Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fanfiction > Urgence

Aller en bas 
AuteurMessage
Emmy
Bavard
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 27
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Fanfiction > Urgence   Dim 14 Oct - 12:46

La jeune fille était face à l’hôpital, le trafique était dense. Des gens entraient et sortaient tout le temps, les portes n’étaient presque jamais fermées. Elle commençait dans 10minutes, son premier boulot. Finalement elle pénétra dans le bâtiment. Dans la salle de triage des infirmières et infirmiers se penchaient sur chaque personne en lui demandant ce qui l’amenait ici. Dans sa tête, Sonny répéta son rôle « bonjour, qu’est ce qui vous amène ? Bien, je vais en parler à un médecin, veuillez vous installer sur ce lit merci… » elle s’imaginait presque devenir machine au bout de 1semaine... Elle se présenta à l’accueil à un gros baraqué.

S- Bonjour, je suis la nouvelle infirmière…

L’homme la regarda au dessus de ses lunettes et rigola.

F- wouai wouai… Bon, le service psychiatrique c’est au deuxième étage…

Et l’homme retourna à ses papiers. Sonny s’était passé dans la tête un tas d’autres scénarios dans lequel, au moment d’annoncer son arrivée un très grave patient serait arrivé, elle serait monté sur le brancard et après avoir effectué parfaitement tout les soins possibles et inimaginables, tout l’hôpital se serait tourné vers elle et aurait demandé « mais qui es-tu ? » et elle aurait prôné fièrement son nom « je suis Sonny Overstreet ! »… Mais à la place de cette entrée fulgurante, un gros standardiste la prenait pour une folle… Ce n’était évidemment pas le début qu’elle aurait espéré. Un médecin qui se trouvait derrière le comptoir et qui avait entendue la discussion s’approcha et tapa avec son coude dans le bras du gros lard. Il sourit et dit.

J- bonjour, je suis John Carter, j’ai été prévenu de votre arrivée. Bienvenue mademoiselle... ( en cherchant dans ses papiers) mademoiselle Overstreet. Kerry Weaver ne devrait pas tarder, c’est la chef du service…

L’homme était plutôt grand, fin et très mignon. Mais Sonny ne se faisait pas d’illusions, il était impossible qu’il se passe quelque chose. En effet, ayant sauté 2classes et ayant réussi brillamment son concours d’infirmière elle commençait à travailler au sein de cet hôpital à l’âge de 17ans… Enfin 16ans et demi… Bientôt l’œil de l’homme pétilla… Il la regardait. Le cœur de la jeune fille s’emballa. Serait-ce possible qu’il est était totalement subjugué par la beauté de Sonny ? Il était vraie que le nouveau fond de teint qu’elle avait acheté lui allait bien… Ou alors serait-ce ses cheveux ? Arrivée à Chicago depuis peu de temps elle avait optée pour un nouveau shampoing, pour inaugurer sa nouvelle vie… Et elle la vit d’ici : au bras de ce charmant jeune homme, entrain de boire un verre de vin dans un restaurant chic avec une robe magnifique, comme celle qu’elle venait d’acheter pour environ 500$… Peut être était-il devint et qu’il l’avait vu dans le magasin entrain d’essayer la robe…

J- Kerry la nouvelle infirmière est là !

A ce moment, tout son monde venait de s’effondrer à cause de cette Kerry… Elle lui ferait payer. La nouvelle infirmière en question se retourna et découvrit une femme, les cheveux roux, et marchant à l’aide d’une béquille. Sonny avait toujours trouvé paradoxale qu’il y ai toujours un médecin encore plus mal en poing que certains patients de l’hôpital. En hypocrite bien éduquée elle s’inclina un peu et dit avec un grand sourire.

S- Bonjour.

La femme lui renvoya le mot et observa son dossier. Puis elle leva la tête et sourit à la jeune fille.

K- ben vous allez commencer tout de suite on a un AVP qui arrive…

La jeune fille alla à son nouveau casier et enfila rapidement son habit d’infirmière après quoi elle attendit pendant 5minutes dans une salle avant de se rendre compte que c’était à côté que l’AVP avait été transporté.

L- vous vous êtes perdue ?

A mort le beau américain de tout à l’heure, la jeune fille venait de se rapprocher aussi bien psychologiquement que (elle espérait) physiquement des pays de l’Est de l’Europe. En effet un homme, grand et musclé, typé yougoslave, avec une veste de médecin était penché sur le patient arrivé aux urgences et attendait la réponse de la jeune fille. Timidement

S- ben heuuu… oui

Et voilà, elle se faisait passer pour une cruche, ce qu’elle n’était, d’habitude, pas. En fait, elle maudissait ce genre de personne, mais maintenant il fallait fournir une meilleure image d’elle même… Elle se posta tout de suite devant le patient. Celui-ci commençait à devenir tout bleu.

L- bon on fait une trachéotomie… On lui pose une sonde de Foley.

Les deux infirmières présentes regardèrent la nouvelle. Et voilà, comme premier sauvetage héroïque, elle allait devoir mettre une sonde de Foley… Pas une superbe réanimation, ni un massage cardiaque exemplaire, non une sonde de Foley… Bizarrement, à l’école d’infirmière ce fut la chose qu’ils étudièrent le moins. En effet la reproduction du membre concerné… surtout masculin… était tellement bien faite que bien souvent, les classes composées presque exclusivement de filles ne tenaient plus en place. Sonny avait toujours su garder son calme pour cette opération mais le faire sur un patient vivant, masculin, ne bouleversait pas ses hormones, mais la dégoûtait tout simplement. Non, ils n’auraient pas pu la placer aux côté du bel européen pour qu’elle puisse lui dire, paniqué « la SAT chute ! » ou alors, soulagée «Rythme sinusal » avant de faire une embrassade… plus particulièrement au médecin présent en ce moment… Non à la place de tout ça elle devait péniblement mettre une sonde de Foley ! Mais qu’avait-il était cherché ce Foley que c’était aux infirmières de faire ça… Quoi que, l’image du beau yougoslave entrain de mettre la sonde dans l’intimité de l’homme devenue tout bleu aurait un peu ternie l’image du médecin héroïque et courageux…
Après avoir mit cette maudite sonde, elle se redressa sous les regards amusés des infirmières, heureuses d'avoir une pigeonne pour effectuer les taches humiliantes. Heureusement, le beau médecin était plus concentré sur sa trachéotomie que sur Sonny… A son grand désespoir.

L- on lui fait un gaz du sang.

La nouvelle se redressa et s’apprêta à faire une prise de sang, une action à peu prés valorisante pour changer, mais une autre infirmière fut plus rapide qu’elle et cette dernière s’en alla vers le laboratoire…

L- bon, au moins il respire, c’est déjà ça…

Il leva la tête vers Sonny et après avoir enlever ses gants tendit sa main… Une grande main, réconfortante et forte. Sonny failli oublié d’enlever ses gants enduits des résidus que cause la pose d’une sonde de Foley et serra la main. En effet, forte.

L- Mademoiselle Overstreet c’est ça ? Kerry m’a parlé de vous.

Kerry venait de remonter dans les sondages, elle était passé du grade « fouteuse en l’air de coup de foudre amoureux » en « honorable femme ayant fait connaître une humble jeune fille à un superbe Est Européen… »

L- vous vous êtes bien débrouillée.

S- si poser une sonde de Foley sans s’évanouir devant l’horreur de la scène c’est bien alors, oui j’ai fais du bon boulot.

Et hop, maintenant on allait lui coller l’étiquette « orgueilleuse » et elle l’aurait bien cherché. Mais au lieux de voir la tête de l’homme, situé en altitude, soupirer, il rigola. Point en plus ! Encore quelques points et ça aller être bon !

Malheureusement les salutations n’allèrent pas plus loin et Sonny du suivre une infirmière pour ausculter et examiner les patients. Elle s’appelait Abbigail mais tout le monde l’appelait Abby. Elle était très gentille et avait un air comique, très spontané et une énergie presque inépuisable. En fin d’après-midi la jeune fille avait fini sa garde. A 18h30 elle sortit de l’hôpital et décida d’aller dans un bar pour fêter sa nouvelle place dans la société.

Puis sur le chemin d’un bar qu’elle avait croisée à l’aller elle découvrit un tout petit parc, vide avec deux balançoires au milieu. Le lieux, au milieu d’une verdure foisonnante, d’un petit village et remplie de bambins aux joues roses sautant dans tout les coins, aurait été agréable. Mais là, sans aucune végétation, les jeux en métal, rouillés, étaient glauques. Malgré cela, le soleil couchant faisant des dégradés de rouges dans les reflets du squelette en acier du jeux, les fins rayons qui éclairaient le parc en lui donnant un motif à rayure, rendait le lieux surréaliste. Et cette ambiance digne des plus beaux films d’horreur lui plaisait beaucoup. Elle préférait largement ces lieux réellement en marge des décors habituelles de la vie à une angoisse permanente dans un bar, dans la peur que quelqu’un vous demande vos papiers. Elle s’assit sur la balançoire et observa les grands immeubles qui emprisonnaient le petit espace. La tête tournait ver les nuages, elle entendit quelqu’un s’asseoir sur la balançoire à côté d’elle. C’était John Carter, le médecin qui l’avait accueillie. Bien sur l’homme grossier ne comptait absolument pas.

J- tu t’isole ?

S- non, j’isole les autres plutôt…

L’homme hocha la tête, il devait être entrain de réfléchir sur la notion philosophique des propos de la jeune fille.

S- et vous ?

J- moi je tarde avant de rentrer chez moi…

S- votre mère va vous disputez, vous ne devriez pas…

J- elle est trop occupée à coupler anxiolytiques et alcool et tes parents ?

S- Mon père? Il est pilote d'essai pour chaise longue. Il passe sa journée devant la télé a essayer de faire monter son taux de cholestérol au dessus de 4 grammes.[Susan (épisode 16 saison Cool]

J- et ta mère ?

S- j’en sais rien… Je suis sûre qu’elle a était élue miss Monde et qu’elle est entrain de me chercher pour me prendre avec elle, au milieux des palaces et des mannequins masculins de luxe.

J-…

S- mouais bon, ok, pas miss Monde… Femme d’un riche milliardaire alors…

J- je te donne ma place si tu veux.

S- tu es femme d’un riche milliardaire ?

J- non je suis le milliardaire.

Les yeux de Sonny pétillèrent à l’ouie de cette phrase. C’était quand même vachement déprimant de voir que c’était toujours les plus beaux et les plus intelligents qui avaient l’argent…

S- pff le destin m’a laissé de côté c’est dégueulasse… J’ai plus qu’à me marier avec un vieux plein de sous…

J- je ne comprends pas, tu as réussi tes études, et tu as l’air encadré par une famille attentive, pourquoi tu as tellement envie d’avoir de l’argent ?

Sonny fut un peut gênée, un court blanc marqua une pause dans le dialogue avant que la jeune fille reprenne de l’énergie et s’aidant de ses mains pour parler :

S- Mais avec de l’argent on a plus besoin d’attendre pour profiter de la vie, on a tout ce qu’on veut tout de suite !

John hacha la tête. En effet la jeune fille avait raison.

J- Tu as raison du point de vue matériel… Mais tu as pensé au point de vue relationnel ?

La jeune fille ne dit rien, pour la simple et bonne raison qu’elle n’y avait jamais pensé, pour elle l’argent n’avait qu’un côté matériel…

J- vu que tu n’a rien d’autre à donner que l’argent, lorsque tu as des enfants tu les rends heureux en leur achetant des jouets et autres jeux sans aucun intérêts… La haute société et froide et les enfants sont éduqués très strictement… L’image publique a de l’importance et prendre son enfant dans les bras ou l’embrasser et un signe de faiblesse, donc on évite le contact physique.

S- tes parents t’on ignoré ?

J- on va dire qu’ils avaient d’autres préoccupations.

Leur discussion fut interrompue par un lampadaire qui venait de s’allumer signalant l’heure tardive. John se leva et mit ses mains dans ses poches et sourie à Sonny.

J- je crois qu’il serait temps d’y aller, il va faire nuit et demain je crois savoir que tu commence tôt.

Sonny soupira, la vie normale et professionnelle reprenait le dessus. Mais maintenant qu’elle s’était à peu prés intégrée à la vie de l’hôpital le stress allait être moins dense qu’aujourd’hui.
Le médecin raccompagna l’infirmière jusqu’à sa maison. Typée comme dans les films aux happy end, un toit rouge et une façade blanche. Mais les arbres disposés dans la rue, morts, la façade sale, les escaliers pleins de journaux laissés à l’abandons et les bacs à fleurs sur les fenêtres qui ne contenaient plus que des cadavres végétales transformait le beau décor en une affreuse réalité, celle qui est banale et en dehors des écrans.

Sonny salua l’homme et franchit le pas de la porte. L’intérieur était le développement sans surprises de la façade. Un long couloir en parquet foncé et aux mûrs en bois sombre. Un porte clé accroché au mûr rendait totalement déprimant cette maison : un petit lapin rose aux couleurs ternis par le temps. Sonny avait l’impression que la maison se refermait sur le pauvre animal et le pourrissait. Les escaliers n’étaient pas éclairés et une lueur mouvante s’élevée du dessous de la porte qui conduisait au salon. Elle ouvrit la porte. Sur l’écran de la télévision s’affichait une jolie blonde à la poitrine siliconée, aux lèvres botoxées et aux sourire inexpressif. Elle montrait plusieurs choix de réponse à un candidat, vieux. Le présentateur lui était peut être pire que la présentatrice. Un costume vert et une abominable cravate rouge. Il avait les cheveux sculptés de gel et qui reflétaient presque le public situé devant lui. Des épingles invisibles tirés jusqu’à ses oreilles, ses lèvres. Ses dents blanches crevés les yeux et sa peaux lisse, certainement rescapée d’une bonne dizaine de re lifting, avait un teint orangé, couleur des UV et des produits autobronzant. Dos au canapé, la jeune fille ne pouvait que voir un bras pendre et à terre une seringue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://experts-miami.forumotion.com/index.htm
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
avatar

Nombre de messages : 2966
Age : 36
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

MessageSujet: Re: Fanfiction > Urgence   Mar 16 Oct - 2:50

j'aime beaucoup ce début...J'ai hâte de lire la suite!!
Au fait,dans quelle saison situerais-tu ta fic?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmy
Bavard
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 27
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Fanfiction > Urgence   Mar 16 Oct - 17:55

saison 5/6 lorsque Lucas arrive ^^ la suite :



S- j’ai les résultats du scan docteur Kovac.

L’homme prit le papier fronça les sourcils.

L- appèle la chir’ et dit leur que ma radio de Monsieur Olfer montre la présence d’un caillot dans la partie gauche de sa boite crânienne.

La jeune fille hocha la tête prit la feuille et se dirigea vers l’ascenseur mais la foule de patients la convainc finalement de prendre les escaliers, le caillot sanguin de Monsieur Olfer n’allait pas l’attendre pour paralysé le pauvre père de famille. Elle grimpa rapidement jusqu’au service de chirurgie. A l’accueil elle expliqua rapidement ce pour quoi elle était venue et on lui dit de trouver le docteur Romano. Elle en avait déjà entendue parlé, un homme sarcastique et très sadique. La secrétaire lui fit une brève description de l’homme

« il est chauve, petit et très désagréable »

Super, la moitié des médecins de cet hôpital était chauve, le quart était petit et par mis les reste, 10% était désagréable. Mais bon, d’après les statistiques si on rassemblait les trois critères qu’avait donné la blonde au décolleté infinie les individus auquel Sonny s’intéressait se limiter à environ 10personnes. Elle vagabonda pendant quelques minutes dans les couloirs avant de voir passé un homme petit, chauve et entrain d’engueuler une infirmière sur un traitement qu’elle avait donné à un de ses patient. Sonny suivit les individus quelques secondes et lorsque l’infirmière s’éclipsa la jeune fille tenta.

« Docteur Romano ? »

L’homme s’arrêta et se retourna. Sonny put fièrement remarquer qu’elle le dépassait presque alors qu’elle était de taille moyenne… L’homme la considéra quelques minutes.

R- vous êtes la fille de Madame Rubkins ? Je vais vous conduire à elle, son ablation de l’utérus s’est très bien…

Puis il partit rapidement, elle lui courut après et tenta à plusieurs reprises de le couper.

S- non ! Non écoutez ! Je ne suis pas la fille de ! Hey attendez !

Puis l’homme entra dans une salle et dit fièrement.

R- Madame Rubkins, voilà votre fille !

La femme se redressa et souri à Sonny avant de regarder bizarrement le médecin.

S- non je ne suis pas la fille de madame.

Romano fronça les sourcils et sortit de la pièce en poussant la jeune fille dehors. Enervé il croisa les bras et se planta en essayant de la toiser de sa petite taille.

R- bon, après m’avoir humilié devant une patiente j’espère que vous avez une bonne raison de vouloir me parler.

Elle tendit le papier et dit simplement en haussant les épaules.

S- ben Monsieur Olfer a un caillot sanguin dans le…

R- merci je sais lire. Et ils veulent quoi en bas ? Que je l’opère ? J’ai 5 patients qui attendent, j’ai une ablation du foie, un donneur d’organe qu’il faut opérer dans les 2heures, j’ai un pacemaker à mettre, j’ai…

S- un caillot sanguin à retirer de la tête d’un père de famille.

Elle lui donna le dossier et partit vers l’escalier. Elle entendit derrière elle les protestation du nain grincheux mais elle ne s’arrêta pas et retourna aux urgences.

Une fois en bas, elle vit Carter et Lewis transporter un patient très mal en point en salle d’op’. Elle s’approcha et Carter lui fit signe de venir. La jeune fille entra dans la salle mais ne savait pas vraiment quoi faire.

Suzan- il fait un hémothorax …

S- asystolie

Carter sourie à la jeune fille et prit vite le défibrillateur.

J- on charge à 200… on dégage.

Sonny leva les mains et observa le corps de l’homme inconscient qui sursauta de bien 5centimètre sur la table. Elle tourna la tête ver le moniteur et dit, fière.

S- Rythme sinusal.

J- ok, bon faut le monter au bloc. Contactez Corday.

Le malade partit rapidement, Carter retira ses gants et sourie encore une fois à Sonny. Celle si retira avec difficultés les siens et réussi à les mettrent enfin dans la poubelle.

J- tu commence à prendre l’habitude.

La jeune fille hocha timidement la tête. Dans sa tête, elle venait d’être héroïque, elle s’attendait à ce qu’un petit chauve à lunette l’attende dans le couloir avec une feuille lui annonçant qu’elle allez recevoir le prix Nobel du sauvetage en urgence… Mais aucun homme à lunette dans le couloir, qu’un … petit chauve ?

J- Romano ?

R- bonjour John, vous pourrez dire à votre gamine déguisée en infirmière que son caillot va devoir attendre, pas que je n’aime pas les pères de famille mais un comateux particulièrement sexy avec les tripes ouvertes m’attend et je n’ai pas le temps à perdre avec un tel patients, appelaient Corday.

John et Sonny restèrent là. Romano redonna le dossier à la jeune fille avant de partir.

J- c’est le patient de qui ?

S- Docteur Kovac…

John hocha la tête et lui demanda d’aller dire à Luka que son patient venait de se faire éjecter de la chirurgie. La jeune fille chercha pendant 2longues minutes le grand croate avant d’apercevoir l’homme en question entrain de soigner une grand-mère qui lui racontait sa vie.

S- docteur Kovac ?

Il tourna la tête et failli demandait ce qui n’allait pas mais fut couper par la veille.

V- hey jeune fille ! Priorité aux vielles personnes ! J’ai peut être une libido un peu ternie mais je peux encore séduire un beau garçon !

Luka sourie.

L- je reviendrais vous voir après madame Sundlay.

Sur ce il se leva et écouta Sonny. Elle tendit le dossier et dit, gênée.

S- le docteur Romano n’a pas voulue prendre Monsieur Olfer.

Luka prit avec colère le dossier et se dirigea d’un pas décidé après avoir lancé un « merci » à la jeune infirmière. La jeune fille s’avança vers l’accueil en attendant d’assister un autre médecin et le vieux grincheux lança:

F- la guerre commence.

S- quelle guerre ?

F- urgence et chirurgie, vous avez déclenché la guerre…

S- moi ?

F- oui vous, le docteur Kovac va aller botter le cul de Romano, et arrêtez de poser des questions.

Puis il partit en direction des chambre. Sonny elle, resta là, totalement choquée. C’était son deuxième jour et elle venait déjà de déclencher une guerre, pire qu’Hitler et mieux que tout les rois de France. Les autres grands noms avaient au moins attendus d’avoir le peuple dans leur poche. Elle n’était même pas connue du tiers du personnel qu’elle venait déjà d’envoyer son artillerie lourde chez l’ennemi…
Il fallait maintenant que les chefs d’Etat s’arrange et signe un traité de paix. Sonny se dirigea rapidement vers les escaliers pour monter en chirurgie. Les tranchées étaient creusée, Luka et Romano se disputait, dossiers à la main dans les escaliers. Le peuple s’était rassemblait autour d’eux. Mais déjà les bruits saccadés de l’ONU se fit entendre, cette dernière bouscula l’adolescente et Kerry brandit sa béquille.

K- hey on se calme ici ! Luka, Robert, venez ici !

Ils venaient de s’enfermer dans une chambre, les quidams circulèrent, inconscient de la bataille qui venait de se livrer devant eux.
C’est bon, le traité de Maastricht allez être signé et la paix rétablie. Mais Sonny en était sûr, une guerre froide allez certainement éclatée entre les deux nations frontalières et tout ça à cause d’un incident diplomatique dont elle était le terroriste. Elle alla en salle de repos pour diriger le nouveau tournant de la petite planète des urgences. Le seul bunker pour se protéger des guerres biologiques, bactériologiques de cette univers. Assise dans le canapé, devant la télé éteinte, elle regardait en fait le bulletin d’information de 2050. L’hôpital à été dévasté par les années de guerres à coup de seringues, de dossiers et de perfusions. Les tenues se sont peu à peu changée pour être mieux adapté à l’environnement hospitalier, des tenues de combat totalement blancs. La porte s’ouvrit, s’aillez ils allaient exécuter l’auteur de toute cette pagaille.
Elle sortie de son scénario morbide et tourna la tête : quelque chose de massif venait de s’effondrer sur le canapé. John Carter lui sourie, inconscient du risque qu’ils prenaient à rester là, en plein milieux de la bataille.

J- il parait que Luka et Romano on fait une belle pagaille dans les couloirs.

S- oui… A cause de moi…

J- hou la non, Romano, il se défoule sur la première personne qu’il voit, c’est pas grave.

La donne changeait totalement. Elle n’était plus l’assassin ayant déclenché la guerre. Elle se redressa, le poids de toute les vies innocentes ayant péries dans le futur venait de s’élever. Elle inspira à fond.

S- ça me rassure, j’ai crue que c’était moi qui avait déclenché toute cette bataille.

J- ne sois pas si ambitieuse…

S- hey !

John partit dans un grand fou rire devant la mine déconcertée de Sonny. Bientôt le bruit d’une agitation d’éleva de l’extérieur de la salle. La jeune fille se redressa. La guerre avant commencée, mais elle était prête à combattre.

J- on a une plaie par balle qui doit arriver, je crois que c’est elle.
La jeune fille hocha la tête et sortit à la suite du médecin. En sortant Sonny fut rassurée de ne voir aucune barricade dans les couloirs.

K- John, une gamine qui a perdue connaissance vous attend en salle 3… Allez avec lui Sonny.

Dans la salle 3 reposait en effet une jeune fille, cheveux blonds, elle était très fine et avait un visage d’ange. John s’approcha de la jeune fille, écouta son cœur puis prit son pouls. Puis il leva la tête et dit à la jeune fille.

J- on lui fait un scan… Bien que je pense que c’est juste une petite crise d’hypoglycémie…

S- moi j’en suis sûre…

J- pourquoi ?

L’adolescente montra alors le poignet droit de la jeune fille inconsciente. Il y avait un bracelet rouge. Carter fronça les sourcils.

J- et alors ?

S- hou la, t’es pas au parfum toi… Le bracelet rouge, signe de ralliement des pro-ana… Des anorexiques qui se disent under-control et qui ne mange pas pour être plus belle, des mannequins généralement…

J- écoute, elle a pu mettre simplement un bracelet rouge comme ça et ne pas manger le matin…

S- on pari combien qu’elle n’a presque rien mangé depuis plusieurs jours et que son rapport IMC n’est pas glorieux ?

John réfléchit.

J- bon tu lui fais une perf de vitamine, je vais demander au psy de la voir… Va lui chercher quelque chose à manger si elle se réveille et qu’il se trouve qu’elle n’est pas anorexique.

Sonny hocha la tête et partit en direction de la cafétéria. Elle retourna dans la salle 3 avec 3 sandwich différents, thon, jambon et fromage. Elle entra, les mains pleines et se retrouva en face de l’adolescente entrain de mettre ses chaussures.

S- heu, je crois pas que tu peux partir…

M- ça va, j’ai rien, lâchez moi la grappe.

S- Si t’essai de sortir j’appel la sécurité, donc je te conseille de rester ici… En parlant nourriture, thon, jambon ou fromage ?

La fille s’assit sur la table et fit une moue, d’un air méprisant elle dévisagea Sonny et l’observa de la tête au pied.

M- je fais un régime, et tu devrais faire pareille…

S- non merci, par contre ou bien tu mange un de ses sandwich ou alors je te les fait rentrer dans le bras à l’aide de la transfusion.

M- si j’en mange la moitié tu me laisse partir ?

J- non…

John venait d’entrer dans la salle avec un papier.

J- vous êtes en carence de fer, de magnésium et de vitamines, ensuite vous faite environ 40kilos pour 1m78, ce qui est très peu, on va vous garder ici pour que vous repreniez un poids normale.

M- quoi ? Un poids normale ? Vous vous foutez de moi ? C’est vous qui êtes tous des malades !

Sur ce la jeune fille se leva et se dirigea ver la porte, John la retint.

J- désolé mais vous devez parler à un psychologue de l’hôpital.

A peine il avait finit sa phrase que l’anorexique lui donna une baffe en lui griffant la joue. Elle s’en alla d’un pas décidé, Sonny n’eut pas vraiment d’avoir 4grands trais rouges sur la figure comme le médecin.

J- de toute façon elle reviendra un jour ou l’autre si c’est pas aujourd’hui…

La psychologue de service arriva, Joanne. Elle stoppa sa chaise roulante devant le docteur Carter se tenant la joue.

JP- je vois qu’elle est agressive… Bon, si je comprends bien, je suis descendue pour rien… Y en a pas un de vous deux qui veux une consultation ?

Les deux hochèrent négativement la tête. Suzan qui passait dans le couloir s’arrêta et s’approcha très près de Carter, elle se pencha sur sa plaie et l’observa.

S- c’est méchant, vient ici.

Et elle le tira dans une salle. Sonny resta là, avec la psychologue.

JP- alors les amours ?

S- heu… Je dois y aller…

Et elle s’en alla en courant pour que la folle en chaise roulante ne la rattrape pas. Une scientifique, sadique qui s’est amputée les jambes pour mieux développer ses capacités psychiques… Elle la voyait, dans un labo entrain de fouillait dans le cerveau des gens. Les mains peines de sang, entrain de passer des morceaux de cervelles découpaient au hasard sous un microscope…
Après être sortie en courant du laboratoire de l’horreur, elle se retrouva face à un énorme monstre à trois têtes chauves

R- TU ES HOMOPHOBE ? ? ?

Derrière lui un homme couché, certainement dans le coma portait une robe rouge et était maquillé comme une femme, il portait une perruque blonde et longue. Un fil qui soutenait sa main lui fit faire un coucou au monstre qui lui répondit en lui faisant un baise main. Sonny voulut profiter de ça pour s’échapper mais le monstre revint rapidement et lui barra la route. Il allait lui donner un coup de seringue lorsqu’un homme se mit devant Sonny, le docteur Kovac, habillé comme au moyen age, mais tout en blanc. Il brandit un dossier étonnement long et cria au monstre.

L-Tu va tâter de mon dossier !

Puis le médecin et le monstre engagèrent un combat sans merci. Grâce à la diversion du beau Croate, la jeune fille put se faufiler derrière le monstre., elle courut, croisa des chars dirigés par Kerry portant un casque bleu qui fonçaient droit vers le combat. Sonny courut le plus vite qu’elle put et atteint enfin la porte lorsqu’elle la poussa… Elle se redressa dans son lit. La lumière perçait à travers les transistors éclairant un bureau plein d’habits de sous vêtements et de feuilles, une armoire ouverte ne contenant plus beaucoup de vêtements, et des feuilles couvraient presque entièrement le sol ne laissant plus voir sa couleur initiale. Ces feuilles étaient recouvertes d’écrits…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://experts-miami.forumotion.com/index.htm
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
avatar

Nombre de messages : 2966
Age : 36
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

MessageSujet: Re: Fanfiction > Urgence   Mer 17 Oct - 4:44

oyo!Pas sûre de suivre là...Elle nous a fait un rêve bien délirant on dirait...
Vivement la suite pour éclairer ma lanterne!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmy
Bavard
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 27
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Fanfiction > Urgence   Mer 17 Oct - 15:02

je confirme c'est bien un rêve délirant^^ je suis entrain sur la suite^^ ça arrive ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://experts-miami.forumotion.com/index.htm
ladyfrom
Invité



MessageSujet: Re: Fanfiction > Urgence   Jeu 23 Avr - 20:34

j'adore ta fic 10/10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fanfiction > Urgence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fanfiction > Urgence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Autres Séries-
Sauter vers: