sperme de votre défunt mari. Tout ce qui nous manque c’est son nom.

Mme Rippert s’obstinait à vouloir garder le silence.

Stella : Mme Rippert, dois-je vous rappeler que votre mari a été tué et, que, par conséquent votre obstination à vous taire nous mène à croire que vous y êtes pour quelque chose.
Mme Rippert : Mais non voyons ! Je n’ai rien à voir avec la mort de John !
Lindsay : Et bien, prouvez le nous, parce que pour l’instant tout vous accuse et vous avez un excellent mobile.
Mme Rippert : Et lequel ?
Stella : L’argent. Votre mari a contracté une assurance vie dont vous êtes bénéficiaire. Vous ne devez certainement pas l'ignorer !
Mme Rippert : Vous savez bien que j’étais de sortie toute la nuit !
Stella : Mais vous auriez pu commanditer le meurtre vous servant de votre soirée comme alibi.
Mme Rippert, sentant qu’elle n’avait plus la maîtrise de la situation :... Will Haynes.
Stella : Et bien voilà qui est mieux. Vous devenez raisonnable. Savait-il que votre mari devait partir en voyage d’affaire ?
Mme Rippert, ferma les yeux et soupira : Oui. Je le lui avais dit. Mais vous ne pensez quand même pas qu’il aurait pu faire ça ? C’est impossible. Il en est incapable.
Lindsay : Vous vous êtes rencontré où et comment ?
Mme Rippert : Au « Paradise ».
Lindsay : Lors d’une de vos petites soirées entre copines ?
Mme Rippert : Oui.
Stella : Quelle est sa profession ?
Mme Rippert : Je ne sais pas.
Lindsay : Vous ne savez pas ?
Stella : Où habite t-il ?
Mme Rippert : Je ne sais pas.
Stella : Non plus ?
Mme Rippert : Je ne le connais que depuis peu de temps.
Stella : Et vous prétendez être sûres qu’il est incapable d’une telle chose ?
Mme Rippert, ayant perdu son assurance habituelle, le regard inquiet : Mais je l’aime.
Stella, avec un regard assuré, sur un ton sec : Et il s’est peut-être jouer de vous.

Sur ces mots, Stella sortit de la pièce, suivie de Lindsay. C’est à ce moment également que Mac et Don eurent fini d’interroger Wilkins. Les deux jeunes femmes s’en aperçurent et se dirigèrent vers eux.

Stella : Alors Mac, vous avancez ?
Mac : Je pense que Wilkins n’y est pour rien. Mais,(soupir) on semble toujours en revenir à ce fameux Club 44.
Stella : Et alors, c’est super. Vous allez pouvoir obtenir un mandat.
Don : Non, parce qu’en fait, Wilkins n’a pas nommé le club.
Stella : Je vois.
Don : Mac, je vais me renseigner pour savoir où en sont les recherches en ce qui concerne Sanchez.

Mac aquiesça et Don s'éclipsa quelques instants.

Mac à Stella et Lindsay : Et vous en êtes où sur l’affaire Rippert ?
Lindsay : Mme Rippert nous a donné le nom de son amant, Will Haynes.
Stella : On va faire la demande d’une commission rogatoire pour un test ADN et puis on demandera à Kaile de nous l’emmener au labo.
Mac : Très bien. Vous me tenez au courant de l’évolution de l’affaire.
Stella : Pas de problème. A plus tard
Mac : A plus tard.

Stella et Lindsay sortirent de la brigade au moment où Don revint avec l’information qu’ils attendaient.

Don : Mac, on l'a trouvé.
Mac : Très bien. On y va. Je vais appeler Danny pour savoir où il en est de son côté.

Mac prit son téléphone et composa le numéro de Danny.

************************************************************

Au laboratoire.

Danny venait de recevoir les résultats ADN du sang sur sa veste. Par chance, l’homme correspondant au profil ADN était fiché. Le jeune expert poussa alors un peu plus loin ses recherches sur ordinateur pour en connaître davantage sur leur suspect. A la lecture de ce qu’il trouva, un sourire satisfait s’afficha sur son visage.

Danny : J’vous tiens bande de salops !

Il prit alors son portable mais à peine l’eut-il dans les mains que celui-ci se mit à sonner.

Danny : Messer.
Mac : Danny, c’est Mac.
Danny : J’allais justement vous appeler.
Mac : Vous avez du nouveau ?
Danny, sur un ton très satisfait : Oui, et pas qu’un peu ! Le sang retrouvé sur ma veste est celui de Trévor Curtis, ancien Marine, viré avec deux autres types de son unité pour manquement à l’honneur. Ils avaient humilié et tabassé deux prisonniers irakiens quand ils étaient en mission dans le Golfe. Après enquête, ils avaient écopé chacun de trois ans de prison.
Mac : Quel est le lien avec le club 44 ?
Danny , enthousiaste : Attendez, j’y viens. Figurez- vous que les deux autres acolytes se nomment Marcus Smith et David Newman, qui n’est autre que le frère de Cédric Newman !
Mac : Bon boulot Danny. Cette fois-ci, on a notre mandat.
Danny : Et de votre côté ? Que vous a raconté Wilkins ?
Mac : En fait, je pense qu'il n'y ait pour rien dans cette histoire, néanmoins Mike lui a parlé cette semaine d’une altercation assez virulente qu'il y a eu entre des membres des Blacks Panthers et des types dans un bar. Marty aurait suivi ces types jusque dans un club…
Danny, sourire aux coins des lèvres : Le club 44.
Mac : Et il nous a dit aussi que d'après Mike un certain Billy avait plutôt été bien amoché.
Danny : Oui, en effet, je l’avais remarqué. Il a un superbe cocard ! Et pour Asis ?
Mac : Flack l’a trouvé. Nous sommes en route pour l’interroger. Quoi de neuf au sujet des empreintes de pas ?
Danny : De ce côté-là, nada !
Mac : Espérons que l’on voit juste pour Asis, il pourrait peut-être ainsi nous expliquer ce que viennent faire les Bloods dans toutes cette histoire.
Danny : Oui, ce serait bien. Euh…Mac, vu que j’ai fini au labo et que vous n’avez plus vraiment besoin de moi pour l’instant …j’peux me rendre à l’hôpital ?
Mac : Oui. Bien sûr. Vous pouvez y aller.
Danny : Merci Mac.

Ils raccrochèrent. Danny enleva sa blouse. Il s’apprêtait à partir quand deux officiers vinrent à sa rencontre.

Homme : Lieutenant Messer.
Danny : Oui.
Homme : Pourriez-vous nous suivre s’il vous plait. Le chef Hilborne souhaiterait s’entretenir avec vous.

Danny soupira. Ça y est. Le moment qu’il redoutait tant était arrivé.

Danny : Et vous avez besoin d’être deux pour venir me chercher ? Je suppose que vous saviez que j’étais ici alors, vous ne pouviez pas appeler sur le téléphone du labo ?
Homme , sèchement : Ne faites d’histoire. Suivez-nous !
Danny : Du calme les gars. J'vous suis, vous inquiétez pas.

Danny sembla soudain très soucieux. L'inquiétude se lisait sur son visage. Il eut comme un très mauvais pressentiment. Pourquoi ces deux officiers venaient le chercher de cette manière ? Il avait la désagréable impression d'être sous escorte....


Dernière édition par Lindsay le Ven 29 Déc - 3:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
perlnoir
Looping!
perlnoir

Nombre de messages : 164
Age : 43
Date d'inscription : 24/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 28 Déc - 21:12

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

Cette fic me dit quelque chose, mdr!

Ne serait-ce pas la fic que je crois que c'est?

Non What the fuck ?!?

MDR, Linds, c'est ma fic d'amour love

Ah que j'aime te lire ma linds!


Je sais e te dois un coms de l'autre coté, mais bon, comme je passé par là par hazard, je me suis dit, tiens, et si je lui faisais un metit coucou!

Je sais y'a MSN pour ça, mais bon, je voulais aussi te dire , meme si tu le sais que j'adore cette fic et que c'est une merveille!

Que de talent, que d'émotions, que de tristesse et d'actions (heu ça compte le DL dans l'action confused ok dejadehors , mdr)

Non, je passais juste comme ça, j'ai vu de la lumière et je suis entré, mais Danny n'était pas seul, laors je me suis dit , ok, repasse, et là, il n'est pas encore seul?

Dis-moi tu fais du Slash, mdr, non, mais je plaisantais, y'en a qu'une qui excelle dans ce domaine c'est la patrone, elle est pas patronne pour rien, mdr!

Pourquoi j'ai parlé de Slash, gné? ah vi, parce que Danny se faisait empbarquer par des agents, en passant les gars, c'est un des votres, alros merci de lui parler mieux que ça, non d'une pipe!

Bon, dans tous les cas, cette interpellation ne présage rien de bon!

Bon courage mon Danny, tu sais que je suis là, hein!

Ma Linds, encore et toujours bravo, moi je veux ma suite, pas celle là, tu sais l'autre, mdr!

Ok, je t'en doit une mais bon, une chtite suiteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee, mdr!

MErci encore ma belle et superbe travail d'écriture, j'adore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyVen 29 Déc - 3:57

oulala ! Merci Merci ma Perl Adorée que j'adore !!!!!!!
Tu es un ange !


Ton message me touche énormément, je suis toute commotionnée d'émotion là !Que de compliments ! J'en suis rouge pivoine !
Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed

Euh....vi le DL peut être considéré comme de l'action, enfin je pense puisqu'ils finissent forcément essouflés et luisant de transpiration, c'est qu'ils ont eu de l'action non ? lol!

Par contre non, en effet, il n'y aura pas de slash avec les deux agents ma Perl.ptdrxxl ptdrxxl Je laisse ce plaisir au pro comme notre patronne bien aimée ! Et puis, Danny ne ferait pas du slash avec n'importe qui ! Il ne fait ça qu'avec Don voyons ! lol! lol!


En tout cas c'est super sympa de passer me faire un petit coucou ! Vi en effet il y a de la lumière mais Danny n'est pas seul ! Pas encore en tout cas ! Repasse dans quelques chaps et tu sais bien que tu pourras alors t'en occuper !
Il aura besoin de toi le pauvre ! Et tu sais qu'il adore te voir ma Perl ! Tu lui remontes toujours superbement le moral enfin surtout quand tu te déguises en journaliste et que tu l'aides à .... enfin tu vois quoi et qu'il te remercie en ....!
lol! lol! lol! lol!

En tout cas encore merci ma Perl !!!! Et puis oui, j'attends toujours ma suite !!!!
bong bong bong bong bong bong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Invité



Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyVen 29 Déc - 22:13

j'adore toujours autant, c'est super!!! 10/10

mais qu'est-ce qu'ils vont lui faire à notre petit Danny? pas touche les colosses, enlevez vos sales pattes!!! le mur

la suiteeeee!!!!
Revenir en haut Aller en bas
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyVen 29 Déc - 23:40

10/10 10/10 Toujours aussi géniale cette fic 10/10 10/10

Qu'est-ce qu'il lui veulent ces sales types rambo
Ca sent très mauvais pour Danny tout ça What the fuck ?!?


Allez vite Lindsay ne me laisse pas dans l'incertitude
bong La suite bong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptySam 30 Déc - 3:07

Merci Millie ! Merci Maria ! Vos coms me font toujours autant plaisir ! Very Happy Very Happy Very Happy
Et puis voilou ce qui attend ce pauvre Danny ! Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

************************************************************

Danny entra dans le bureau 56, suivi des deux policiers. Hilborne l’attendait assis de l'autre côté du bureau.

Hilborne : Asseyez-vous Lieutenant Messer.
Danny, prenant place et regardant les deux hommes qui restaient debout derrière lui : Je vous fais si peur que vous avez besoin de deux gardes du corps ?
Hilborne , enclenchant le magnéto : Gardez votre humour pour d’autres. (Le ton était donné) Alors commençons.
Danny, joignant ses mains sur la table : Oui. Commençons, j’suis vraiment curieux de savoir ce que vous allez me reprocher.
Hilborne (ironiquement) : En tout premier lieu, je dois vous féliciter. Vous avez su berner tous vos collègues. Ils vous ont tous défendu bec et ongle.
Danny : Peut-être tout simplement parce que, eux, me connaissent.
Hilborne , joignant lui aussi ses mains sur le bureau, ragardant Danny dans les yeux : Mais moi aussi, je vous connais. Vous êtes un manipulateur qui aime se rendre justice. Vous vous complaisez à désobéir aux ordres et vous n’êtes pas fiable Lieutenant Messer ! Vous n’auriez jamais du faire partie de la police !
Danny , laissant s'échapper un rire d'exaspération : ça fait plaisir à entendre autant de compliments mais.... je crois sincèrement que vous devez me confondre avec quelqu’un d’autre !
Hilborne rit puis lança : Ah oui, alors discutons un peu de votre comportement, de votre soit disant professionnalisme. Ne vous est-il jamais arrivé de bousculer un suspect ?
Danny : Pourquoi me fatiguer à répondre. Vous devez sûrement avoir la réponse sous les yeux !
Hilborne : En effet. Plusieurs rapports concernant vos enquêtes font mention de manque de patience, de manque de contrôle face à certaines situations.
Danny : « Danny, pense à ce que t’as dit Mac ! Coopère et reste calme ! »Je m’énerve peut-être un peu trop vite parfois, je le reconnais, mais je n’ai encore jamais cogné qui que ce soit en salle d’interrogatoire si c’est ce que vous sous entendez !
Hilborne : Et si on parlait de cette fusillade dans le métro où vous avez tiré sur un agent sous couverture.
Danny , reculant pour s'appuyer sur le dossier: Il me semble que nous en avons déjà discuté !
Hilborne : En effet, et vous m’aviez fait une déposition mensongère.
Danny , s'avançant à nouveau vers la table : Ce jour là, j’ai commis une erreur. Oui. J'ai mal apprécié la situation, mais tout s'est passé très vite et j’étais convaincu avoir vu l’officier Minas me menacer.
Hilborne : Vous ne pouviez pas le voir de là où vous étiez ! De plus cet officier de police s’était identifié !
Danny , s'énervant légèrement : Je ne l’avais pas entendu, vous le savez bien ! Et ce n’est pas moi qui l’ai tué !
Hilborne : Oui et heureusement pour vous que le Lieutenant Taylor a réussi à le démontrer ! Il n’empêche que nous n’avons jamais retrouvé votre deuxième balle ! Vous avez tiré dans le tas et auriez pu blesser des passants innocents ! Chez vous, on tire d’abord et on réfléchit après pas vrai Lieutenant Messer !
Danny : Ce n’est absolument pas comme ça que je fonctionne.
Hilborne : Ah bon ? Parce que, quand vous avez décidé d’enquêter en solo sur la mort de Cécilia Rodriguez, vous avez réfléchi avant d’agir ? Non. Vous n’avez cherché qu’à appliquer la fameuse devise de la rue : Oeil pour œil, dent pour dent. Exactement comme les criminels de Yonkers. Vous ne valez pas mieux qu’eux !
Danny , laissant à nouveau s'échapper un rire avant de redevenir sérieux : Et bien voilà, on y est. Pourquoi tourner autour du pot ? Vous voulez que je vous parle des Tanglewoods ! Avouez que depuis le début vous êtes persuadés que j’ai eu des liens étroits avec eux dans le passé ! Et bien laissez moi vous dire que vous vous trompez lourdement !
Hilborne : Il me semble pourtant que vous les connaissez plutôt bien.
Danny : Bien sûr que je les connais mais uniquement parce que j’ai grandi dans le même quartier qu’eux ! Je n’ai jamais traîné avec ces types !
Hilborne : Pourtant votre frère faisait parti de ce gang.
Danny : Je ne copie pas tout ce que fait mon frère.
Hilborne : Oui, je sais, le Lieutenant Flack m’a déjà servi ce joli refrain avec une longue tirade très touchante sur les choix que vous avez du faire dans la vie ! Néanmoins pour l’affaire Cécilia Rodriguez, vous avez su sans problème joindre les bons contacts pour remonter jusqu’au Romani’s club où elle travaillait en tant que Stripteaseuse. Votre amie avait d'ailleurs de bien mauvaises fréquentations. Ne vous leurrez pas, elle faisait partie de ce milieu et participait probablement à toutes les magouilles illégales !

Danny se réappuya contre le dossier de sa chaise, s'humectant les lèvres nerveusement. Il soupira d'énervement et regarda son interlocuteur avec colère et mépris. Qu'il parle de Cécilia ainsi lui faisait mal et commençait à l'exaspérer.

Hilborne : Et puis, elle était junkie. Comment croyez-vous qu'elle se payait ses doses ? Son boulot de stripteaseuse n'était pas suffisant parce qu'en plus, elle faisait la pute avec les clients !

ç'en était trop. Danny, qui fulminait sur sa chaise, se leva soudain et frappa le bureau de ses mains.

Danny, hurlant de peine et de rage : Je vous interdis de parler d’elle de cette façon !
Hilborne, haussant la voix : Asseyez-vous Lieutenant Messer !

Les deux officiers de police avait commencé à s'avancer vers Danny mais Hilborne leur fit signe de la tête de rester à leur place.

Hilborne, très sèchement : Je vous ai demandé de vous asseoir ! (plus calmement) Vous voyez. La rage vous prend quand on parle d'elle et vous n'êtes plus maître de vous même.

Danny soupira et ferma les yeux. Il s'en voulait de s'être énervé, de s'être si bêtement laissé prendre au piège, lui qui avait cependant tant l'habitude de mener des interrogatoires. Hilborne avait réussi son coup. Danny reprit place à nouveau sur la chaise.

Hilborne : Remarquez, je comprends, ça a du être difficile à encaisser de découvrir qu’elle se droguait, qu’elle menait une vie de débauche ! C’était votre amie, elle n’était pas comme ça auparavant et vous avez voulu trouvé des responsables !
Danny , calmement : Les responsables de sa mort ont tous été arrêté.
Hilborne : Oui, bien sûr, mais qui l’a entraîné dans tout ça ? Qui, Lieutenant Messer ?
Danny, fronçant les sourcils, ayant peur de comprendre : Je ne vois pas où vous voulez en venir.
Hilborne : Bien sûr que si. Vous voyez très bien. C’est son frère, n'est-ce pas ? C'est Roberto Rodriguez qui l’a entraînée la dedans et vous le savez.

A l’évocation du nom du frère de Cécilia, Danny déglutit. Sa respiration s’accéléra soudain et son inquiétude grandit. Il ferma les yeux avant de les rouvrir à nouveau.

Hilborne : Quel rapport entreteniez-vous à l’époque avec son frère dites moi ?
Danny , inquiet : Je ne vois pas pourquoi vous me posez cette question.
Hilborne , sèchement : Répondez ! C’est tout ce que je vous demande.
Danny, inquiet : Son frère ne m’appréciait pas, pas du tout.
Hilborne : Et quels étaient vos sentiments à son égard ?
Danny, le fixant dans les yeux : C’était bien sûr réciproque. (Exaspéré et inquiet, Danny haussa le ton) Bon, maintenant, ça suffit, on a assez joué. Vous allez me dire pourquoi je suis réellement ici !

Hilborne, haussant les sourcils et d’un calme olympien : Parler de Roberto Rodriguez vous rend nerveux Lieutenant Messer ?
Danny , le fustigeant du regard : Non, c’est vous et votre foutue obstination à vouloir me pourrir la vie qui me rendent nerveux !

C’est alors qu’Hilborne sortit une photo qu’il posa sur la table. A la vue de cette photo, le visage de Danny se décomposa. Il se recula pour s’adosser complètement sur le dossier de sa chaise à nouveau mais fixant toujours la photo et secouant la tête comme s’il ne voulait pas croire ce qui était en train de se dérouler dans cette pièce.

Hilborne : Vous le reconnaissez ?
Danny : Bien sûr...... Et je commence à comprendre où vous voulez en venir ! Vous n’allez quand même pas me coller ça sur le dos ?
Hilborne : Lieutenant Messer, Roberto Rodriguez a été tué il y a 3 jours et j’ai des témoins qui affirment vous avoir vu vous disputer violemment avec lui il y a de cela 5 jours.

Danny se rapprocha de la table, y posa ses coudes et enfouit sa tête dans ses mains, puis il se redressa.

Danny : Je n’ai strictement rien à voir avec ce meurtre ! Vous délirez complètement !

Hilborne sortit alors du tiroir du bureau une arme. Il la posa sur la table.

Danny, regardant l’arme avec insistance, toujours inquiet : Ce n’est pas mon arme.
Hilborne : Non, en effet. C’est l’arme de Rodriguez et nous n’avons pas trouvé d’empreintes dessus, elle a été nettoyée. Néanmoins c’est bien l’arme qui l’a tué.
Danny : Désolé, mais il faut que vous m’expliquiez ce que cette arme a à voir avec moi !
Hilborne : Vous n’étiez pas chez vous cette nuit Lieutenant Messer ?
Danny : Comment vous savez ça ? Vous m'avez fait suivre ?
Hilborne : Non, quoique j’aurais pu. Je le sais parce que c’est chez vous que nous avons trouvé ce révolver.

Danny sentit soudain son sang se glacer.

Danny : Je…je vous demande pardon ?.... Vous avez perquisitionné chez moi ?
Hilborne : C’est exact. Et nous avons retrouvé vos empreintes sur le lieu du crime !
Danny : Quoi ?
Hilborne : Allons Messer, soulagez donc votre conscience et avouez. Vous vous sentirez mieux et le jury en tiendra compte lors de votre procès.

Danny sentait son coeur s’emballait d’angoisse. Non. Il devait faire un cauchemar. Ce n’était pas possible. « Procès », ce mot le fit frissonner.

Hilborne : Que s’est-il passé, vous avez voulu venger Cécilia ? Une autre dispute avec Roberto a dégénérée c'est bien ça ?
Danny, haussant la voix et se levant de sa chaise : Il faut vous le dire comment ? Je ne l’ai pas tué ! (serrant les dents et le regardant droit dans les yeux) Mais qu’est-ce que je vous ai fait ?

Hilborne se leva et fit signe aux agents de passer les menottes à Danny.

Hilborne : Daniel Messer, je vous arrête pour le meurtre de Roberto Rodriguez.
Danny : Vous n’allez pas me passer les menottes ! Pas ici !
Hilborne, le regard froid : Passez les lui.
Danny : Et vous, vous vous vengez de qui, de quoi, en agissant de cette façon ?

Et les officiers s’exécutèrent. Danny ferma les yeux et soupira. Tout cela lui semblait tellement irréel. Comment allait-il s’en sortir cette fois-ci ?

Et les policiers le conduisirent jusqu’à l’ascenseur. Arrivé dans le hall, les regards se braquèrent sur lui. Il baissa les yeux ne voulant pas affronter la stupéfaction et surtout la déception de ses collègues. Lui, qui avait mis tant de cœur et tant de courage pour se construire la vie qu’il s’était choisie, crut tous ses efforts réduits à néant.

Alors que Danny, les deux policiers et Hilborne arrivèrent à la sortie, ils croisèrent Stella et Lindsay. Elles furent stupéfaites de voir Danny ainsi menotté et emmené. Elles s’approchèrent pour venir à leur rencontre.

Stella : Mais enfin, Hilborne, qu’est-ce que ça veut dire ?
Hilborne : Agent Bonasera, Agent Monroe, veuillez nous laisser passer.

Lindsay, se mettant face à Danny, les yeux respirant l’inquiétude : Mais Danny qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qu’ils te veulent ?
Danny, secouant la tête, la regardant dans les yeux : Lindsay, j’te jure, j’ai rien fait. J’y suis pour rien.

Et les policiers écartèrent Lindsay du passage pour continuer leur chemin.

Policier : En route.

Stella n’attendit pas plus longtemps pour se saisir de son portable. Elle appela Mac.

Stella : Réponds Mac…. Réponds…
Mac : Taylor.
Stella : Mac, Hilborne vient d’arrêter Danny.
Mac : Quoi ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire Stella ?
Stella : Je ne sais pas mais ça a l’air grave. Il n’a rien voulu dire.
Mac, inquiet : Ils vont sûrement l’emmener à la brigade en détention provisoire. J’y vais immédiatement. J’vais avoir une petite conversation avec Hilborne !


Dernière édition par le Sam 30 Déc - 22:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
perlnoir
Looping!
perlnoir

Nombre de messages : 164
Age : 43
Date d'inscription : 24/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptySam 30 Déc - 4:53

What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face

pleurs pleurs pleurs pleurs pleurs pleurs pleurs pleurs

Danny en Prison

le mur le mur le mur le mur le mur le mur le mur le mur

Non, non, et non!

Lindsssssssssss

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Qu'est-ce que tu fais à mon homme?

Hum Embarassed Embarassed Embarassed , je m'égarre!

Ma Linds Adoré, t'as fumé queeoi?:

Danny un assassin triste

Non, il est innoncent!

Il est incapable de faire du mal à un ours, mdr (ben vi à une mouche c'est pas crédible, il est un peu impulsif le danny des fois, mdr)

Non, mais, MAc, fais quelque chose, sort le moi de là, il peut pas aller en prison!

Non!

Sinon, je veux bien mais à une condition!

Je veux être enfermer dans sa cellule, mdr!

Quoi? C'est juste pour lui tenir compagnie, mdr!

Punaise, entre Valm qui me le torture au point de plus s'asseoir, mdr et toi qui me le fou derrière les barreaux, moi je vais plus e reconnaitre mon Danny!

Bon, vas aller me coucher, en espérant que demain il sera libre!

Crapule, ca je t'aime quand meme!

La suiteeeeeeeeeeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptySam 30 Déc - 11:46

Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked

Mais enfin ça va pas bien!!!!
Ils peuvent pas le mettre en prison voyons! C'est plein de vilains méchants qu'il a fait arrêter!
Lindsay tu dois faire quelque chose pour éviter ça et vite. Très vite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Maria
Invité



Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptySam 30 Déc - 14:30

mais ils sont malades!! laissez le tranquille il est innocent!!!!!!!!!!!!!! le mur
Revenir en haut Aller en bas
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptySam 30 Déc - 22:12

Merci les filles pour vos coms !

************************************************************

Dans une rue de Harlem.

Mac et Don s’apprêtaient à aller cueillir Asis Chavez dans un squatte où il avait été repéré quand le portable de Mac se mit à sonner. C’était Stella. Elle l’appelait pour le prévenir de l’arrestation de Danny. Le chef de la scientifique raccrocha.

Don, inquiet : Qu’est-ce qui se passe Mac ? C’est quoi cette histoire de détention provisoire ?
Mac : Hilborne a arrêté Danny.
Don : Quoi ? C'est une blague ? Mais pour quel motif ?
Mac : Stella n’en sait rien. Mais je vais aller de ce pas me renseigner. Ecoutez Don, vous allez chercher Chavez pour qu'on prenne ses empreintes de pas et puis ensuite essayer de savoir ce qu’il sait.
Don, soupirant : Ok.
Mac : Et dès que vous obtenez l’accord pour la perquisition du club 44, vous me prévenez.
Don acquiesça et, alors que Mac s’apprêtait à partir : Mac ! (Mac se retourna) Tenez moi au courant pour Danny, d’accord ?
Mac : Je le ferai.

Mac se dirigea alors vers son véhicule pour se rendre au centre de détention provisoire près de la brigade.

************************************************************

Au laboratoire. Après le départ de Hilborne et Danny.

Lindsay regardait Stella qui était en train de prévenir Mac. Stella raccrocha.

Lindsay : Alors, que va-t-il faire ?
Stella : Il va s’en occuper immédiatement Lindsay, ne t’inquiète pas.
Lindsay : Ne pas m’inquiéter ! Stella, tu as vu comme moi que ça n’avait pas l’air d’être une plaisanterie. Si Hilborne l’a arrêté, c’est pour une raison grave !
Stella : Mac nous tiendra informées dès qu’il en saura plus. Danny ne t’as rien dit ?
Lindsay : Non, ils ne lui en ont pas laissé le temps. Il m’a juste dit qu’il n’avait rien fait, qu’il n’y était pour rien. Mais pour rien dans quoi ? (soupir) J’ai peur Stella.
Stella, posant sa main sur le bras de Lindsay : Je sais…. Ecoute, pour l’instant, on ne peut rien faire alors le mieux est que nous essayions de régler au plus vite l’affaire Rippert.
Lindsay : Comment veux-tu que je me concentre sur cette affaire ?
Stella : C'est pourtant ce que nous allons faire Lindsay, on ne peut pas laisser le meurtrier de John Rippert s’en sortir !
Lindsay , soupira : Tu as raison. Allons voir Kaile.

Lindsay et Stella rejoignirent alors Kaile qui les attendait devant la porte d’un bureau dans lequel patientait leur suspect.

Stella : Salut Kaile.
Kaile : Salut. Je viens d’apprendre pour Danny. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? C’est dingue !
Stella : On ne sait pas encore mais Mac s’en charge. Et pour Will Haynes ?
Kaile : Pour l'instant, il n'a pas décroché un mot. Dès que j’ai eu votre coup de fil pour Haynes, je suis allée l’interpeller chez lui. Adam est parti analyser un échantillon de son sperme.
Stella : Très bien. Ça nous fera une preuve de plus.
Kaile : Oui et nous avons une équipe qui n’attend plus que vous pour perquisitionner chez lui.
Lindsay : Et que t’as appris Joe Ladkins, le détective privé ?
Kaile : Ce cher Joe m’a dit que M. Rippert avait pris contact plusieurs fois avec lui il y a à peu près quinze jours mais, (avec un petit sourire) en cette période estivale, Joe est débordé ! Il n’a commencé à s’occuper du cas de Mme Rippert qu’il y a cinq jours. Il n’a donc pu la prendre sur le fait qu’une seule fois chez elle. Il a aussitôt transmis les photos à M.Rippert.
Lindsay : Et il l’a suivi après avoir pris les photos ?
Kaile : Oui, il l’a filé pour pouvoir connaître son identité mais manque de bol, il a pris le métro et Joe l’a perdu dans la foule. Il ignorait donc toujours son identité quand je suis allé le voir. Par contre je viens de me renseigner sur Haynes et j’ai su qu’il travaillait dans une société qui vend et installe des systèmes d’alarme très sophistiqués.
Lindsay : Et je parierai que M. et Mme Rippert sont clients de cette boîte.
Kaile : Exact !
Stella : Cela le relie automatiquement à l'appareil électronique pouvant déjouer les alarmes. Il y a trop de coïncidences. Cela ne fait aucun doute qu'il est mêlé à toute l'histoire. Espérons que la perquisition nous permette de trouver quelque chose l'incriminant.
Lindsay : Ne nous reste plus qu’à savoir à qui appartient le sang trouvé sur le coupe-papier.
Stella : C'est peut-être le sang de son complice. Il n'a pas du faire le coup tout seul.
Kaile : Je vais l’emmener à la brigade et me renseigner sur lui auprès de son employeur.
Stella : Ok Kaile. Lindsay et moi partons pour la perquisition.

Et les trois jeunes femmes quittèrent le laboratoire.

************************************************************

A la brigade criminelle

Quelques trente minutes plus tard, Mac arriva dans les bureaux de la brigade criminelle. Il entra, fulminant de colère, dans un bureau où Hilborne se trouvait. Celui-ci était assis derrière une grande table et s'attelait à lire divers papiers.

Mac, ouvrant la porte du bureau : Vous pouvez m’expliquer ce que tout cela signifie ?
Hilborne : Il ne me semble pas vous avoir entendu frapper Lieutenant Taylor.
Mac : Pourquoi avez-vous arrêté un de mes hommes ?
Hilborne : Les nouvelles vont vite.
Mac, en colère : Vous n’avez pas répondu à ma question ! Quel motif ?
Hilborne : Pour le meurtre de Roberto Rodriguez.
Mac, surpris d’entendre à nouveau ce nom : Rodriguez ?
Hilborne : Oui, le frère de Cécilia Rodriguez. Il a été tué il y a environ 3 jours, durant la nuit précédant le retour de Messer au labo.
Mac : Et je suppose que vous avez des preuves de ce que vous avancez ?
Hilborne : Plus qu’il ne m’en faut.
Mac : Le lieutenant Messer est incapable d’avoir fait une telle chose !
Hilborne : Ah vraiment ? Vous croyez ? Rodriguez a été tué dans sa voiture et on y a retrouvé les empreintes de Messer. J’ai des témoins oculaires qui assurent les avoir vus se quereller violemment il y a 5 jours, pas étonnants puisqu’ils se détestaient. Et enfin, cerise sur le gâteau, l’arme du crime était cachée chez lui, dans une bouche d'aération de sa chambre.
Mac : C'est son arme ?
Hilborne : Non, celle de Rodriguez.
Mac : Pensez-vous réellement qu’il soit assez stupide pour laisser ses empreintes bien en évidence dans la voiture et ramener l’arme du crime chez lui ! Vous n’êtes pas sérieux ! Et quel aurait été son mobile ?
Hilborne : La vengeance bien sûr.
Mac : Et comment avez-vous su pour les différents entre Danny et le frère de Cécilia ?
Hilborne : Apparemment ces deux là se détestaient tellement que ce n’était un secret pour personne dans Yonkers.
Mac : Vous avez ses empreintes sur l’arme ?
Hilborne : Non, il s’est bien sûr arrangé pour les effacer.
Mac : C’est complètement illogique ! Pourquoi cacher l’arme chez lui s’il a effacé les empreintes ? Il aurait du s’en débarrasser ! C’est un coup monté, ça crève les yeux ! Cela ne vous a pas semblé trop facile ?
Hilborne : La colère, peut-être même la panique lui auront fait commettre des erreurs. Ce ne serait pas la première fois chez un criminel !
Mac : ça ne tiendra jamais devant un jury !
Hilborne : Je n’en suis pas si sûr. J’ai un très bon dossier. Je doute que les jurés soient insensibles à son passé plus que houleux, à son implication dans plusieurs sombres affaires, à ses coups de colère et à ses nombreuses erreurs professionnelles.
Mac : Et bien sûr vous n’avez pas cherché d’autres pistes !
Hilborne : Seriez-vous entrain de m’accuser de ne pas faire correctement mon travail ?
Mac, posant les mains sur le bureau et le fixant dans les yeux : C’est exactement ce que j'insinue car ce qui vous intéresse n’est pas de trouver l’assassin de Rodriguez mais de faire plonger le Lieutenant Messer. J’ignore pour l’instant les raisons de votre acharnement mais je le découvrirai, soyez en sûr !
Hilborne : Allons Taylor. Il faut vous rendre à l’évidence, vous vous êtes trompés à son sujet.
Mac, jetant à Hilborne un regard noir et déterminé : Je reste convaincu de son innocence et je le prouverai !

Sur ces derniers mots, Mac sortit de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyMar 2 Jan - 0:15

Après son altercation avec Hilborne, Mac se dirigea aussitôt dans le bâtiment qui communiquait avec la brigade et où étaient retenues provisoirement les personnes interpellées. Après quelques démarches peu conventionnelles, il avait obtenu l’autorisation de voir Danny. Il fut conduit par un agent jusqu’à une cellule. Dans celle-ci, il n’y avait qu’un long et large banc, pouvant servir accessoirement de lit. Danny était assis sur celui-ci, dans un coin de la cellule, pieds dessus, et tête et dos appuyés contre le mur. Il regardait dans le vague. Il semblait perdu. Quand soudain, le fracas métallique de l’ouverture de la porte qui le retenait prisonnier le fit sortir de ses pensées. Il tourna la tête et quand il vit Mac apparaître, il posa les pieds sur le sol mais ne se leva pas. Il s’adossa contre l’autre mur du coin de la pièce, regarda Mac puis baissa la tête ayant lu un mélange d’inquiétude et de mécontentement dans les yeux de son supérieur. Tout cela ne présageait rien de bon. Il ferma les yeux et soupira. Mac regardait Danny avec insistance et sans décrocher le moindre mot. Le silence entre les deux hommes commençait à devenir pesant. C’est alors que Danny le rompit.

Danny, secouant la tête et les yeux rivés au sol : Je n’ai rien fait Mac (relevant la tête, les yeux le suppliant de le croire face à un Mac toujours impassible et qui le fixait toujours ) Je vous jure que je n’ai rien fait.
Mac soupira, puis sèchement : Pourquoi y êtes vous retournés Danny ? Parce que vous y êtes bien retournés n’est-ce pas ?

Danny qui ne pouvait soutenir plus longtemps le regard de celui qu’il admirait tant détourna le sien en guise de réponse positive.

Mac, ne comprenant décidément pas toujours son jeune subordonné : Mais qu’est-ce qui vous est passé par la tête ? (haussant le ton) Qu’est-ce qui vous a pris de remettre les pieds dans Yonkers ? Vous savez pourtant pertinemment que vous n’y êtes pas le bienvenu !
Danny, relevant la tête, les yeux brillants : Il fallait que je sache Mac !
Mac : Mais savoir quoi Danny ?
Danny, les larmes aux yeux, la voix tremblante oscillant entre peine et colère : Il fallait que je comprenne ….que je comprenne comment Cécilia avait pu en arriver là ! Comment son propre frère avait pu l'entraîner dans tout ça ! Comment il avait osé la vendre à ce foutu cabaret ! Il a ni plus ni moins vendu sa sœur ! ….Elle ne méritait pas ça Mac ! Elle ne méritait pas cette vie là ! Je l’ai connue belle, pétillante et heureuse de vivre et je l’ai retrouvée toxico, battue avec deux balles dans le corps sur une table d’autopsie ! Il devait m’expliquer ! Il me le devait. Je suis sûr qu’il y était pour quelque chose si elle n’a jamais repris contact avec moi ! (haussant la voix muée par la peine)…Et puis vous pensiez quoi ? Que j’allais pouvoir rayer 15 ans de mon passé comme ça ? !

Mac comprit alors que, pour Danny, la blessure laissée par la mort de Cécilia était bien plus grande qu'il n'avait pu le soupçonner au départ et il s'en voulait de ne pas s'en être aperçu.

Mac : Vous auriez du venir m’en parler Danny parce que, là, c’est plus de 15 ans de votre avenir que vous risquez maintenant !
Danny, avec un sourire ironique : 15 ans ? Enfin Mac, vous savez bien que dès que j’aurais mis les pieds dans une des prisons de l’état, mon espérance de vie se réduira très vite à quelques jours, voir quelques heures.

A ces derniers mots, Mac soupira et baissa les yeux. Oui. Il le savait. Bien sûr qu’il le savait. Il ne le savait même que trop bien. Et c’est pour cela qu’il était en colère contre Danny, contre son inconscience. Sa vie était en jeu et il lui en voulait pour ça. Il lui en voulait de lui imposer à nouveau cette torture. Parce qu’il avait peur, peur de ne pas être à la hauteur. Peur de ne rien pouvoir faire pour le sauver.

Mac, plus calme : Danny,…, Hilborne a de nombreux éléments contre vous.
Danny : Je sais. Il a retrouvé l’arme du crime chez moi.
Mac : Et aussi vos empreintes dans la voiture de Rodriguez. Et il y a été tué. Comment expliquez-vous que vos empreintes y aient été relevées ?
Danny, secouant la tête : J'en sais rien Mac. J'ai jamais mis les pieds dans sa voiture.
Mac : Réfléchissez Danny ! Il s'est forcément passé quelque chose qui pourrait l'expliquer.
Danny, après un silence, se souvenant soudain d'un fait : Oui, c'est vrai, je m'en souviens maintenant. Quand je suis allé le voir, on a eu une conversation plutôt vive dans la rue. Elle s’est envenimée, il m’a frappé et je me suis retrouvé contre une voiture. ça devait être la sienne mais je le savais pas. La vitre était ouverte. J'ai perdu l'équilibre et j'ai probablement dû me rattraper comme je pouvais pour ne pas tomber.
Mac : ...en vous accrochant à la voiture.
Danny : C'est la seule explication que je vois.
Mac : Mais Danny, du "probablement" ne tiendra pas devant un jury ! Hilborne m'a dit qu'il avait des témoins de votre dispute. Ils pourront peut-être confirmer ce fait.
Danny : Vous rêvez là Mac ! Ils ne témoigneront jamais en ma faveur et vous le savez.
Mac : Et vous avez répondu à ce coup ?
Danny : Non. C'est pas l'envie qui me manquait, croyez moi, mais d'autres types se sont approchés alors je n'ai pas répondu. Et puis, il m'a hurlé qu'il n'y était pour rien, qu'il n'aurait jamais laissé faire ça s'il avait été au courant. Contre toute attente, je me suis rendu compte qu' il était en colère lui aussi contre les assassins de sa soeur et qu'il s’en voulait pour sa mort. J'ai alors laissé ce pourri avec ses remords et je suis parti.
Mac : Et la nuit du meurtre, qu’avez-vous fait ?
Danny : Quelle question ! Je dormais Mac ! Souvenez-vous, vous me vouliez frais et dispo pour la reprise du boulot le lendemain !
Mac : Et il n’y a personne qui pourrait confirmer que vous étiez bien chez vous ?
Danny : Non. Je dormais seul. ...Il n’y a aucune empreinte à part les miennes chez moi ?
Mac : Je n’en sais rien à vrai dire. Je n’ai pas accès au dossier pour l’instant. Je ne sais que ce que Hilborne a bien voulu me dire.
Danny : J’suis vraiment mal barré !
Mac : Ecoutez Danny, je vais tâcher d’entrer en contact avec l’équipe CSI qui a perquisitionné chez vous et tenter de les convaincre de me laisser avoir accès aux éléments de l’enquête.
Danny : Vous savez dans combien de temps il est prévu de me transférer en prison et dans quelle prison je le serais ?
Mac : Votre transfert est prévu demain matin, étant donné qu'il est possible que ceux chargés de l'enquête viennent encore vous interroger. Vous avez déjà vu quelqu'un ?
Danny : Oui, un agent de la scientifique est venu me prélever ce que j'avais sous les ongles. Il a aussi regardé mes vêtements et mes semelles de chaussures.
Mac : Il ne vous a pas dit pourquoi ?
Danny : Non.

Danny soupira et baissa la tête.

Mac : On trouvera quelque chose Danny. Tout est bien trop illogique dans la façon de procéder. Ils ont forcément commis des erreurs.
Danny : Espérons que vous les trouviez vite alors.
Mac : Je ferai tout pour ça... parce que je sais que vous n’êtes pas un assassin et puis, vous en valez la peine (souriant) même si vous n’arrêtez pas de me compliquer la vie ces derniers temps !
Danny, souriant : Merci Mac... pour tout ce que vous faites pour moi ...une fois de plus et puis (souriant) merci de me supporter malgré tout.
Mac, se dirigeant vers la porte : Tenez le coup Danny Ok ?
Danny : Ok.

Mac se dirigeait vers la sortie de la cellule quand Danny l’interpella.

Danny, se levant : Mac !

Mac se retourna. La grille se referma, séparant ainsi les deux hommes.

Danny, ému : Mac, ….vous pourriez dire à Lindsay que je vais bien. …essayer de la rassurer et….et lui dire que je pense à elle.
Mac, avec un sourire triste : Je le ferais Danny.
Danny : Merci.

Mac se dirigea vers la sortie, tandis que Danny repartit s’asseoir, sans conviction, sur son banc. Il s’adossa à nouveau contre le mur. Il pensa à toute cette histoire, à sa Montana qui devait se faire bien du souci en ce moment et cela l’attrista. Il baissa la tête et ferma les yeux. Il n'avait qu'une envie, que tout ceci ne soit qu'un cauchemar dont il sortirait en ouvrant tout simplement les yeux. Malheureusement, les trois murs et la grille qui l'entouraient ne faisaient pas partie d'un rêve. Tout était bien réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyMar 2 Jan - 0:58

Ah Punaise lindsay!!!

Mais... mais...mais qu'est-ce que tu nous fait là??

C'est pas possible, Danny en prison...

NOOOOOOOOOOON!!!!!!!!!!!!!!!!!!

C'est pas lui, il est innocent

Et Mac va le prouver!!!! Enfin j'espère Rolling Eyes


victoire clap Allez vite la suite ma belle, je suis accro à cette fic!!!!!clap victoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyMar 2 Jan - 15:05

Merci Millie ! Heureuse de voir que cette fic te plait toujours autant !

************************************************************

Après avoir vu Danny, Mac se rendit à nouveau à la brigade criminelle. Quand il entra, il tomba directement sur Don, qui sortait d’une des salles d’interrogatoire, suivi bientôt par Asis Chavez entre deux policiers. Don se précipita vers Mac pour aller aux nouvelles. Il arriva en face du chef de la scientifique.


Don , ayant appris le motif de l'arrestation de son ami en arrivant à la brigade : Mac, un meurtre ? Mais c’est pas possible, il n’aurait jamais pu faire ça !
Mac : Je sais mais il s’est fait salement piégé !
Don : C'est sûr que c'est un coup monté ! Mais il est sensé avoir tué qui ?
Mac : Roberto Rodriguez.
Don : Le frère de Cécilia ?
Mac : Vous le connaissiez ?
Don : Non, mais Danny m’en a parlé. Il est allé le trouver il y a quelques jours.
Mac : Et vous ne l’avez pas empêché ?!
Don : Mac, vous savez, Danny me parle de ses conneries après les avoir faites en général ! Sinon, vous avez réussi à le voir ?
Mac : Oui.
Don : Et comment va-t-il ?
Mac : ça devrait aller mais il a peur qu'on le transfère.

Lindsay, inquiète : Il a peur qu’on le transfère où ?

Mac fit une petite grimace en reconnaissant la voix qui se fit entendre derrière lui. Danny lui avait demandé de la rassurer, et, pour l’instant, c’était plutôt mal parti. Mac et Don se retournèrent. Lindsay et Stella étaient là. Ils ne les avaient pas vu arriver étant trop absorbés par leur conversation.

Lindsay : Qu’on le transfère où Mac ? Qu’est-ce qui se passe ? De quoi est-il accusé ?
Mac, soupira : Du meurtre du frère de Cécilia.
Lindsay, stupéfaite : Quoi ?
Stella : Mais enfin Mac, Hilborne est tombé sur la tête ou quoi ? Danny ne ferait jamais une chose pareille !
Mac : Oui, mais le problème c’est que nous sommes les seuls à le penser !
Stella, surprise : ça veut dire qu’il a des preuves de ce qu’il avance ?
Mac, acquiesçant de la tête : Les indices porteraient en effet à croire qu’il est l’assassin. Plusieurs personnes ont été témoin d’une dispute entre eux, on a retrouvé l’arme du crime chez lui et il y a ses empreintes sur la scène de crime. Cependant, il y a plusieurs incohérences. Un agent de la police scientifique, connaissant toutes les procédures, n’aurait jamais agi ainsi.
Stella , comprenant : Mais ce n’est pas suffisant pour l’innocenter.
Lindsay, inquiète : Vous pensez que les Tanglewoods y sont pour quelque chose ?
Don, exaspéré par la situation : Je ne vois pas qui d’autre pourrait vouloir le piéger !
Stella : Oui, mais pourquoi tuer un des leurs ?
Mac : Danny m’a dit que Rodriguez culpabilisait pour le meurtre de Cécilia. Il est peut-être aller reprocher la mort de sa soeur à certains membres du gang et une dispute s’en serait suivie.
Stella : Dispute qui aurait mal tournée.
Lindsay, le regard transpercé par l’angoisse : Mais alors vous l’avez vu ? Comment va-t-il ?
Mac : ça va aller Lindsay. Il va bien.
Lindsay : Et pour le transfert ? Ne me dites pas qu’on va l’envoyer en Sing Sing?
Mac : Nous allons tout faire pour qu’il n’y mette jamais les pieds.
Don, inquiet : Il vaudrait mieux. Sinon….
Mac : Ne pensons pas à cette éventualité. Il faut rester concentré.
Lindsay, ses yeux criant son désespoir et sa colère : Mac, comment voulez-vous qu’on n’y pense pas ! Un flic en prison ! Ça se sait très vite ! Et Sonny Sassonne le saura très vite lui aussi ! Vous savez bien qu'il a déjà essayé de le tuer !
Mac, fermement : Lindsay, je vais me renseigner auprès des CSI qui mènent l’enquête pour en savoir plus. Vous, je vous rappelle que vous êtes sur l’affaire Rippert et que je veux des résultats !

Lindsay baissa la tête et soupira puis son regard se perdit dans le vague.

Mac, à Stella : Et vous en êtes où sur cette affaire ?
Stella, sourire aux coins des lèvres : Et bien, notre petite perquisition chez M. Haynes a été bien fructueuse !
Mac : Tant mieux, c’est déjà ça.
Stella : Oui, on est là pour l’interroger. Avec ce qu’on a, il devrait nous donner assez facilement son complice ou alors c’est qu’il a vraiment le sens du sacrifice ! Allez Lindsay ! C’est parti. (voyant que Lindsay ne réagit pas) Lindsay ?

Lindsay sortit finalement de sa torpeur. Elle regarda Stella.

Lindsay, les yeux brillants : Tu ne pourrais pas l’interroger seule ? J’ai vraiment pas la tête à ça !
Stella, tentant de motiver son amie : C’est hors de question ! Allez ! On y va ! (à Mac) Tu nous tiens au courant Mac !

Mac acquiesça. Alors que les deux jeunes femmes commençaient à se diriger vers la salle d’interrogatoire, Mac interpella Lindsay.

Mac : Lindsay ! (elle se retourna et il s’approcha d’elle) Danny ne veut pas que vous vous inquiétez pour lui.
Lindsay, souriant ironiquement, les bras croisés : C’est raté !
Mac : Je sais, mais il ne voudrait pas que vous craquiez maintenant. Après l’affaire Rippert résolue, ce qui ne devrait plus tarder d’après ce que j’ai compris, je vais avoir besoin de vous tous pour le sortir de là. Ok ?
Lindsay, qui avait écouté attentivement les paroles de Mac : Ok Mac. Je vais faire de mon mieux.
Mac : Je n’en attendais pas moins de vous.

Lindsay s’en retourna alors rejoindre Stella et elles disparurent derrière l’une des portes menant à une salle d'interrogatoire. C’est alors que Hilborne sortit d’un des bureaux. Quand Don le vit, son sang ne fit qu’un tour ! Il allait se précipiter vers lui quand Mac le retint brusquement par le bras.

Mac : Non, Don ! Cela n’aiderait pas Danny !
Don, regardant Hilborne passer au loin, le regard plein de haine : Toute cette histoire, c’est à cause de lui !

Hilborne ayant entendu le jeune lieutenant, se retourna. Les trois hommes se défièrent alors du regard puis le chef des affaires internes détourna le sien et sortit de la pièce.

Mac, lâchant Don : C’est aussi un mauvais concours de circonstances. Ce meurtre a tout simplement été une aubaine pour lui !
Don : Oui, et quelle aubaine ! Il la tient sa vengeance !
Mac , fronçant les sourcils : Que voulez-vous dire ?
Don : Mac, la détermination de ce type à faire tomber Danny coûte que coûte n’est pas justifiée !
Mac : Oui, je sais. C’est ce que je me suis dit aussi. (Intrigué) Mais vous avez l’air d’en savoir plus que moi à ce sujet !
Don, tout en allant chercher un document contenant entre autre d'anciens articles de presse sortis de l'ordinateur : Et bien, hier soir, après avoir été interrogé par cet enfoiré, je me suis décidé à faire quelques recherches. J’ai passé quelques coups de fil à des amis qui me devaient un service. (Lui tendant les papiers) Et regardez ce que j’ai découvert !

Mac lut les papiers en question. Il fronça les sourcils.

Mac, surpris : J’ignorais tout de cette histoire.


Dernière édition par le Mar 15 Mai - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 4 Jan - 13:40

AAAAAAAAAh mais c'est pas vrai Lindsay!!!
Comment tu peux oser t'arrêter comme ça??
Tu veux me rendre cinglé?
Ah non j'oubliais je suis déjà très sérieusement atteinte! c'est trop tard!Mdr!!


Attends c'est une devinnette c'est ça?
Alors je vais essayer:

1ère Hypothèse: Il est arrivé quelque chose à Hillborn, un accident ou alors on lui à tagué sa voiture...j'sais pas moi!Mdr! Enfin bref, le respnsable était un membre d'un gang, et aujourd'hui il reporte sa colère et sa haine sur Danny qui n'a pourtant jamais rien fait!! What the fuck ?!?


2ème Hypothèse: Quoi la première n'était pas la bonne? queeoi?:
Bon alors c'est pas à Hillborn lui même qu'il est arrivé quelque chose mais à l'un de ses proches: sa femme, sa fille , sa soeur, sa nièce...comme tu veux, ça marche aussi au masculin: son mari!!Mdr!! (valm déteint trop sur moi je crois!!), son fils, son frère, son neveu...


3ème Hypothèse: Bon bah si les deux premières sont fausses la troisième ne peut-être que juste, puisque je vais arrêter de faire surchauffer mon pov' cerveau et attendre sagement que tu veuilles bien nous donner la réponse trocool


Tiens en parlant de ça elle est où la suite??? fufufu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyJeu 4 Jan - 19:08

Merci Millie ! La voilà la suite ! Et puis, je n'oublie pas ta fic que je trouve géniale ! Bientôt je me rattrape dans les coms ! Wink

************************************************************

Don : Et je doute que le procureur soit au courant également ! Mac, ce type veut faire payer Danny pour une histoire dont il n’est pas responsable !
Mac, soupira puis sourit : Apparemment. C’est bien joué Don, ces papiers vont m’aider à prouver son manque d’objectivité dans cette affaire ! Je vais aller voir Ellen Morgan, j’ai su que c’était son équipe CSI qui était en charge de l’enquête. …Et sinon, pour Chavez, quoi de neuf ?
Don : Et bien, un de vos gars a pris ses empreintes de chaussures et il s’est avéré qu’elles correspondaient à celles retrouvées sur le lieu du crime des Bloods ! Il avait même encore les traces de sang sur les semelles.
Mac : Et ? Qu’a-t-il raconté ?
Don : Il était bien dans l’appartement quand les trois Bloods se sont faits descendre. En fait, ce cher Asis était venu acheter sa dose et il était tellement en manque qu’il en a été malade. Il se trouvait donc dans la salle de bain au moment des faits ! Quand il a entendu les coups de feu, il n’a plus bougé d’un poil. C’est comme ça qu’il s’en est sorti.
Mac : Heureusement que les assassins n’étaient pas très malins, sinon, en comptant les bouteilles sur la table ils auraient pu supposer qu’il y avait peut-être une quatrième personne dans l’appartement.
Don : Exact.
Mac : Il a entendu autre chose ?
Don : Oui, les tireurs ont ensuite embarqué la drogue sur la table, en précisant que comme ça on croirait plus à un règlement de compte entre bandes rivales pour une lutte de territoire. Et je ne vous ai pas encore dit le meilleur ! Asis a entendu un des types interpeller fermement un autre : et devinez ! (souriant) Un certain Marcus !
Mac, secouant la tête et souriant : Non, vraiment pas malins ! Et pour la perquisition, vous avez l’accord ?
Don : Oui et je n’attendais plus que vous pour tout mettre en place mais vu ce qui se passe…
Mac : En effet, je ne pourrais pas vous accompagner. Par contre, faites le topo des nouveaux éléments à Stella quand elle en aura fini avec son suspect. Son affaire est presque bouclée et elle nous a aidé hier soir pour l’examen de la voiture de Danny. C'est elle qui vous accompagnera.
Don : Ok.
Mac : Et dites aussi à Lindsay de rentrer au labo.
Don : Pas de problème. Et Mac….
Mac, souriant : Oui, bien sûr je vous tiens au courant.

Mac partit alors en direction de la sortie tandis que Don s’assit à son bureau.

************************************************************

Salle d’interrogatoire

Stella entra dans la pièce où se trouvait déjà Will Haynes, suivie de Lindsay. Il s’agissait jeune homme de 23 ans aux cheveux châtains portant un jean et un T-shirt blanc rehaussé d’une chemise ouverte.

Stella : M. Haynes. Agent Bonasera et Monroe. Je pense que vous savez pourquoi vous êtes ici !
Haynes, déglutissant sa salive : On m’a parlé d’un certain Ri…Rippert qui aurait été tué. Et je ne vois pas ce que je viens faire là dedans.
Stella : Vous ne voyez pas ? (grimaçant) Je crois que vous avez mal choisi votre stratégie M. Haynes. (lui claquant sous le nez la fameuse photo) C’est pourtant bien vous là dessus avec sa femme, non ?
Lindsay: Et je parie que votre sperme correspondra à celui que nous avons retrouvé dans le lit de M. et Mme Rippert.
Haynes, se passant les mains sur la figure, soupira : Mais comment avez-vous eu cette photo ?
Stella : Vous ne vous attendiez pas à ce que son mari la fasse suivre n’est-ce pas ?
Haynes : Bon, d’accord je la connais. On a couché ensemble….mais je n’ai rien fait !
Stella : Pourtant toutes les preuves vous accablent !
Haynes , inquiet : Comment ça ?
Stella : Vous ne connaissiez pas seulement Mme Rippert ! Vous connaissiez également son mari puisqu’il est client à la « Security’s Technology » où vous travaillez il me semble !
Haynes : Oui, peut-être, je ne me souviens pas de tous mes clients.

A côté de Stella, Lindsay commençait sérieusement à s'impatienter.

Lindsay, fermement : Nous avons retrouvé chez vous une des statuettes, sensée être installée sur la cheminée des Ripperts !
Haynes, anxieux, déglutissant : C’est Tiffany qui me l’a donnée.
Lindsay, haussant le ton et frappant sur la table : ça suffit M. Haynes ! Vous ne croyez pas que vous nous avez suffisamment baladées !!! M. Rippert a été assommé avec cette statuette ! Les traces d’hémoglobine ne disparaissent pas même après un bon nettoyage vous savez ! Cette statue vaut près de 1000 $, c’est pour ça que vous ne vous en êtes pas débarrassée !
Stella : De plus, il vous était très aisé de déjouer le système d’alarme de la maison l’ayant vous –même installé.
Haynes, posant ses coudes sur la table et enfouissant sa tête dans ses mains, désespéré : C’est pas ce que vous croyez. Je vous jure. Il n’était pas prévu que cela se passe comme ça !
Stella : C'est-à-dire ? Expliquez-nous !
Haynes : Et bien, j’ai vu pour la première fois Tiffany quand je suis allé installer la nouvelle alarme chez elle. Elle ne m’avait même pas remarqué. Je n’étais qu’un employé pour elle. Et puis une coïncidence, je l’ai revue au club « Paradise ». Là, dans un autre contexte, ça a été différent. Elle ne me voyait plus comme un employé. Alors j’ai joué la carte du mystère. Ça lui a plu.
Stella : Et vous êtes devenus amants.
Haynes : Oui.
Stella : Pour sa fortune ?
Haynes : Non, elle me plaisait vraiment même si c’est vrai que le fait qu’elle soit fortunée n’était pas pour me déplaire (soupir) J’avais absolument besoin de tune.
Stella : Oui, quand on regarde l’état de votre compte en banque, c’est pas brillant ! Vous êtes un flambeur M. Haynes.
Haynes : Je joue c’est vrai. Je joue et je perds parfois très gros. J’avais besoin d’une grosse somme très rapidement. Je devais du fric à un type plutôt dangereux. Il est déjà venu à mon appart me menacer avec ses gorilles !
Lindsay : Comment vous est venue l’idée du cambriolage ?
Haynes : C’était pas mon idée.
Stella : L’idée de qui alors ?

Haynes ferma les yeux, ne voulant pas répondre.

Stella , fermement : Nous savons que vous aviez un complice.
Lindsay, exaspérée : C'était l’idée de qui M. Haynes vous a demandé ma collègue ?

Stella jetait de temps en temps un coup d'oeil à Lindsay qui paraissait à certains moments absente, et à d'autres nerveuse et impatiente d'en finir avec cet interrogatoire.

Haynes : D’Aymeric Jefferson, un ami. Il a réussi à me convaincre que c’était la seule façon de m’en sortir, étant donné que Tiffany ne prêterait jamais autant d’argent sans mieux me connaître.
Stella : Et vous avez tout organisé ?
Haynes, acquiesça : Au départ ça devait se passer sans accro. Tiffany m’avait dit que son mari partait en voyage d’affaire et elle devait voir ses amies ce soir là. J’avais qu’à débrancher l’alarme. Avec le système électronique adéquat, c’était facile pour moi.
Lindsay : Mais voilà, M. Rippert est rentré n'est-ce pas M. Haynes !
Haynes : Oui. Mais pourquoi est-il rentré aussi !?
Stella : A peine arrivé en Floride, on lui a annoncé que sa réunion était annulée. Il a pris le premier avion pour revenir.
Lindsay : Que s’est-il passé ensuite ?
Haynes : Je savais qu’il y avait un coffre à l’étage mais il était caché. On était entrain de le chercher. Je suis entré dans le bureau et je suis tombé nez à nez avec Rippert. Il tenait un genre de coupe papier pointu dans la main. Il a du rentrer et monter sans qu’on l’entende. Il s’est jeté sur moi, il a essayé de me tuer. Il n’arrêtait pas de crier : « Salop, j’vais vous tuer tous les deux !» J’comprenais pas pourquoi il disait ça, parce qu’apparemment il n’avait pas vu Aymeric encore, mais maintenant que vous m’avez montré les photos, c’est beaucoup plus clair.
Stella : Il vous avait reconnu et pensait probablement que vous étiez dans sa chambre avec sa femme !
Stella : Et ensuite ?
Haynes, les larmes aux yeux : Et là, c’est devenu un véritable cauchemar ! Aymeric est entré dans le bureau et a voulu me défendre. Rippert l’a coupé au bras. Quand Rippert a compris qu’il s’agissait d’un cambriolage, il nous a poussé et est sorti en criant qu’il allait appeler les flics. Et là, je ne sais ce qui a pris Aymeric. Il était comme paniqué et s’est mis à le courser dans les escaliers. Quand il a vu Rippert dans le salon au téléphone, il a pris une statuette sur la cheminée et l’a frappé.
Lindsay : Et vous qu’avez-vous fait ?
Haynes : Je suis arrivé après dans le salon. Rippert était déjà à terre. J’étais médusé. Tout s’est passé très vite. (Pleurant) Il allait attraper le téléphone à nouveau. Je me suis alors saisi de l’appareil électronique que j’avais dans mon sac. J’ai arraché les fils et puis j’sais pas ce qui m’a pris….Je ne voulais pas le tuer, je voulais juste l’empêcher d’appeler les flics…..C’était un accident…J’vous jure…
Lindsay, interloquée, secouant la tête : Un accident ? Vous vous y êtes repris à deux fois pour le tuer, vous avez tenté de dissimuler les preuves et vous appeler ça un accident ?! J'appelle ça un meurtre (le regardant dans les yeux) Affaire classée.

Lindsay se leva et sortit alors de la pièce.

Stella regarda Lindsay quitter la pièce puis tendit un papier et un crayon à Will Haynes : Où peut-on trouver Aymeric Jefferson ?

Will Haynes se résigna donc à donner les adresses où la police pourrait trouver son ami puis Stella sortit à son tour de la salle d’interrogatoire avec le document en laissant le coupable en proie à ses remords.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyVen 5 Jan - 0:29

Petite paranthèse: je suis contente que ma fic te plaise et j'espère bientôt avoir le bonheur de lire un de tes merveilleux com.

Maintenant passons aux choses sérieuses:
Arrow Déjà, c'est bien gentil tout ça mais finalement, on est pas plus avancé!!
Eh oui, POURQUOI Hillborn en veut tellement à Danny hein??
Tu ne nous le révèle pas, vilaine Evil or Very Mad Mdr!!
Enfin on sait au moins que ça va pouvoir aider Danny, c'est déjà ça!
Tu es presque pardonnée!!Mdr!



Arrow Pour ce qui est de l'enquête de Stella et Lindsay, l'assassin a avoué, et soit dit en passant, ce type est vraiment stupide!
Mais bon maintenant Stella va pouvoir aider Don sur l'affaire des gangs,
tandis que Lindsay va aider Mac à sortir Danny de la galère où il s'est encore fourré!!


Ah tu l'auras compris ça me passionne toujours autant
trocool J'attends la suite avec impatience trocool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyVen 5 Jan - 21:43

Brigade criminelle

Don était assis à son bureau entrain de jeter un coup d’œil au New York Times, un article ayant attiré son attention, quand il vit Lindsay sortir brusquement de la salle d’interrogatoire et se diriger vers lui.

Lindsay : Don, tu crois que je peux voir Danny ?
Don, se levant : Tu sais, ça m’étonnerait. Mac a du déjà faire des pieds et des mains en fraudulant légèrement pour pouvoir lui parler.

Lindsay soupira et regarda dans le vide puis à nouveau Don.

Don , se voulant rassurant : T’inquiète pas. J’suis sûr qu’il va bien.
Lindsay : Où est passé Mac ?
Don : Il est parti se renseigner auprès de l’équipe CSI du labo qui se charge de l’affaire Rodriguez.
Lindsay : Et qui s’en occupe exactement ?
Don : L’équipe d’Ellen Morgan d’après ce que j’ai compris.
Lindsay : Très bien je vais le rejoindre.

Lindsay allait se précipiter vers la sortie quand Don l’attrapa par le bras pour la retenir.

Don : Attends, Linds, tu ne peux pas ! Mac veut que tu retournes au labo au cas où il y aurait une nouvellle affaire qui nous tomberait sur les bras.
Lindsay : Il ne s’imagine quand même pas que je vais rester les bras croisés pendant que Danny croupi au fond d’une cellule ?
Don : Linds, je suis sûr que Mac t’appellera s’il a besoin de toi.

Lindsay soupira de mécontentement. C’est alors que Stella sortit à son tour de la salle d’interrogatoire.

Stella : Lindsay, tu sais que l’interrogatoire n’était pas tout à fait clos ?
Lindsay : Il a avoué non ?
Stella : Oui, c’est vrai mais … Bon, c’est rien, laisse tomber. N’empêche que tu me sembles assez…
Lindsay : ….à cran !
Stella : Oui, un peu. Je comprends Linds mais…
Lindsay : Stella, je t’avais dit que j’avais pas vraiment la tête à ça ! Je me sens inutile là !
Stella : Non, Linds. Mac s’occupe de Danny et il nous préviendra s’il a besoin de nous.
Don : C’est justement ce que j’étais entrain de lui expliquer.
Stella : Tu sais pour l’instant la meilleure façon d’aider Danny c’est de faire ce que nous demande Mac. Autrement dit, il faut qu’on boucle les affaires en cours. Et je pense que c’est aussi ce que te dirait Danny.
Lindsay se mit à sourire : C’est drôle, c’est exactement ce qu'il m’a dit un jour à ton sujet quand….enfin quand je m’inquiétais pour toi.
Stella, souriant, comprenant que Lindsay faisait allusion à l'épisode "Frankie" : Et bien tu vois, il avait raison.
Lindsay : Oui, mais, là, notre affaire est bouclée !
Stella : Et une autre peut se présenter Lindsay ! Sheldon est à l’hôpital, Danny en cellule, Mac compte sur nous pour assurer le bon fonctionnement du labo !
Lindsay , semblant résignée : Ok. Je retourne au labo. On y va ?
Don : Ah non ! Désolé mais, je te garde avec moi Stella ! Mac veut que tu t'occupes de la perquiz du club 44.
Stella : Pas de problème.
Lindsay : Bon, et bien alors j’y vais seule. A tout à l’heure.

Et Lindsay partit en direction de la sortie.

Don : Au labo Linds !
Lindsay, de dos, faisant un signe de la main : Oui, oui !

Don : Je ne suis pas sûr qu’elle y aille vraiment !
Stella, souriant en regardant Lindsay sortir : En effet, vu qu'elle est parfois aussi obstinée que Danny !
Don, souriant en regardant Lindsay sortir : Ouais, en effet !
Stella : Bon et bien, si tu me parlais de l’affaire. Vous avez du neuf depuis hier soir ?
Don : Oui et je peux même te servir des nouvelles ultra fraîches !
Stella, haussa les sourcils et le regarda un sourire au coin des lèvres : Dis moi !
Don : Je viens de lire un article très intéressant dans le journal. Figure toi que M. Cédric Newman, le propriétaire et gérant du club 44 avait pour projet de se présenter aux prochaines élections municipales !! Et comme par hasard, dans une interview de ce matin, il insiste sur ce qui s’est passé dans Harlem avec les deux gangs, (riant) et attends, je ne t’ai pas encore raconté le meilleur, tu vas rire, il a le culot de condamner l’agression de deux policiers ayant eu lieu hier soir dans ce même quartier.
Stella : Sheldon et Danny ?
Don : … Et…oui ! Seulement nous savons maintenant assurément que son propre frère est dans le coup.
Stella, stupéfaite : Ils auraient manigancé tout ça pour gagner des élections ??
Don : Oui, c’est complètement fou mais logique quand on y pense, une fois Harlem à feu et à sang, c’était facile de mettre une partie de la population de leur côté ! Et il faut voir les propositions de Newman pour rétablir l’ordre dans les quartiers !
Stella : Méthodes plutôt expéditives et extrémistes je parie !
Don : Bien deviné !
Stella : Je crois bien que ce cher M. Newman ne verra jamais les marches de la mairie qu’à la télévision !
Don lui sourit : En effet. Allez en route. J’ai une équipe prête à agir qui n’attend plus que nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 EmptyVen 5 Jan - 22:36

Bon Lindsay il faut que je t'explique quelque chose,
Je dois faire face à un gros problème!!
Bah oui, j'ai plus de compliments, j'aime pas me répéter
et j'aurais voulu innover, mais mon imagination me fait grandement défaut!! Mr.Red


Alors que dire...tiens j'ai une critique négative en tête: C'est trop court!!
J'en veux pluuuuuuuuuuusss!!!!!!!!Mdr!!!!!!!!!
Non mais c'est quoi cette toute petite suite??
T'as oublié que j'étais insatiable!! Il m'en faut toujours Pluuuuuussssss!!!!


Bon oui c'est officiel, je suis complètement Folle, je sais! dingo
Tu ne connaitrais pas un bon psy, par hasard??
Il faut qu'il soit un peu moins fou que moi quand même!!Mdr!!!
Je crois pas que se faire soigner par plus fou que soi soit une bonne idée, quoi que What the fuck ?!? ......
Ya-t-il mieux placé qu'un fou pour comprendre un autre fou??Mdr!!!!
Bon avec ça, si tu doutais encore de ma santé mentale tu es fixée geek



Mais revenons à ce qui nous intéresse:
Stella va aider Don dans l'affaire des gangs, qui avance à grand pas!!
Ce sale type de newman (qui mérite même pas qu'on écrive son nom avec une majuscule) a envoyé son crétin de frère déclencher une guerre des gangs juste pour gagner des élections!!!!! Evil or Very Mad
Et en plus il a le culot de condamner l'agression de Sheldon et Danny alors qu'il en est le commanditaire rambo



Arrow Lindsay quand à elle retourne au labo...
...Enfin c'est ce qu'elle dit!!! Je suis pas très convaincue sur ce coup What a Face
La demoiselle n'a qu'une idée en tête venir en aide à son petit Danny!!



Danny, Danny...Tiens en parlant de Danny, comment il va le pov' chou??
Lindsay il me faut des nouvelles de Danny!!!!
Viiiiiiiiiiiiite, il est tout seul dans une minuscule cellule toute froide pleurs
Je peux aller le réchauffer ?? Rolling Eyes Oups je m'égare...


bong La suite ma Linds' bong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)   Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.) - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Prisonnier du passé (suite de l'Inn. Ass.)
Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» retour vers le passé: suite ....
» Random Harvest - Prisonniers du passé
» Onmyouza
» [Link, Charlotte] Le poids du passé
» Passé, Présent et Futur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: