Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Les Experts:Manhattan (+18 ans)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 17 ... 27  Suivant
AuteurMessage
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptySam 29 Avr - 16:09

23- Attente


L’officier Robert James Peters avait été mis aux arrêts et était inculpé de trois meurtres et de deux tentatives de meurtres…pour le moment.
Bien assuré que le coupable était sous les verrous, Flack quitta rapidement le commissariat pour prendre la route de l’hôpital. Il ne lui restait plus qu’à attendre le réveil de Stella et le jeune homme ne comptait pas revenir au travail tant que la scientifique serait dans le coma.
Arrivé dans la chambre, Don vit les visages fatigués de sa mère et de sa tante : elles avaient tenu leur promesse. Elles avaient constamment veillé sur Stella et Don constata même que sa mère tenait la main de la jeune femme avec gentillesse et réconfort. Au moins, Stella savait qu’elle n’était pas seule…
Le jeune détective les salua chaleureusement, à la surprise de Sarah, et prit le relais de sa mère, s’installant aux côtés de sa petite amie et lui prenant tendrement la main, la caressant et l’embrassant avec légèreté.

Don (avec douceur et amour) : Je suis là, maintenant, Stella. Et je ne te lâcherais plus.

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptySam 29 Avr - 16:17

comme toujours 10/10 10/10 love
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptySam 29 Avr - 16:25

C'est exceptionnel victoire !!! Merci pour ces moments privilégiés, avec Don et Danny! Ah je les adore, tous les 2, je t'adôôre, Eli bong love Wink BRAVO clap Je ne me sens plus!! ptdrxxl Continue!!! thumright 10/10 10/10 10/10

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptySam 29 Avr - 20:44

voici un nouveau (long) chapitre.La fin est proche :DD ....peut-être ce soir mais tard Rolling Eyes ...
_________________________________________

24- Retour


Stella avait terminé son dernier voyage temporel au milieu de Central Park. Elle put voir que c’était un jour de printemps. Le ciel était d’un beau bleu pâle, comme une certaine paire d’yeux qu’elle appréciait beaucoup, et sans nuage. Le soleil était bien présent et réchauffait les badauds de ses doux rayons. Un jour parfait pour une promenade dans l’immense espace vert de New York.
Stella vit enfin la raison de sa présence en ce lieu et en cette date.
Avril 2006. Central Park

Don : Vas-tu m’expliquer pourquoi tu as tellement tenu à apporter ton appareil photo ? (avec humour) L’avoir avec toi sur les scènes de crime ne te suffit plus ? Et puis, il y a déjà des photographes ici.

Stella sourit à son petit ami, mystérieuse, et l’observa avec un œil appréciateur. Don portait un jean bleu délavé bien coupé et une chemise grenat cintré, qui faisait ressortir ses yeux si bleus, le col bien ouvert, laissant entrapercevoir sa poitrine musclée. C’était une image assez lointaine du lieutenant Don Flack Jr de la police criminelle de New York, portant habituellement un costume bien coupé et une cravate, le rendant plus sérieux et imposant. Habillé comme il l’était actuellement, il faisait beaucoup plus jeune qu’il ne l’était déjà et plus…vulnérable. On pouvait difficilement croire qu’il était policier… On croirait plus aisément qu’il était mannequin. Et Stella voyait bien qu’elle n’était pas la seule à le percevoir comme ça : beaucoup de femmes se retournaient à leur passage, fixant Don avec un regard qui voulait tout dire. Mais c’est elle qui avait gagné le gros lot et elle ne comptait pas le lâcher ! Le jeune détective n’était pas qu’un physique mais c’était aussi un esprit, vif et acéré, une âme, aimante et sincère, et un cœur, indispensable pour elle et qui lui vouait un amour manifestement sans limite.

Don : Allo Stella ? Ici la Terre.
Stella (sortant de sa douce rêverie) : Oh, pardon, Don. J’étais un peu ailleurs…
Don (amusé) : Je vois ça. Alors, pour l’appareil, tu m’expliques ou faut-il que je t’amène au poste pour avoir une réponse ?

Stella se mit à rire. Ça aussi, elle l’adorait : Don ne cessait de faire des plaisanteries ou de la taquiner gentiment. Pourquoi ne l’avait-elle pas remarqué plutôt ? Cette question ne cessait de la tarauder…

Stella (riant) : Non, ça ira. Vois-tu, les photographes professionnels sont parfois trop impersonnels dans leur travail. Ils prennent de très beau modèle mais rares sont ceux qui arrivent à faire transparaître une émotion dans leurs clichés. Seule l’esthétique semble compter. C’est pourquoi je veux essayer de montrer nos sentiments, nos émotions à travers mes futurs clichés. Prêt ?
Don (surpris) : Tu veux que je sois ton modèle ?
Stella (avec un grand sourire) : Oui.
Don (hésitant) : Heu…Stella…Je ne suis pas…
Stella (voulant le convaincre) : Tu veux savoir à quoi j’ai pensé quand je t’ai vu pour la première fois ?
Don : Oui. Je me suis souvent posé la question.
Stella : Je me disais que tu n’avais pas ta place dans la police, que tu convenais mieux dans le mannequinat ou le cinéma.
Don (croyant qu’elle plaisantait) : Rien que ça ? (voyant son expression affirmative sur son visage) Vraiment ?
Stella (l’appareil photo à la main, prête à le photographier) : Tu ne vas pas me faire croire que tu te trouves moche. Beaucoup de femmes_ peut-être même trop (Don rit devant l’expression boudeuse de Stella) _ de ta brigade fantasment sur toi. Et crois-moi, j’en ai entendu un beau florilège.
Don (taquin) : Il faudra que tu me les raconte. Il y en a peut-être des intéressants à faire.
Stella (rougissant) : Don !

Le jeune homme se mit à rire devant la gêne de la scientifique, qui en profita pour le prendre en photo. Cette petite séance photo dura tout l’après-midi. Ils avaient un moment échangé les rôles, Stella devenant ainsi le modèle et Don, le photographe, et avait utilisé la fonction de minuterie de l’appareil pour se prendre tous les deux en photo. Ils avaient utilisé trois pellicules de 48 poses et avaient passé un de leurs plus agréables après-midi.
Ils finirent par se coucher sur l’herbe fraîche, se faisant réchauffer agréablement par les rayons du soleil printanier. Stella s’approcha doucement de Don et posa sa tête sur son torse, entourant sa taille de son bras. Elle se sentait si bien, si vivante, si amoureuse, emplie de sensations si plaisantes.
La scientifique sentit la main de Flack caresser ses cheveux avec tendresse, jouant un peu avec ses boucles, et, levant les yeux vers lui, vit un sourire heureux se dessiner sur son visage.

Stella : Quoi ?
Don : J’espère qu’on partagera beaucoup d’autres moments comme ça.
Stella (frottant sa joue contre son torse) : Bien sûr.
Don : Je t’aime, Stella…
Stella : Oui, je sais. Moi aussi…

Mais Stella n’avait pas réellement compris le sens des mots de Don. C’était un « je t’aime » beaucoup plus fort, plus intense que ceux qu’il avait déjà prononcés avec elle, un « je t’aime » qui la voulait corps, cœur et âme…
La Stella fantomatique le comprit maintenant, en voyant la scène. Comment ne s’en était-elle pas rendue compte ? Elle n’eut pas le temps de s’interroger plus longtemps car elle fut brusquement happée par un autre vortex qui la déposa rapidement dans un autre endroit et à une autre date. Et ce souvenir qui lui paraissait flou au début devint de plus en plus clair. Oh non, pas ça…
Avril 2006. Deux semaines plus tard. Angle de la 15th Street et de la 7th Avenue.
Stella était debout au milieu du trottoir et avait entendu une détonation lointaine. Le monde autour d’elle semblait tourner au ralenti : elle voyait les agents se planquer derrière les véhicules présents sur la voie et n’entendait pas un son. Un silence si pesant…Elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait quand elle sentit enfin un liquide chaud couler sur sa peau. La scientifique porta la main à son ventre puis l’amena sous ses yeux. Du sang. Son sang…
Dans le brouillard qui semblait l’entourer, elle perçut enfin une voix. La voix de Don. Une voix paniquée, pleine de peur et de crainte.

Don (criant, paniqué) : Stella !

Stella tourna son visage vers lui, incrédule, et vit ses yeux bleus agrandis par l’effroi et la douleur. Qu’est-ce qui se passait ? Qu’avait-elle ?
Une deuxième détonation se fit entendre et elle sentit une nouvelle douleur lui vriller la poitrine.

Don (hurlant) : Stella !
Stella : D…Don…Qu’est-ce qui…

La scientifique tomba et put apercevoir le visage de Don exprimer une profonde tristesse mélangée à de l’horreur pendant sa chute. Allongée sur le sol, les yeux grands ouverts, fixant le ciel printanier, sentant la vie la quitter, Stella entendait pourtant la voix pleine de fureur et de tristesse de Don et celle persuasive de Danny. Mais elle ne savait pas ce qui se passait entre les deux hommes et ferma doucement les yeux. La faiblesse la gagnait…

Don : Stella ! (furieux) Putain, Danny ! Lâche-moi !
Danny : Tu veux te faire descendre ! Tant qu’il est là, on ne peut…Oof !

Stella sentit peu après une présence à ses côtés. Qui était-ce ?

Danny : Don, sors de là !

La scientifique reconnut l’odeur de l’after-shave de la personne penchée au-dessus d’elle. Don…Ayant soudain perdu tout contrôle sur son corps, Stella se mit à convulser violemment et sa respiration se fit de plus en plus difficile. Elle sentit les mains de Flack comprimer ses plaies importantes avec l’aide de sa veste. Elle ouvrit les yeux et se mit à pleurer doucement, comprenant enfin ce qui lui arrivait.

Stella : D…Don…Ai…de-moi…
Don (hurlant en la soulevant doucement pour la serrer contre lui) : Une ambulance ! Appelez une ambulance !

Stella sentit le jeune détective la serrer et la bercer contre lui, continuant à ralentir l’hémorragie à l’aide de sa veste. La jeune femme sentit les larmes de Flack se mêler aux siennes et l’entendit hurler son désespoir.

Don : Stella, ne me laisse pas ! Sois forte ! Les secours vont arriver ! Je t’en prie, ne m’abandonne pas ! Stella !

La scientifique essayait de lui répondre mais le sang dans sa bouche et sa gorge ne l’aidait guère…

Don : Stella ! Ne me laisse pas ! Qu’est-ce que je ferais sans toi ?! Comment pourrais-je vivre sans toi ?!

Cette dernière phrase fut comme un choc électrique pour la Stella spectatrice. Don n’oserait pas…Il n’essayerait pas de…Mais son visage exprimait une telle douleur, une telle souffrance, une telle tristesse ! Et tous les souvenirs qu’elle avait vus et observés semblaient indiquer cette idée inquiétante…Don…

Stella (hurlant) : Don ! Nooooooooon !

*


Le moniteur cardiaque de Stella se mit à s’affoler, inquiétant Don, Sarah et Helena. L’infirmière Jenny Gordon était là et appela d’urgence le docteur Meyers, qui arriva rapidement au chevet de sa patiente pour l’ausculter.

Don (soutenu par Helena et Sarah, toutes les deux en larmes et inquiètes) : Stella…Je t’en supplie…Mon étoile…

Le jeune détective vit soudain les yeux de la scientifique s’ouvrir tout doucement puis chercher quelque chose et enfin se poser sur lui. Les yeux verts émeraude de Stella prirent alors une expression de soulagement et de bonheur. Don était là… Sa main sembla ensuite chercher quelque chose. Un contact…
Don, le devinant, se rua vers Stella, bousculant presque le chirurgien dans sa précipitation, et serra sa main dans la sienne avec tendresse.

Don (soulagé et heureux, embrassant sa main) : Stella ! Je suis là. ( serrant sa main avec plus de force) Je serai toujours là…

Flack embrassa encore et encore la main et le front de son étoile, heureux de la voir enfin réveillée et bien vivante. Sarah et Helena s’étreignirent joyeusement, soulagées, et le docteur Meyers sourit. Sa patiente avait passé le cap le plus difficile. Tout ce qu’elle devait faire maintenant, c’était se reposer.
Stella essaya de parler mais Don l’en empêcha en lui posant une main douce sur l’épaule.

Don (la rassurant) : Tout va bien, Stella. Il a fallu te placer sous respirateur…
Meyers : Je vais lui enlever dans une heure.
Don : Tu vois ? Tu parleras plus tard. Pour le moment, repose-toi. Tout va bien…maintenant que tu es revenue…

Stella serra avec force et tendresse la main de Don et ne quitta pas le jeune homme des yeux, saisissant son regard bleu dans le sien. Elle ne le lâcherait plus. Jamais.

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyDim 30 Avr - 5:18

bon ça ne sera qu'un chapitre(j'avais oublié que j'avais fait tant de pages Rolling Eyes ).Mais patience plus qu'un chapitre et l'épilogue Wink .
Bonne lecture!
_________________________________________

25- Secret entre femmes


Sarah devant s’occuper de ses petits-enfants, elle laissa donc Don et Helena au chevet de Stella, enfin extubée. Helena eut d’abord la délicatesse de les laisser seuls, sachant que son fils voulait s’assurer que la scientifique était bel et bien vivante et réveillée. Lorsqu’elle sortit, elle entendit la petite exclamation de surprise de Stella et supposa que Don s’était jeté à son cou.
La mère de Flack n’en était pas loin : le jeune détective avait serré délicatement mais rapidement Stella dans ses bras, impatient de la sentir contre lui, douce, chaude et vivante, et cet empressement avait surpris la jeune femme, qui ignorait la gravité exacte de son état avant et durant son coma. Elle avait été aussi surprise de sentir Don pleurer contre son épaule et la scientifique le rassura encore et encore, murmurant son prénom et embrassant son cou, son visage, ses lèvres avec tendresse tout en caressant son dos et ses cheveux si noirs.
Sachant pertinemment que le jeune homme ne lui dirait rien de ce qu’il avait fait durant son coma pour ne pas l’inquiéter, Stella décida qu’elle interrogerait Danny et Mac soit à sa sortie, soit lors de leurs visites. La dernière idée qui avait traversé son esprit avant son réveil tournait toujours dans sa tête et elle voulait être sure. Elle arriverait bien à contraindre ses deux collègues à lui dire la vérité.
Quand Helena revint, elle trouva les deux amants dans les bras l’un de l’autre, s’embrassant tendrement, et se sentit embarrassée de les avoir interrompus. Elle pensait qu’ils auraient terminé…

Helena (gênée) : Heu…Excusez-moi, je repasserai plus tard…
Stella (s’écartant doucement de Don mais gardant le contact en serrant sa main dans la sienne) : Non, tout va bien, Helena. (avec un regard taquin en direction de Don) Nous aurons bien d’autres occasions…
Don (rougissant) : Stella ! Pas devant ma m… (s’interrompant et les fixant, intrigué) Depuis quand vous appelez-vous par vos prénoms toutes les deux ? Je ne vous savais pas si proches…
Helena : Je te l’ai dit. Il y a eu du changement.
Don : Et je peux savoir comment ?
Helena et Stella : C’est un secret.

Flack fit une moue boudeuse quand il vit les deux femmes échanger un regard complice. Il finit par hausser les épaules : il le saurait bien un jour ou l’autre.

*


Avril 2006. Salle de repos du bâtiment de la police scientifique.
Stella Bonasera prenait une pause bien méritée. Elle venait de clore une affaire complexe avec Mac et se délassait donc dans le canapé confortable de la salle de repos, sirotant tranquillement un café léger. La scientifique vit Mac arriver et lui sourit, levant sa tasse en signe de salut et de satisfaction.

Stella (avec un grand sourire) : Encore une affaire bouclée.
Mac (souriant) : En effet. Mais je ne viens pas pour ça. Une personne désire vous parler.

Stella était étonnée…Elle n’attendait personne aujourd’hui et Don était actuellement sur une enquête avec Danny.

Stella (intriguée) : Qui ?
Mac (avec un petit sourire amusé) : Vous verrez par vous-même. (s’adressant à la personne derrière lui, inclinant la tête poliment) Je vous laisse.

Mac laissa passer le visiteur mystérieux et partit enfin. Stella fut surprise de voir qui voulait lui parler : Helena Flack ?

Stella (se levant et lui tendant la main pour la saluer) : Ho…Heu…Bonjour, madame Flack. Si je m’attendais…Que puis-je faire pour vous ?
Helena : Je viens pour Don…
Stella (immédiatement sur la défensive et d’un ton tranchant) : J’ai déjà donné mon point de vue à ce sujet, il me semble…Et Don a lui aussi été parfaitement clair.
Helena : Ho, mais j’ai bien compris le message. Mais notre rencontre a été plutôt brève… (avec un petit sourire) et mouvementée. Je ne peux vous juger en si peu de temps.
Stella (souriant et devenant plus calme) : En effet.
Helena : Ma sœur Sarah m’a conseillée de venir vous voir…pour apprendre à vous connaître…
Stella (surprise) : Vous voulez me connaître ? Vraiment ?
Helena : Je veux me faire une opinion par moi-même. Et je veux comprendre ce qui vous rend si exceptionnelle aux yeux de mon fils. J’ai été si étonnée par son comportement. Il n’a jamais été comme ça…avec nous.
Stella : Sans doute parce que vous le voyiez encore comme votre petit garçon. Mais Don est un homme depuis longtemps. Et chaque jour, il évolue.

Helena opina de la tête, observant Stella. Cette jeune femme semblait tellement mieux connaître Don qu’elle, sa propre mère ! Comment cela avait-il pu se produire ? Mais peut-être que cette conversation l’aiderait à comprendre et à réparer ce qui a été brisé : le lien entre une mère et son fils…Don n’adressait plus la parole à son père depuis l’incident de la réception pour leur anniversaire de mariage et restait assez distant avec elle. Elle n’avait de ses nouvelles que par l’intermédiaire de Sarah ou de ses neveux. Et pour Helena, cette situation avait trop duré.

Helena : Etes-vous heureuse ?
Stella (avec un sourire tendre) : Oui. Vous ne pouvez imaginer à quel point…
Helena : Et Don ?
Stella : J’en ai l’impression…Il me le répète sans cesse…Mais vous devriez lui poser la question.

Helena connaissait déjà la réponse, grâce à Sarah et au peu de conversations qu’elle avait pu avoir avec Don. Et le fait que Stella doutait de cet état de fait la rassura d’un certain côté : la scientifique avait des doutes sur ses capacités à rendre Don heureux mais n’en avait aucun sur celles du jeune détective à la rendre heureuse. Et Helena savait que son fils en était au même point…

Helena : J’ai appris beaucoup de choses sur vous par Sarah. Mais j’aimerais que vous me les racontiez.

Stella accepta en opinant de la tête et commença à raconter sa vie, en résumé, mais s’attardant sur chaque évènement important : son enfance dans un orphelinat et dans différents foyers, son adolescence plutôt solitaire, son entrée dans la police, sa rencontre avec Mac, l’affaire Scott Owen et ses répercussions, dont le tournant étonnant et imprévu dans sa relation avec Don, et sa vie actuelle avec lui. Une vie heureuse, remplie de petits moments de bonheur et de tendresse, et pleine d’amour…avec, bien sûr, quelques heurts.
Helena l’écoutait avec attention et comprenait mieux pourquoi Sarah avait tant apprécié Stella : malgré toutes les épreuves qu’elle avait traversées, la scientifique devenait un peu plus forte à chaque fois. Et depuis qu’elle avait Don dans sa vie, Stella ne se sentait plus seule et semblait même avoir trouvé la moitié qui lui manquait.

Helena : Merci, Stella. Je voulais comprendre et vous avez parfaitement répondu à mes interrogations.
Stella (avec un petit sourire triste) : Excepté une, qui semble très importante pour votre époux…
Helena (soupirant) : Ne vous inquiétez pas pour ça…
Stella (surprenant Helena) : Je voudrais avoir un enfant de Don. Je voudrais tant lui en donner un. Mais j’ignore s’il l’a un jour envisagé. J’ignore s’il souhaite en avoir…
Helena : Stella…
Stella : Et je comprendrais s’il n’en veut pas…Je me sens déjà chanceuse d’avoir Don et tous mes amis, qui sont ma famille. Je ne veux pas trop abuser. La vie m’a tant donné en si peu de temps…
Helena (émue) : Stella…Sachez déjà que je serais heureuse d’être votre amie…et si cela se produit, d’être la grand-mère de vos enfants.
Stella (sentant les larmes couler) : M…Merci, madame Flack.
Helena (avec un sourire plein de gentillesse) : Appelez-moi Helena…

Les deux femmes se sourirent et finirent par s’étreindre, submergées par l’émotion. Quand elles s’écartèrent, Stella proposa un café à Helena qui l’accepta avec plaisir. Elles finirent ensuite par s’asseoir sur le canapé.

Stella : Si vous pouvez éviter d’en parler à Don. Je ne veux pas le pousser dans ses retranchements…ni le perdre.
Helena : Bien sûr. J’allais vous demander la même chose. Il n’apprécierait pas s’il apprenait que je me mêle encore de sa vie…

Voyant l’expression comique d’Helena, si proche de celle que faisait Don, Stella ne put s’empêcher de rire. La glace était enfin brisée. Il restait encore un point à régler…

Stella : Helena…Au sujet de Don et de votre mari, pensez-vous qu’ils puissent se réconcilier ?
Helena (levant les yeux) : Connaissant Donald…Je ne pense pas. Quand il a une idée, il la tient bien. Je n’ai jamais vu aussi buté…
Stella (avec un sourire amusé) : Dans ce cas-là, Don est comme son père…Il est vraiment têtu…

Les deux femmes se mirent à rire. Finalement, les deux hommes avaient un point commun…

Helena : Ecoutez. Nous allons organiser un déjeuner et…
Stella (l’interrompant avec un petit air triste) : En fait, Don n’est pas vraiment le problème…C’est moi…
Helena : C’est bien pour ça. Je veux que Donald vous voit tel que vous êtes : une jeune femme charmante et parfaite pour notre fils. Et s’il le faut, je rameuterais Sarah. Il ne pourra pas résister.
Stella (souriant) : Merci…
Helena (avec un air innocent) : Et j’en profiterais pour donner une envie de bébé à Don, en passant…
Stella (protestant) : Helena !

Les deux femmes rirent et continuèrent à parler longuement, organisant la rencontre entre Flack et son père et leurs rôles dans leur réconciliation. De toute manière, une famille en était vraiment une quand elle était unie…

*


Le docteur Meyers vint rendre une petite visite à sa patiente miraculée et commença à l’ausculter sous le regard protecteur de Flack.

Helena : Quand pourra-t’elle sortir ?
Meyers : Dans un mois, je pense. Ses blessures sont en voie de guérison mais elles restent encore graves… Je veux la garder sous surveillance médicale. Et surtout, il faut qu’elle se repose.
Helena : Merci, docteur.

Une fois son auscultation terminée, le chirurgien les quitta et Helena se prépara elle aussi à partir. Une fois son manteau mis et son sac à la main, elle se tourna vers Don.

Helena : Au fait, Don, dès que Stella sortira, je voudrais organiser quelque chose…

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyDim 30 Avr - 15:23

10/10 10/10
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 1 Mai - 2:45

merci Sluna :DD
Allez voici la suite
___________________________________

26- Visites


Durant son séjour à l’hôpital, Stella eut bien entendu des visites. Il y eut tout d’abord Mac et Sheldon, venus lui souhaiter un prompt rétablissement avec les bras remplis de fleurs, et, profitant de l’absence de Don, parti chercher à boire avec Sheldon, Stella interrogea son supérieur sur le comportement de Flack pendant son coma. Sachant que son amie devinerait facilement s’il lui mentait, Mac préféra lui raconter la vérité mais lui demanda de ne pas se montrer trop dure avec le jeune détective. Ayant lui-même traversé une épreuve semblable, le chef de la police scientifique avait parfaitement compris la réaction de Flack mais lui avait dépassé sa douleur en se lançant dans le travail. Stella suivit donc les conseils de Mac et ne fit qu’un léger reproche à Don mais elle lui fit promettre de ne pas retenter ce genre de geste. D’un autre côté, c’était aussi une nouvelle preuve de son amour pour elle…C’était juste un peu trop extrême.
Danny et Lindsay étaient eux aussi passés et amenèrent le rire avec eux : ils passaient leur temps à se chamailler pour de petites choses et Stella et Flack s’amusaient beaucoup de leurs joutes verbales, toujours surpris par leurs répliques bien senties l’un envers l’autre. Mais Stella sentait bien qu’il y avait un malaise chez Lindsay et elle décida qu’elle éclaircirait ça avec elle dès que possible. Malgré les paroles rassurantes de Don à leur sujet, la scientifique n’était pas convaincue. Le jeune détective lui raconta leur dernier accroc, qu’il avait estimé sans importance, mais Stella eut alors une meilleure idée de ce qui rongeait Lindsay. Elle comptait donc s’en mêler, voulant que sa collègue soit aussi heureuse qu’elle.
L’exaltée tante Sarah était elle aussi passée et s’attendrissait face aux marques et gestes d’affection de son neveu envers Stella. De plus, le jeune homme semblait même savoir ce dont la scientifique avait envie ou besoin avant même qu’elle ne le demande. Sarah ne put donc s’empêcher de s’approcher d’elle et de lui chuchoter à l’oreille.

Sarah (assez bas pour que Don ne l’entende pas) : Epousez-le vite. Vous n’en trouverez pas de meilleur.
Don (voyant Stella rougir violemment, il fut intrigué) : Qu’est-ce que tu lui racontes encore, Sarah ?
Sarah (se redressant de toute sa petite taille, les mains sur les hanches, fixant son neveu droit dans les yeux) : Déjà un, tante Sarah. Et deux, ça ne te concerne pas… (très bas) Enfin si, un peu quand même…

Stella s’esclaffa, amenant ainsi un grand sourire sur les lèvres de Flack, rassuré de la voir reprendre des couleurs et des forces et de retrouver ainsi son étoile.
Là où il y eut une vraie surprise, c’est quand la famille de Don débarqua au fur et à mesure. Flack et Stella en étaient vraiment étonnés, car le jeune détective n’avait pas eu le temps de présenter la scientifique au reste de sa famille. Ils eurent un élément de réponse quand Eddie, le deuxième fils de Sarah qui avait le même âge que Don, et sa petite famille vinrent leur rendre visite. Enfin, c’était plutôt le fils d’Eddie, Michael, qui leur apporta la réponse. Le petit garçon, âgé de 5 ans, avait hérité de la franchise déconcertante de sa grand-mère et fonça droit sur Stella, l’observant d’un air curieux.

Stella (gentiment) : Bonjour.
Michael : C’est toi Stella ?
Eddie (navré de l’impolitesse de son fils) : Michael, qu’est-ce que je t’ai dit ? On ne tutoie pas les grandes personnes !
Stella (souriant) : Ce n’est pas grave. (à Michael) Oui, c’est moi Stella. Pourquoi ?
Michael : Je t’imaginais pas comme ça…Mamie m’a dit que t’étais…heu…gentille et… (cherchant ses mots) comme un feu d’artifice…
Stella (flattée) : Vraiment ? Mais comment me voyais-tu ?
Michael : Un peu comme Mamie…Ronde.

Don ne put s’empêcher de rire devant l’image qu’avait son petit cousin de Sarah. Et puis, Stella et sa tante ne se ressemblaient pas vraiment…Quoique…
Recevant un coup de coude de la part de son cousin, vexé que Flack se moque soit de sa mère, soit de son fils, Don se calma et continua d’écouter la conversation entre Stella et le petit Michael, maintenant assis sur le lit de la scientifique. La voyant si douce, si gentille et si attentionnée avec le petit garçon, Don ne put s’empêcher de penser que Stella serait une merveilleuse maman. Frappé par cette soudaine idée, Flack s’empourpra, à la surprise de son cousin, et essaya de se concentrer sur autre chose, c'est-à-dire les paroles de la femme d’Eddie, Nora, tout en essayant de se calmer en buvant un verre d’eau. Mais le jeune homme écoutait toujours ce que pouvait bien se raconter Stella et Michael.

Stella : Tu es déçu que je ne sois pas comme ta mamie ?
Michael (penchant la tête et faisant une petite moue pensive) : Non. C’était bête de croire que tu ressemblais à Mamie Sarah…
Stella : Non, voyons ! Pourquoi penses-tu ça ?
Michael : Elle m’a dit que Cousin Donnie…

Le Donnie en question se hérissa à ce surnom : sa tante avait donné cette mauvaise habitude à son petit cousin. Il allait la tuer…

Michael (continuant) : …avait une jolie fiancée.
Stella (les yeux agrandis de stupeur) : Fi…Fiancée ?

Sur ce coup-là, Don cracha son eau, s’étouffant et toussant comme un malheureux face à la dernière invention farfelue de sa tante. Il jeta alors un regard noir à son cousin, qui lui tapotait le dos pour l’empêcher de s’étouffer, et lui indiqua le couloir de la tête. Alors que les deux hommes sortaient, Stella, très rouge et embarrassée, essaya de se redonner une contenance et ne sut plus trop quoi répondre aux questions du petit garçon. Futur policier lui aussi ? Heureusement, Nora intervint et Michael finit par s’asseoir sagement dans un coin, continuant tout de même à fixer la scientifique. S’il était comme Flack, Stella savait qu’il n’allait pas si facilement lâcher l’affaire.
Quant à Don et Eddie, ils se retrouvèrent dans le couloir et le détective toisait son cousin de toute sa taille, presque menaçant.

Don (fulminant) : Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?
Eddie (étonné) : Quoi ? C’est faux ?
Don : Stella est ma petite amie, pas ma fiancée ! Ne mettez pas les bans tout de suite. (sarcastique) A moins que Sarah ait déjà envoyé les cartons d’invitation !
Eddie : Ne me gueule pas dessus ! C’est Maman qui nous a annoncé ça à tous.
Don (pâlissant, sous le choc) : A…A tous ? Toute la famille ?
Eddie : Oui. Ton père a d’ailleurs eu un sacré choc…
Don (s’appuyant sur un mur) : Misère…

C’est sûr que son père avait dû avoir un choc, vu ce qu’avait donné sa première et unique rencontre avec Stella. Il l’avait immédiatement cataloguée et détestée. Don soupira : sa tante avait encore une fois créé une situation apocalyptique de laquelle il allait devoir s’extirper.
Sarah décida d’arriver juste à ce moment là, tout sourire, avec sa dernière petite-fille de un an dans les bras.

Sarah (étonnée) : Donnie ! Eddie ! Qu’est-ce que vous fichez dans le couloir ?

Flack fulminait intérieurement mais resta maître de lui-même : ne pas la tuer, ne pas la tuer, ne pas la…
Eddie tenta vainement d’avertir sa mère de la fureur de Don mais celle-ci ne le remarqua pas. Elle passa devant les deux hommes et entra dans la chambre. Don la suivit et saisit son épaule, doucement mais fermement, l’entraînant vers le couloir.

Sarah (intriguée et un peu agacée) : Donnie ? A quoi joues-tu ?
Don : Je dois te parler. Et vite !
Sarah : Attends une seconde. (tendant sa petite-fille à Stella) Stella, pourriez-vous prendre Lily et lui donnez son biberon dans cinq minutes, s’il vous plaît. (roulant des yeux d’un air comique) Quelque chose m’attire irrépressiblement dehors.
Stella (riant et prenant Lily avec douceur) : Bien sûr.

Une fois la petite bien calée dans les bras de la scientifique, Flack traîna sa tante dans le couloir puis la tourna brusquement vers lui.

Don : Qu’est-ce qui t’a pris de lancer cette histoire ? Ça va pas mieux…
Sarah (sans se démonter) : Ok, vous n’êtes pas vraiment fiancés…Mais c’est tout comme, non ?
Don (décontenancé) : Comment ça ?
Sarah : Tu l’aimes ?
Don : Oui.
Sarah : Tu ne comptes pas changer de petite amie ?
Don (avec véhémence) : Non !
Sarah : On pourrait donc affirmer que Stella est la femme de ta vie, non ?
Don (rougissant) : Heu…
Sarah (secouant son index sous le nez de son neveu) : Ne me dis pas non ! Je le sens et je le sais, comme tous les autres. Et comme ta mère !
Don (surpris) : Vraiment ?
Sarah : Oui ! Alors au final, ce que j’ai dit est plus ou moins vrai…Il te faut peut-être juste un peu de temps pour l’admettre et te lancer…

Devant la logique implacable de sa tante, Don ne put rien répondre. Enfin, sa famille avait l’air d’accepter Stella. Excepté son père…
Le jeune homme soupira et revint dans la chambre de sa compagne avec sa tante. Il vit que Stella nourrissait la petite Lily, un doux sourire aux lèvres, et encore une fois, une image de Stella s’occupant de son propre enfant lui traversa l’esprit. Don était stupéfait par cette idée : était-il donc prêt à franchir cette étape ? Le détective finit par secouer la tête et rejoignit sa petite amie en s’asseyant à ses côtés.
Le petit Michael quitta sa chaise, têtu et déterminé_ traits de caractère manifestement prépondérants chez les Flack, et se dirigea vers son grand cousin. S’il voulait une réponse claire, autant la demander au principal intéressé.

Michael : Donnie ! C’est ta fiancée, Stella ?

Remarquant que Stella l’observait avec un regard interrogateur puis reportait rapidement son attention sur la fillette qu’elle tenait dans ses bras, Don se pencha vers son petit cousin en souriant et lui chuchota :

Don : Pas encore…Mais bientôt…

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 1 Mai - 4:55

Epilogue


Flack n’arrivait pas à croire que Stella et sa mère lui avaient fait ce coup-là ! Ils étaient réunis dans un petit restaurant sympa de New York et s’observaient tous en silence : lui et Stella d’un côté et de l’autre, sa mère et…son père ! Lui aussi, d’ailleurs, ne semblait pas enchanté par le piège que leur avaient tendu les deux femmes. Le père et le fils se fixaient comme des chiens de faïence tandis que les deux femmes patientaient, attendant une quelconque réaction de la part de l’un ou de l’autre. Stella finit par prendre la parole, exaspérée par l’entêtement des deux policiers.

Stella (respectueuse) : Monsieur Flack, votre femme et moi avons organisé cette rencontre pour que nous puissions parler, faire connaissance. Notre unique entrevue a été des plus désastreuses et je voudrais…
Donald Flack Sr (la coupant, railleur) : Vous croyez ? Ça me semble clair quand votre propre fils vous frappe et vous humilie en public…
Don (froidement) : Tu l’avais mérité…Et je recommencerai sans hésiter si ça se reproduit…
Stella (soupirant) : Don…Tu ne m’aides pas…

La scientifique savait que ça n’allait pas être facile mais à ce point…Elle savait que Don était rancunier mais elle avait un peu d’espoir…

Donald Flack Sr (se levant) : Je ne vois d’ailleurs aucun intérêt à rester ici.

Stella commençait à être agacée par la prétention du père de Don et finit par s’énerver.

Stella (avec autorité, surprenant Don) : Asseyez-vous.
Donald Flack Sr (la toisant avec mépris) : Je n’ai pas d’ordre à recevoir, surtout de vous !
Stella (se levant et frappant du poing sur la table) : Asseyez-vous !
Donald Flack Sr (goguenard) : Vous croyez vraiment que vous me faites peur, Bonasera ? (avec mépris) Mon fils est vraiment tombé bien bas pour sortir avec une planquée…

Avant que Don ne réagisse, Stella gifla le capitaine Flack avec colère. Elle ne supportait plus cet homme…

Stella (furieuse) : Pensez de moi ce que vous voulez mais je vous interdis de dénigrer Don ! Vous ne savez rien de lui ! Et c’est vraiment affligeant de la part d’un père !
Donald Flack Sr (ses yeux lançant des éclairs et la toisant de toute sa taille) : Je ne vous permets pas…
Stella : Je vais me gêner ! Je voulais juste arranger les choses et vous…
Donald Flack Sr (prêt à quitter la table) : Je sais ce qui est bon pour mon fils ! Et vous ne l’êtes pas ! Cette relation n’a aucun avenir pour moi…Et Junior s’en rendra bientôt compte…

Cette dernière remarque fut comme un poignard dans le cœur de Stella…et Don le savait. Elle avait vaillamment combattu son père mais ces derniers mots lancés avec mépris et presque avec haine l’avait profondément touchée, l’attristant plus qu’on ne pouvait penser et ça, Flack ne pouvait le supporter. Il réagit donc au quart de tour et empoigna le col du manteau de son père avec force, le rapprochant brusquement de lui et le soulevant presque du sol.

Don (contenant sa colère) : Si tu savais à quel point tu te trompes, Papa. Tu n’as pas idée… (Don vit de l’inquiétude traverser le regard de son père) Mais fais ce que tu veux. Je n’essaierai même pas de te retenir, malgré la volonté de Stella et de Maman. J’ai déjà réussi à me construire une carrière dans la police sans ton aide. Je n’ai vraiment pas besoin de toi pour mener ma vie.
Helena (attristée) : Don…
Don : Je te demande juste une chose : lors des réunions familiales, je ne veux pas que tu t’approches de Stella tant que tu n’auras pas décidé de changer ton point de vue étriqué. (menaçant) Et si j’entends un mot de travers à son sujet, je te jure que tu le regretteras…
Donald Flack Sr (fermement) : Tu n’as rien à me demander…
Don (le plaquant contre un mur du restaurant, attirant ainsi les regards des clients sur eux, un sourire mauvais aux lèvres) : Tu préfères que je coupe carrément les ponts ? Ou tu veux me renier peut-être ? Moi, ton fils unique…
Donald Flack Sr (blême) : Non…Tu n’oserais pas…
Don : Tu vois donc à quel point je suis sérieux, à quel point c’est sérieux ! Alors dis-toi que ce que je te propose est parfaitement raisonnable…

Don finit par lâcher son père, qui lui lança un regard furieux et qui partit sans demander son reste.
Flack finit par s’asseoir et vit les regards désolés et attristés de Stella et d’Helena.

Don : Je suis navré…Mais vous avez bien vu…
Stella (posant sa tête sur son épaule) : Oui…Ce n’est pas ta faute…Je n’aurais pas dû le gifler…Je suis la seule à…
Helena (l’interrompant) : Ne vous rejetez pas la faute, Stella. Donald est allé trop loin. Je pensais vraiment que c’était une bonne idée, cette confrontation…
Don : Merci d’avoir essayé.
Helena : Enfin…Je vais vous laisser et je vais encore y travailler… (avec un sourire malicieux) Et cette fois avec Sarah. Ta tante peut se montrer persuasive…
Don (soupirant et levant les yeux au ciel) : Merci, je sais.

Stella rit en pensant à la petite femme pleine d’énergie et d’aplomb qu’était la tante de Don. C’était la seule qui arrivait à le mettre si facilement en boule et elle s’en délectait à chaque fois.

Helena (se levant et mettant son manteau) : Vraiment, Stella, je suis désolée. Il n’était pas comme ça avant…J’ignore ce qui l’a changé…
Don (énigmatique) : Moi si…

Stella remarqua la mine assombrie de Don mais préféra ne pas le questionner. Il lui dirait bien à jour…Lui aussi devait avoir ses secrets.
Helena les salua et quitta le restaurant, les laissant seuls. Stella voulait que cette journée se termine par une note plus joyeuse et proposa à Don une ballade à Central Park. Le jeune détective accepta avec plaisir et tous deux s’y dirigèrent, main dans la main. Une fois arrivés, ils se couchèrent dans l’herbe et observèrent un moment le ciel printanier. Don serra Stella contre lui, voulant sentir sa chaleur et son parfum, s’enivrant de sa présence. Quand il pensait qu’il avait bien failli la perdre il n’y a pas si longtemps ! Il resserra son étreinte et se mit à lui caresser tendrement les cheveux.
Stella, la tête posée sur le torse de Don, pouvait entendre son cœur battre. Elle adorait sa mélodie. C’était si apaisant… Elle finit par se redresser et le regarda droit dans les yeux, ses yeux si bleus qu’elle adorait.

Don (haussant un sourcil interrogateur) : Quoi ?
Stella : Dis-moi, c’est quoi ces réunions familiales ?
Don (surpris par la question) : Ha…Heu…C’est une tradition dans ma famille. En fait, on passe toutes nos fêtes ensemble. On habite tous New York donc ce n’est pas trop difficile à organiser…
Stella : Toutes les fêtes ?
Don : En fait, ce n’est pas tout à fait ça… (réfléchissant) Prenons Noël, par exemple. On le fête d’abord chacun de notre côté le 24 Décembre, ok ? Et le 26 ou le 27 Décembre, toute la famille se réunit pour une grande fête de Noël. (pensif) Il va d’ailleurs falloir que je réfléchisse aux cadeaux pour mes petits cousins…
Stella (avec un grand sourire) : Je sens que je vais adorer…
Don (avec un sourire malicieux) : Il faut juste supporter ma famille…

Stella se mit à rire et se serra un peu plus contre le jeune détective. Elle avait vraiment de la chance de l’avoir…Que demander de plus ?
Quant à Don, il avait divers projets en tête pour eux…Il les mettrait d’ailleurs bientôt à exécution. Très bientôt. Surtout un…


FIN


__________________________________________

Bon voilà,c'est la fin de cette fic.Je pense que vous allez une nouvelle fois détester Don Flack Sr. lol!
Valm,j'ai hâte de voir l'illustration que tu vas me créer pour cette fic bong !!
Une suite est d'ailleurs prévue mais il va vous falloir patienter un peu Wink .
la prochaine est une fic générale et drôle(j'espère Rolling Eyes ) que m'a réclamée Valm. Elle n'est pas encore très avancée(mais j'y travaille.Mais bon, mes révisions pour l'IUFM doivent passer avant ça, désolée Confused ).Le titre,provisoire pour le moment, est "Histoires de chats" cat (oui, encore je sais Embarassed ).Voili voilà.
bonne lecture et j'attends vos critiques :DD

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyJeu 4 Mai - 10:34

lagentillefan a écrit:
Valm,j'ai hâte de voir l'illustration que tu vas me créer pour cette fic bong !!
Une suite est d'ailleurs prévue mais il va vous falloir patienter un peu Wink .
la prochaine est une fic générale et drôle(j'espère Rolling Eyes ) que m'a réclamée Valm. Elle n'est pas encore très avancée(mais j'y travaille.Mais bon, mes révisions pour l'IUFM doivent passer avant ça, désolée Confused ).Le titre,provisoire pour le moment, est "Histoires de chats" cat (oui, encore je sais Embarassed ).Voili voilà.
bonne lecture et j'attends vos critiques :DD
1. Je te concocte une illustration pour quand j'aurai lu la fic jusqu'à la fin, donc vers ce soir ou demain Wink
2. Ne sois pas désolée de réviser!! Je t'envois juste mes ondes positives pour que ça se passe bien (et vite..... Laughing ) Like a Star @ heaven Mmmh Like a Star @ heaven mmmhmm Like a Star @ heaven mmMMhmm Like a Star @ heaven
3. Histoires de Chats? Miaouuuu! Alors ça parle de Danny cat ? Hihihi... Mr. Green
4. Ma critique ne va pas tarder... j'ai des courses à faire, alors je la lirai après, et je reviens dans la soirée pour poster mon rapport Wink Oui chef! salut
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyJeu 4 Mai - 16:51

Quelle famille, ces Flack! (Meet the Flacks est un excellent titre! Very Happy ) Don Senior est une enflûre, quant à Sarah, elle me fait bien rigoler Laughing
Au final, je trouve que c'est une très belle histoire, avec tous les ingrédients qu'il faut: suspense, humour, amûûûr, Danny roumiaou cat , etc... thumright
Il y a un passage que j'ai beaucoup apprécié (dans ces derniers chapitres), c'est quand Stella revit inconsciemment les événements dont elle a été la victime, avec Don qui la prend dans ses bras, et Danny qui crie... Génial! Parfait! Bravo! clap
C'est du très très très beau travail 10/10 Eli, tu m'épates de plus belle Wink

Sinon, ooooh la la! Mes chevilles vont enfler, mais tant pis! Cette illustration est MA-GNI-FI-QUE!!!! Quelle inspiration Exclamation Jusqu'au moindre détail, il faut bien le remarquer... Mr. Green J'espère l'avoir créée à hauteur de la fanfic Wink
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Illustrtueurdeflics6jg.th
PS: Je l'ai en format un peu plus grand (fond d'écran) Je peux le poster, if you want Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyJeu 4 Mai - 17:10

merci Valm love !!!!
en effet,ton illustration est magnifique bong !!et avec quelques titres de chapitres en plus!!vraiment bravo!! clap 10/10
et oui,je la veux bien en wall Wink

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyJeu 4 Mai - 17:19


_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyJeu 4 Mai - 17:29

merciiiiiiiiii love

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 15 Mai - 1:36

bon voici une fic générale que m'a demandée Valm. Elle est courte et drôle(enfin j'espère).Voici donc le prologue et le premier chapitre(et vivement l'illustration Mr. Green ).
ha,et un détail, elle n'est pas pour les + de 18 ans,mais bon,ici, c'est mon coin fic de C.S.I:N.Y disons Wink .
bonne lecture!
________________________________________


HISTOIRES DE CHATS




Prologue


Pourquoi m’a-t’il obligé à faire ça ? Il en a plein d’autres ! Un seul me suffisait…Je ne voulais pas ça…

1- L’appartement aux chats


Le lieutenant Mac Taylor et Lindsay Monroe avaient été appelés pour un meurtre commis dans l’appartement 7C, dans la 8th Avenue. Les deux experts s’y rendirent donc directement et furent accueillis par l’agent de police Nelson.

Nelson : Bonjour ! J’espère que vous n’avez rien contre les chats…
Mac (intrigué) : Non, pourquoi ?
Nelson (grimaçant) : Il y en a une bonne dizaine là-dedans…Je me demande comment notre homme pouvait supporter cette odeur…
Lindsay : Les services vétérinaires ont été appelés ?
Nelson : Oui. Mais vous allez devoir vous les prendre au labo avant. Ils ont du sang sur eux…
Mac : Ok. Merci. (à Lindsay, avec un petit sourire) Entrons et essayons d’éviter que nos pièces à conviction ne s’enfuient…

Lindsay sourit et ouvrit doucement la porte. Elle entra ensuite dans l’appartement, passant sous la bande jaune, et commença déjà à enjamber un chat.

Lindsay (avec humour) : Faites attention, Mac, ils nous attendent…

Mac entra à son tour et fut lui aussi assailli par une masse de chats miaulant. Il prit bien garde à ne pas écraser les félins et rejoignit enfin Lindsay. Les deux experts atteignirent enfin, avec tout de même quelques difficultés, le corps du vieil homme assassiné. Ils s’accroupirent aux côtés du cadavre et commencèrent à l’examiner.

Mac (examinant le buste de l’homme) : Poignardé…Et à plusieurs reprises…
Lindsay (observant les bras et les mains de la victime) : Des traces défensives… ( fronçant les sourcils) Et d’autres écorchures plus petites présentes sur ses avant-bras. Ça ne semble pas humain.
Mac : Les chats, sans doute.

Lindsay éclaira la pièce autour du cadavre et soupira : elle n’était pas là…

Lindsay : Le meurtrier est parti avec l’arme du crime. (remarquant des traces de sang sur le sol et repoussant un chat) Et je dirais qu’il est parti en courant, vu la forme de cette tache de sang.
Mac (observant la pièce) : Vu le chaos qui règne ici, je pense que ce meurtre n’était pas prémédité. On sent une certaine maladresse dans…

L’expert fut soudain interrompu par un éternuement retentissant et se tourna pour voir qui en était l’instigateur. Mac se mit alors à sourire en voyant le jeune lieutenant Don Flack Jr entrer dans l’appartement et avancer vers eux, évoluant difficilement à travers la masse féline qui s’était agglutinait autour de lui.

Mac (amusé) : C’est vous qui êtes chargé de cette affaire, Flack ?
Don (boudant presque) : Il semblerait…C’est vraiment mal tomb…AATCHOUM !
Lindsay (à Mac, intriguée) : Qu’est-ce qu’il a ?
Mac (avec un petit sourire comique) : Flack est allergique aux poils de chat. (revenant au jeune détective reniflant) Essayez d’éviter de me polluer ma scène de crime…
Don (bougonnant) : Si vous croyez que je le fais exprès…Maudites bestioles…

Et nouvel éternuement. Lindsay avait du mal à croire que ce grand gaillard de Flack puisse avoir une telle allergie, cassant un peu son image de détective inébranlable. C’était un peu ridicule… Le jeune détective en question finit par sortir un mouchoir, après une nouvelle crise d’éternuements, et s’approcha des deux experts pour leur donner les informations qu’il avait glanées.

Don : Notre victime s’appelle James Marshall, 65 ans. Il vit dans cet appartement depuis 30 ans. D’après le concierge, c’était un gentil vieil homme. Il n’avait aucune famille…Enfin, à part ses chats…

Flack éternua une nouvelle fois et se mit à jurer, maudissant les chats et leurs cousins félins jusqu’à la dixième génération. Lindsay faisait de son mieux pour garder son sérieux et vit que Mac était dans le même état qu’elle. Ça brisait vraiment le mythe…

Don : Ce ne sont que des pures races. Marshall les inscrivait à des concours et, toujours d’après notre cher concierge monsieur Mills, il en a gagné plusieurs. Certains de ces matous valent une fortune.
Mac (haussant un sourcil tout en faisant une petite moue pensive) : Un crime crapuleux ? Possible…Combien avait-il de chats ?
Don (après avoir éternué une nouvelle fois, grognant à moitié) : Quinze.
Mac : Lindsay, pouvez-vous les compter ?
Lindsay (grimaçant légèrement) : Bien sûr.

« Mais ça ne va pas être évident » pensa-t’elle. Compter des animaux aussi remuant que des chats ne fut effectivement pas une mince affaire. Il avait même fallu que Mac et Don, très réticent et de plus en plus enrhumé, lui donnent un coup de main. Les trois policiers finirent par y arriver et Lindsay passa son bras sur son front tandis que Flack éternuait de plus belle.

Lindsay : J’en ai compté douze.
Mac : Il nous en manque donc trois. Soit notre meurtrier les a embarqués…
Lindsay : Soit ils se sont enfuis…
Don (souriant) : La chasse aux chats est ouverte.

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 15 Mai - 3:19

10/10 10/10 vite la suite bong
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 15 Mai - 13:06

la voilà!! Mr. Green
_______________________________

2- Un drôle de crime


Le lieutenant Stella Bonasera, le lieutenant Danny Messer et le docteur Sheldon Hawkes s’avançaient vers une nouvelle scène de crime. La détective Kaile Maka les attendait au seuil de la suite d’hôtel et arborait un grand sourire plutôt rieur, ce qui intrigua nos experts.

Danny : Salut Kaile ! Alors ?
Kaile : On a deux morts. (pouffant légèrement, surprenant ainsi les trois scientifiques)Manifestement un couple. On cherche leurs papiers.

Puis elle recommença à pouffer. Très étrange de la part de la jeune femme, habituellement très sérieuse pendant les enquêtes. Qu’est-ce qu’elle avait ?
Les trois experts entrèrent enfin dans la chambre, qui ressemblait à s’y méprendre à celle d’un hôpital, et quand ils virent les deux victimes, ils comprirent mieux l’amusement de Kaile : la morte portait une tenue d’infirmière digne de films pornographiques tandis que le mort était déguisé en un animal domestique quelconque. Le petit détail, c’est que leur position très suggestive n’allait pas vraiment de paire avec leurs costumes. Quoique, dans la société d’aujourd’hui…
Stella pencha légèrement la tête et fit une moue pensive.

Stella : D’après vous, chien ou chat ?
Danny : Chat.
Sheldon : Je dirais aussi chat.
Danny (levant les yeux) : J’aurais vraiment tout vu dans ce boulot…Les gens peuvent être vraiment tordus …(comme l'est l'auteur de cette fic lol! )
Stella (aux agents du service des légistes) : Vous pouvez les séparer, s’il vous plaît.
Agent Grant : Oui, madame.

Les deux agents s’exécutèrent et prirent chacun un corps avec délicatesse. Ils s’aperçurent bien vite qu’ils avaient un problème. Mettant plus de force, Grant tira la femme d’un côté tandis que l’agent Witt faisait de même avec l’homme, mais de l’autre côté. N’y arrivant toujours pas et légèrement essoufflés, ils cessèrent toutes nouvelles tentatives. Grant se tourna vers Stella, embarrassé.

Grant : Désolé, lieutenant. Ils sont…heu…coincés…
Stella (surprise) : Coincés ?
Danny (se mettant à rire) : De mieux en mieux…
Sheldon (haussant un sourcil et regardant ses collègues) : Bon, alors, on fait quoi ?

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 15 Mai - 15:36

3- Expérience ou petit jeu ?


Lindsay était retournée au laboratoire pendant que Mac était à la morgue pour écouter le compte-rendu du docteur Syd Hammerback sur la mort de James Marshall. La jeune experte examinait avec attention les vêtements de la victime, cherchant le moindre détail pouvant les mener au tueur. Elle devait ensuite s’occuper des douze chats miaulant dans le laboratoire d’à côté pour pouvoir ensuite les confier aux services vétérinaires. Lindsay vit Flack arriver mais garda toute son attention sur ce qu’elle faisait. Un éternuement bruyant la fit sursauter et elle leva les yeux, contrariée.

Lindsay (soupirant) : Flack…Si tu pouvais éviter…J’aurais pu avoir une preuve en main et la perdre avec ton…
Don (bougonnant) : Si tu crois que je le fais exprès. Il y a un chat ici, non ?
Lindsay : Non, justement. Ils sont confinés dans le labo d’à côté. (son regard s’illuminant soudain) A moins que…
Don (méfiant) : A moins que quoi ?
Lindsay (secouant la tête) : Rien. Juste une idée. (cherchant à faire dévier l’attention du détective) Si tu cherches Mac, il est en salle d’autopsie avec Syd. (regardant sa montre) Il doit d’ailleurs avoir fini et se trouve sans doute dans son bureau.
Don (fixant Lindsay en fronçant les sourcils, inquiet) : Merci…

Dès que le jeune détective quitta son laboratoire, Lindsay composa le numéro de Mac et lui exposa son idée. Elle lui demanda la permission d’effectuer une petite expérience, lui expliquant les grandes lignes, et obtint son accord. Le visage de Lindsay se fendit d’un grand sourire et elle se rendit dans la pièce où se trouvaient tous les chats. Elle observa chaque chat et finit par prendre un siamois aux magnifiques yeux bleus avec douceur. Elle s’amusa à comparer le bleu des yeux de ce chat avec celui de ceux de Flack. Incroyable point commun ! Dommage que le jeune homme ne supportât pas les chats, ils feraient une belle paire…
Lindsay revint sur ce qu’elle faisait et observait le félin : c’était vraiment un bel animal et son maître l’avait vraiment traité avec soin. Qui allait s’en occuper maintenant ?
La jeune experte aperçut Danny qui déambulait dans le couloir et l’interpella.

Danny (la rejoignant) : Qu’est-ce qu’il y a, Montana ? Et c’est quoi ce chat ? Décidément, c’est la journée…
Lindsay (intriguée) : Pardon ?
Danny (relevant ses lunettes) : Non, rien. Qu’est-ce que tu me veux ?
Lindsay : J’ai besoin de toi pour une petite expérience. Tu peux me tenir ce chat quelques instants, s’il te plaît.
Danny (prenant le siamois) : D’accord…Et après, tu veux que je lui donne un nom peut-être, Montana ?
Lindsay (soupirant devant l’impatience de son collègue) : Elle a déjà un nom…Beauté. Tu peux me la rendre, maintenant.
Danny (lui posant délicatement le félin dans les bras) : Voilà. Et maintenant ?
Lindsay : Va au bureau de Mac.
Danny (grommelant) : Si tu crois que j’ai que ça à faire…
Lindsay (le suppliant presque) : S’il te plaît ! Ça va m’aider pour mon enquête ! Et je t’aiderai pour la tienne, d’accord ?
Danny (avec un sourire malin) : Ok.
Lindsay : Merci.

Danny exécuta les directives de Lindsay et se dirigea donc vers le bureau de Mac. Sa jeune collègue l’observa et espéra que sa théorie se révélerait exacte.

*


Flack écoutait Mac avec attention mais il avait l’étrange impression que le chef de la brigade scientifique voulait le retenir. Pourquoi ? Il aperçut soudain Danny du coin de l’œil et son ami finit par entrer dans le bureau de son supérieur. Pour une raison inconnue, le jeune détective fut pris d’une irrépressible envie d’éternuer et ne put y résister. Il ne pouvait pas…

Mac (voyant Don éternuer, ce qui fit sursauter Danny, surpris) : Expérience concluante…
Don (éternuant) : Quoi ?
Danny (comprenant de moins en moins) : Moi aussi, j’aimerais qu’on m’explique.

Lindsay arriva à ce moment, le siamois dans les bras, provocant une nouvelle crise d’éternuements chez Flack.

Don (accusateur) : Tu as décidé de me tuer ou quoi ?!
Lindsay (souriant) : Non. Mais ma théorie est juste.
Danny : Quelle théorie ?
Lindsay (toute fière) : Flack est le meilleur détecteur de poils de chat vivant.
Don (éternuant encore) : Pardon ? Je suis pas une machine ! (nouvel éternuement) Eloigne ce chat de moi !

Danny était mort de rire. L’expression irrité et exaspéré de son meilleur ami l’amusait vraiment beaucoup. Et l’imaginant renifler tous les suspects de son affaire redoubla son hilarité.

Don (boudant) : J’ai même pas envie de savoir ce qu’il peut imaginer…

Lindsay et Mac se sourirent, essayant de ne pas rire, puis la jeune femme s’approcha du jeune détective, approchant le siamois par la même occasion. Et le résultat ne se fit pas attendre : la crise d’éternuements de Flack se renforça et plus Lindsay approchait le siamois de lui, plus ça empirait.
Mac gardait toujours son expression amusée tandis que Danny, hilare, se tenait les côtes à force de rire. Don finit par se lever, furieux et fulminant.

Don (toisant la petite Lindsay de toute sa taille, le regard noir) : Maintenant, ça suffit, Montana !
Danny (protestant) : Hey ! Voleur !
Don (l’ignorant) : Je ne suis pas un de vos sujets d’ex…ex…ATCHOUM !

Et le jeune homme fut saisi d’une nouvelle crise d’éternuements. Lindsay avait un immense sourire aux lèvres en regardant Mac. Elle était la satisfaction incarnée.

Lindsay (sérieusement) : Cette capacité va peut-être nous être utile pour notre enquête…
Don (râlant) : Cette capacité ? Cette malédiction, oui ! Vraiment…

Et Flack éternua de nouveau. Mac finit par prendre pitié de lui et renvoya Danny et Lindsay de son bureau. Danny, riant toujours et essuyant les larmes qui perlaient de ses yeux, tapota l’épaule de sa jeune collègue.

Danny (un immense sourire aux lèvres) : Merci de m’avoir fait participer à ça, Montana. J’ai assisté à un beau spectacle. C’était vraiment trop drôle.
Lindsay : De rien. Bon, je dois ramener ce joli siamois au labo et continuer mes analyses.
Danny : Et moi, j’ai Stella et deux cadavres qui m’attendent à la morgue.
Lindsay (s’éloignant et lui souriant) : Bonne chance.
Danny (partant de son côté) : Toi aussi.

Les deux jeunes experts se séparèrent enfin pour retourner à leur travail respectif. Ils avaient du pain sur la planche.

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyLun 15 Mai - 16:28

lagentillefan a écrit:

…(comme l'est l'auteur de cette fic lol! )
non pas du tout elle est super 10/10 ta fic vite la suite bong
en+ j'aime les Chat love
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyMar 16 Mai - 2:44

voici un nouveau chapitre bong !et la suite sera là demain Wink
_______________________________________

4- Et ça continue…


Le légiste Syd Hammerback et Stella attendaient Danny depuis dix bonnes minutes. Quand le jeune homme arriva enfin, il eut droit à un léger regard de reproche de la part de sa collègue. Danny lui fit un sourire contrit, s’excusant de son retard avec ses beaux yeux bleus. Stella soupira et lui fit signe de la rejoindre.

Stella (jetant un bref coup d’œil à Danny) : Maintenant que tout le monde est là, qu’est-ce que vous pouvez nous dire, Syd ?
Syd (avec un sourire amusé) : Je peux déjà vous expliquer pourquoi nos amants aux mœurs étranges étaient coincés… (se raclant la gorge) l’un dans l’autre.
Danny (n’y croyant pas, il se mit à pouffer) : L’un dans l’autre ? Vraiment ?
Syd : Oui. Ils ont été…collés. Littéralement.
Stella (surprise) : Co…Collés ?
Syd (opinant la tête) : Collés. Et avec minutie et précision. Ça n’a vraiment pas été évident de les séparer sans rien abîmer…

Danny eut une nouvelle crise de fou rire. Décidément, c’était la journée !

Stella (pensive) : Le meurtrier voulait qu’on les retrouve ainsi…
Syd : Il semblerait. J’ai réussi à prélever un échantillon de la colle et les…heu…vêtements de nos victimes sont là.
Stella : Vous les avez identifiés ?
Syd : Non, bien que l’homme me dise quelque chose. Je ne sais pas où je l’ai vu. C’est frustrant !
Danny (avec un grand sourire) : Peut-être dans la vie des animaux…
Stella (tentant de rester sérieuse) : Danny !
Syd : Heu…Si on n’en revenait à nos deux morts ?
Stella : Oui, bien sûr.
Syd : J’ai envoyé leurs empreintes digitales et dentaires à Chad et leurs ADN à Zach. Nos deux victimes sont peut-être dans la base de données.
Stella (soupirant) : J’espère…Et sinon, quelle est la cause de la mort ?
Syd : Asphyxie. Et avec le même mode opératoire. Vous voyez ces traces sur leurs bouches ? (Stella et Danny opinèrent de la tête) On leur a plaqué un élément en tissu sur la bouche : torchon, chiffon, un vêtement quelconque…
Danny : Ça nous fait beaucoup de possibilités…
Syd : Je peux vous les réduire : j’ai trouvé cette fibre blanche dans la bouche de notre homme. Certainement un bout de notre arme du crime.
Stella (plaçant la fibre dans un petit sachet) : Merci. Autre chose ?
Syd : On ne les a pas tué au même moment…Au moins une heure de décalage. Lui a été le premier.
Danny : Donc, on les a tués séparément.
Syd : Sans aucun doute. Et d’après la rigidité cadavérique, ils n’ont pas été tués dans la position où on les a trouvés.
Stella : Cette mise en scène a donc une réelle importance pour notre tueur. Mais qui voudrait qu’on les découvre ainsi ?
Syd (avec humour) : Je travaille sur les morts. Je n’ai pas réponse à tout.
Stella (grimaçant) : Très drôle.
Danny (s’adressant en particulier à Stella) : Peut-être qu’une fois identifiés, on aura une idée du pourquoi de cette mise en scène…
Stella (soupirant) : Espérons…Merci, Syd.
Syd : Je vous en prie. Si j’ai du nouveau, je vous appelle.

Les deux experts saluèrent le légiste et quittèrent enfin la morgue pour se diriger vers le laboratoire. Stella confia l’analyse de la fibre à Sheldon puis elle et Danny prirent place dans un autre laboratoire, prêts à examiner les déguisements.

Stella : Alors, tu prends quoi ? (haussant un sourcil, taquine) La tenue de l’infirmière sexy ?
Danny (avec un sourire pincé) : Merci.

Stella rit avec légèreté et lui tendit le paquet contenant le déguisement. Les deux scientifiques retirèrent enfin les accoutrements des sachets et les examinèrent avec attention. Danny observa l’étiquette présente à l’intérieur du col de la courte blouse d’infirmière et remarqua quelque chose. Il prit sa loupe, observa l’étiquette intensément puis sourit d’un air satisfait.

Danny (tout sourire) : Stella, j’ai une piste. Je sais d’où vient ce déguisement.
Stella : Moi aussi. Il vient d’où, le tien ?
Danny : Du Pleasure Chest, à la 7th Avenue, dans Greenwich Village.
Stella : Pareil pour moi.
Danny (avec un sourire taquin) : Bien. On y va ? On va faire quelques folies…

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyMar 16 Mai - 14:32

Ah cooool bong ! C'est reparti victoire ! Je mets ça sur mon disque dur, et je la lirai dans la soirée (je pense...) Wink

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyMar 16 Mai - 15:13

comme toujours rien a dit 10/10 10/10
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyMer 17 Mai - 1:41

et hop, un nouveau chapitre Mr. Green !Flack en voit décidément de toutes les couleurs lol! ...et la suite demain Wink
_________________________________

5- Néfertiti manque à l’appel


Le lieutenant Don Flack Jr et Lindsay Monroe étaient partis interroger les voisins du pauvre Monsieur Marshall. Ils commencèrent d’abord par son voisin de gauche. Flack frappa poliment à la porte et attendit qu’on leur ouvre. Une jeune femme se présenta alors. Ok, c’était une voisine…

Don : Bonjour, Madame. Police de New York. Je suis le lieutenant Flack et voici le détective Monroe, de la police scientifique. Nous sommes là pour votre voi… AAA… AAA… ATCHOUM !

La jeune femme recula, surprise, et fixa Flack alors que Lindsay souriait de toutes ses dents. Le jeune détective était vraiment parfait pour cette affaire.

Lindsay : Heu…Madame… (lui demandant son nom du regard)
La jeune femme : Mary Chuckley.
Lindsay : Merci. Avez-vous un chat, Madame Chuckley ?
Mary (surprise) : Heu…Oui. Depuis peu, en fait. Ma fille en a trouvé un ce matin.
Lindsay : Est-ce que je peux le voir ?
Mary (intriguée) : Heu…Oui, bien sûr. Jessie ! Viens ici avec ton chat, s’il te plaît, ma chérie.
Jessie (manifestement au fond de l’appartement) : J’arrive, Maman !

Flack avait fini par se mettre à une distance respectable de Madame Chuckley pour continuer son interrogatoire.

Don (attirant l’attention de Mary en secouant la main) : Excusez-moi. Est-ce que vous avez entendu quelque chose d’anormal hier soir, chez votre voisin ?
Mary (intriguée) : Chez Monsieur Marshall ?
Don : Oui. Je suis navré de vous l’apprendre ainsi mais…il est mort…
Mary (surprise et attristée) : Mon Dieu…C’était quelqu’un de si gentil…Ma fille l’adorait.
Don : Vraiment désolé. Avez-vous remarqué quelque chose ?
Mary : Je travaille de nuit. Il n’y avait que ma fille et sa baby-sitter ici.
Don (sortant son calepin) : Il me faudra l’adresse et le numéro de votre baby-sitter. (levant soudain légèrement la tête, prémices d’une nouvelle crise allergique) A…A…

Et le détective se remit à éternuer puis grommela, jurant sur ces maudites bestioles pleines de poils.

Mary (bas à Lindsay) : C’est quoi, son problème ?
Lindsay : Heu…Ne vous inquiétez pas. Ce n’est rien.

Le portable de Flack se mit à sonner et celui-ci répondit, s’éloignant du même coup des deux jeunes femmes. Jessie, âgée d’à peu près 6 ans, arriva enfin avec un beau chat gris dans les bras. « Un chartreux, sans aucun doute », pensa Lindsay. Il avait les caractéristiques typiques de cette race de chat.

Jessie (jetant un rapide coup d’œil plein de méfiance vers Lindsay) : Qu’est-ce qu’y a, Maman ?
Mary (gentiment) : Cette dame policier voudrait voir ton chat.
Jessie (méfiante et soupçonneuse) : Pourquoi ?

Lindsay s’accroupit alors pour être au niveau de l’enfant et lui sourit avec gentillesse.

Lindsay : Je veux juste le regarder un peu. Pas longtemps, promis. Comment s’appelle-t’il ?
Jessie (serrant le chat contre elle dans un geste protecteur) : Nuage…
Lindsay (souriant) : C’est très joli. (Jessie sourit au compliment et se détendit un peu) Je peux l’examiner ? Je ne vais pas lui faire mal.

La petite fille regarda sa mère, inquiète, et celle-ci lui fit signe de faire ce que demandait la jeune experte. Jessie tendit doucement Nuage à Lindsay, qui put ainsi chercher le tatouage du félin afin de l’identifier.
Flack revint vers les deux femmes, sans se rendre compte de ce que tenait Lindsay.

Don : C’était Mac. Un véto a retrouvé un des chats, un persan blanc du nom de… (lisant les notes sur son calepin) Flocon. Et…

Une crise d’éternuement l’arrêta. Lindsay se tourna alors vers lui et lui sourit d’in air contrit.

Lindsay (grimaçant un peu) : Désolée…

Quand Flack vit le chat dans les bras de la jeune experte, il s’éloigna immédiatement, se plaquant presque contre le mur en face de l’appartement des Chuckley. Jessie observa le détective avec curiosité et un air interrogateur sur le visage.

Jessie : Qu’est-ce qu’il a, le monsieur ? Il aime pas les chats ?
Lindsay (amusée par le ridicule de la situation) : Heu…Pas tout à fait…

Tout en soupirant devant le comportement excessif du jeune détective, Lindsay continua son examen sur Nuage et trouva enfin son tatouage.

Lindsay : Flack, je pourrais avoir la liste des numéros des tatouages des chats de Monsieur Marshall, s’il te plaît ?
Don : Ouais.

Et le jeune homme lui lança son calepin, ne voulant pas s’approcher de l’allergène vivant que tenait Lindsay. La jeune experte hésitait entre le rire et l’exaspération devant le comportement improbable de Flack. Elle finit par saisir le carnet en soupirant et lut les deux numéros de tatouage des chats manquants. Nuage y était et s’appelait en fait Anthracite. Drôle de nom…

Lindsay (rendant le chartreux à Jessie) : Merci. Dis-moi, tu as entendu des trucs bizarres chez Monsieur Marshall, hier soir ?
Jessie : Oui. Il avait l’air en colère contre un autre monsieur. Il est jamais en colère d’habitude…
Lindsay (avec douceur): Tu as entendu ce qu’ils se disaient ?
Jessie (hochant la tête) : Le monsieur criait : « J’en veux juste un. J’en ai besoin ! » et Monsieur Marshall, il a dit : « Non ! Je veux pas ! Débrouillez-vous »… heu… « autrement ! »
Lindsay (l’encourageant à continuer) : Et ?
Jessie : L’autre monsieur a crié et puis Monsieur Marshall aussi, juste après. Et puis, y a plus eu de bruit. (avec un grand sourire innocent) J’aime bien Monsieur Marshall. Il me laisse jouer avec ses jolis chats quand je viens le voir.

Lindsay entendit Flack grommeler et s’en amusa. Dieu seul savait le nombre de malédictions et autres noms d’oiseaux qu’avait lancés le jeune détective sur ces pauvres félins.

Lindsay (se relevant et s’adressant à Mary) : Vous avez une idée de qui pourrait vouloir lui voler ses chats ?
Mary (d’un air navrée) : Non, désolée. Peut-être que Monsieur Knott, son autre voisin, pourra vous le dire. Ils étaient amis.
Lindsay : Merci, Madame. Et merci, Jessie.
Jessie (d’une voix joyeuse) : De rien !
Lindsay : Au revoir.

Mary salua les deux policiers de la tête avant de refermer sa porte. Lindsay rejoignit Flack, toujours contre son mur, et le regarda avec une petite moue comique.

Lindsay (croisant les bras) : On peut y aller ou j’ai besoin d’un pied de biche pour te déloger de ton mur ?
Don (bougonnant) : Comme c’est drôle. Danny déteint un peu trop sur toi. (il éternua) En plus, tu as des poils de chat sur toi. Quel calvaire !
Lindsay : Et bien, sois patient ! On doit aller voir ce Monsieur Knott. Quelques poils ne te tueront pas.

L’experte finit par se diriger vers l’appartement de Knott et entendit Flack grommeler et renifler derrière elle. Il arriva enfin à son niveau et essaya de respirer le moins possible.

Don : Bon. On en a retrouvé deux. Lequel manque ?
Lindsay : Une chatte himalayenne du nom de Néfertiti.

Don leva les yeux au ciel. Quel nom…Enfin, il ne restait plus qu’à la retrouver…Et ils retrouveraient ainsi le meurtrier de son maître dans la foulée.

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyMer 17 Mai - 15:47

et hop,la suite!
_____________________

6- Pas si respectable


Danny soupira. Ils n’iraient pas loin avec ça…La personne qui avait loué les costumes s’était présentée sous le nom de Jane Smith. Certainement un faux nom. Enfin, ils savaient déjà que leur meurtrier était une femme. Le jeune expert leva le nez du dossier pour observer Stella, actuellement en pleine conversation téléphonique avec le lieutenant Kaile Maka. Peut-être avait-elle obtenu un nouvel élément…

Stella (raccrochant en soupirant et rejoignant Danny) : Bon. C’est notre Jane Smith qui a fait la réservation de la chambre.
Danny (avec espoir) : Est-ce que… ?
Stella (devinant sa question) : Non. Le maître d’hôtel ne se rappelle pas de son visage. Il voit tellement de monde en une seule journée…Espérons que Chad ait pu identifier nos victimes…
Danny : Et que Sheldon ait trouvé quelque chose avec la fibre…

Les deux experts soupirèrent une nouvelle fois et se dirigèrent enfin vers le laboratoire de Chad. Le jeune homme les aperçut et les accueillit avec un large sourire. Il semblait trépigner sur place.

Chad : Vous tombez bien ! J’ai l’identité de votre gros chat. Et croyez-moi, vous allez être surpris.
Stella (intriguée) : Qui est-ce ?
Chad : Le très respectable révérend Paul McCarter.
Danny (surpris) : Quoi ? Le moralisateur qui passe à la télé ? Celui qui crie au scandale à chaque avortement, divorce, tromperie et autres trucs soit disant contraire à la religion ?
Chad (tout fier) : Ouais. Celui-la même. Il était manifestement du genre : « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais. »
Stella (souriant) : Il semblerait…
Danny (fronçant légèrement les sourcils d’un air pensif) : Notre bon révérend n’était-il pas marié ?
Chad : Et ouais. Et ce n’est pas l’infirmière. Elle est trop jeune…
Stella : Quel est le nom de l’épouse ?
Chad : Jane McCarter.
Stella (haussant un sourcil avec un petit sourire) : Au moins, elle n’a pas menti sur son prénom.
Danny : Et la position scabreuse dans laquelle nous avons trouvé nos deux victimes prend toute sa signification : elle voulait qu’on voie son mari tel qu’il était.
Stella : Le problème, c’est que nos soupçons ne sont pas des preuves. Ça ne sera pas suffisant pour une commission rogatoire…

Danny grimaçait de déception quand Hawkes surgit soudain avec plusieurs feuilles à la main.

Sheldon (ravi) : J’ai identifié notre fibre mystérieuse ! Et Syd a appelé pour me dire qu’il avait trouvé une alliance au fond de la gorge de notre homme.
Stella (avec un sourire satisfait) : Nos soupçons se confirment…Alors, la fibre ?
Sheldon : Elle provient d’une robe de mariée. Un ancien modèle qui n’est plus commercialisé aujourd’hui.
Danny (tout sourire) : Une petite visite chez la veuve McCarter s’impose…

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyMer 17 Mai - 23:50

10/10 10/10 love
Revenir en haut Aller en bas
http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 EmptyJeu 18 Mai - 3:31

merci Sluna!! Mr. Green
allez voici un nouveau chapitre!la fin est proche Wink
_____________________________________

7- Un flagrant délit pas ordinaire


Mac avait rejoint Flack et Lindsay et écouta attentivement les informations qu’ils avaient découvertes. D’après Monsieur Knott, trois hommes, dont deux habitaient dans le même immeuble que James Marshall, voulaient que le vieil homme leur donne un de ses chats afin de résoudre leurs problèmes financiers. Et le voleur n’avait vraiment pas emporté n’importe quel chat : un himalayen, l’un des plus chers et des plus rares du marché animalier.
Les trois policiers se dirigèrent vers l’appartement 3C, habité par Thomas Deloney, qui était le plus endetté de leurs trois suspects et qui habitait quatre étages plus bas de chez Marshall. Don frappa à la porte en annonçant la couleur, suivant la procédure.

Don : Police de New York. Ouvrez !

Les trois policiers entendirent de l’agitation de l’autre côté puis, enfin, Deloney leur ouvrit, légèrement essoufflé. Le résultat ne se fit pas attendre : Flack éternua presque immédiatement, faisant froncer les sourcils d’un Deloney intrigué alors que Mac et Lindsay souriaient de satisfaction. Trouvé…

Deloney (fixant le jeune détective) : C’est pourquoi ?
Mac (parlant à la place de Flack, qui éternuait toujours) : Avez-vous un chat, Monsieur Deloney ?
Deloney (pâlissant) : Heu…Non. Non.
Don (reniflant et semblant passablement contrarié) : Menteur…

Et le jeune homme fut pris d’une nouvelle crise allergique. Intérieurement, Flack maudissait une nouvelle fois ces damnés félins !

Deloney (se reprenant) : Je ne vous permets pas ! C’est de la diffamation !
Lindsay (avec un calme inquiétant) : J’appuie ce qu’a dit le lieutenant Flack. Vous mentez…
Deloney (s’énervant) : Je vais vous coller un procès si vous continuez !
Mac (avec un sourire plein de malice) : Dans ce cas, ça ne vous dérange pas si on vérifie votre appartement.
Deloney (hésitant) : Heu…Non, bien sûr.

L’homme les fit entrer avec une certaine crainte. Mac remarqua immédiatement sa nervosité. Il était coincé…
Lindsay prit le bras de Flack, qui éternuait toujours, et le traîna avec elle pour inspecter l’appartement pendant que Mac gardait Deloney à l’œil, visiblement de plus en plus mal à l’aise.
Quand Flack et Lindsay entrèrent dans la cuisine, les éternuements du détective redoublèrent. Bien, le chat ne devait pas être loin… Lâchant le bras du jeune homme, la jeune experte commença à fouiller minutieusement chaque meuble et chaque recoin de la petite cuisine. Arrivée face à un petit placard, Lindsay en ouvrit les portes et trouva enfin ce qu’elle cherchait. Et en plus, avec un petit bonus…

Lindsay (criant à Mac) : Je l’ai ! Et avec l’arme du crime.
Mac (à Deloney) : Je suis sûr que vous avez une excellente explication, Monsieur Deloney.
Deloney (jouant mal l’innocent) : De quoi parlez-vous ?
Lindsay (arrivant avec Néfertiti dans les bras et Flack sur les talons, qui tenait le sachet contenant le couteau encore plein de sang) : De ça !

Deloney pâlit et déglutit avec difficulté. Il tenta de fuir mais Mac l’attrapa aisément et lui passa les menottes aux poignets.

Mac : Je vous arrête pour le meurtre de James Marshall.
Deloney (suppliant et plaintif) : C’était un accident ! S’il n’avait pas résisté, ce ne serait pas…
Mac : Vendre ce chat ne vous aurait pas aidé. Vous avez beaucoup trop de dettes. Et le fait que vous soyez un joueur invétéré ne vous aide pas non plus.

Deloney baissa alors la tête, abattu, tandis que Mac le guida vers la sortie. Lindsay sourit, satisfaite, et remarqua soudain que Flack était au moins à trois bon mètres d’elle.

Lindsay (amusée, caressant la douce fourrure du chat) : Tu n’exagéres pas un peu, Flack ?
Don (tranchant) : Non. Tant que tu auras cette boule de poils dans les bras…Je reste là.

Lindsay se mit à rire devant le ridicule de cette situation : un grand détective presque effrayé par un si beau chat. Jamais elle n’aurait cru voir ça un jour. Toujours rieuse, Lindsay sortit de l’appartement, suivie de Flack, toujours à bonne distance.
Une pensée soudaine traversa l’esprit de la jeune experte : qui allait s’occuper des quatorze chats restant de Monsieur Marshall ?

_________________
Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Les Experts:Manhattan (+18 ans)   Les Experts:Manhattan (+18 ans) - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Experts:Manhattan (+18 ans)
Revenir en haut 
Page 7 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 17 ... 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les experts Manhattan - Joue pas - Don/Dany - G
» ****Les Experts Manhattan****
» Les Experts Manhattan - Love me please love me - Mac/Don - G
» Les Experts Manhattan - Parce que c'est toi - Danny/Lindsay - G
» Les experts Manhattan - Parle plus bas - Don/Mac - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: