Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Canicule, meurtres et retour vers le passé

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyJeu 22 Fév - 0:51

Les couloirs étaient vides car le reste de l’équipe s’était chargée de disperser les curieux attirés par les cris, et ils purent donc rejoindre le bureau du lieutenant en toute tranquillité où Danny s’assit sur le canapé. Il tenait ses mains devant lui et les observaient, il regardait le sang s’écouler de toutes les plaies qu’il s’était faites, une main sur son épaule lui fit relever la tête, et pour la première fois il croisa le regard de son meilleur ami.
-Sheldon va te soigner ça Danny, lui dit-il.
-Ensuite vous pourrez vous reposer, continua Mac.
Sheldon qui venait d’entrer, tira l’une des chaises jusque devant Danny et s’y installa avant de prendre délicatement les mains du jeune homme dans les siennes pour voir l’étendue des dégâts.
-Je vais te faire une piqûre d’anesthésiant local pour éviter la douleur. Ensuite je vais nettoyer les plaies et t’enlever tous les morceaux de verre incrustés dans les coupures avant de pouvoir te bander les mains… oh, il va aussi falloir suturer cette plaie. Elle est très profonde, quand j’aurais enlevé le bris de verre qui l’obstrue ça risque de saigner abondamment. C’est impressionnant mais pas très grave.
-T’es sûr qu’il n’y aucun risque…le verre n’a rien sectionné? S’assura Don.
-Aucun tendon, tous ses doigts bougent normalement, sa main a toute sa mobilité. Il n’y a aucun dommage irréparable.
Sheldon pris la trousse de secours qu’il avait posé sur le canapé en arrivant et en sortit le nécessaire pour soigner Danny. Le jeune homme se laissa faire docilement, observant les moindres gestes de son ami. Il sentait le regard de son patron sur lui et cela le mettait mal à l’aise car il avait perdu tout contrôle devant lui et savait qu’il l’avait profondément déçut, il avait peur de ne jamais plus pouvoir soutenir son regard.
-Bon, maintenant je vais t’enlever le plus gros morceau, annonça Sheldon, Don tu peux me tenir la loupe, merci… et vous Mac j’aurais besoin que vous teniez le poignet de Danny pour que sa main bouge le moins possible.
Les deux hommes s’exécutèrent, Sheldon les remercia avant de s’adresser à Danny.
-Ca va aller Danny, tu es prêt?
-Oui vas-y, répondit Danny d’une voix enrouée.
Sheldon agit très doucement pour éviter de créer la moindre lésion et retira le corps étranger, comme il l’avait annoncé la plaie se mit à saigner abondamment mais il résorba rapidement l’hémorragie. Il sutura ensuite la coupure avec précision et rapidité, bien qu’il n’ait plus fait ce genre de chose depuis pas mal de temps, avant de bander les mains du jeune homme.
-Voilà j’ai fini, tu risque d’avoir mal lorsque les effets de l’anesthésie commenceront à s’atténuer, lui dit Sheldon.
-Je sais. Merci vieux, répondit Danny, je suis fatigué, ajouta-t-il.
-Allongez vous Danny, lui dit Mac.
-Je ferais mieux d’aller en salle de repos, fit-il remarquer toujours en évitant soigneusement le regard de son patron.
-Non, il y a beaucoup de passage en salle de repos. Vous serez bien plus tranquille ici, maintenant allongez vous Danny, lui répondit Mac.
-Mais c’est votre bureau, je veux pas…
-Danny regardez moi…Danny…bien, écoutez ce que je vais vous dire attentivement, vous n’êtes pas responsable des actes de cet homme.
-Oui…
-Et ne vous reprochez pas non plus d’avoir craqué, vous n’êtes pas un surhomme. Tout le monde à ses limites. Vous êtes peut-être quelqu’un de fort mais pas insensible, loin de là. C’est normal de craquer par moment…maintenant vous devez prendre soin de vous. Vous serez mieux si vous restez ici, continua Mac.
« et puis comme ça, je pourrais garder un œil sur vous » se retint-il d’ajouter.
-Je crois que je vais dormir ici, répondit seulement Danny d’une voix lasse.
Il s’allongea, Don et Sheldon le saluèrent avant de quitter la pièce. Mac les suivit en assurant à Danny qu’il reviendrait le voir d’ici quelques minutes.
******

Danny se sentait vraiment fatigué, la fatigue s’était accentuée subitement peu de temps après que Sheldon lui ait fait cette injection et il se demandait si son ami n’avait pas rajouté quelque chose pour le faire dormir dans la seringue. Il ne voulait pas dormir, il ne voulait pas affronter les cauchemars mais ce qu’il craignait plus que tout c’était son réveil et le retour à la réalité qui l’accompagnerait inexorablement. L’idée de ne jamais se réveiller, de ne plus souffrir fit son chemin. Il n’en pouvait plus de tout ça, il avait perdu tous les êtres qui lui étaient cher et il en était le principal responsable, il ne cessait de détruire son entourage et il ne voulait pas que la série noire continue. Il se détestait pour ça, il fallait qu’il y mette fin et les tueries ne s’arrêteraient à coup sûr qu’à une condition. Cette condition c’était sa mort, s’il venait à mourir alors il protégeait tout le monde, ses amis, les enfants et peut-être même les jeunes femmes qui étaient jusque là les premières cibles de Jefferson. Il posa sa main sur la crosse de son arme de service puis l’a sortit de son étui. Il la posa sur son torse et resta un moment allongé ainsi, le revolver à la main à regarder le plafond. Son esprit de scientifique analysait le moyen le plus sûr de ne pas se rater car il était hors de question qu’il finisse tel un légume. A cette pensée Danny se vit allongé sur un lit d’hôpital, branché à toutes sortes de machines, les mêmes qui reliaient son frère dans le lit juste à côté. Il n’était pas envisageable de finir dans la même chambre que Louie, à devoir laisser le difficile choix à ses amis de le débrancher ou non. Il ferma les yeux et visualisa la scène, il prenait son arme, posait le canon sous le menton avec juste l’inclination nécessaire pour atteindre son but, puis son doigt se rétractait sur la gâchette alors qu’il fermait les yeux pour accueillir la mort, et ensuite plus rien, se serait fini.
Il ouvrit les yeux et se rassit avec lenteur, il se sentait groggy et il était maintenant certain que Sheldon lui avait administré un calmant. Danny ressentait l’étrange impression de flotter, comme s’il se détachait de son propre corps et il se dit que cela rendrait les choses plus facile. C’était le moment idéal, soit il agissait maintenant avant que l’effet du somnifère prenne le pas et qu’il ne s’endorme, soit il ne le ferait jamais. L’arme dans ses mains lui paraissait lourde, il avait du mal à la serrer dans son poing avec le bandage. Sa main se mit à trembler lorsqu’il souleva l’arme en direction de sa tête, il ferma les yeux en inspirant profondément, il devait le faire pour être sûr qu’il ne s’attaquerait pas aux enfants, s’il arrivait quelque chose à l’un d’entre eux il ne le supporterait pas.
Mais à la pensée des enfants, il entendit la petite voix d’Adrian qui lui criait «Ne dit pas ça », alors qu’il venait de dire à son père qu’il pourrait mourir du jour au lendemain, puis il y eu Anthony et les même yeux bleu vert inquiet et emplis de larmes que ceux de son frère,« Tu vas pas mourir hein? ». Il leur avait assuré que cela n’arriverait pas, il leur avait toujours dit qu’il serait toujours la pour eux quoiqu’il arrive. Des larmes silencieuses coulèrent sur ses joues alors qu’il rabaissait son arme. Il ne pouvait pas être aussi lâche et les abandonner, ils ne comprendraient pas et ils avaient besoin de lui.
A cet instant Mac entra dans la pièce et s’arrêta pétrifié en voyant Danny l’arme à la main et pleurant à chaude larmes. Il s’approcha doucement du jeune homme qui le regardait à travers ses larmes.
-Danny, vous ne voulez pas vraiment faire ça n’est-ce pas? Dit-il d’une voix calme et douce.
-Je…je sais pas. Non, si…enfin non. Je veux juste que ça s’arrête Mac, j’en peux plus.
-Je sais Danny, vous avez supporté trop de chose tout seul pendant très longtemps mais vous ne l’êtes plus. Nous sommes tous là Danny, laissez nous vous aider. On tient à vous et on ne veux pas vous perdre, répondit Mac.
-Je vous déçoit pas vrai? Affirma Danny plus qu’il ne le demanda.
-Non Danny, c’est faux vous ne me décevez pas. J’admire la force dont vous avez fait preuve jusque là, malgré ce que vous en pensez vous êtes fort Danny, bien plus que vous ne l’imaginez.
-Pas si fort que ça, lâcha Danny entre deux sanglots.
-Si vous ne l’étiez pas, vous auriez baissé les bras il y a longtemps. Vous ne voulez pas véritablement mourir je le sais. C’est la souffrance qui vous fait penser et agir de la sorte parce qu’à vos yeux elle ne disparaîtra jamais.
-Ca fait si mal, je sais plus quoi faire. Je me sens perdu et si seul face à tout ça.
-Non, on est là Danny... Je suis là, je ne veux surtout pas vous perdre. Et vous avez les enfants, ils vous aiment ça crève les yeux, ils ont besoin de vous, lui répondit Mac.
Il y eu un long silence seulement entrecoupé par les pleurs du jeune homme, puis ce dernier releva la tête vers Mac et lui tendit d’une main tremblante le revolver qu’il tenait. Mac s’empara de l’arme avec un soulagement non dissimulé.
-Mac, dites moi qu’un jour je n’aurais plus mal…la douleur va partir hein? Demanda-t-il avec désespoir.
Mac le serra contre lui et répondit au jeune homme qui pleurait sur son épaule.
-Elle s’estompera Danny, avec le temps elle s’atténuera jusqu’à devenir supportable. Je vous le promet.
Danny s’écarta de son patron et essuya ses larmes, ses mains commençaient à le faire souffrir de plus en plus.
-J’ai vraiment sommeille cette fois. Dites moi la vérité Mac, qu’est-ce que Sheldon à rajouté dans sa satanée seringue?
-Un léger calmant pour vous permettre de vous reposer véritablement, avoua Mac.
-J’en était sûr, murmura Danny avant de tomber de sommeil dans les bras de son patron.
Mac allongea Danny en plaçant un coussin sous sa nuque. Il récupéra ensuite l’arme qu’il avait posé sur le sol à l’écart, se releva et se dirigea vers son bureau. Il prit son trousseau de clé et l’aide de l’une d’elle ouvrit le tiroir dans lequel il avait l’habitude ranger sa propre arme. Il y déposa celle de Danny et referma le tiroir, où le revolver y resterait sous clé jusqu’à ce qu’il soit certain de pouvoir rendre son arme au jeune homme sans aucune crainte.

********************************
à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyJeu 22 Fév - 1:16

Caramia, C'est géant! 10/10
Cette idée de vouloir en finir est très bien amenée dans l'histoire.
C'est normal qui soit à bout après toutes ces années à refouler sa peine!
Mais il faut tout de même dire un grand merci à Sheldon et à son calmant ainsi qu'à l'arrivée de super Mac sinon il aurait peut être fait la bétisse de sa vie!
Moi en tout cas j' love
victoire LA SUITE!
Revenir en haut Aller en bas
NiNa
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyJeu 22 Fév - 2:49

bong Grandiose ! Tout mes felicitations c'est une pure merveille ce chapitre thumleft
Pauvre Danny c'est pleurs de le voir dans un tel etat ! Trop de souffrance pour un seul homme ! L'idee de mourir pale superbe !
Heureusement qu'il a des amis pour l'aider ! Wink

En tout cas clap c'etait spectaculaire j'ai love love

Alors juste un truc Encore 10/10

*NiNa* cheers
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyJeu 22 Fév - 12:33

Je suis rassurée de voir que ton état mental ne va toujours pas mieux. Ca ne fait plus aucun doute, tu es une grande siphonnée Mr.Red

Quel chapitre bien sombre, tout y est décrit avec une telle précision, les gestes, les sentiments...ça le rend réaliste à un point inimaginable clap clap clap clap clap clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyLun 26 Fév - 22:36

Et bien je suis contente d'avoir rattrapé mon retard! victoire
C'est toujours aussi prenant, MiLLie! La scène de crime (du moins de la disparition) est aussi effrayante qu'elle est sanglante affraid avec toutes ces photos qui foutent encore davantage les jetons qu'on ne les avait, my god, ça ne s'arrêtera donc jamais??? affraid
Le pauvre chou! Sad
Mais alors la scène où ils rentrent du labo et trouvent le bureau de Danny pleins d'atrocités mais vide de lui, c'est fioouuu! Il est où, il est où??!! What a Face
Le chapitre 20 est, dans son entier, absolument sublime et poignant! J'adore! thumright
Nan mais vraiment... le pauvre!!!! triste
Dis-moi qu'ils vont bientôt arrêter ce fou furieux!!!!!!!! pitiééééé!!!!! affraid

_________________
Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMer 7 Mar - 2:10

Merciiiiiiiii mille fois pour vos coms les filles bizz , et désolée pour cette attente, voici enfin la suite
************************************************

PARTIE 21:

Danny émergeait tout doucement, peu à peu les rouages de son esprit se remettaient en place, et avec ça le souvenir des derniers évènements. Il ouvrit lentement les yeux s’attendant à être un peu éblouit par la lumière mais constata avec étonnement qu’il faisait plutôt sombre, la seule lumière provenant de l’extérieur dans le couloir. Il tourna la tête et ses yeux entrèrent en contact avec le regard azur de son meilleur ami qui posa le dossier qu’il feuilletait et lui fit un sourire. Ce simple petit geste faillit le faire pleurer, parce que jusque là il s’était sentit si seul. Mais il ne l’était pas réellement. Il s’était lui-même enfermé dans cette solitude, il avait refoulé certaines choses, alors que ses amis étaient là prêts à lui tendre la main dès qu’il en aurait besoin.
Danny se releva sans détacher ses yeux de ceux de son ami. Il n’y avait aucune pitié dans son regard, seulement la compassion, l’amitié, et aussi le réconfort et même l’espoir dont il avait besoin. Don se leva et vint s’asseoir aux côtés de Danny.
-Quelle heure est-il? Demanda Danny.
-Il est 21h30, lui apprit Don.
-Comment! Les enfants où…
-Ils vont très bien, s’empressa de le rassurer Don, je suis allé les chercher à l’école, ils ont mangés et là ils sont en train de jouer tous ensemble. Tes neveux s’entendent à merveille avec Sammy d’ailleurs. Ils t’ont réclamés mais on leur a dit que tu avais besoin de te reposer et ils ont compris…Oh ça me fait penser, bouge pas, lui annonça Don.
Il se leva pour prendre quelque chose sur le bureau et revint s’asseoir en tendant des feuilles à Danny. Une lueur d’appréhension passa dans les yeux bleus de Danny mais en voyant le sourire de Don il les prit. Un sourire naquit sur ses lèvres lorsqu’il vit ce dont il s’agissait, il y avait quatre feuillets et sur chacun se trouvait un dessin signé par chacun des enfants, même Ariel lui avait fait un petit dessin accompagné d’un petit mot.
« Salut oncle Dan, les garçons ont décidé de te faire un dessin pour te dire qu’ils t’aimaient et ont tellement insisté pour que j’en fasse un moi aussi que j’ai fini par craquer. Comment résister à ces trois petites frimousses? J’ai jamais su résister à Adrian et Tony alors avec Sammy en plus inutile d’essayer! Bref tout ça pour te dire que j’ai commencé ce truc sans vraiment le vouloir mais que finalement j’y ai pris beaucoup de plaisir parce que moi aussi je t’aime. J’ai bien vu en ce moment que ça n’allait pas très fort et je voulais te dire que maintenant qu’on est de retour avec toi, je vais faire de mon mieux pour t’aider.
Merci d’être toujours là pour nous oncle Danny. Je t’aime très fort.
Ariel (ta ptite sirène!) »

De magnifiques roses rouges étaient dessinées au quatre coins de la feuille, tandis que le texte avait écrit par-dessus un beau cœur rose vif. La jeune fille avait écrit au stylo noir pour que son mot soit bien lisible. Le résultat était très réussi. Il regarda chacun des dessins avec attendrissement.
-Merci de me les avoir apporté.
-Je t’en prie vieux…Danny tu n’as peut-être pas envie d’en parler maintenant, mais je voulais te dire que je suis là si tu en ressens le besoin.
- Je… je suis désolé de ce que j’ai fait, je…
-Hé ne t’excuse pas, ce sont des choses qui arrive, et on peut comprendre. Tu n’as pas d’excuses à faire à qui que se soit. On ne te juge pas, on est juste très inquiet pour toi.
-Je sais pas ce qui m’a prit…c’est trop dur à affronter Don, j’ai peur de pas y arriver. Il faut m’aider…tu veux bien m’aider ?
Don regarda Danny avec soulagement, il savait que le jeune homme n’avait jamais demandé ni accepté l’aide de qui que se soit auparavant et il avait eu très peur que Danny ne touche le fond sans jamais oser appeler à l’aide. Mais Danny était là et il le regardait avec une petite lueur d’espoir qui montrait que tout n’était pas perdu.
-Bien sûr Dan, je suis là. Je vais t’aider, mais tu sais, il faut vraiment que tu te confie à quelqu’un… pas forcément à un psy, mais plutôt à quelqu’un en qui tu as suffisamment confiance pour lui parler librement.
-T’as parlé avec Sid ou quoi ?
-Non mais s’il t’as dis la même chose alors c’est que Sid est un homme plein de sagesse.
Cette phrase fit éclater de rire Danny, et Don le regarda bizarrement en se demandant quelle mouche l’avait piqué.
-C’est si drôle que ça?
-Je t’expliquerais, une autre fois peut-être, répondit Danny.
-Ok. Ça fait du bien de t’entendre rire, lui avoua Don.
-Ça m’a fait du bien à moi aussi.
-Alors tu vas y penser, chercher une personne à qui parler?
-J’y ai déjà pensé et je l’ai trouvé.
-C’est vrai? Je suis super content pour toi.
-Tant mieux car je suis justement en train de lui parler à cet instant précis, lui répondit Danny en scrutant la réaction de Don.
Il vit un sourire apparaître sur son visage et le détective posa la main sur son épaule.
-J’ai besoin de voir les enfants d’abord…après on pourra parler?
-Bien sûr, aucun problème. Viens allons les trouver.
Les deux hommes se levèrent et sortirent du bureau. Le labo était relativement silencieux, l’effervescence de la journée s’était calmée pour laisser place à l’ambiance plus calme de la nuit. C’était une chose qui avait toujours étonné Danny lorsqu’il travaillait tard, cette différence flagrante entre le jour et la nuit alors que le labo était loin d’être vide puisqu’il fonctionnait en continu, au rythme des différentes équipes.
Danny avait à peine ouvert la porte menant à la pièce où se trouvaient les enfants que Sammy leva la tête et couru à sa rencontre en criant son nom. Danny se baissa et prit l’enfant dans ses bras, le serrant contre lui. Rapidement les jumeaux les rejoignirent, Danny lâcha Sammy et serra chacun des petits dans ses bras. Les larmes lui venaient aux yeux, maintenant qu’il se trouvait là auprès d’eux et qu’ils les voyaient le regarder avec autant de confiance et de joie, il savait pourquoi il se battait envers et contre tout. Ils étaient la raison pour laquelle il voulait vivre et connaître le bonheur, pour pouvoir leur en offrir à son tour autant que possible. Il vit ensuite sa nièce s’approcher, le jeune fille était plutôt du genre introvertie et les grandes effusions n’était pas vraiment sa tasse de thé, il la vit hésiter un instant puis elle se jeta presque dans ses bras en le serrant très fort. Cette réaction étonna vivement Danny qui fut totalement déconcerté en se rendant compte que la jeune fille sanglotait. Il la serra contre lui pour la réconforter et attendit que ses pleurs s’estompe un peu. Elle fini par s’écarter légèrement et s’essuya les dernières traces de larmes sur ses joues du revers de la main, avant de se lancer dans la contemplation détaillée de ses baskets.
-Qu’est-ce que t’as ? Demanda Adrian à sa sœur.
-Pourquoi tu pleurs? Insista Anthony.
-Elle est triste, affirma Sammy à ses deux nouveaux copains
-Hé les garçons, approchez, les appela Danny en se baissant à leur niveau, vous voulez faire quelque chose pour Ariel? Les enfants acquiescèrent avec véhémence et Danny continua, j’ai beaucoup aimé vos dessins, ils sont vraiment très beaux… si vous alliez en faire pour Ariel, je suis sûr qu’elle sera très contente.
-D’accord, venez on y va, dit Adrian en prenant la tête du trio.
Les deux autres petits garçons coururent à sa poursuite en lui criant de les attendre. Danny reporta son attention sur sa nièce dont il prit la main et qu’il guida jusqu’à une chaise. Il s’assit devant elle.
-Qu’y a-t-il ma sirène? Demanda-t-il.
La jeune fille esquissa un léger sourire à l’entente de son surnom, son oncle avait cette habitude de donner des surnoms à son entourage et bien qu’elle lui dise toujours qu’elle déteste ce surnom, en réalité il n’en était rien. Il était le seul à l’appeler ainsi et cela la faisait se sentir spéciale car avec des jumeaux pour frères toute l’attention était toujours axée sur eux et parfois elle s’était sentie invisible particulièrement aux yeux de son père alors qu’avec son oncle c’était très différent, elle existait et elle se savait importante.
-J’ai surpris une conversation entre ton patron et Stella…ils parlaient de maman et ils étaient très inquiets pour toi, ils disaient que tu voulais…que t’as essayé de…, la jeune fille s’interrompit la gorge nouée rien qu’à cette idée.
« oh non c’est pas vrai…comment je vais lui expliquer ça » songea Danny abattu.
-Pourquoi oncle Danny ? On a besoin de toi…
-Je sais, je suis désolé. Je ne voulais pas vraiment faire ça, j’étais…, Danny s’interrompit pour chercher ses mots.
-Ça un rapport avec ce qui est arrivé à maman ?
-Oui, avoua-t-il simplement.
-Tu sais, je t’ai jamais posé de question sur la mort de maman parce que je savais que ça te faisais beaucoup de mal d’y repenser…et puis il y a quelque temps j’ai voulu en savoir plus et j’ai fais des recherches, j’ai trouvé des articles qui en parlait. Je sais que tu penses que c’est ta faute mais c’est faux, tu n’es pas responsable.
Danny était très ému que sa nièce lui dise une telle chose, il prit ses mains dans les siennes et les serra très fort.
-Merci de me le dire mon petit ange…écoute, je ne veux pas que tu t’inquiète, j’ai faillit faire une énorme erreur c’est vrai, mais j’ai pensé à tes frères et toi à ce moment là, et je n’ai rien fais. Il me suffit de vous regarder pour trouver la force et le courage qui me manquent. Je suis désolé, je te promets que ça ne se reproduira pas d’accord ?
-Est-ce qu’il a recommencé…celui qui a fait ça à maman ?
-Je ne veux pas que tu t’occupes de tout ça.
-Mais il a tué maman, et il veut sûrement s’en prendre à toi, la jeune fille avait haussé le ton avant de se remettre à pleurer et les petits les regardèrent inquiets.
-Hé calme toi, approche, dit Danny d’une voix douce.
Ariel se blottit dans les bras de son oncle pour pleurer.
-Ça va aller mon ange, ne t’inquiète pas il ne m’arrivera rien… on va le retrouver et l’arrêter et jamais plus il ne fera de mal à qui que se soit.
-Tu le crois vraiment?
-Oui, j’en suis sûr, j’ai des amis très doués, je sais qu’on arrivera à l’attraper. Tu ne dois pas te faire de souci.
-C’est pour toi que je m’inquiète.
-Ne t’en fais pas, je vais bien.
-Non ne me ment pas, je sais que c’est faux.
-D’accord, c’est vrai je ne vais pas très bien depuis quelque temps mais je vais m’en sortir…ça va aller. Il faut que tu me croies.
-Je te crois, tu es la personne la plus forte que je connaisse. Je sais que bientôt tu iras mieux.
-Merci de ta confiance ma sirène…oh tiens regarde qui nous rejoint.
La jeune fille releva la tête et vit ses frères et Sammy s’approcher, en ligne, chacun tenant une feuille dans leur main.
-On dirait les daltons…sauf qu’ils ne sont que trois, dit-elle en sentant le sourire lui revenir aux lèvres devant les airs de conspirateurs affichés par les trois garçons.
Danny ne put que rendre son sourire à sa nièce en constatant qu’elle avait raison, les trois garçons marchaient alignés du plus petit au plus grand, Anthony dépassant Adrian de deux centimètres, ce dernier dépassant Sammy de quelques centimètres du fait des deux ans qui les séparaient. Adrian fut le premier à donner son dessin à sa sœur.
-Tiens c’est pour toi, Tony et Sammy ils en ont un pour toi aussi, dit-il.
Ariel prit les dessins un à un avant d’embrasser chacun des garçons.
-Vous êtes adorables tous les trois, je vous adore.
-Ça va mieux, t’es plus triste ? Demanda Sammy de sa petite voix.
-Oui ça va mieux.
-Oncle Danny, quand est-ce qu’on rentre à la maison? Demanda Anthony.
-Tout de suite, répondit à sa place une voix qui les fit tous se retourner.
Don se tenait près d’eux mais aucun ne l’avait aperçu jusque là.
-Je vous ramène, prenez vos affaires on y va.
Les enfants partirent prendre leurs cartables sans discuter et Danny les regarda faire avant de se tourner vers son ami.
-Woua ils t’obéissent du premier coup, comment tu fais ça? Plaisanta Danny.
-J’ai une autorité naturelle, se vanta Don.
-Me fais pas rire, je crois juste qu’ils sont crevés et qu’ils veulent rentrer…merci de nous ramener d’ailleurs.
-Pas de problème, mais je ne me contente pas de vous ramener…
-Comment ça ?
-D’après Mac tu as un canapé très confortable, je suis curieux de le tester.
-Don t’es pas obligé.
-Ce n’est pas du tout ça…tu ne pensais quand même pas qu’on allait te laisser seul après ça.
-Arrête, je n’ai pas l’intention de faire un truc pareil, surtout avec les enfants dans la pièce d’à côté. C’était une erreur et je n’ai pas l’intention de recommencer.
-Je sais Dan, ne t’énerve pas. Mais je sais aussi que ce n’est pas pour autant que tu vas bien. Je veux être là si ça ne va pas, je ne veux pas que tu restes seul, alors que tu le veuilles ou non je vais m’installer sur ton canapé pour la nuit.
L’arrivée des enfants ne laissa pas le temps à Danny de répondre et le jeune homme se résigna.

***********************
TBC...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMer 7 Mar - 2:36

Cette attente est du au Pc! Twisted Evil
Mais dit moi il en manque pas un morceau What the fuck ?!? Je veux la suite bong

Citation :
J’ai une autorité naturelle, se vanta Don.
Sans me vanter c'est pareil pour moi ptdrxxl
smoke Allez Cowboy au boulot la suite et plus vite!
taptap La harceleuse harcelée ptdrxxl
Revenir en haut Aller en bas
NiNa
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMer 7 Mar - 5:07

pompom Super chapitre clap c'est fabuleux que pleurs d'emotions triste et d'inquietude, tres touchant c'est super ! Ah Danny commence a se confier et a son meilleur ami en plus ! Il est fantastique ce Don ! bong Bref j' love toujours autant victoire

*NiNa* cheers
Revenir en haut Aller en bas
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMer 7 Mar - 5:15

Depuis quand tu me donne des ordres soldat? Cool
Un peu de respect! Mdr!!!
En plus tu me pique mon rôle de Harceleuse nocturne Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Bon le voici ton morceau manquant Twisted Evil

Merci NiNa bizz
***********************************************************

PARTIE 21: (suite)

Dans la voiture Ariel avait prit Sammy sur ses genoux le temps du trajet. Le silence régnait dans l’habitacle, à l’arrière les enfants s’étaient rapidement tous endormis, quand à Danny il regardait les lumières de la ville défiler sous ses yeux, perdu dans ses pensées. Lorsqu’ils arrivèrent devant l’immeuble, Don se gara et coupa le contact avant de se tourner vers son ami qui n’avait pas réagit.
-Danny on est arrivé, annonça-t-il.
Danny ne réagit pas non plus, Don posa une main sur son épaule et le secoua légèrement.
-J’ai vu, deux secondes, répondit Danny d’une voix cassée qui alarma Don.
Le détective ne pouvait distinguer le visage de son ami, mais il sentait qu’il n’aimerait pas ce qu’il verrait.
-Danny retourne toi.
-Deux secondes, s’énerva Danny.
-Elles sont passées les deux secondes, répondit Don calmement.
-Arrête ça, fout moi la paix, répondit Danny à voix basse.
-Non Dan, tu ne vois pas ce que tu fais? Tu te renfermes à nouveau et personne ne peut te tendre la main pour t’aider. Il n’y a aucune honte à se sentir mal, à pleurer et encore moins à accepter le soutien de ses amis… réagit Danny, je ne peux pas t’aider si tu ne le veux pas, il faut que tu fasses le premier pas.
Lentement Danny se tourna vers son ami qui pu voir les larmes silencieuses couler le long de ses joues.
-Je comprends pas ce qui m’arrive, je deviens fou.
-Non tu es fatigué et angoissé, tu as accumulé trop de choses. Prends ton temps, respire et calme toi, ensuite on réveillera les enfants pour rentrer.
*******

Il venait de coucher les enfants, ils avaient dû s’organiser pour faire de la place dans la petite chambre des garçons afin de mettre un matelas pour que Sammy puisse y dormir, mais finalement ils avaient trouvé la place nécessaire et les trois garçons étaient ravis de partager la même chambre. Un silence apaisant régnait dans l’appartement alors que Danny s’était installé sur le canapé du salon pendant que Don prenait sa douche. Lorsque ce dernier sortit de la salle de bain, il trouva Danny endormit sur son canapé et il ressentit des scrupules à le réveiller.
-Danny, réveille toi.
-Oh pardon je me suis endormis, j’ai pourtant dormis toute la journée, fit le jeune homme en se frottant les yeux.
-Ce n’est rien comparé à toutes les heures de sommeil qu’il te manque. Tu devrais te mettre au lit.
-Oui j’y vais, tu n’as besoin de rien ? S’assura Danny.
Don lui assurant qu’il avait tout ce qu’il lui fallait Danny le laissa pour rejoindre sa chambre et surtout son lit. Il ne prit même pas la peine de se déshabiller et s’allongea sur le lit. A peine sa tête posée sur l’oreiller il s’endormit.
Danny bougeait beaucoup dans son sommeil, et son visage était loin d’être paisible, Don le regardait s’agiter et hésitait sur la conduite à tenir, il s’était réveillé subitement avec l’image de Danny une arme à la main prêt à commettre l’irréparable et avait décidé de jeter un œil dans la chambre pour se rassurer. Seulement maintenant il n’était pas vraiment rassuré en voyant son ami aussi paniqué alors qu’il dormait toujours. Un cri se fit soudain entendre et Danny se réveilla subitement au son strident qui provenait de la chambre des garçons.
-Sammy! Dit-il avant de se lever précipitamment et de passer devant Don qui s’écarta.
Danny entra dans la chambre et pris l’enfant dans ses bras pour le rassurer, Anthony et Adrian avaient allumés leurs lampes de chevet et se regardaient inquiets et à demi endormis. Danny se releva avec Sammy dans les bras.
-Sammy a fait un cauchemar, ce n’est rien tout va bien. Éteignez la lumière et rendormez-vous d’accord ? Les rassura Danny.
-Que se passe-t-il ? Intervint une voix féminine ensommeillée.
-Sammy a fait un cauchemar, ton oncle s’en occupe, retourne te coucher, lui répondit Don.
-D’accord bonne nuit, répondit Ariel en bayant.
-Bonne nuit, lui dit-il avant de se tourner vers Danny qui tenait l’enfant et tentait de le consoler.
Ils allèrent dans le salon où Danny s’assit sur le canapé.
-Don tu pourrais m’apporter un verre d’eau ? Demanda Danny.
Le détective acquiesça et revint rapidement avec un grand verre d’eau fraîche, entre temps Sammy c’était un peu calmé. Danny prit le verre et fit boire l’enfant par petite gorgée.
-Voilà bonhomme, c’est bien.
-Je veux plus dormir, décréta Sammy.
-Tout le monde à besoin de dormir mon bonhomme, ça va aller tu verras. On va rester un moment là, tu ne vas pas te coucher tout de suite d’accord ?
-Oui, en plus j’ai réveillé tout le monde, dit Sammy.
-Ce n’est pas grave, tout le monde fait des cauchemars, et puis ils se sont déjà rendormit.
Sammy cala sa tête aux creux de l’épaule de Danny et comme le jeune homme l’espérait il se rendormit moins de cinq minutes plus tard. Don sourit en voyant ça, apparemment Danny savait depuis le début que Sammy ne serait pas long à retrouver les bras de morphée. Danny recoucha Sammy s’en faire de bruit mais il vit une petite tête se relever de l’autre côté de la chambre.
-Oncle Danny, chuchota une petite voix.
- Hé, pourquoi tu ne dors pas toi ? Demanda Danny en s’approchant.
-Sammy va bien? Demanda Anthony.
-Oui, il dort et tu devrais en faire autant mon garçon.
-Pourquoi tu es triste oncle Danny ?
Cette question lui fit l’effet d’une claque car elle lui fit s’apercevoir qu’il n’arrivait même plus à donner le change auprès de ses neveux de 8 ans. Danny décida de répondre sincèrement à la question tout évitant de trop en dire.
-Récemment quelque chose est arrivé et ça m’a rappelé un moment difficile qui a eu lieu il y a longtemps alors c’est vrai parfois j’y repense et ça me rend un peu triste…mais il ne faut pas que tu t’inquiète, ce n’est rien. Ça arrive à tout le monde et ça fini toujours par passer.
-Alors bientôt tu seras plus triste ? S’assura Anthony.
-Oui Tony, bientôt…allez maintenant il faut dormir il est très tard, lui dit Danny.
-Bonne nuit oncle Danny, dit le petit garçon en fermant les yeux rassuré.
-Bonne nuit mon garçon, lui répondit Danny en déposant un baiser sur son front avant de quitter la chambre.
Il vit Don, dans l’entrebâillement, venu voir pourquoi le jeune homme prenait autant de temps pour coucher Sammy, et qui avait manifestement assisté à leur petite conversation. Danny sortit de la chambre en prenant soin de tirer la porte derrière lui puis il suivit Don jusqu’au salon. Il se posa sur le canapé et fixa son regard sur un point invisible sur le mur en face de lui. Don ne dit rien et s’assit à l’autre bout du canapé en biais pour regarder le jeune homme et l’attente commença.
Il était prêt à attendre toute la nuit si nécessaire, car il fallait qu’il laisse Danny prendre l’initiative de la conversation. C’était le premier pas le plus difficile, une fois cette étape franchit Danny pourrait laisser libre cours à tout ce qu’il gardait prisonnier en lui, ça lui ferait beaucoup de mal au début mais c’était un passage nécessaire. Don n’avait aucune envie de voir son ami s’écrouler sous ses yeux, il aurait voulu pouvoir le soulager de ses souffrances sans en passer par là mais il n’y avait aucune autre solution. Il regardait Danny et voyait la bataille intérieure qui se livrait dans son esprit à travers l’éclat particulier de ses yeux et le mouvement convulsif de sa jambe droite, signe d’une grande nervosité. En dépit de son après midi passée à dormir Danny semblait exténué, les cernes sous ses yeux injectés de sang étaient toujours aussi profondes, son teint d’une pâleur affolante, et il aurait été préférable qu’il ait une bonne nuit de sommeil, mais il y avait quelque chose de plus urgent encore. Don ne quittait toujours pas Danny des yeux, il ne savait pas depuis combien temps ils étaient assis là dans le silence le plus total mais il commençait à douter. Danny allait-il enfin se confier à lui?
Il se demandait inlassablement ce qui arriverait si son ami n’arrivait pas à se libérer, il avait été si près de commettre l’irréparable. Il n’arrivait même pas à utiliser le mot qui convenait.
« suicider! Danny a voulu se suicider…mon dieu comment a-t-on pu le laisser en arriver là » pensa Don. L’image de Danny le revolver à la main ne cessait de le hanter depuis qu’il avait apprit ce qui s’était passé dans le bureau de Mac. « Danny je t’en prie, ne baisse pas les bras, parle moi » supplia Don silencieusement. Soudain la voix de Danny rompit le silence, et Don rouvrit ses yeux qu’il avait fermés machinalement en faisant cette prière. Il riva ses yeux aux siens à la recherche d’un petit éclat de vie derrière le regard éteint et las du jeune homme. Danny n’avait fait que prononcer son prénom pour l’interpeller, maintenant il fallait encore qu’il trouve le courage nécessaire pour se confier. Il prit une profonde inspiration et les mots franchir ses lèvres sans même qu’il ne s’en aperçoive réellement, comme s’ils étaient restés prisonniers trop longtemps et que maintenant qu’on leur permettaient de s’exprimer personne ne pourrait plus les arrêter, quel qu’en soit le prix à payer.

****************************

à suivre...


Dernière édition par le Sam 10 Mar - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMer 7 Mar - 5:37

Rolling Eyes A bah! Bah oui elle est bien ta suite! ptdrxxl
Et la suite de la suite elle est où? queeoi?: Moi je veux le confession de Danny! pompom
Tu le fais expre avoue What the fuck ?!? Une suite qui appel une autre suite qui appel encore à une autre suite! spiderman Elle va venir vite? Mr.Red
10/10
Au boulot Chef plus vite! fufufu
Revenir en haut Aller en bas
NiNa
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMer 7 Mar - 6:02

Qu'il est attendrissant Danny avec les petits Wink ! clap C'est vraiment trop triste de voir Danny comme ca, ca va etre le moment de verite pour Danny, va falloir se lancer Don est a l'ecoute ! Encore clap pompom c'est genial thumright

*NiNa* coucou!
Revenir en haut Aller en bas
chtite sqwé
Bavard
chtite sqwé

Nombre de messages : 46
Age : 28
Localisation : Quelque part avec Eddie ! ^^
Date d'inscription : 09/03/2007

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyVen 9 Mar - 3:54

waou !!! C'est tout ce que je trouve a dire ! Très original n'est-ce pas ?
En même temps il se fait tard ! ^^ (la vieille escuse ! lol)
J'avoue qu'une suite serait loin de me déplaire ! ^^ Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.purefan.skyblog.com
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyJeu 15 Mar - 16:54

Merci mon petit soldat diablo, merci NiNa bizz
et merci à toi chtite sqwé ravie de te compter parmi mes lectrices bizz

*****************************************

PARTIE 22:

Don se réveilla avec un terrible mal de dos, il lui fallut quelques secondes pour se rappeler où il était et tout ce qui s’était passé. Il avait dormit dans le fauteuil car il n’avait pas voulu réveiller Danny quand il s’était aperçut que le jeune homme s’était endormit, la fatigue ayant eu raison de lui. La nuit avait été particulièrement éprouvante pour lui car entendre son ami confier le mal être qui l’habitait depuis des années était l’une des choses les plus terrible qu’il ait vécu jusque là. Mais le plus dur avait été pour Danny bien sûr, il avait laissé tomber toutes les barrières et s’était livré comme jamais il ne l’avait fait, avant de s’effondrer. Don ignorait jusque là que l’on pouvait pleurer aussi longtemps sans s’arrêter, tout ce qu’il avait pu faire s’était prendre Danny dans ses bras et attendre que la crise de larmes s’arrête d’elle-même. Les paroles de Danny résonnaient encore à ses oreilles, il avait eu l’impression de recevoir des coups de poignard à chaque mot, ils venaient le heurter comme des coups de poing, jamais il n’avait perçu la mesure de la souffrance du jeune homme auparavant. Don regarda l’heure et constata qu’il était prêt de 11h, il n’avait dormit que 4h. Il s’étira et regarda Danny qui dormait profondément recroquevillé sur lui même, il n’était pas question qu’il le réveille, ils n’étaient pas tenus de se rendre au labo, au contraire il avait parlé avec Mac et le lieutenant lui avait demandé de tout faire pour que Danny accepte de rester chez lui avec les enfants. Il savait que ça ne serait pas facile mais il s’était promit d’essayer. Il changea de position dans le fauteuil et referma ses yeux dans le but de se reposer encore un peu avant que les enfants ne fassent leur apparition. Mais le repos semblait vouloir le fuir, tout ce qu’il trouva dans ses songes fut les paroles percutantes de son ami.

-Don…
Il retint sa respiration lorsqu’il entendit son ami l’appeler.
-Je sais pas si je peux faire ça, murmura Danny.
-Tu le peux, je sais qu’au fond de toi tu veux le faire, parle moi, répondit Don en se retenant pour ne pas prendre un ton suppliant.
-J’ai jamais fait ça, me confier…se sont mes problèmes personne n’a besoin d’entendre ça.
-Je ne suis pas n‘importe qui.
-Ce n’est pas ce que je voulais dire… tu ne me regarderas plus de la même façon ensuite. Je ne veux pas que mon meilleur ami me regarde avec pitié ou… pire encore.
-Tu sais très bien que ça n’arrivera pas, c’est juste une excuse pour fuir parce que tu as peur. Tu crois que ne rien dire fera disparaître la souffrance, que nier ce que tu ressent est la solution ?
Un long silence s’ensuivit, seulement interrompu par les bruits de la rue qui se propageaient dans l’appartement à travers la fenêtre ouverte et se répercutaient contre les murs pour venir y mourir.
-J’ai peur, avoua Danny, j’ai peur qu’il ne s’en prenne aux enfants. Je ne me le pardonnerais jamais si une telle chose arrive, tout comme je ne me suis jamais pardonné ce qui est arrivé à ma sœur…et à ma mère.
-Ta mère ? Répéta Don l’air perdu.
-Si je comprends si bien Sammy, c’est que j’ai vécu la même chose que lui…
Danny raconta alors à Don ce qui était arrivé à sa mère, ses souvenirs l’assaillaient, chaque seconde était gravée à jamais dans son esprit. Il n’avait pas raconté à Mac, et encore moins à Sammy, tous les détails comme il le fit avec Don. Maintenant qu’il s’était lancé aucun retour en arrière n’était possible et il se livra à cœur ouvert, en dépit des larmes qui perlaient aux coins de ses yeux.
-…je suis resté muet pendant deux mois après ça. Mon père m’ignorait, Louie était en colère car je refusais de lui parler et Annabelle…elle était si triste, parce qu’on avait perdu notre mère mais aussi parce qu’elle s’inquiétait pour moi. J’ai eu de la chance car elle a toujours été là, elle s’occupait de moi.
-C’était ta grande sœur, elle t’aimait.
-Il m’a fallut beaucoup de temps pour m’ouvrir suffisamment aux autres, retrouver mes amis. Je ne suis pas allé à l’école pendant trois mois. C’est très bizarre, tout s’était passé chez moi mais j’étais terrifié à l’idée de sortir, de rencontrer des gens. Pour moi le danger venait de l’extérieur, ce monde que je prenais pour acquis jusque là, me terrifiait.
Danny serra ses poings mais grimaça violemment sous la douleur qui irradia de ses blessures pour remonter jusque dans ses bras comme des décharges électriques. Il regarda ses mains bandées et endolories et les posa sagement sur ses genoux qu’il avait repliés contre lui.
-J’ignorais que tu avais perdu ta mère…lorsque Louie a été admis à l’hôpital tu m’a dit que tes parents devaient t’y rejoindre, fit remarquer Don.
-Oui, mon père et ma belle mère. Mon père s’est remarié un an après la mort de ma mère. Ça n’a pas été facile pour moi de l’accepter et j’ai été dur avec elle mais elle s’est montrée patiente et m’a toujours soutenu malgré moi. Finalement j’ai fini par comprendre que je ne faisais que nous rendre malheureux tous les deux… Elle ne cherchait pas à remplacer ma mère dans mon cœur, elle voulait juste s’y faire une petite place.
-Et elle a réussi on dirait, tu l’aimes beaucoup, constata Don.
-Oui, elle m’a beaucoup donné, et je ne me suis pas toujours montré très reconnaissant. Je n’ai plus de contact avec mon père depuis des années, on ne s’est même pas adressé la parole à l’hôpital. Mais elle… elle m’appelle tous les mois en cachette pour prendre de mes nouvelles. Et puis au moins je sais qu’elle va bien, même si elle irait beaucoup mieux en quittant mon père.
-Tu ne peux pas faire ce choix à sa place alors ne te reproche pas ça ok?
-Elle ne serait pas restée aussi longtemps avec mon père si je n’avais pas été là. Elle avait peur pour moi, asséna Danny confirmant les craintes de son ami.
-Danny, tout ce qui arrive n’est pas de ta faute, tu ne peux pas prendre le poids du monde sur tes épaules. Elle aurait pu le quitter depuis longtemps si elle l’avait voulu, si elle était là elle te dirait la même chose.
-Tu ne vois donc pas que je fais souffrir tous les gens que j’aime? Ma mère, Annabelle, Louie… ils sont tous mort par ma faute, je n’ai rien fais pour les sauver, rien du tout, éclata Danny, Annabelle, il s’en est prit à elle pour m’atteindre… pourquoi il ne s’en est pas prit à moi directement? Il aurait dû me tuer, il aurait dû me tuer…, Danny se mit à sangloter.
-Ne dis pas ça, lui dit Don en s’approchant.
-J’aurais dû comprendre, mais pourquoi j’ai rien vu? Elle correspondait en tout point au profil des victimes, il ne restait qu’une seule muse et elle lui correspondait parfaitement, je savais qu’il m’en voulait personnellement alors comment je pourrais me pardonner de n’avoir pas compris qu’elle était la prochaine? C’est tellement évident!
-C’est évident après coup, mais personne ne pouvait savoir ce qu’il avait en tête, pas même toi. Et tu n’étais pas le seul enquêteur, je peux te poser une question… Joe connaissait ta sœur et son métier?
Danny acquiesça et Don continua son raisonnement.
-Et il n’a pas deviné ce qui allait arriver… tu lui en veux pour ça?
-Non, pas du tout, comment il aurait pu…, Danny s’interrompit en voyant où son ami voulait en venir.
-Tu vois tu ne peux pas plus te le reprocher.
-Et Louie ? Demanda Subitement Danny alors que ses pleurs ne faisaient que redoubler.
-Louie… Il savait ce qu’il faisait, il a fait ses propres choix depuis toujours, il t’a entraîné dans une sale histoire et quand il en a prit conscience il a fait en sorte de te protéger. Lorsque tout est remonté à la surface et qu’il a su ce que tu risquais là encore il a fait son propre choix, tu n’es pas l’instigateur de toute cette histoire Danny, tu n’aurais jamais été mêlé à tout ça si tu n’avais pas répondu à l’invitation de ton frère. Ce sont les propres erreurs de Louie qui l’ont mené dans le coma.
-Il l’a fait pour me sauver, dit Danny entre deux sanglots.
Don s’assit à côté de Danny et passa un bras autour de ses épaules. Le jeune expert laissa tomber les dernières barrières et laissa couler le flot ininterrompu de larmes qu’il avait jusque là retenu à grand peine.
Don avait maintenant perdu toute notion de temps, mais il savait que Danny devait pleurer depuis près d’une heure et qu’il commençait à fatiguer, pourtant le jeune homme ne semblait pas prêt à s’endormir, l’angoisse se lisait dans ses yeux et Don pouvait sentir chacun de ses muscles, tellement tendu qu’il paraissaient sur le point d‘éclater.
-Je reviens, j’en ai pour quelques secondes, dit-il à son ami avant de partir vers la cuisine.
Il y avait aperçu les somnifères et les calmants que Sid avait prescrits à Danny et ça paraissait le moment propice pour que le jeune homme les prenne. Il retourna rapidement au salon, armé d’un verre d’eau fraîche et les deux comprimés, il posa le tout sur la table basse avant de s’asseoir aux côtés de Danny qui avait tourné la tête vers le dossier du canapé pour continuer à pleurer.
-Danny, regarde moi.
Danny s’exécuta, les yeux baignés de larmes et son regard se posa sur les cachets.
-Non, refusa-t-il.
-Il le faut, ça va t’aider. Il faut que tu dormes, si tu continue à ce train là tu vas finir à l’hôpital et que feront les enfants sans toi?
Don su qu’il avait gagner en voyant la réaction de Danny à ces derniers mots, il avait joué sur la corde sensible en parlant des enfants. Il lui tendit les cachets puis le verre d’eau qu’il l’aida à tenir car les mains du jeune homme tremblaient et le faisaient souffrir.
-J’en peux plus, ça ne s’arrêtera jamais…, se mit soudain à sangloter Danny.
-Ça va aller.
-Non, j’en ai marre, ça fait si mal, je veux plus supporter toute cette souffrance mais elle est en moi et je peux pas la faire partir. Elle ne me quitte plus, tous les jours, chaque minute, chaque seconde, il n’y a jamais de répit. Je suis arrivé au bout Don, je ne peux plus tenir. Je veux mourir, je veux mourir, que tout s’arrête.
-Ne dis pas ça, je te jure que ça va aller mieux. Je te promets que ça va s’atténuer, devenir plus supportable. Je t’en prie ne dis plus jamais une chose pareille, lui répondit Don qui avait à son tour les larmes aux yeux.
Jusque là, il avait tout fait pour se montrer fort et ne pas se laisser submerger par les émotions qui l’assaillaient face au mal être de son ami, mais ses mots étaient les paroles de trop. Un silence s’installa, seuls les pleurs de Danny résonnaient dans la pièce, puis le jeune homme repris la parole à travers ses sanglots.
-Ne me laisse pas seul, ne me laisse surtout pas seul Don, promet le moi…je sais pas ce que je pourrais faire si je me retrouve seul. Il faut que tu m’aides.
-Je te le promets, je serais comme ton ombre vieux. Je ne te laisserais pas, je serais toujours derrière toi, prêt à te rattraper si jamais tu tombes.
Plusieurs minutes s’écoulèrent, puis Don s’aperçut que les sanglots de Danny s’étaient arrêtés, il baissa les yeux sur le jeune homme dont la tête reposait sur son épaule et vit qu’il s’était finalement endormit. Il l’allongea délicatement en plaçant un coussin sous sa nuque et fila dans la cuisine se prendre un grand verre d’eau pour se calmer à son tour. Il s’installa ensuite dans le fauteuil et s’y endormit très rapidement, il se faisait l’effet d’un boxeur sonné par les coups après un combat.


Des bruits de pas étouffés lui firent ouvrir les yeux. Il avait l’impression d’avoir revécu toutes les heures passées à écouter Danny et à le consoler, pourtant un simple coup d’œil à sa montre lui apprit que seulement quinze minutes s’étaient écoulées depuis qu’il avait fermé les yeux. Deux petites têtes blondes apparurent dans son champ de vision. « Sammy et… Anthony ou Adrian ? » se demanda-t-il. Il posa un doigt sur sa bouche pour leur intimer le silence en leur montrant Danny et les garçons acquiescèrent en imitant son geste. Ils se leva et leur fit signe de le suivre à la cuisine.
-Pourquoi il dort pas dans sa chambre Danny ? Demanda Sammy une fois dans la cuisine.
Don se trouva prit au dépourvu, il ne pensait pas avoir le don de Danny avec les enfants et son esprit se mit à chercher avec désespoir une réponse satisfaisante.
-Dis pourquoi? S’impatienta Sammy.
-Hé bien hier soir on a discuté très longtemps dans le salon et on s’est endormis parce qu’on étaient très fatigués. C’est pour ça que Danny dort sur le canapé.
La réponse sembla convenir aux deux garçons et Don retint un soupir de soulagement. Il fouilla dans les placards et trouva une boîte de céréales au chocolat.
-Vous aimez les céréales ? Demanda-t-il en montrant la boîte.
-Oui, répondirent les garçons en cœur.
-Alors va pour les céréales, dit le jeune homme en sortant les bols, les cuillères, puis le lait.
Il servit les enfants, puis prépara du café, c’est alors qu’Ariel fit son apparition les yeux encore à moitié fermés.
-B’jour tout le monde.
-Bonjour jeune fille, l’accueillit Don.
Elle s’assit sur la première chaise qu’elle vit, ou plutôt s’y laissa tomber.
-Tu n’es pas du matin apparemment, constata Don.
-Hum… Oncle Danny s’est endormit dans le salon.
-Oui on a discuté tard, répondit Don.
-Je sais, je vous ai entendu…je l’ai entendu.
Leurs regards se croisèrent quelques instants.
-Que veux tu déjeuner? Demanda Don.
-Y a des céréales aux fruits dans le placard à ta droite.
Don lui donna ce qu’elle demandait, puis il servit du jus d’orange à chacun d’eux.
Quelques minutes plus tard Danny entra dans la pièce avec dans les bras le quatrième enfant manquant. Don posa sa tasse de café sur la table pour en servir une à Danny et donner un bol de céréales au petit. Danny le remercia avant de reposer l’enfant sur le sol. Don aperçu la grimace du jeune homme qui regarda ses mains.
-Tu devrais éviter de porter les enfants le temps que ça cicatrise, chuchota-t-il alors qu’il passait à côté de Danny pour retourner s’asseoir. Danny acquiesça et s’installa à table devant sa tasse de café.
-Tu vas pas travailler aujourd’hui oncle Danny ? Demanda l’un des jumeaux.
-Non, il est en repos aujourd’hui, répondit Don avant que Danny ne puisse ouvrir la bouche.
Devant le regard interrogateur et de colère contenue que lui lançait le scientifique, Don fit un sourire et ajouta:
-Ordre du patron.
Il vit les épaules de Danny s’affaisser en signe de défaite même si son regard disait clairement qu’il n’avait pas dit son dernier mot.
**************************************************

à suivre


Dernière édition par le Ven 16 Mar - 5:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyJeu 15 Mar - 17:08

je m'absente pour smoke et toi tu poste gné? ptdrxxl
Non sans rire maintenant! Sérieux le soldat pour une fois salut
Chef cette suite est thumleft Superbe, géniale y tout y tout! thumright
clap Toi qui avais perdue ta Muse, ravie qu'elle soit de retour pompom
tchin! Je m'éternise pas et je te dit: La suite!
salut Petit soldat repart au travail. brlbrl
Revenir en haut Aller en bas
NiNa
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyVen 16 Mar - 4:31

Waouh bong Quelle suite somptueuse j' love ! Un grand clap Pauvre Danny triste c'est pas facile on partage sa peine pleurs Super j'attends la suite avec impatience victoire

cheers
Revenir en haut Aller en bas
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptySam 21 Avr - 23:01

Merci beaucoup les filles, je suis désolé de vous avoir fait attendre aussi longtemps
********************************************************
PARTIE 23:

Les enfants étaient dans leurs chambres, Don quand a lui était dans le salon et faisait mine de regarder la télé alors qu’il en avait coupé le son pour écouter ce que disait son ami. Il n’avait pas véritablement à tendre l’oreille pour distinguer les paroles de Danny qui se disputait au téléphone avec Mac au sujet de sa mise à l’écart. Le jeune scientifique n’était pas prêt à rester éloigné de cette enquête et Don devait avouer que ses arguments étaient convaincants. Soudain le silence revint, Don remonta le son de la télé et attendit que le jeune homme se décide à revenir. Ce dernier ne tarda pas et s’affaissa sur le canapé sans un mot quand un coup fut frappé à la porte. Il se releva en poussant un soupir à fendre l’âme et regarda par l’œilleton pour voir de qui il s’agissait. Il ouvrit ensuite la porte à une femme aux cheveux grisonnants et à la soixantaine passée.
-Bonjour Daniel,
-Bonjour madame Eaggle, que puis-je faire pour vous?
- Oh rien c’est juste que j’ai trouvé ça dans ma boite aux lettres. Elle est à votre nom alors je venais vous l’apporter, lui dit elle en lui tendant une grande enveloppe de papier kraft.
-Merci c’est gentil, répondit Danny en cachant le malaise qu’il ressentait.
-Oh vous êtes blessé, s’exclama-t-elle en voyant les bandages.
-Ce n’est rien de grave, un accident au travail, mentit-il.
-Vous allez bien? S’inquiéta-t-elle.
-Oui ne vous inquiétez pas pour moi, tout va bien, la rassura-t-il.
Ils se dirent au revoir puis Danny referma la porte comme un automate avant de se tourner lentement vers Don qui l’avait rejoint. Il lui tendit l’enveloppe d’une main tremblante.
-C’est la même écriture que sur l’autre enveloppe…ouvre-la toi, je ne peux pas le faire.
Don prit l’enveloppe d’une main et attrapa le bras de Danny de l’autre pour l’entraîner jusqu’au canapé. Une fois tous deux assit il ouvrit l’enveloppe et prit quelques secondes avant d’en inspecter l’intérieur sous la pression d’un Danny nerveux et impatient. Il en sortit une photo sur laquelle se trouvait une jeune femme aux longs cheveux châtains et à l’air terrifié. Elle était assise sur un matelas posé à même le sol, ses mains et ses pieds étaient entravés par une corde. Elle avait une coupure sur la pommette droite mais à part ça, elle ne paraissait pas être blessée. Danny qui se tortillait les doigts en dépit de la douleur que cela provoquait n’y tint plus.
-Alors, dis quelque chose, s’énerva-t-il contre son ami.
-C’est une photo d’Amanda Pears…
-Elle est morte?
-Non, elle est vivante et n’a pas l’air blessé.
-Il y a autre chose en plus de la photo ?
Don sortit un autre papier de l’enveloppe, c’était un nouveau message à l’adresse de Danny. Cela ressemblait plus à une énigme et Don ne comprenait rien à sa signification, il n’avait d’autre choix que de montrer le mot à Danny.

Tic tac tic tac
Casa gialla
J’y étais, je n’y suis plus
Un indice tu trouveras
Prends le chemin des souvenirs
Pour sauver leur avenir
Car toi tu n’en as pas
Tic tac tic tac


-Tu as une idée de ce que cela signifie?
-Pff…casa gialla, ça signifie maison jaune en italien mais je ne vois vraiment pas où…
-Danny?
-…
-Hé oh la terre appelle Messer! Fit Don en passant une main devant les yeux du jeune homme.
-Désolé. Je crois savoir quelle est cette maison jaune. Ma sœur vivait dans une maison au crépi jaune, ce n’est pas très loin du quartier résidentiel où habite Amanda Pears. Et dans le quartier où se trouve la maison de ma sœur il y a une rue que les habitants ont surnommé « memories road »
-La route des souvenirs…« prends le chemin des souvenirs ». Ok, j’appelle Mac, annonça Don.
-Non, on va au labo et ne refuse pas! je sais que vous voulez me protéger mais il faut se rendre à l’évidence, vous ne pouvez pas le faire. Il m’en veut et c’est à moi que s’adresse tous ses messages. Il finira par passer à l’acte si je reste à l’écart et ça je ne peux pas l’accepter.
-Ok, et les enfants on en fait quoi?
-Ma voisine sera ravie de rester avec eux, et il y a deux policiers en faction devant l’immeuble. Je vais lui demander, attends moi là.
Don regarda Danny partir avec impuissance, quand son ami arborait cette expression aussi déterminée, rien ni personne ne pouvait l’arrêter. Danny revint en compagnie de Mme Eaggle puis il appela les enfants pour qu’ils les rejoignent.
-Qu’est-ce qu’il y a? J’espère que c’est important, j’étais au téléphone avec Stacy, râla Ariel.
-Tu la rappellera plus tard… écoutez moi, vous allez rester ici avec Mme Eaggle pour la journée. Don et moi devons aller travailler finalement. Je veux que vous soyez sage, je ne veux pas entendre de reproche sur votre attitude compris ?
-D’accord, mais je dois aller au cinéma avec Stacy cet après-midi, répondit Ariel.
-Tu iras une prochaine fois.
-Mais pourquoi! Ce n’est pas juste, depuis quand tu m’interdis de sortir?
-N’insiste pas. Pas aujourd’hui.
-Tu n’as pas le droit, pourquoi je ne pourrais pas sortir aujourd’hui? C’est Samedi!
-Ariel j’ai dit non. Fin de la discussion, dit-il d’un ton calme mais catégorique.
-Je veux des explication, de toute façon je n’ai pas d’ordre à recevoir de ta part tu n’es pas mon…, cria la jeune fille en colère qui s’interrompit quand elle prit conscience de ce qu’elle allait dire.
Le scientifique qui s’était retourné prêt à partir, fit volte face.
-Maintenant ça suffit! S’écria Danny qui jusque là avait gardé son calme, ne prends pas ce ton là avec moi.
Ariel baissa les yeux sachant qu’elle était allée trop loin, si elle ne comprenait pas pourquoi son oncle lui refusait injustement une simple sortie au cinéma entre copines, une partie de son esprit lui disait qu’il devait avoir une bonne raison. Elle avait regretté ses paroles à l’instant même où elles les prononçaient, elles étaient méchantes et surtout elle ne les pensait pas. Si quelqu’un avait bien le droit de lui imposer des règles s’était son oncle, il l’avait élevé, son père lui n’avait été qu’un fantôme.
-Je ne reviendrais pas sur ma décision. Alors tu vas obéir et te montrer correcte avec Mme Eaggle tout le temps que vous resterez avec elle, asséna Danny.
Il poussa soudain un long soupir, enleva ses lunettes et se passa une main sur le visage avant de les remettre. Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose puis secoua la tête avant de finalement se tourner vers les garçons qui regardaient leurs pieds.
-Soyez sage, dit-il d’une voix plus douce.
Ils acquiescèrent et embrassèrent le jeune homme avant de retourner à leurs jeux, Danny regarda sa nièce qui l’ignora. Il se retourna et prit le chemin de la sortie. Don resté cloué sur place dit au revoir précipitamment à la voisine et partit à la poursuite de son ami, il le vit franchir la porte menant aux escaliers et l’interpella mais il ne l’entendit pas ou fit tout comme. Don se trouva face à une porte close, il poussa un soupir d’exaspération avant d’accélérer pour rattraper Danny. Il le retrouva en bas, contre le capot de la voiture, l’enveloppe entre les mains qu’il tapait nerveusement contre sa cuisse en l’attendant. Ils ne dit pas un mot et monta dans la voiture dès que Don l’ouvrit.
-Tu attends le déluge pour démarrer? Demanda-t-il à Don qui bien qu’installé derrière le volant n’avait pas fait le moindre geste pour mettre le contact.
-Faut pas lui en vouloir Danny, c’est une ado. Elle trouve ça injuste mais elle ne pensait pas ce qu’elle t’a dit.
-Je sais. On peut y aller maintenant ?
-C’est souvent comme ça entre vous ?
-J’ai franchement pas envie de parler de ça maintenant, alors tu la démarre cette voiture ou je t’éjecte de ton siège et je pars sans toi!
Don préféra ne rien répondre et démarra. Le Danny déprimé avait momentanément laissé place à un Danny survolté, bouillonnant de colère. Il savait que cette colère n’était pas réellement dirigée contre lui, ni même contre Ariel. La véritable cible s’appelait Jefferson et cette lueur dans les yeux de Danny disait clairement qu’il était prêt à tout pour lui mettre la main dessus et que personne ne pourrait le stopper dans cette démarche. « Jefferson je ne donne pas cher de ta peau si Danny te met la main dessus » songea Don. Cela l’inquiétait car il savait que Danny risquerait sa vie sans la moindre hésitation en tant normal, alors avec les idées suicidaires qu’il avait clairement exprimé ces dernières heures il allait devoir le surveiller de prêt. Il se rappela la promesse qu’il avait faite à Danny. « Je serais comme ton ombre ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptySam 21 Avr - 23:04

Lorsqu’ils arrivèrent au labo Danny se dirigea d’un pas décidé vers le bureau de son patron, Don sur ses pas priait pour que la discussion entre les deux hommes ne tournent pas au vinaigre. Ils croisèrent Lindsay et Stella en chemin, elles avaient l’air très étonnées de les voir là et Don le comprenait aisément, surtout avec l’expression fermée de son ami qui s’arrêta à leur niveau.
-Mac est dans son bureau ? Demanda-t-il sans même dire bonjour.
-Oui mais…, Lindsay n’eu pas le temps de finir sa phrase que Danny était repartit.
Don afficha une mine désolée en suivant Danny qui avait encore accéléré l’allure. Le jeune homme entra dans le bureau de son patron sans même frapper à la porte, Mac qui était au téléphone abrégea la conversation.
-Danny que faites vous ici! J’ai pourtant été clair.
-Lui aussi, répondit Danny en laissant tomber l’enveloppe sur le bureau.
Mac en sortit le contenu et l’observa en silence.
-C’est de l’italien? Finit-il par demander.
-Oui. Ça fait référence à une maison jaune, et à une rue baptisée « route du souvenir ». Cette maison c’est sûrement celle où vivait ma sœur.
-Vous auriez pu nous dire tout ça par téléphone…
-Je n’ai pas l’intention de rester éloigné de cette enquête Mac. Vous ne comprenez pas, il me surveille, il sait le moindre de mes faits et gestes. Il la tuera ou il s’en prendra aux enfants si je continue à me terrer dans mon trou. Je dois prendre une part active dans cette enquête, il faut…, Danny s’interrompit pour reprendre son souffle.
L’énervement se transformait peu à peu en angoisse et sa respiration se faisait plus difficile. Mac se leva de sa chaise et le rejoignit.
-Doucement, il ne faut pas vous mettre dans cet état. Respirez calmement. Je suis conscient de tout ça, mais je ne suis pas sûr que vous faire participer changera quoique se soit à ce que Jefferson à prévu… j’ai peur que ça ne vous fasse plus de mal que de bien, lui avoua Mac.
-Je dois le faire, vous n’y arriverez pas sans moi. Ces messages me sont adressés et je suis le seul à pouvoir les comprendre.
-D’accord. Asseyez vous un moment, reprenez votre souffle ensuite on ira retrouver les autres.
Don qui était resté dans l’encadrement de la porte signala sa présence.
-Mac, vous voulez que je prévienne tout le monde de se réunir dans la salle de briefing?
Mac acquiesça et Don les laissa seuls dans le bureau du lieutenant.
-Danny, on va devoir se rendre dans la maison de votre sœur…vous êtes sûr que vous voulez y aller? S’assura Mac.
L’hésitation et l’appréhension apparurent clairement dans les yeux du jeune scientifique avant qu’il ne se décide à répondre.
-Je viens mais…vous pourrez entrer en premier pour voir…s’il y a des photos de ma sœur je ne veux pas les voir.
-Bien sûr. Je veux que vous me promettiez de me faire confiance, si je vous dis de ne pas entrer dans la maison, vous ne devrez pas le faire. Je vous dirais uniquement ce que vous aurez besoin de savoir, d’accord?
-D’accord. On devrait rejoindre les autres, on a assez perdu de temps comme ça.
Ils quittèrent le bureau du lieutenant pour celui où se trouvaient leurs collègues. Danny était à peine entré que Stella le prit dans ses bras et lui parla tout bas.
-Tiens le coup Danny, on va l’arrêter. On est tous avec toi.
-Je sais, mais ça fait du bien de se l’entendre dire. Merci, lui répondit-il de la même façon.
Lindsay fit la même chose que Stella à la différence qu’elle ne lui dit rien car elle savait les mots inutiles. Danny se tourna ensuite vers Sheldon.
-Hé ben, j’ai pas droit à un câlin de ta part! dit-il faussement désolé.
Cette petite boutade réussit à détendre suffisamment l’atmosphère pour rendre l’air plus respirable. Danny voulait rassurer ses amis pour qu’ils puissent se concentrer sur l’affaire sans avoir à s’inquiéter de lui.
-Trêve de plaisanterie, vous avez du nouveau? Demanda Danny.
-J’ai relevé des empreintes sur la canette et les paquets de chips retrouvés devant chez Amanda Pears, se sont bien celles de Jefferson, annonça Stella.
-Et de mon côté j’ai épluché les dossiers que tu avais sortit des archives. Il y en a quatre qui correspondent en tous points aux meurtres perpétrés par Jefferson, ils n’ont pas été reliés les uns aux autres car ont été pris en charge par des district différents, lui apprit Lindsay.
-Je suppose que vous avez tout récupéré?
-Oui, on a reçu toutes les pièces à convictions ce matin, mais comme pour les premiers meurtres que nous avons traités, les indices sont minces. Il s’est montré très prudent, très organisé. La seule fois où il a changé sa façon d’agir s’est avec Amanda Pears, répondit la jeune femme.
-Il y a autre chose, on pense avoir découvert comment il est entré en contact avec Amelia Stevens. On a interrogé deux jeunes artistes qui ont été approchées par Jefferson, il leur a proposé de participer à un projet artistique. Il voulait qu’elles posent pour lui afin qu’il fasse des sculptures à leur effigie. Il leur a dit qu’il abordait le thème des muses et que pour ça il avait besoin de différents artistes et que cela les aiderait à acquérir d’avantage de notoriété. Il est censé les contacter à nouveau pour avoir leurs réponses, lui apprit Sheldon.
-Donc si je compte bien, nous avons en réalité six meurtres, deux victimes potentielles, ce qui fait huit, plus Amanda Pears on arrive à neuf, soit le nombre total de muses. Il doit savoir que ces deux cibles sont sous surveillance. Si je suis le raisonnement qu’il a suivit jusque là, il a sûrement abandonné l’idée de s’en prendre à elles. Cette histoire de muse a été le déclencheur de ses nouveaux meurtres mais sa psychose aujourd’hui n’a plus tout à fait la même cible. Pour les premiers meurtres il n’avait personne sur qui reporter la colère et le ressentiment qui l’écrasaient puisque celle qui lui avait tout volé, d’après lui, était décédée. Et puis finalement il a reporté son ressentiment sur moi, et aujourd’hui plus encore il est prêt à tout pour mener à bien le plan qu’il a établit. Je ne sais pas encore ce qu’il attend exactement de moi mais une chose est sûre, pour lui tout ça n’est qu’un jeu et il est celui qui dicte les règles. Il aime être en position de force, il veux pouvoir tout contrôler, dès qu’il sent que les choses lui échappent cela le met en colère et il agit en conséquence pour reprendre le dessus.
Ils avaient tous écouté Danny avec la plus grande attention, stupéfaits par son esprit d’analyse, son détachement mais aussi par la véracité de ses propos quand au profil psychologique de Jefferson. Le matin même ils avaient rencontré un spécialiste des criminels en série pour avoir son avis sur leur tueur. L’expert leur avait fait les mêmes constatations que Danny. Gêné par le silence qui s’était installé Danny reprit la parole.
-Bon c’est pas tout ça mais on va pas passer la journée à discuter, on a une maison à visiter, dit-il.
-Tu viens? S’étonna Lindsay son regard passant de Mac à Danny avec inquiétude.
-Il vient, confirma le lieutenant, on prend deux voitures, allons-y.
Une fois sur le parking, les groupes se formèrent, Lindsay, Mac, Don et Danny montèrent dans l’une, tandis que Stella, Joe et Sheldon prirent l’autre. Dans la première Mac était au volant, Lindsay sur le siège passager avant car Danny avait voulut se mettre à l’arrière et Don l’avait suivit. Le scientifique se triturait les doigts, en faisant bouger convulsivement sa jambe droite. Don posa une main sur l’avant bras de Danny pour l’empêcher de continuer à se faire du mal comme il le faisait. Danny regarda son ami quelques instants puis laissa retomber ses mains sur ses cuisses car en réalité elles le faisaient souffrir le martyre depuis qu’il s’était réveillé et le fait de se les tordre en tous sens ne faisait qu’attiser un peu plus la douleur. Pourtant c’était plus fort que lui et moins de cinq minutes après il recommençait, cette fois Don attrapa son avant bras mais ne le relâcha pas car il ne supportait pas de voir son ami se torturer de la sorte. Il garda le bras de Danny prisonnier de sa main pendant tout le trajet sans que Danny n’essaye un seul un instant de se dégager de son étreinte. En réalité ce contact le rassurait, il avait l’impression que son ami lui donnait un peu de son courage pour affronter les prochains évènements.

***********************
@suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyDim 22 Avr - 20:34

salut Au rapport chef!
Evil or Very Mad Danny n'écoute jamais rien colere pas bien!
diablo Quel sadique ce tueur tout de même Twisted Evil (encore pire que l'auteur silent )

Tu sais déjà que je suis nul en com mais que je t'ai dis à quel point je voulais la suite puis la suite de la suite et ainsi de suite! Cool
salut Fin de rapport chef! Wink
love
Revenir en haut Aller en bas
NiNa
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyLun 23 Avr - 0:58

Qu'estce que je peux l'adorer cette fic love ! bong Vraiment fantastique cette suite victoire ! C'est vraiment un malade cet assassin, pauvre Danny qui malgres la souffrance ne veut pas rester a l'ecart. Devoir retourner dans la maison de sa soeur ne va pas etre facile encore un coup dur pour lui ! Don s'est vraiment un ami fantastique ! Bref c'est transcendant, exceptionnel je suis fan ! love clap vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
clairou7
Invité



Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyLun 25 Juin - 1:50

trop génial ta fic, j'ai hate de connaitre la suite.
Revenir en haut Aller en bas
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 EmptyMar 18 Sep - 22:23

J'aurais dû le faire il y a bien longtemps mais mieux vaut tard que jamais, pour ceux qui voudrais la suite c'est par ici que ça se passe :

http://csiny-fanfics.easyforumpro.com/Generales-terminees-f15/GeneraleCanicule-meurtres-et-retour-vers-le-passe-t180-45.htm

Merci clairou Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Canicule, meurtres et retour vers le passé   Canicule, meurtres et retour vers le passé - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Canicule, meurtres et retour vers le passé
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» retour vers le passé: suite ....
» Roman d'amour : Retour vers le passé.
» Cadre Retour vers le futur III Marty et Doc
» custom doc brown - retour vers le futur
» TANZANIE: Retour vers la vie sauvage ... Deuxième partie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: