Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Fanfic Les Experts: Manhattan

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMer 8 Mar - 23:59

bong trop génial 10/10 !!!vite vite la suite!! :DD

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 9 Mar - 0:34

10/10 love
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 9 Mar - 16:59

Fin du chapitre 8, version normale:
____________________________


Le jour s'était levé. Par la fenêtre ouverte, il regardait les rayons du soleil caresser sa peau, se demandant depuis combien de temps il ne s'était pas réveillé comme ça, sans crier. Sans avoir peur. Sans avoir mal. Du moins jusqu'à ce qu'il émerge de sa torpeur. Il se redressa, et s'assit au bord du lit. C'était la meilleure façon de faire passer la nausée. Il baissa la tête, regarda ses pieds. J'ai pas gerbé, juste là? Il y a... combien de temps, au juste?
Un bruit, dans la pièce à côté. Don.
_Comment tu te sens?
Fatigué, désespérément fatigué, et perdu. Malade comme un chien. Et dégoûtant. Je me supporte pas moi-même...
_File-moi quelque chose, Don. Je tiendrai pas le coup.
_Danny, tu peux pas baisser les bras maintenant. Le plus dur est fait.
_Qu'est-ce que tu en sais? Je me sens de plus en plus mal! J'ai envie de gerber, et je suis sûr que je tiens à peine debout...
_C'est parce que tu as rien mangé depuis au moins deux jours...
_Je t'en prie, je me sens vraiment pas bien, le supplia-t-il encore. Ça me brûle à l'intérieur.
Rien que le fait de respirer lui faisait mal, et parler lui brûlait la gorge.
_Tu veux replonger? s'étonna Don. C'est ça?
Danny ne savait pas ce qu'il voulait. Continuer à se battre, souffrir, affronter une réalité qui lui échappait, tout ça pour quoi? Retrouver une vie qui ne lui appartenait plus, des amis qu'il n'était même pas foutu de se rappeler?
Il y avait bien un moyen de chasser ces idées noires...
_Aide-moi...
_C'est ce que je fais, lui affirma Don.
Il se leva, se dirigea vers la table, et revint avec une bouteille d'eau.
_Bois ça. C'est tout ce que je peux te donner pour l'instant.
Danny tendit la main vers la bouteille, mais pour la repousser.
_Danny, insista Don. Bois ça, je vais te préparer à manger...
_Non, gémit Danny. Non... non!
Il parvint à se saisir de la bouteille, qu'il balança plus loin, aussi loin que ses maigres forces le lui permirent. Ensuite, il posa ses deux mains sur Don et le repoussa lui aussi:
_Fous-moi la paix! s'emporta-t-il, désespéré. Je te connais pas!
Don recula hors de sa portée, histoire de le calmer. Il accusa le coup. Il s'était attendu à ce genre de réflexion, mais ça ne signifiait pas pour autant qu'il s'y était préparé.
Quant à Danny, il savait qu'il lui avait fait du mal. Il le regrettait assez pour ne pas oser le regarder en face, mais pas suffisamment pour s'excuser.
Don lança quelque chose sur le lit, et puis s'éloigna vers la fenêtre, tournant le dos à son ami.
C'était une photographie. Danny se dit que Don devait beaucoup y tenir pour la garder toujours sur lui. Il posa les yeux dessus. Tombée sur la bonne face, elle n'était cependant pas tournée à l'endroit. Malgré tout, il put y voir le symbole d'un temps passé. Un temps où tout allait bien. Pour le mieux, du moins. Il ne tenait plus qu'à lui de faire en sorte que ces moments ne soient pas totalement révolus. D'accord il ne les connaissaient plus, ces gens venus de New York pour lui. Mais ils l'avaient recherché, pendant des mois, sans savoir s'il était vivant ou bien mort. Et depuis qu'ils l'avaient retrouvé, ils l'avaient entouré, rassuré, ne voulant plus que son bien. De quel droit pouvait-il se permettre de les décevoir?
Il n'était plus le même homme que sur cette photo. Large sourire, entourant son ami de son bras, et prenant la photo en tenant l'appareil au bout de son autre bras. Ils étaient à l'extérieur d'un stadium, sorti d'un match de base-ball. Lui-même portait un t-shirt à l'effigie des Dodgers. Quant à Don, lui non plus, ne semblait plus être tout à fait le même.
Ils l'ont torturé, Danny. Souviens-toi. Tu n'as pas le monopole de la souffrance.
_Je suis vraiment le roi des cons, j'aurais pas du dire ça.
Don prit son temps. Mais il finit par le rejoindre, silencieusement. Ils restèrent ainsi, l'un assis, l'autre debout, jusqu'à ce que Danny lève la tête vers Don et le regarde de nouveau dans le blanc des yeux.
_Tu sais ce qui te ferait du bien?
Danny ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais se ravisa.
_Debout.
_Quoi... pourquoi?
_Allez, debout! insista Don en lui tendant la main.
_Dis-moi! implora Danny.
_Une bonne douche, annonça Don.
_Je pas envie, je suis crevé.
_Je te promets, ça va te faire beaucoup de bien.
Danny baissa la tête, et soupira:
_Fous-moi la paix.
_Tu as l'air d'un... mollusque. La mauvaise humeur en plus. Alors debout!
Danny fronça les sourcils et lança à son ami un regard en biais.
_Un mollusque?
_Désolé. C'est ce qui se rapproche le plus de la vérité.
Après une vague hésitation, Danny posa sa main dans celle de Don. La comparaison le fit sourire. Don avait sans doute un peu raison. Il avait l'impression d'avoir passé plusieurs mois au fond d'un trou sombre, en eaux troubles. Et un filet d'eau claire valait sans doute bien mieux qu'une ligne de coke.

à sssuivre!

La version slash de cette fic, et plus particulièrement de ce chapitre, et des suivants, se trouve dans le nouveau topic! Wink

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 9 Mar - 17:37

comme d'habitude c'est super,Valm!! 10/10
excellente idéed'avoir rajouté un autre topic NC-17 car je voyais déjà le problème si nos deux fanfics se mélangeait(gros bazar Shocked )
allez la suite Mr. Green

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 9 Mar - 19:42

bravo Valm 10/10
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
Carolina CARUSO
Administratrice 2/ Experte en informatique
Carolina CARUSO

Nombre de messages : 913
Age : 39
Localisation : Los Angeles (pour bientôt ???)
Date d'inscription : 10/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 9 Mar - 19:52

Yes .... 10/10

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 97123f2f I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://davidcaruso.oldiblog.com
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyVen 10 Mar - 20:01

lagentillefan a écrit:
excellente idéed'avoir rajouté un autre topic NC-17 car je voyais déjà le problème si nos deux fanfics se mélangeait(gros bazar Shocked )
C'est effectivement ce que je me suis dit... Les grands esprits..... Wink La suite dans... bientôt! Mr. Green

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyVen 10 Mar - 21:51

c'est looooooooooong l'attente Sad
mais bon j'essaie de patienter Surprised

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptySam 11 Mar - 16:58

Bon, euh... c'était pas prévu pour aujourd'hui, mais voici la suite:
C'est bien parce que c'est vous, hein?!!! Allez:

-9-


_Qu'est-ce que ça a donné? s'enquit Stella, au retour de Mac et Stillman au QG de Phila.
_On a envoyé de nouveaux éléments au labo, lui apprit Mac.
Elle haussa les sourcils, agréablement surprise:
_Ne me dis pas que je dois te supplier à genoux pour en savoir un peu plus?
Il secoua la tête:
_On a eu beaucoup de chance, avoua-t-il. On a ramené un bout de planche avec une balle de revolver coincée à l'intérieur.
_Une balle? intervint Scotty Valens, présent lui aussi dans le bureau de Stillman.
_Calibre 45, précisa ce dernier.
_Et d'où vient cette planche? reprit Stella.
_Elle appartenait à une grange, près d'Allentown, précisa Mac. Tout près de l'endroit où Danny a été récupéré.
Elle fronça les sourcils d'un air interrogateur. Et ce fut Stillman qui expliqua comment ils avaient su où chercher, grâce à un certain Daniel Green, rond comme une queue de pelle au moment des faits.
Les faits. Peu à peu, ils se mettaient en place dans leurs esprits. Ils reconstituaient avec de plus en plus de précision les événements.

A genoux, dans la grange, face à deux des hommes qui l'avaient embarqués depuis New York jusqu'à ce trou perdu, Danny comptait les secondes qui le séparaient de sa propre mort. Il leva la tête vers celui qui tenait le flingue... un gamin! Il allait se faire descendre par un môme qui n'avait même pas la moitié de son âge!
_Tire pas, le supplia-t-il, sans espoir.
_Bute-le, rétorqua l'autre, sèchement.
L'homme, en retrait, venait de remettre au gamin l'arme avec laquelle tout prendrait fin.
Les yeux de Danny étaient obstrués de larmes. Mourir était une chose. Mourir de cette façon, assassiné froidement par des inconnus, loin de chez soi, dans une obscure et muette solitude, après avoir subi quantité de coups et de menaces, et sans avoir rien pu faire pour venir en aide à son meilleur ami, le savoir mort. Tout ça, c'était pire que toutes les armes du monde. Pire que la mort en elle-même.
Le gamin était enfin prêt. Du moins c'est ce qu'il croyait. Il pressa son doigt sur la détente. Au dernier moment, il détourna un peu la tête, comme s'il redoutait d'être éclaboussé, ferma juste un oeil, et le coup partit, la détonation étouffée par un silencieux.
Pour Danny, ce fut le trou noir. Son corps heurta le sol et forma un nuage de poussière autour de lui. Puis plus rien. L'inertie. Le néant.
L'homme approcha. Du pied, il fit basculer Danny sur le dos, et vit sa blessure à la tête.
_J'ai bien cru que tu allais le louper, dit-il, avec sévérité. Allez, on se casse.
Ils le laissèrent alors seul ici. Les tueurs mais aussi le témoin de la scène. Ils déguerpirent comme des lapins.
La balle, au lieu de finir sa course entre les deux yeux de Danny, avait suivi une trajectoire non prévue. Déviée, à pleine vitesse au niveau de l'os frontal, elle avait provoqué une perte de connaissance instantanée, et sans doute un traumatisme crânien. Fort heureusement, celui-ci avait fini par se résorber de lui-même. Mais le choc avait valu à Danny des maux de tête carabinés pendant de longs mois, et causé son amnésie. La balle avait fait table rase de tout ce qui s'était passé dans sa vie avant ce jour.
Et puis elle alla terminer sa course dans une des planches qui cloisonnaient la grange, éclatant le bois, restant coincée à l'intérieur, protégée des intempéries et de toute autre altération extérieure, attendant bien sagement qu'un expert de la police scientifique la sorte de là.

_Avec un peu de chance, conclut Mac, on pourra en retirer de l'ADN à partir de sang ou de cellules épithéliales.
_On n'a plus qu'à attendre, et croiser les doigts, dit Stella, songeant à quel point Danny avait eu de la chance, malgré tout.
Combien de fois avait-il failli y rester? Peut-être plus souvent qu'en 5 ans de service au sein de la police scientifique.
_On revient de l'hôpital, fit alors savoir Scotty. Le médecin a bien voulu nous communiquer les premiers résultats de ses examens.
_Son bilan correspond à celui d'un toxicomane en parfaite santé, le relaya Stella. A part peut-être une légère carence en fer... et puis il y a ça.
Elle sortit une enveloppe de sa poche.
_C'est le résultat de son test HIV. Le médecin a préféré le séparer des autres pour des raisons... que l'on peut comprendre, hésita-t-elle. Je ne l'ai pas ouverte.
Scotty parut légèrement embarrassé. Son patron lui fit un signe de la tête, et ils sortirent tous les deux du bureau, laissant les deux experts de Manhattan seuls.
_Où est Lilly? entendit Mac.
_A Trenton, répondit Scotty. Elle...
Puis la porte se referma sur eux.
_Qu'y a-t-il? s'enquit Mac.
C'était étrange. Elle n'avait pas décacheté l'enveloppe, mais c'était comme si elle connaissait déjà la réponse.
_La fille qu'on a interrogée au squat, commença-t-elle. Elle nous a fait comprendre certaines choses qu'on ignorait de Danny.
Mac croisa les bras, attendant la suite avec appréhension mais patience. Stella cherchait ses mots, et les lui prononçait à mesure qu'elle les trouvait:
_Danny a eu des comportements à risques... je ne parle pas seulement des seringues...
_Tu veux parler de rapports sexuels non protégés, c'est ça? la soulagea Mac.
_Très probablement, acquiesça-t-elle. Lui et son ami, Mike... ils étaient très proches, et... Mac, j'ai très peur de ce qu'on va découvrir...
_Stella, l'interrompit-il d'une voix douce.
Elle se figea. Que se cachait-il derrière le calme et l'apparente sérénité du lieutenant Taylor?
_Il y a quelque chose que je devrais savoir?
_En effet, lui confirma-t-il.
_Quoi? fit-elle avec un étonnement méfiant.
Mac pinça alors la fameuse enveloppe entre son pouce et son index, et Stella la lui laissa, incertaine. Quand elle le vit la décacheter, elle protesta timidement du regard. Ce n'était pas à Danny de faire ça?
Il déplia la lettre, lut ce qu'elle contenait, puis posa les yeux sur Stella. Elle détestait ça. Quand elle n'arrivait pas à lire ce qu'il y avait d'écrit sur son visage. Et ce n'était pas parce qu'il n'éprouvait aucune émotion. Loin de là.
_Pitié, Mac... supplia-t-elle entre ses dents.
_Le test est négatif, annonça-t-il.
Elle ouvrit de grands yeux étonnés, et poussa un long soupir de soulagement, en se jetant dans ses bras.
_Il devra refaire le test dans trois mois, lui rappela-t-il, incapable de faire le moindre geste, coincé dans l'étreinte de Stella.
_Oui, je sais, se reprit-elle alors, reprenant ses distances. Mais...
Un grand et magnifique sourire illumina son visage, et celui de Mac, aussi.
_C'est une excellente nouvelle, admit-il... en lui ouvrant cette fois-ci les bras, pour qu'ils puissent s'en réjouir tous les deux, sans que l'un deux ne meurt étouffé.

à su-ivre!

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Carolina CARUSO
Administratrice 2/ Experte en informatique
Carolina CARUSO

Nombre de messages : 913
Age : 39
Localisation : Los Angeles (pour bientôt ???)
Date d'inscription : 10/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptySam 11 Mar - 17:29

Oh oh je m'attendais au pire pour le test mais continue comme ça c'est très bien...

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 97123f2f I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://davidcaruso.oldiblog.com
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptySam 11 Mar - 19:06

comme toujours Valm 10/10 clap
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptySam 11 Mar - 21:42

10/10 y a pas à dire Valm c'est super!!!au fait, mon frère a un moment regardé par dessus mon épaule et a adoré ton style d'écriture!!
et il faut dire qu'il est superbe victoire !!!

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyLun 13 Mar - 22:26

Merci les filles bong Eli, fais un smack à ton frère, pour moi Wink
La suite arrive demain, si tout va bien What the fuck ?!? :DD

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyLun 13 Mar - 22:58

bong bong chouette!!!les deux version?

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyLun 13 Mar - 23:08

Oui, madame salut ! En attendant.......et bien bonne nuit I don't want that !!!! Mr. Green Mr. Green Mr. Green

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMar 14 Mar - 17:03

-10-
version normale


Le radeau flottait mollement, au milieu de nulle part. Un radeau fait de rondins de bois et reliés entre eux par des lianes. Le genre de radeau qu’on se construit pour quitter son île déserte. Rudimentaire. Pas très confortable. Les vagues le berçaient délicatement, le clapotis des vagues heurtant les bords de l’embarcation résonnait presque imperceptiblement dans sa tête. Il se réveillait peu à peu, cligna des paupières et se vit allongé sur le ventre, sa main inerte posée à hauteur de ses yeux.
Une vague, un peu plus forte que les autres, vint se briser sur un bord et l’éclabousser au visage. Il avala un peu d’eau, et toussa. Maintenant qu’il était bien réveillé, épuisé mais réveillé, il s’appuyant sur ses coudes, et se redressa un peu. Danny ne se demanda même pas où il était ni comment il avait atterri ici. Il savait qu’il était seul et vulnérable, à moitié mort, sur un radeau de fortune perdu au milieu de l’océan. La peur l’envahissait, sournoisement, elle s’emparait de tout son être, peu à peu.
Une terre immergée apparut soudain, au loin. Elle n’était pas là, une seconde auparavant. C’était une certitude. Une de ces certitudes sans fondement, mais indestructible, qui s’emparait mystérieusement de lui, parfois. Tout comme celle qui lui disait que cette terre parsemée d’immeubles, apparus eux aussi comme par magie, c’était New York City. Aucun doute là-dessus. Ça n’y ressemblait que de loin, mais c’était New York.
Il pouvait à peine bouger. Comme si son corps était mort, et que son esprit, toujours vivant, en était prisonnier. Il voulait atteindre la côte. Il le fallait. Il devait atteindre la côte, et gagner la ville.
Il glissa son bras sur le bois trempé, malgré l’engourdissement, et le plongea dans l’océan. Ensuite il se mit à ramer. Lentement. Inutilement. Il s’éloignait. Il essaya plus vite, plus fort, mais rien à faire. La ville disparaissait, se noyant entre l’eau et le ciel.
C’est là-bas que je dois aller… Si elle disparaît, je la reverrai jamais…Mais elle ne fut bientôt plus du tout visible. Poussé par sa conviction, pressé par la peur, Danny s’agrippa au bord du radeau, et tira sur ses bras de toutes ses forces. Il bascula alors dans l’eau salée.
Ses jambes ne lui obéissaient pratiquement pas. Malgré cela, il surnageait à la surface, à la seule force de ses bras. Autour de lui, il n’y avait plus rien. Plus de radeau, plus de New York. Seulement l’océan, et lui. Il se mit à nager en direction de la ville évanouie. Du mieux qu’il le put.
Pourquoi j’avance pas! … Je suis fatigué… Tellement… fatigué…Il ouvrit les yeux. Tout était sombre. Il était suspendu en l’air, son corps flottait, immobile.
Alors ça y est, je suis mort...
Pas dans l’air. Non, dans l’eau. Toujours dans l’eau salée de l’océan. Il ne ressentait plus rien, ne respirait plus. Il n’en avait pas besoin. Sous lui s’étendaient les fonds marins. L’Atlantique était vide et sombre. Des voix se mirent à résonner à la surface. Mais elles ne lui parlaient pas. Personne ne savait qu’il était là. Ils ne le voyaient pas.
Une douleur foudroyante, au creux de son bras, le surprit. Une main venait de l’agripper fermement pour le tirer brusquement vers le haut, à la surface.
Cette fois, ses yeux grands ouverts fixèrent le plafond. Et cette fois, il était vivant, et il respirait. Il cherchait son souffle comme s’il venait réellement de se tirer de justesse de la noyade.
Trenton, Pennsylvanie. Le retour. Il y avait comme un air de déjà-vu… Ces cauchemars qu’il faisait sans cesse, ces réveils en sursaut, et en sueur, de jour comme de nuit, ça finissait par lui taper sur les nerfs. Il s’assit sur le lit, posa ses coudes sur ses genoux et prit sa tête dans ses mains. Il sentait qu’elle pesait des tonnes. Il en avait assez…
_Un cauchemar? devina Don.
Danny tenta un geste de la main en direction de la voix, pour le rassurer. Son bras était tellement lourd, lui aussi, qu’il parvint à peine à le maintenir en l’air plus d’une seconde.
Dire que je flottais, il y a pas si longtemps…
Finalement, avec un effort de concentration et des forces puisées de Dieu seul savait où, il se glissa au bord du lit et posa ses pieds sur le sol. Sa vision était floue, du moins elle l’était plus que d’habitude.
_Tu veux en parler?
Danny leva la tête vers lui. Vers eux. L’inspecteur de Phila, Lilly Rush, était là, avec Don. Il reconnut ses cheveux blonds attachés en chignon et qui formaient un feu d’artifice de mèches autour de sa tête.
Il ignorait s’il était normal que le simple fait de lever la tête provoque une nuée de petits points noirs devant ses yeux, et une sensation de vertige…
_Je me sens pas… s’entendit-il dire avant de se sentir partir.
_Tu m’entends?
La voix, c’était encore celle de Don. Elle lui venait de loin, très loin.
_Danny!
Elle se rapprochait, devenait plus claire. Encore une fois, il était allongé sur le lit. Ses yeux étaient ouverts mais sa vue commençait tout juste à percer l’obscurité. Et sa tête… ça bouillonnait toujours à l’intérieur.
_Danny, parle-moi.
La voix était toute proche. Don, penché au-dessus de lui, assis à ses côtés. Lilly Rush debout, un peu en arrière.
_Je t’en prie, dis quelque chose…
_Je… je sais pas quoi dire, balbutia alors Danny, émergeant des profondeurs.
_C’est rien, répondit Don avec soulagement. Ça suffira.
Il vit Lilly poser une main sur l’épaule de son ami. Ils avaient l’air soulagés, d’un coup. Danny cligna des yeux et puis il voulut se redresser mais ça semblait encore un peu prématuré. Il se mit à prendre de profondes inspirations, respirant consciencieusement, jusqu’à ce que ça tourne un peu moins tout autour de lui. Il vit Lilly disparaître un moment. Quant à Don, une main sur son front, il lui demanda :
_Ça va mieux?
_Oui, répondit-il simplement.
Lilly revint avec un linge humide, qu’elle déposa avec douceur sur son front. Danny appuya ses deux mains dessus, comme pour en puiser chaque goutte de fraîcheur, puis se le passa sur son visage avant de le remettre au-dessus de ses yeux. L’inspecteur et le détective le regardaient. Ils paraissaient un peu trop inquiets.
_Ça va, les rassura-t-il. Ça fait trop longtemps que j’ai rien mangé, je crois…
_Je suppose que tu veux pas entendre parler d’hôpital, ou même d’un médecin, fit Don à tout hasard.
_Non, c’est pas utile. C’était rien.
Il se redressa, espérant leur prouver qu’il disait vrai, et qu’il allait reprendre le dessus, sans l’aide de personne. Tout au moins sans aide médicale. Et puis ce fut au tour de Don de se lever pour aller chercher quelque chose, sur la table.
_Avale ça, je vais te préparer un truc à manger.
Danny tendit la main et Don y déposa deux carrés de sucre.
_Amen, dit Danny avant de les mettre dans sa bouche et de les sucer.
Don disparut ensuite dans la cuisine, et Lilly prit sa place sur le lit, près de Danny.
_Vous étiez à deux doigts de vous écrouler par terre, lui confia-t-elle.
_Vraiment? s’étonna Danny, la prononciation bizarre à cause des sucres. M’en souviens pas.
_Pas étonnant, réalisa Lilly. Vous n’étiez… plus là. On a eu très peur.
Danny croqua un des sucres, en regardant le sourire de la jeune femme. Elle était si belle, et si douce. Il avait l’impression d’avoir quelque chose en commun avec elle. Quelque chose de douloureux qu’elle portait avec elle, depuis toujours. La différence, c’était que Danny avait tout oublié.
_Vous êtes là depuis longtemps? lui demanda-t-il.
_Mmmm… presque deux heures dit-elle, un œil sur sa montre.
Il mit le second sucre sous sa langue. Ça lui faisait un goût bizarre dans la bouche. Les minuscules grains de sucre se mêlaient à sa salive, formant une masse granuleuse sous sa langue. Mais ça lui faisait du bien.
_Don m'a beaucoup parlé de vous, lui glissa-t-elle.
_Vous vous êtes pas trop ennuyée?
Elle secoua la tête, amusée.
_Pas une seule seconde.
_Qu'est-ce qu'il a dit?
Lilly hésita. Elle savait que Don n'était pas très loin et elle se refusait à trahir ses paroles. Et puis ce n'était sûrement pas à elle de décider ce qu'il fallait ou non révéler à Danny. Elle prit sa main, approcha son visage du sien et lui dit:
_Vous lui avez beaucoup manqué. Et tous vos amis, à New York, gardez-les bien, parce qu'ils tiennent énormément à vous.
Elle se redressa, il serra sa main.
_Vous croyez qu'ils vont me pardonner? murmura-t-il alors.
Lilly fronça les sourcils, plutôt étonnée:
_Vous n'avez rien à vous faire pardonner...
_Personne m'a forcé à devenir un camé, insista-t-il. Ni à faire ce que j'ai fait. Votre patron, il a dit que j'étais des vôtres, mais...
_Danny...
Elle posa sa seconde main sur la sienne.
_Ils ne me feront jamais plus confiance, je peux pas... redevenir comme avant.
_Mais c'est ce que vous voulez, non?
Danny se tut, et desserra son étreinte. Il suçait son sucre. A quoi bon le nier? Au fond, c'est tout ce qu'il voulait: redevenir celui qu'il avait été, peu importe les erreurs qu'il avait fait dans le passé. Ça valait certainement mieux qu'une misérable existence de junkie. Mais était-ce vraiment possible?
_C'est vrai, vous avez sûrement beaucoup changé, ces dix derniers mois, concéda-t-elle. Bien sûr que vous ne serez plus tout à fait le même homme qu'ils ont connu. Mais vous pouvez devenir plus fort. Apprenez à être meilleur qu'avant. Si c'est possible, ajouta-t-elle.
Danny tenta de considérer la situation sous cet angle. Etre meilleur. Changé, mais en bien...
Vous croyez? lut-elle dans son regard inquiet. Elle sourit de nouveau:
_Vous réussirez, n'en doutez pas. Vous verrez, tout se passera bien.
Don surgit alors de la cuisine. Il croisa les bras, appuyé contre l'encadrement de la porte. Lilly suivit le regard de Danny, et se tourna vers le détective.
_Je dois y aller, lui annonça-t-elle d'un air navré. J'ai vraiment apprécier notre longue conversation, Don.
Elle se leva, mais avant de lâcher la main de Danny, elle s'adressa une dernière fois à lui:
_Prenez soin de vous, d'accord?
_Promis. Merci, Lilly.
Elle lui fit un clin d'oeil, et il lâcha sa main, la laissant rejoindre Don. Celui-ci la racconpagna alors, jusqu'à sa voiture.

Toujours allongé, et immobile, le linge humide couvrait ses yeux. Il entendit la voix inquiète de Don, à son retour quelques minutes plus tard:
_Danny?
Il répondit en levant son bras, poing fermé, pouce en l'air.
_Ne me demande pas si ça va, marmonna-t-il quand Don s'assit sur le lit près de lui.
_Très bien, se résigna celui-ci d'un air pensif et un poil contrarié d'avoir été si prévisible, sur ce coup-là. Tu préfères que je t'amène moi-même à l'hôpital ou j'appelle une ambulance? demanda-t-il à la place.
Danny fit glisser le linge sur son front, et lança un regard appuyé au détective.
_Je vais bien, lui assura-t-il en détachant chaque mot.
Il n'était pas agacé, ni même méfiant. Aucun reproche ne sembla lui traverser l'esprit. Il voulait seulement que Don le croit. Qu'il lui fasse confiance. Pas seulement parce qu'il en avait envie, mais parce qu'il en avait besoin. Mais par-dessus tout parce qu'il était sincère. Ce n'était qu'une baisse de tension, un petit coup de mou. Ça lui était déjà arrivé, tout ça parce qu'il avait "oublié" de se nourrir pendant un peu trop longtemps. Il s'était écroulé deux fois sur le sol dur et froid du squat, avec l'impression d'être subitement arraché à lui-même, et de ne plus appartenir à ce monde. Sauf que lorsqu'il avait repris connaissance, il s'était retrouvé seul. Une fois au milieu de la piaule de Mike, l'autre fois dans la cuisine. Cette fois-là, d'ailleurs, il avait rampé sur le sol, alors que sa tête lui en faisait voir trente-six chandelles, et s'était adossé contre un meuble. Assis sur le sol froid, il s'était rendu compte qu'il y avait du sang par terre. Son propre sang. Il s'était blessé à la main, en tombant, avec un couteau.
C'est pas une vie, s'était-il dit. Pas la mienne...
_Ça sent bizarre, qu'est-ce que c'est? voulut-il savoir en humant d'un air méfiant le fumet qui provenait de la cuisine.
_Quelque chose d'assez inconsistant que ton estomac devrait pouvoir supporter. On dirait... de la soupe, lui précisa Flack. C'est ce qui est marqué sur l'emballage, en tout cas.
Danny grimaça un sourire.
_De toute façon, je veux plus être comme ça, je pourrais manger n'importe quoi.
_Ça tombe bien, parce que je veux plus te voir comme ça. Je pourrais te forcer à avaler n'importe quoi.
Tandis que Danny s'appliqua avec une volonté admirable de finir jusqu'à la dernière goutte le liquide fumant au vague goût de légumes, le détective discuta avec Mac Taylor au téléphone. La dernière chose qu'il l'entendit lui dire avant de raccrocher fut "à tout de suite". Il ne sut pas vraiment pourquoi, mais une petite boule d'angoisse prit possession de sa gorge...

açuivre... Chapitre 10 - version slash - disponible Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMar 14 Mar - 18:11

10/10 vraiment génial Valm!!vite la suite!! bong

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMar 14 Mar - 18:19

Rrôôôooo Eli!!!! Plus impatiente, tu meurs! lol!

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMar 14 Mar - 18:59

comme toujours Valm 10/10 love rien a dire clap clap
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
matmatah
Tête en l'air
matmatah

Nombre de messages : 1536
Age : 39
Localisation : juste derrière toi
Date d'inscription : 13/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMar 14 Mar - 19:49

dsl Valm je ne l'ai pas encore lut pour l'instant je la stoque sur mon disque dur et je la lirais plus tard Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMer 15 Mar - 0:21

valm.csi a écrit:
Rrôôôooo Eli!!!! Plus impatiente, tu meurs! lol!

bé vi Embarassed !!c'est tellement bien qu'on veut vite la suite!!

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Carolina CARUSO
Administratrice 2/ Experte en informatique
Carolina CARUSO

Nombre de messages : 913
Age : 39
Localisation : Los Angeles (pour bientôt ???)
Date d'inscription : 10/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMer 15 Mar - 15:31

Super 10/10 continue sur cette voie, Valm... Wink

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 97123f2f I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://davidcaruso.oldiblog.com
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyMer 15 Mar - 15:42

matmatah a écrit:
dsl Valm je ne l'ai pas encore lut pour l'instant je la stoque sur mon disque dur et je la lirais plus tard Embarassed
No sushis Wink ! J'en bave un peu pour la fin, ça part dans tous les sens Shocked Mais je vais essayer de ne pas bâcler la conclusion rambo ça mijote à feu doux, pour l'instant..... I don't want that

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 16 Mar - 12:30

Ce chapitre est le même dans les 2 versions Wink Je vais le poster dans l'autre topic, et puis je continuerai la version slash parce qu'elle contient des "scènes supplémentaires". Je reprendrai celle-ci après quand elles seront au même point... C'est clair, ce que je dit What the fuck ?!? ?
____________________________________


-11-


_Don, tu as une sale tête. Tu devrais te reposer.
_Mac, répliqua le détective. Tu as le droit de garder le silence. Tout ce que tu diras pourra être retenu contre toi, ça te dit quelque chose?
Le lieutenant Taylor leva les mains en l'air, amusé. Et il rejoignit le porche de la maison, près des marches sur lesquelles le détective était assis.
_Tu as bonne mine, dit-il ensuite à Danny, assis sur la même marche, à côté de son ami.
Il portait une tenue de sport gris clair et noire, un poil trop grande pour lui, mais dans laquelle il se sentait bien. Mieux que dans ses vêtements élimés et sales de ses dernières semaines. Mieux, après une bonne douche et quelque chose dans l'estomac.
Il avait toujours ses horribles cernes sous les yeux, sa cicatrice et sa maigre silhouette, mais il tremblait beaucoup moins. Mac percevait encore un peu de fébrilité dans ses gestes, à sa façon de tenir la cigarette qu'il partageait avec Don, mais il ne souffrait plus de l'intérieur. Les symptômes de manque s'étaient évaporés. Un sourire était même dessiné sur ses lèvres.
Mac éprouvait un profond réconfort à entendre Flack plaisanter, et à voir Danny ainsi. Il avait eu raison de faire confiance à Don. Le lien qui unissait les deux hommes, meurtris dans leur âme et dans leur chair, semblait plus fort que jamais. Indestructible. Est-ce que tout pouvait encore redevenir comme avant? Danny reviendrait-il un jour dans son équipe, Don redeviendrait-il le flic qu'il avait été? S'ils le voulaient vraiment, ils y parviendraient. De cela il était persuadé. Ça ne dépendait plus que d'eux.
_On va marcher un peu? proposa Mac à Danny.
Celui-ci tira une dernière bouffée sur sa cigarette, puis la tendit à Don. Ensuite il se leva, et précéda Mac sur le trottoir dans la rue. Sans un mot. Fatigué, mais serein. Les mains dans les poches de sa veste de sport. Son long pantalon, du moins celui de Flack, formaient des plis à ses chevilles, dissimulant en grande partie ses tennis.
_Ses examens sont bons, glissa Mac au détective. Il n'a rien de ce qu'on pouvait craindre.
Don poussa un soupir de soulagement.
_Et ton enquête? voulut-il savoir alors que Mac s'apprêtait à rejoindre Danny.
Le lieutenant esquissa un sourire rassurant:
_Elle suit son cours. Tu peux dormir sur tes deux oreilles, Don. On en reparle demain? A tête reposée? proposa-t-il.
_Ça marche, accepta Don.

_Les nouvelles sont bonnes, patron?
Mac parcourut les derniers mètres qui le séparaient de Danny, piqué par la nostalgie et l'émotion. Cette question, Danny la lui avait sûrement déjà posée un jour. Et il était heureux qu'il la lui pose une nouvelle fois, car il avait pensé ne plus jamais le revoir vivant.
_Elles sont... très encourageantes, Danny.
Ce dernier baissa la tête. Content de l'apprendre, mais sans plus. Plus vraiment emballé à l'idée d'en savoir davantage. La raison, Mac la devinait. Si les dix derniers mois étaient un mystère pour lui, ils ne l'étaient pas pour Danny. Et il y avait certainement des choses qu'il tenait à garder secrètes. Des choses qu'il ne voulait pas que les flics découvrent, indépendamment du fait qu'il ait lui aussi appartenu à la police, dans une vie antérieure.
_Je sais que tu as travaillé pour un trafiquant. Tu livrais de la came pour lui.
_Ouais, et alors? Qu'est-ce que vous voulez savoir, fit-il, sur la défensive.
_Son nom?
_Pas question.
_Ça, c'est ce que répondrait Allen, tu crois pas?
Danny secoua la tête d'un air désabusé.
_Il est mort, c'est ça? Allen n'existe plus, vous l'avez rayé de la carte, devina-t-il. Et moi, je suis flic, je "fais partie des vôtres", pas vrai? Je risque plus rien...
Mac haussa les épaules, d'un air de dire "C'est exactement ça, pourquoi n'en serait-il pas ainsi?"
_Vous doutez vraiment de rien, lui reprocha subitement Danny. Ce type est un malade, je vous aiderai pas à le coincer.
Il se détourna, le visage fermé. Il fit quelques pas, mais se dit que tôt ou tard il devrait rentrer, et que s'il s'éloignait trop, il n'aurait peut-être pas la force de regagner la maison tout seul, sans risquer un malaise. Alors il s'arrêta et s'assit sur un muret. Mac le rejoignit, sans se presser, lui laissant le temps de réfléchir.
_Et si je te dis qu'on a seulement besoin de connaître les noms de ses clients. Juste quelques uns, tu peux faire ça?
Danny regarda le lieutenant Taylor s'asseoir à côté de lui.
_Vous êtes sérieux? C'est tout ce que les stups de Phila me veulent? Les noms de quelques clients?
_Il y a bien des moyens d'atteindre une cible, Danny. Ils le savent. Et ils se contenteront de ce qu'on leur donnera.
"On"? A cet instant, Danny réalisa un peu mieux ce que Stillman avait voulu dire par "vous faites partie des nôtres". Sans ça, il serait probablement en garde à vue, avec les autres camés du squat, à devoir marchander des noms contre sa liberté. Il était flic, entouré et protégé par des flics. Danny Messer n'avait vraiment rien à craindre... Mais Allen? Ils avaient beau essayer d'effacer cette partie de sa vie, une partie qu'ils ne comprenaient pas, qui allait à l'encontre de tout ce pourquoi ils se battaient chaque jour, il était loin d'être tout à fait mort. Danny lui-même avait beau essayer de s'en convaincre, il devait bien admettre qu'Allen occupait encore une énorme partie de son être. Et Allen avait promis...
_Je balancerai personne, c'est clair? Je peux pas.
A cet instant, Danny n'en avait rien à faire de décevoir Mac. Et si celui-ci était effectivement déçu, et bien il n'en montra rien:
_Je comprends, dit-il.
Il comprenait, en effet, qu'il était encore trop tôt. Il faudrait du temps pour que Danny prenne définitivement la place d'Allen. Beaucoup de temps avant qu'il redevienne lui-même, qu'il récupère sa vie, ses souvenirs, son passé, et tout ce qu'il avait réussi à construire, à New York. Tout ce pourquoi il s'était battu chaque jour, lui aussi. Ce n'était qu'une question de temps. Rien d'autre.
De toute façon, les stups avaient déjà de quoi occuper la justice de Phila un bon moment.
Ils demeurèrent silencieux quelques minutes, et puis Mac réalisa que Danny observait quelque chose, un peu plus loin, et même quelqu'un. Mac dirigea son regard dans le même sens, et vit Stella qui approchait. C'était la première fois que Danny la revoyait depuis dix mois, et Mac était somme toute assez curieux d'assister à leurs retrouvailles. Même si pour Danny, elles avaient tout lieu d'être une découverte.
Mac ne pensait pas se tromper en se disant que Danny ne considérait pas Stella comme une parfaite inconnue. Ses yeux, légèrement plissés à cause de sa mauvaise vue, brillaient néanmoins d'une lueur songeuse. Peut-être quelque chose dans la démarche fonceuse et élégante de la scientifique lui rappelait une vague sensation de souvenir. A moins que ce ne soit le balancement rythmé de ses longs cheveux bouclés qui dansaient autour de sa tête, et sur ses épaules. Ou bien les traits droits de son visage, son sourire franc, sa voix?
_Bonjour, Danny, dit-elle avec une joie toute contenue mais parfaitement perceptible.
_Stella, présuma-t-il tout en serrant la main qu'elle lui tendit.
Elle eut un petit pincement au coeur, émue.
_Je vois qu'on t'a déjà parlé de moi, s'étonna-t-elle agréablement.
Et puis elle s'assit à son tour sur le muret, à côté de lui. Il ne la lâcha pas du regard, et garda sa main dans la sienne. Il la tenait avec tendresse, contre sa cuisse, et la caressait avec son pouce, sans même vraiment s'en rendre compte. Il échangea un sourire avec elle. Comment ne pas succomber à sa mine réjouie?
Il ferma un instant les yeux, mais dut les rouvrir parce que sa tête tournait un peu, et puis il regarda devant lui, au loin. Les habitants, dans le voisinage, se faisaient rares, et leurs maisons clairsemées offraient à certains endroits une vue imparable sur l'horizon.
Danny éprouvait un profond sentiment d'apaisement à se retrouver entre ces deux personnes, sans avoir à répondre à des questions, à rendre des comptes, ni même à leur parler. Comme avec Don.
La conviction qu'il appartenait au même monde qu'eux, leur famille, se renforçait un peu plus chaque minute.
Finalement, Mac se leva, une main sur son épaule. Il leur dit qu'ils allaient tous passer la nuit dans la maison et qu'ils repartiraient le lendemain pour New York. Prétextant devoir passer quelques coups de fil et installer ses affaires et celles de Stella au deuxième étage, il les laissa seuls.
Danny le regarda s'éloigner. Il aurait voulu lui dire, à lui et aussi à Stella, qu'il avait essayé de s'en sortir. Que par deux fois il avait cru avoir la volonté suffisante pour décrocher. Mais ça signifiait que par deux fois il avait échoué. Et si Don pouvait comprendre et pardonner son meilleur ami pour ça, peut-être n'était-ce pas le cas pour tout le monde. Si cette troisième tentative n'était pas couronnée de succès, malgré ce tout nouvel entourage, malgré son besoin grandissant de retrouver son passé et la vie qu'il avait laissé derrière lui, alors elle serait la dernière. S'il baissait les bras, et qu'il replongeait dans la drogue encore une fois, alors plus personne ne pourrait rien pour lui.
Il sentit une légère pression sur sa main. Stella cherchait son regard.
_A quoi tu penses? lui demanda-t-elle doucement.
_Je... commença-t-il, hésitant.
Si j'abandonne, alors je meurs... pensa-t-il, tête basse.
Stella passa sa main libre sur le front de Danny, écartant une mèche de cheveux qui lui tombait devant les yeux, d'un geste quasi maternel. Il tourna la tête vers elle, et vit le regard attendri qu'elle posait sur lui. Pas de tristesse, pas de pitié.
_Je suis bien, ici, avec vous, lui dit-il finalement.
Il serra sa main un peu plus fort. Elle s'approcha un peu plus près de lui, en lui prenant le bras affectueusement.
_Mike ne te manque pas trop? voulut-elle ensuite savoir.
_Un peu.
Mais en y réfléchissant mieux, il ajouta:
_Plus maintenant.
Stella ne lui demanda pas pourquoi il éprouvait si peu de peine envers celui qui avait été son ami pendant dix mois. Elle attendit simplement qu'il reprenne la parole, peu importe le sujet de conversation qu'il choisirait, d'ailleurs. L'entendre, le voir, le sentir vivant contre elle, c'était déjà un cadeau.
_Quand je l'ai trouvé, il était déjà mort, lui confia-t-il. C'est moi qui l'ai tué...
_Comment ça?
_Ça faisait deux jours que j'avais rien pris. Je lui avais refilé les doses qui me restaient. Parce que c'était mon ami. Et je l'ai tué.
_Tu ne lui as pas planté l'aiguille dans le bras? vérifia-t-elle.
Il la regarda avec l'air de dire "bien sûr que non, et je sais ce que vous allez dire".
_Alors? fit-elle comme un prof qui attendait la conclusion d'un raisonnement.
_Je sais, je ne l'ai pas vraiment tué. Mais ne me dites pas que j'y suis pour rien.
Stella se pinça les lèvres, haussa les épaules. Elle fit ce qu'il lui demanda, et ne le contredit pas. Mais c'était à contre-coeur.
_Tu as essayé de lui sauver la vie, Danny. Je le sais. J'ai récupéré tes affaires, et j'y ai trouvé une ampoule d'adrénaline. Ce n'est pas ce que tu cherchais quand la police de Phila t'a arrêté?
_Comment vous le savez?
_Le lieutenant Stillman nous a beaucoup parlé de toi. J'aurai aimé que tu croises cet homme beaucoup plus tôt. Il a tout de suite su que tu n'étais pas comme...
_Mike, termina Danny.
_Comme n'importe lequel de ces junkies, rectifia-t-elle.
_C'est pareil. Vous savez, moi aussi, j'aurai préféré que ça se passe autrement. Je donnerai n'importe quoi pour changer ce qui s'est passé. Pour que Mike ne prenne jamais cette route... pour que je me réveille deux minutes plus tard, et que quelqu'un d'autre me retrouve et m'amène à l'hôpital...
Il secoua la tête et se tut. Les regrets lui faisaient trop mal.
_Malheureusement, on ne peut pas revenir en arrière, ajouta Stella.
Et puis avec un large sourire, elle constata:
_Il ne reste plus qu'à aller de l'avant!
Danny hocha la tête, et esquissa lui aussi un sourire. Elle avait raison. Le mal était déjà fait. Don avait raison: le pire était derrière lui. Le meilleur restait à venir.


à suivre.................................

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 EmptyJeu 16 Mar - 12:45

géniaaaaaaaal 10/10 !!!pitié la suite!!! bong

_________________
Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Fanfic Les Experts: Manhattan   Fanfic Les Experts: Manhattan - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Fanfic Les Experts: Manhattan
Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» ****Les Experts Manhattan****
» Les Experts Manhattan - Love me please love me - Mac/Don - G
» Les Experts Manhattan - Parce que c'est toi - Danny/Lindsay - G
» Les experts Manhattan - Joue pas - Don/Dany - G
» Les experts Manhattan - Parle plus bas - Don/Mac - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: