Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptySam 29 Juil - 15:59

love love love Je reviens lundi! Voici donc une double ration pour tenir jusque là! Mr. Green Wink


PARTIE 3 - SEVEN


Électricité

Personne ne pleurait sur son cercueil. Aucune des trente ou quarante personnes présentes à cette discrète cérémonie ne venait perturber le silence de mort qui régnait sur ce cimetière.
Même pendant la mise en terre, les âmes tristes ne se manifestèrent que par quelques larmes et de rares sanglots.
C'est tout ce que tu mérites, Danny Messer.
Mais quelque chose clochait. L'atmosphère était un peu trop électrique à son goût. Les flics lui étaient assez souvent tombés dessus, à Philadelphie, pour qu'il se doute d'une mauvaise surprise, ici aussi.
Il était temps de mettre les voiles. Avant que sa cavale ne prenne fin, une bonne fois pour toute.
Il se mit donc en marche, et se dirigea nonchalamment vers la sortie latérale du cimetière.
Il avait pris d'énormes risques, en s'aventurant jusqu'ici. Mais Allen, ou plutôt Danny (il n'arriverait donc jamais à s'y faire?) avait déjà essayé de se faire passer pour mort, l'année dernière, avant de réapparaître à son club deux jours plus tard. Lui apprenant par la même occasion qu'il avait retrouvé sa mémoire perdue, qu'il était flic, et qu'il retournait dans sa ville natale, à New York.
Bref. Tous ceux qui travaillaient pour Seven savaient une chose: tant qu'il n'avait pas vu de cadavre, il ne croyait à la mort de personne. Ils le craignaient, pour ça. Et pour son incroyable opiniâtreté à vouloir faire payer aux traîtres leur déloyauté. Et Danny l'avait trahi. Plus que n'importe qui d'autre. Malgré sa promesse. C'est pourquoi Seven avait voulu le voir mort et enterré.
"Police! Mettez vous à genoux, et posez les mains sur la tête!"
Je rêve
A sa droite, sans même avoir à tourner la tête, il aperçut un employé, ou devrait-il plutôt dire un pseudo-employé du cimetière, braquer son flingue sur lui.
Face à lui, à quelques pas de course, la sortie était dégagée, mais... il leva les mains en l'air.
Ils n'ont rien contre moi
et se retourna lentement. L'employé du cimetière était un homme noir d'environ trente-cinq ans, aux grands yeux sombres et vifs, qui venait de dévoiler son insigne de flic. Deux de ses collègues, en costards noirs, s'approchaient déjà, rapidement, armes aux poings. Ils venaient tout droit du petit groupe d'endeuillés rassemblé autour de la tombe de Danny Messer.
"A genoux!" ordonna de nouveau le plus âgé.
Mais le plus jeune manqua singulièrement de patience. Il l'empoigna par une épaule, et le força à obéir. Seven s'agenouilla alors au sol.
"Les mains sur la tête. Magne", cracha le détective avec haine.
Seven obtempéra, tâchant de rester calme, et de garder son sang-froid, face à ce flic un peu trop impétueux à son goût.
"Justin "Seven" Travis, Je t'arrête pour meurtre. Tu as le droit de garder le silence, espèce d'enfoiré. Tout ce que tu diras..."
Seven acquiesça pendant l'énonciation de ses droits, comme agacé, et se laissa passer les menottes sans broncher.
"Vous voulez parlez de Messer?" s'indigna-t-il, pour la forme.
"Tiens! T'es plus perspicace que t'es as l'air", lui fit gentiment remarquer Flack.
"Je n'ai rien à voir là-dedans. Il s'est suicidé! En quoi est-ce un meurtre, hein?"
Le détective le releva sans ménagement, sous l'oeil attentif du lieutenant Taylor, et le conduisit vers la sortie, soudain obstruée par plusieurs véhicules du NYPD.
"Je ne vois vraiment pas ce que vous me reprochez, vous n'avez rien contre moi..."
"On a un témoin", lui glissa Flack.
Mario?
"Vous bluffez."
C'est alors que Flack le plaqua contre la première voiture venue, et plongea son regard dans celui, intrigué mais confiant, de Seven: "Plus maintenant", dit-il.
Les deux hommes étaient face à face, à quelques centimètres l'un de l'autre. Seven ne connaissait pas ce flic de NY. Mais au regard absolument glacial que cet homme lui enfonçait dans les orbites, jusqu'au fond de son âme, et dans laquelle il semblait vouloir déverser toute sa colère et sa haine, Seven doutait fortement de la réciprocité de la chose.
Il savait qu'en s'en prenant à un des leurs, il prenait le risque, inévitable, d'attiser leur plus profond mépris, et d'effacer tous leurs scrupules à agir dans le respect de la loi et de leur code d'honneur. Il savait qu'il s'en était pris à un membre d'une grande famille solidaire, et puissante.
Mais ce regard... c'était au-delà de ça.
Oh, ça y est! J'y suis! C'était lui, derrière la porte. Ce flic est... était le meilleur ami de Messer... Plus maintenant?
"Qu'est-ce que ça veut dire?!"
Mais sans réponse, il se retrouva vite fait à l'arrière de la voiture, prêt à être conduit en détention.

Hasard

Tapi dans l'ombre, tel un prédateur assoiffé de sang, il attendait sa proie.
La dernière fois qu'il l'avait vu, il s'en souvenait comme si c'était hier. Le junkie amnésique qu'il avait pris sous son aile s'était avéré être la plus belle connerie de sa vie. Sa plus grande honte. Daniel Messer. Il avait engagé un flic. Seven n'en revenait toujours pas. Mais son secret était pour l'instant bien gardé, et il souhaitait le conserver comme tel. C'est pour ça qu'il était là.
Non mais qu'est-ce qui l'avait retenu de ne pas l'étriper sur place, quand il avait su toute la vérité, pour ensuite balancer son corps dans le fleuve Delaware? Et ne plus entendre parler de lui.
Un an qu'il se faisait un sang d'encre à cause de lui. Un an qu'il se posait la même question. Qu'est-ce qui l'avait retenu?
Voilà où il en était à présent.
Le cadavre d'une fille avait été retrouvé, à six pieds sous terre sous la surface d'un terrain vague, et abandonné de Philadelphie. Alors que rien ne justifiait qu'on vienne creuser un trou à cet emplacement. Mais quelqu'un l'avait fait. Pile à cet endroit précis.
Comme par hasard.
L'autopsie avait révélé son lot d'indices, et l'enquête menée par les flics de Phila avait permis de remonter jusqu'à lui. Voyant le ciel se couvrir de sombres nuages, il avait donc pris les devants, et s'était volatilisé. Ça n'avait certainement que confirmé leurs soupçons, mais au moins, ça lui évitait la prison.
Cette fille, portée disparue un an et demi auparavant, avait alors dix-sept ans. Elle avait, pratiquement depuis le début, été considérée comme une fugueuse. Et d'ailleurs, beaucoup la soupçonnait d'être allée tenter sa chance ici même, à New York…
Faux. Elle était morte entre les mains de Seven. Un stupide accident. Il l'avait étouffée, asphyxiée, peu importait le terme exact. Le fait est qu'elle avait exhalé son dernier souffle alors qu'il lui faisait l'amour. Il ne comprenait pas comment c'était arrivé. Enfin pas tout à fait. Il était comme une bête sauvage, dans ces moments-là, et elle, sous ses airs de tigresse, ce n'était qu'une frêle jeune fille de dix-sept ans. Il aurait du essayer de se contrôler un peu mieux quand elle s'était mise à suffoquer anormalement, et peut-être que rien de tout ça ne serait arrivé…
Le mal étant fait, Seven avait décidé de se débarrasser du corps en vitesse. Et en l'absence de Mario, il avait du choisir quelqu'un d'autre. Quelqu'un qu'il jugeait suffisamment digne de confiance pour le charger de l'accompagner. Mais quelqu'un de bien trop défoncé, aussi, pour se rendre compte de ce qu'il était en train de faire… Et c'était tombé sur Allen, alias Danny Messer.
Comme par hasard.
Alors quoi de plus logique que de penser qu'il avait quelque chose à voir dans cette mystérieuse découverte?
A cet instant, son téléphone portable se mit à vibrer dans sa poche. Il décrocha: "Mmm? (…) OK. Merci Mario." Et il raccrocha.
Tout se passait comme prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptySam 29 Juil - 16:02

Retrouvailles

Clic! Clac! Danny rentrait chez lui.
Seven se leva, et s'approcha discrètement de la porte. Il souriait, avec un attendrissement feint, et attendit avec délectation le moment où Danny, après avoir allumé la lumière, posa enfin les yeux sur lui.
"Qu'est-ce que tu fous ici…" s'enquit-il avec tout d'abord plus de perplexité que d'inquiétude.
"Tu le sais", lâcha Seven, en abandonnant là son sourire.
Danny fronça les sourcils, se mettant à réfléchir sérieusement à la question. Mais joua l'innocent: "Je sais quoi?"
Seven pencha la tête de côté, patient. Il n'avait pas tellement envie de tout lui expliquer, comme à un enfant. Comme à un menteur, qui se foutait de lui.
"Les flics sont après toi?" devina subitement Danny. "Et tu crois que c'est à cause de moi, c'est ça?"
L'anxiété prenait enfin le dessus sur l'incertitude. Tant mieux. D'ailleurs, cette dernière question n'en était pas vraiment une. Elle sonnait plutôt comme un état de fait qui faisait très très peur au flic de New York. Seven put le vérifier, car celui-ci sursauta aux coups qui résonnèrent pourtant faiblement derrière lui.
"Entre!" fit-il.
Danny se retourna, et accueillit malgré lui un second invité. Le monstre de glace referma soigneusement la porte derrière lui.
"Allen! Je te reconnais plus!" s'exclama Mario en se postant près de lui, fier comme une grand-mère revoyant son arrière petit-fils après une longue absence. "Tu t'en es bien sorti, on dirait!"
"Oui", approuva Seven.
Les deux hommes se regardèrent avec un air déçu, qui sembla déplaire énormément à Danny.
"C'est dommage qu'on en arrive là", regretta Seven.
"De quoi vous parlez? Qu'est-ce que vous voulez?"
"Viens t'asseoir, on va discuter", lui répondit calmement Seven, en l'entourant par les épaules, de son bras ferme, et en les faisant se diriger vers le living. "Dis-moi, Phila te manque pas trop?"
Danny ne répondit pas. Non seulement parce que la réponse était évidente, et volontairement blessante, mais surtout parce qu'il venait de voir, du coin de l'œil, Mario dégainer un flingue. Histoire de lui faire se tenir à carreau, mais à distance.
"Danny, détends-toi un peu, tu veux? On discute!" s'amusa Seven.
"Je veux pas discuter avec toi, lâche-moi", rétorqua Danny en tentant de s'écarter de lui, mais Seven n'était pas décidé à le lâcher comme ça. "Dis-moi pourquoi tu es là", insista Danny.
"Tu te souviens pas de quoi on a parlé, la dernière fois?" lui fit alors remarquer Seven, froidement, se penchant un peu en avant.
Dans les yeux de Danny, il vit que lui non plus n'avait en rien oublié leur dernière rencontre. Excellent. Seven n'aurait pas à lui rappeler les promesses qu'ils s'étaient faites. Il détestait perdre son temps. Et il n'aurait pas non plus à lui rappeler ce qu'il pensait des traîtres et des balances. Danny ne le savait que trop bien.
"Dessape-toi".
"Pourquoi?"
"Les chaussures, et la veste, ça ira."
"Je t'emmerde, Seven! Casse-toi de chez moi!" s'impatienta Danny en s'évertuant à le repousser, jusqu'à ce qu'enfin, Seven s'éloigne. Il ne supportait visiblement pas d'être touché par lui.
Seven soupira, contraint de lui accorder cette faveur. Et il tendit la main en direction de Mario, lui montrant sa paume de main, lui signifiant ainsi de ne pas bouger, et de ne surtout pas tirer. Il maîtrisait la situation.
S'adressant à Danny, il poursuivit: "Fais ce que tu as l'habitude de faire, quand tu rentres chez toi. Parce que je suis là pour un petit moment."
"Te sens surtout pas obligé…"
"Ne me force pas à me répéter", siffla Seven, d'un ton cinglant.
"Va te faire foutre!" cria Danny, furieux. "Fous-moi la paix!"
Mais Seven n'entra pas dans son jeu. Il resta calme et serein. Tout simplement parce qu'il avait le contrôle. Et Danny était assez intelligent pour s'en rendre compte. Il savait que Seven n'avait pas fait le chemin depuis Phila pour rien. Son ancien employeur était venu régler ses comptes, et il avait une idée précise de la tournure que ça allait prendre.
Et Danny le connaissait suffisamment pour savoir que Seven ne reculerait devant aucune difficulté pour arriver à ses fins. Quitte à passer au plan B. Quitte à donner de sa personne, et à se battre jusqu'à ce que l'un d'eux ait le dernier mot. Cela dit, c'était un sacré avantage d'avoir un type comme Mario dans son camp. Prêt à rendre service.
C'est pourquoi Danny finit par obéir aux ordres de Seven. Il n'avait malheureusement pas le choix.
Il ôta donc sa veste, et la balança sur le dossier d'une chaise. Ensuite, tout en fusillant Seven du regard, il enleva ses chaussures et les envoya valser près de l'entrée, une par une. Peu lui importait si Mario les recevait sur les pieds. Qu'il aille au diable.
"Bien. Maintenant, tu vas éteindre la lumière."
Danny fronça les sourcils, incertain. Mais c'était bien à lui que cet ordre était adressé. Alors que cet espèce de bulldozer, derrière lui, n'était qu'à un bras tendu de l'interrupteur. Avant qu'il ait cependant le temps de se demander à quel jeu Seven s'amuser à jouer, Danny sursauta une seconde fois. Quant à Seven, il agrandit les yeux d'étonnement. Mais seulement d'étonnement. Pas de panique.
Quelqu'un venait de frapper à la porte.
Quand ils entendirent la voix de leur invité surprise, Seven crut que Danny allait faire une grosse bêtise. Du genre sauter sur l'occasion, et sur son unique chance de mettre les choses à égalité.
"Débarrasse-toi de lui", lui conseilla aussitôt Seven, d'un ton sec. "Ou je lui colle une balle entre les deux yeux."
Danny déglutit difficilement sa salive, se mettant à réfléchir à toute vitesse sur le moyen le plus rapide et efficace de retourner la situation à son avantage.
Seven secoua la tête, le dissuadant silencieusement de poursuivre dans cette voix. Il n'y avait aucune issue pour lui. Il fit signe à Mario d'approcher, alors que Don insistait: "Ouvre. Deux minutes. Je partirai pas tant que je t'aurai pas vu."
Mario rejoignit Seven, et lui remit son revolver, sous les yeux interdits de leur otage.
"Danny, je sais que tu es là."
"Casse-toi, Don. Je suis mort", lui répondit-il subitement.
"Ouvre!"
Tout ça ne plut pas à Seven. Pas du tout.
Il prit Danny par une épaule, et le fit pivoter vers la porte d'entrée. Il appuya le canon de son arme contre sa nuque et lui murmura: "Maintenant, t'arrête de jouer au con. Si tu tiens à lui, fais le partir. Et tu as intérêt à être convainquant. Si je sens que tu essayes de lui faire passer un message, comme tu viens de le faire, je le descends. Même s'il fait mine de se tirer. Tu m'as bien compris?"
Danny ferma les yeux et acquiesça, muet comme une tombe, pétrifié par l'angoisse.
Alors Seven, ne pouvant plus attendre, le poussa dans le dos, le forçant ainsi à faire les deux premiers pas. Puis Danny prit une profonde inspiration, et fit le reste du chemin tout seul, comme un grand.
Il ouvrit la porte, d'une main tremblante.
"Je te promets, si tu fais un pas de plus, c'est moi qui me tire."
"Pourquoi? Qu'est-ce qui t'arrive?"
"Je veux pas te parler. Je veux voir personne. Pas ce soir. Je suis crevé."
La main sur la poignée, prêt à ouvrir en grand, à la volée, Seven rappelait sans discontinuer sa douce présence à Danny. Au cas où il lui reprenne l'idée de faire le malin.
"Danny, est-ce que ça va?"
Merde. Ce Don avait l'air inquiet.
"Oui, ça va. J'ai juste besoin de dormir."
Seven s'écarta d'un pas, le revolver braqué non plus sur la porte, à travers laquelle il pouvait atteindre Don, mais sur la tête de Danny. Il avait intérêt à être bien plus convainquant que ça…
"Tu es sûr?" demanda Don.
"Oui, je suis sûr. Fous-moi la paix, tu veux?"
Seven fit une grimace dubitative. A trop vouloir être persuasif, Danny allait finir par faire naître le doute chez son ami. Dans ce cas-là, même s'il ne l'avait pas cherché, le résultat serait le même.
"OK, je m'en vais", concéda Don.
"Excuse-moi", regretta Danny.
Bien, ça sonnait bien mieux… L'atmosphère se détendit un peu. Plus Seven les écoutait parler, plus il sentait que Don capitulait pour de bon, et que Danny semblait soulagé de voir qu'il était enfin parvenu à lui sauver la vie.
"On se voit demain, tu m'appelles?" disait Don.
"Promis", dit enfin Danny.
Ce fut la dernière chose qu'il partagea avec son ami. Une promesse. Alors qu'il savait pertinemment qu'il ne la tiendrait pas.
"Ça ne m'étonne pas de toi", chuchota Seven, tandis que Danny refermait la porte doucement, redoutant déjà le pire.
Seven tendit sa main libre et ferma le loquet. Ensuite, tout en maintenant Danny tranquille, son avant-bras exerçant une forte pression sur ses épaules, il appuya le canon de son flingue plus fort contre la nuque de Danny, laissant défiler les secondes.
Danny endura l'attente du verdict avec la peur au ventre, le front posé contre la porte, les deux mains aplaties sur elle, les yeux fermés, en une prière muette.
Finalement, Seven le saisit brutalement par un bras, le retourna, et le plaqua contre la porte. Il sentit ensuite les pulsations cardiaques de son otage, via l'arme qu'il lui enfonça dans le cou, pile au niveau de l'artère carotide.
"Eteins la lumière", lui ordonna-t-il une seconde fois.
Sans même regarder, Danny tendit la main vers l'interrupteur, et s'exécuta, docilement, sans discuter.
Ce n'était plus un trafiquant de drogue avec un flingue qu'il avait face à lui. Mais la Mort, avec sa grande faux.
Un an qu'il attendait ce moment. Un an qu'il l'espérait. Pour en finir avec toute cette histoire. Peu lui importait d'en sortir vainqueur ou perdant. Pourvu que ça s'arrête enfin...

________________________

@ lundi! cheers Bon dimanche Wink sunny Cool

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptySam 29 Juil - 16:13

Shocked oyo!!pauvre Danny,décidément...
bon,ben vivement Lundi pour la suite!!! bong

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyDim 30 Juil - 14:52

affraid affraid pauvre danny!!! qu'est-ce que tu lui fait subir... diablo
J'attend lundi avec impatience pour connaitre la suite bong
10/10 10/10 j'adore cette fic, question suspense tu excèle, c'est très éprouvant thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyLun 31 Juil - 22:02

cheers Coucou!! Allons droit au but, OK? C'est tragique, c'est Danny, et c'est maintenant:

PARTIE 4 - DANNY


Comment un regard pouvait-il le paralyser à ce point? Qu'est-ce qui l'empêchait de se jeter à ses pieds pour le supplier de ne pas le tuer? La peur? La résignation? Le flingue que Mario pointait sur lui, sans dévier d'un seul millimètre, sans jamais ciller?
"Tu m'as aidé à l'enterrer. Tu étais le seul à savoir qu'elle était là."
"Faut que tu me crois..."
"Je peux pas!" insista Seven avec regret.
"Je te jure que j'y suis pour rien! Je t'aurais jamais balancé!"
"Allen ne m'aurait pas balancé", le corrigea Seven. "Mais Danny Messer, je le connais pas. T'es un putain de flic, bordel de merde! T'es pas censé me couvrir!"
Danny ferma ses yeux brillants de larmes, et l'une d'elles coula sur sa joue. Comment pouvait-il le convaincre de quoi que ce soit? Comment lui prouver qu'il n'était au courant de rien? Le cadavre de cette fille, que les flics de Philadelphie avait déterré, était un mystère pour lui. Il ne se souvenait même pas d'avoir un jour aidé Seven à enterré quoi que ce soit, alors comment aurait-il pu indiquer aux flics où chercher et quoi chercher?
Mais le pire, dans tout ça, c'était d'avoir réussi à persuader son meilleur ami que tout allait bien, et qu'ils se reverraient le lendemain, comme un jour normal... Don avait été juste là, à sa porte, quelques minutes plus tôt. Mais maintenant, il était loin, et il ne le reverrait jamais.
"Je veux pas mourir", supplia Danny.
Seven lui lança un regard impassible. Muet. Immobile.
Puis il plongea la main dans une de ses poches, en ressortit une paire de gants en latex, puis les enfila, consciencieusement.
Danny essuya son visage du revers de la main, mais déjà, d'autres larmes coulèrent sur ses joues. Il redoutait tellement ce qui l'attendait, qu'il en était presque incapable de respirer.
Seven récupéra une petite sacoche, dans une autre de ses poches, l'ouvrit, et déposa son contenu sur la table basse devant Danny. Celui-ci secoua la tête, complètement abattu.
"Fais-le", lui ordonna Seven.
"Non."
"Fais-le toi-même. Sinon c'est Mario qui s'en charge."
"Qu'il le fasse! Si ça peut lui faire baisser son putain de flingue!" cracha Danny, avec un regard de défi fixé sur Seven.
Mais ce dernier restait de marbre. Il attendait, patiemment, que Danny obéisse à ses ordres. Ils avaient toute la nuit devant eux. Sauf si Don revenait? Danny joignit ses mains, se torturant les doigts avec la force du désespoir. Si Don revenait, il allait se faire tuer. C'est pour ça qu'il avait été si persuasif. L'éloigner de lui, c'était lui sauver la vie.
"Seven, je t'en supplie", tenta une nouvelle fois Danny.
"Tu m'aurais donné, un jour ou l'autre", persistait à croire Seven. "Je fais seulement ce que j'aurais du faire il y a un an."
"Mais ça te sert à quoi, de le faire maintenant!?"
Seven soupira, et décida de prendre les choses en main. Il s'approcha de la table et commença à lui préparer son fix, calmement, à l'aide de tout ce qu'il avait apporté. Un sachet d'héroïne, une seringue, un briquet, un flacon d'ammoniaque, une cuillère... Ce faisant, il fit un petit signe de la main vers sa ceinture, puis celle de Danny: "Tu tiens vraiment à ce qu'on fasse tout à ta place?"
Danny ne répondit pas. Il regardait Seven dans les yeux, pendant qu'il préparait sa mixture d'une main experte. Comme s'il pouvait le faire s'arrêter, seulement grâce à son regard... Seven se sentait observé, mais n'en avait rien à faire. Au contraire. Il alluma la flamme sous la cuillère, et la poudre blanche, mélangée à l'ammoniaque, se mit à bouillir, lentement.
"J'y suis pour rien", murmura Danny avec insistance, voyant que l'inévitable approchait à grands pas. "On peut encore tout arrêter, je dirai rien, je te le jure!"
"Mario, enlève-lui sa ceinture..."
"Non!" protesta aussitôt Danny, avant même que l'ordre ne traverse le cerveau du mastodonte immobile, debout près de la fenêtre.
Il la déboucla lui-même, la peur au ventre. C'était comme si les mains d'un autre agissaient à sa place, mais tant que c'étaient pas celles de Mario, ça pouvait encore aller. Il fit glisser sa ceinture hors de ses passants, et le bruit de frottement qui lui parvint aux oreilles lui sembla assourdissant. Il avait l'impression de se jeter du haut de son immeuble.
Finalement, Seven aspira la mixture avec la seringue.
"Pourquoi tu fais ça?"
Seven, imperturbable, mit quelques petites chiquenaudes sur l'aiguille, de son doigt ganté.
"Il faut que tu sois crédible", lui expliqua-t-il d'un ton posé, tout en admirant avec quelle dextérité Danny serrait la lanière de cuir autour de son biceps. Un geste fait à contre-coeur, certes, mais empreint d'habitude. Il n'avait pas perdu la main...
"Ça fait des mois que j'ai rien pris", insista Danny. "Tu crois qu'ils vérifient pas?"
"Oh! Ils ne te font donc pas confiance?"
Danny secoua la tête, tristement. A quoi bon discuter avec lui, il ne reculerait devant rien, sa décision était prise depuis longtemps. Seven lui tendait déjà la seringue.
"Ils croiront pas à l'overdose", lui assura Danny, ne pouvant se résoudre à abandonner la partie.
"Non", admit Seven. "Mais ils croiront peut-être que tu as rechuté? Ils se diront que tu devais être très mal, pour décider de passer de la coke à l'héro, et que tout ça, tu l'as pas supporté?"
Il y eut alors une sorte de moment de flottement, entre eux. Danny avait d'un côté le flingue de Mario pointé sur lui, et de l'autre la seringue que lui tendait Seven. La seule chose qui différenciait ces deux options, c'était le temps. En choisissant, la seringue, il retardait l'échéance, et éloignait de quelques minutes l'instant qui le séparait de sa propre mort. Mais était-ce vraiment la plus sage des possibilités? Ne valait-il pas mieux se défendre, et se battre? Mourir d'une balle dans la tête, dans la dignité?
"Mario?!" s'impatienta subitement Seven.
Le monolithe humain se mit aussitôt en mouvement, et après avoir glissé son arme dans son pantalon, approcha ses grosses paluches de fer vers Danny. Jusqu'au dernier moment, celui-ci crut qu'il allait se réveiller en sursaut dans son lit, mais... non.
"C'est bon! Donne-la moi! Je vais le faire!" s'écria Danny à l'adresse de Seven.
"OK! Très bien!" le félicita ce dernier, déposant la seringue dans la main qu'il lui tendait.
Danny se concentra sur l'aiguille, et la vit trembler entre ses doigts. Ça lui rappelait de très désagréables souvenirs, et lui faisait revivre ses pires cauchemars. Tout ça pour quoi? Gagner cinq? Dix minutes? N'avait-il donc aucun amour-propre?
"Je peux pas..." murmura-t-il.
"Bien sûr que si", le contredit Seven d'un ton cinglant.
Il se passa une dizaine de secondes, et puis...
La drogue fit effet rapidement. La seringue tomba sur le sol, Danny s'écroula contre le dossier du canapé. Son esprit quitta son corps, et il vit des petites étoiles scintiller tout autour de lui. Le sang lui monta au cerveau, et il renversa sa tête en arrière.
"C'est mieux que le sexe, pas vrai?" lui demanda Seven, penché au-dessus de lui.
Mais Danny s'était absenté. Il percevait à peine ce qui se passait tout près. Il y avait du mouvement, et il sentait vaguement qu'on lui faisait faire des choses... En se concentrant un maximum, il réalisa que Seven lui mettait dans les mains, tour à tour, chacun des objets qui se trouvaient sur la table. Mais il ne trouva pas ce comportement si extraordinaire que ça...
D'un coup, Seven disparut de son champ de vision. Pour réapparaître aussitôt, comme par enchantement, avec un crayon et une feuille de papier qu'il se mit à agiter sous ses yeux.
"Je te fais une fleur, Allen. Je te laisse leur écrire un petit mot d'adieu!"
"Va te faire foutre..." marmonna Danny.
"Allen... Oh! Excuse-moi! Danny. Fais-le. Tu me remercieras plus tard."
"C'est ça, on se reverra."
Et sans savoir trop comment, il arracha les objets des mains de Seven, pour qu'il arrête de les agiter comme ça sous son nez. Puis il posa la feuille sur la table, et s'apprêta à écrire. Mais il n'y arriva pas.
"Je sais pas..." se rendit-il compte.
"Dis-leur que tu es désolé?" lui suggéra Seven.
Danny resta un instant pétrifié. Son bras gauche était replié, son poing frappait convulsivement son épaule, sa vision était si embrouillée. Peut-être à cause de ses larmes? Il était effrayé. Effrayé de voir que Seven avait raison. Il leur devait bien des excuses pour ne pas s'être battu. Pour sa lâcheté.
Il se mit à écrire les mots que Mac allait lire un peu plus tard...
Juste après sa signature, il vit la table et tout ce qu'il y avait dessus s'éloigner, et le sol sous lui se mit en mouvement. Il avançait, avec la sensation étrange de ne pas toucher terre.
La salle de bain, sa salle de bain, se matérialisa soudain autour de lui.
"Qu'est-ce que..."
Le sol carrelé se rapprocha dangereusement de son visage, à une vitesse fascinante. Il venait de tomber. Ou plutôt, Seven venait de le laisser tomber. Le bruit de l'eau s'écoulant d'un robinet se fit entendre.
Danny essaya de se relever, et d'un coup on l'y aida. Le contact de l'eau glacée sur ses vêtements, et contre sa peau, le fit souffrir autant qu'il le surpris. Tout se passait si vite...
"Non, non... non!" protestait Danny tandis qu'il se débattait contre celui qui le forçait à rester allonger dans la baignoire qui se remplissait.
"Putain!" gronda Seven. "L'héro fait déjà plus effet, ou quoi? Reste tranquille!"
Mais Danny était si faible, et si absent, qu'il n'aurait même pas pu se sortir tout seul de cette baignoire. Il entendit du bruit, puis une ombre s'approcha de lui. C'était Seven qui s'était encore éloigné et qui revenait aussitôt à la charge.
Il y avait des morceaux de réalité qui semblaient passer aux oubliettes avant même d'avoir existé...
L'arrière de sa tête tapa la paroi interne de la baignoire. Immédiatement après, une main s'abattit sur son visage, plaquée contre sa bouche. Le visage de Mario lui apparut, au-dessus de lui.
Oh! Voilà pourquoi il n'arrivait pas à bouger. Le monolithe le maintenait par les épaules, fermement, et même avec une seule main, il l'empêcha facilement de fuir la surface de l'eau qui, elle, continuait à monter...
Un cri étouffé lui parvint, de loin. Et pourtant, c'était le sien.
En se débattant, il réalisa que Seven serrait sa main dans la sienne, le forçant une nouvelle fois à tenir quelque chose. Il baissa alors la tête, et comprit ce que Seven était en train de lui faire. De son avant-bras droit se déversait un liquide chaud et écarlate.
"Non..."
La main de Mario avait glissé de sa bouche, et de sa main ensanglantée, Danny parvint à la repousser plusieurs fois: "Seven, non... je t'en supplie, non! Je veux pas mourir! Seven!!!" cria-t-il d'un voix déformée par les pleurs. "Fais pas ça ... Pitié! Je t'en supplie!!"
La grosse main revint aussitôt, en même temps que du fond de ses entrailles s'échappait un autre de ses hurlements, étouffé. La lame de rasoir se dirigeait, grâce à la poigne de Seven, vers son avant-bras gauche. Il y mit toutes ses forces, et toute sa hargne. Toutes ses tripes, et tout son coeur. Mais la lame s'enfonça malgré tout dans sa chair, lui tailladant ses veines, profondément. Tout ce qu'il parvint à faire, c'est d'éclabousser un peu ses assaillants.
Je veux pas mourir... pas comme ça... implora-t-il.
Mais seul contre deux, il ne pouvait rien faire. Non pas deux, mais trois. Il se débattait à la fois contre Seven, Mario, mais aussi contre l'héroïne. Un combat inégal, par excellence.
Le dernier visage qu'il vit, à travers ses larmes de désespoir, ce fut celui de Seven. Celle d'un peintre observant son oeuvre achevée. Avant de s'évanouir peu à peu dans un trou sombre, et sans fond, dans l'eau qui se teintait du rouge de son sang...

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyLun 31 Juil - 22:08

Sadique Twisted Evil

Encore un excellent chapitre. Quand même, tu lui en fais voir de toutes les couleurs à Danny.
C'est marrant, quand j'ai vu ton illustration, je me suis rendue compte que Seven était très loin de l'idée que je m'en faisais physiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
yumi
CSI niveau 1
yumi

Nombre de messages : 110
Age : 29
Localisation : Sous le soleil breton (la pluie? connaît pas)
Date d'inscription : 03/07/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyLun 31 Juil - 22:39

Elle est où l'illustration??? je l'ai ratée, là! bouletoftheday
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMar 1 Aoû - 1:49

Shocked quelle sadique tu fais!!pauvre Danny(d'ailleurs je remarque que dans les autres fics,c'est toujours lui qui morfle le plus... Rolling Eyes ...Pas de bol Danny)
Bon,la suisuite maintenant!! bong

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMar 1 Aoû - 16:34

Heuuu! L'illustration est où, déjà? Soit au début du sujet, soit dans le topic "illustrations fanfics" (hihihi je te le donne en mille... Laughing )
Seven, j'en avais fait une description dans M/V, en me basant sur Justin Theroux, c'est pourquoi je l'ai pas décrit une deuxième fois. C'est d'ailleurs un de mes gros défauts: si une chose est acquise pour moi, j'ai souvent l'impression qu'elle est acquise pour tout le monde... sorry M'enfin, rien n'empêche de s'imaginer un personnage comme on en a envie! Wink Tu le voyais plutôt comment, Lexie Question Question
Quant à Danny, j'avoue que je suis horrible avec lui, mais c'est un personnage tellement intéressant à torturer! diablo Que voulez-vous! Qui aime bien châtie bien!
___________________________


Mort ou vivant

Il faut que je sorte de là... Mais j'y arriverai pas tout seul. Je suis en train de me noyer... Tout est si noir. AIDEZ-MOI!!
Ou alors je suis déjà mort. Et prisonnier de mon cadavre?
Merde. Si t'étais mort, tu te poserais pas tant de questions. Enfin je crois pas. Qu'est-ce que j'en sais, j'ai jamais été mort!
Essaye de respirer, pour voir?
Pas mal. Ça a l'air de fonctionner, de ce côté-là.
Génial. Je suis aveugle, sourd, muet, et paralysé. A part ça, ça va.


Passé

"Qu'est-ce que tu fais?"
Il sursauta. La voix de Don, venant de derrière lui, alors qu'il était confortablement installé au bout du comptoir de chez Sullivan, lui glaça le sang. La vérité, pourtant. Il fallait lui dire toute la vérité. Rien que la vérité: "Je... je t'écris une lettre."
"A moi?"
Don fronça les sourcils, tandis que Danny fit disparaître la feuille de papier comme un magicien fait disparaître son assistante dans une boîte.
"Pourquoi tu la planques?"
"C'est...
si difficile, le jeu de la vérité, songea Danny, en tentant de prendre l'attitude la plus décontractée et innocente qui soit. Finalement, il lâcha: "Au cas où il m'arrive quelque chose."
Une faible lueur de méfiance brilla alors dans les yeux du meilleur détective du monde.
"C'est pas un testament, OK?" fit Danny, prompt à vouloir le rassurer. "J'ai pas l'intention de me faire tuer, d'avoir un accident, ou de me tirer une balle, c'est juste..."
"Quoi?" l'interrompit Don, avec une furieuse envie d'en venir directement au fait.
"Au cas où!" laissa tomber Danny d'un air sincèrement navré.
Franchement, il ne voyait pas de réponse plus honnête. Car il ignorait lui-même ce qui pourrait bien lui arriver, si jamais il lui arrivait un truc. Malheureusement, cette réponse ne parut pas convenir à Don. Danny vérifia: "Tu me fais confiance?"
"Bien sûr", répondit Don, comme si la question ne se posait pas. "Alors n'en profite pas. Si tu te sens en danger, dis-le moi tout de suite."
Je me sens pas... Non! Tout va très bien!" lui certifia Danny. "Je... en fait, ça va tellement bien que je me dis que la roue va forcément finir par tourner, tu compr..."
Il s'interrompit. Qu'est-ce qui lui prenait de dire ça? Et qu'est-ce qui lui avait prit de vouloir subitement écrire cette lettre? Avec ses idées à la con, il allait finir par provoquer une chose qu'il voulait par-dessus tout éviter: inquiéter son petit monde. Et renforcer par la même occasion son statut inconfortable de petit protégé de l'équipe.
"Tu sais quoi? Oublie ce que j'ai dit. Cette discussion n'a jamais eu lieu, d'accord?"
Vite. Il fallait qu'il s'éloigne un moment avant d'empirer sérieusement son cas. Se considérant comme le plus abruti de tous les abrutis de la terre, il se dirigea vers une des tables inoccupée du fond de la salle, s'attendant évidemment à ce que Don le suive et insiste, creusant un peu la tombe de la Vérité.
Il s'installa sur le banc, glissant au fond du box, et posa sa lettre sur la table, face écrite sur le dessous.
A sa demande, la serveuse lui avait donné du papier, et de quoi écrire. Il s'était jeté dans l'écriture de ses "mémoires" avec l'acharnement d'un condamné à mort, avant qu'une vague d'optimisme le submerge, et qu'il change d'avis.
Il avait plusieurs fois été tenté par cette simple idée, mais ce soir, il avait vraiment eu l'espoir d'aller au bout, et de la concrétiser.
Mais Don était sur son dos, maintenant.
"Qu'est-ce que tu fais?" lui demanda ce dernier en s'asseyant à sa table.
Danny croisa les bras. Son ami ne lui avait pas posé cette question par volonté d'insister. Elle ne reflétait aucune inquiétude, ni aucune méfiance. Non. C'était un nouveau départ. Un "on-efface-tout-et-on-recommence".
Cette discussion n'a jamais eu lieu
Un frisson lui parcourut l'échine. Une sensation quasi indéfinissable, mais agréable, qui lui arracha un léger sourire.
"Je t'écris une lettre", répondit-il avec beaucoup moins d'hésitation que la première fois.
"Et quand est-ce que je pourrais la lire?"
"Probablement jamais", confia alors Danny au meilleur des amis qu'il pouvait espérer avoir sur cette terre.
Don lui adressa un sourire confiant, et ravi, frisant le soulagement.
La serveuse interrompit le silence tranquille qu'ils échangèrent alors, en prenant leur commande. Un peu plus tard, elle leur servit deux verres et s'éclipsa.
"Je peux savoir ce que tu vas en faire?" reprit Don.
Danny posa les yeux sur la lettre mystérieuse. Il était certain que s'il offrait l'opportunité à son ami de la retourner, maintenant, et de lire les quelques lignes qu'elle contenait, il ne la saisirait même pas.
"Je vais la planquer."
"Où?"
"Chez toi?" suggéra-t-il.
"Pourquoi pas."
Danny savoura ce moment pendant lequel il goûta à la douceur exquise de la confiance totale, et mutuelle. Comment pourrait-il un jour oser en abuser, et profiter de celle que lui accordait son ami, alors qu'il vivait dans un climat de suspicion constante, depuis quelques mois. Les questions incessantes sur son état de santé, ses visites répétées chez la psy, les prises de sang, les contrôles médicaux surprises qui se succédaient, et qui représentaient à ses yeux une forme d'humiliation perverse, à laquelle il devait pourtant se soumettre, sous peine d'être l'objet de davantage de suspicions. Et même les regards, tantôt inquiets, tantôt bienveillants de ses coéquipiers le fatiguaient, parfois plus qu'il ne le voudrait.
Mais Don. Il était le seul avec qui il ne se sentait pas "inférieur". Le seul qui ne lui rappelait pas sans cesse qu'il était un survivant. Et pourtant. C'était avec lui qu'il avait traversé les pires épreuves de sa nouvelle vie. Grâce à lui. Correction.
Son sevrage, à Trenton, puis ses coups de blues, parfois carabinés qu'il se traînait encore. Sa période "agoraphobie", suivie de sa période "angoisses nocturnes" qui lui avait fait décrocher son téléphone sept ou huit fois déjà, pour lui parler, et se calmer. Et sept ou huit fois, Don était venu jusque chez lui, pour en parler, mais de vive voix, et s'assurer qu'il reprenait le contrôle de la situation.
Sans compter que Don était le seul à l'avoir envoyer se faire foutre, depuis qu'il était rentré de Phila.
Pour toutes ces raisons, et celle-ci en particulier, Don méritait cette lettre plus que quiconque.
"Mais de toute façon", dit Danny "tu n'auras jamais à la chercher, pas vrai?"
"J'espère bien que non," approuva Don.
Bien que leurs verres fussent déjà à moitié vides, ils trinquèrent. Et puis Don ajouta, sur le ton de la confidence: "C'est juste au cas où..."

Présent

Je veux pas mourir
Il sentait une légère pression, au niveau de sa main, posé sur son ventre. Quelque chose qu'il avait lui-même provoqué, il en était sûr.
Alors il n'était pas mort, en fin de compte. Pas encore.
Il serra encore, un peu plus fort, décidé à épuiser le filon jusqu'au bout. Il arrivait à sentir sa main, à savoir où elle se trouvait, comment elle était positionnée, c'est donc par là qu'il fallait se faire remarquer.
Ça ne lui parut pas plus violent que l'air brassé par les ailes d'un papillon, et pourtant, ça fit son petit effet.
"Danny? Tu m'entends?"
Don, c'est toi?
Nouvelle pression, mais cette fois, ça ne venait pas de lui. Il y avait quelque entre ses doigts. Ceux de Don?
"Si tu m'entends, serre ma main..."
Je t'entends, et pour tout dire, je suis heureux que ce soit toi, qui me parle, qui soit là, avec moi. Vraiment. En fait, tu peux même pas savoir à quel point je suis heureux. J'ai eu si peur, Don. Peur pour toi, et... seigneur, je croyais qu'ils partiraient jamais...
"Chhhh..." entendit-il. "Tout va bien, Dan. C'est fini... Calme-toi."
Sa voix était si douce, et calme, et le contact de sa main si rassurant...
T'arrêtes pas, Donnie. Je viens vers toi, alors ne me laisse pas tout seul. Parle-moi encore...
Cette fois, il sentit que la pression se renforça, mais de par leur initiative commune.
Danny entendit des bips intermittents, et parvint à bouger les doigts de son autres mains. Le capteur qui lui enserrait le bout de l'index l'empêcha de replier entièrement sa main. Les bips s'emballèrent, l'espace d'un instant, mais reprirent leur rythme régulier rapidement.
"Je savais bien que c'était pas encore pour cette fois", lui confia Don.
Il ne vit pas son sourire, mais c'était tout comme.
Il s'efforça d'ouvrir les yeux. Ultime bataille engagée contre l'envahissante torpeur qui assiégeait chaque fibre de son corps inerte. Quand soudain, des éclairs de lumière s'insinuèrent sans ménagement à travers ses paupières frémissantes, jusque dans les recoins les plus profonds de son cerveau.
Qu'est-ce que ça fait mal!
Son esprit s'alluma, comme une lampe au néon clignote avant d'éclairer la pièce de sa lumière blanche, et la silhouette du meilleur détective du monde se dessina sur sa rétine. Sa paralysie s'estompait pour laisser place à une sorte de lourdeur générale, limite assimilable à un demi-coma. Mais qui ne l'empêcha pas d'afficher à son tour un franc sourire.
Gagné!
C'était si bon. Vivre était si bon...

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMar 1 Aoû - 16:41

valm.csi a écrit:

Tu le voyais plutôt comment, Lexie Question Question

tu vois l'acteur black de La ligne verte, celui là même qui a fait le méchant dans Daredevil? Bah voilà, c'est comme ça que je le voyais moi.

J'aime beaucoup ce chapitre, surtout la première partie en fait parce qu'elle est vraiment touchante et que tu sais très bien écrire ce genre de choses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMar 1 Aoû - 16:58

Merfi! rabbit Mr. Green Mr. Green
Ah la la ouii! On le voyait pas du dout de la même façon!! Shocked En plus, Michael Clarke Duncan, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a tourné dans un épisode de NY aux côtés de Gary Sinise Wink Ta vision du personnage est ma foi tout à fait intéressante 10/10
Au fait, tu m'as demandé par MP où j'en étais de mes fics, alors je m'en va faire une récapépétation dans l'autre topic, comme j'avais fait il y a quelques temps, avec magentillefleurbleue flower Wink

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMer 2 Aoû - 14:36

épilogue (mais y'a encore un chapitre à venir Exclamation )

Sheldon Hawkes trouva fort agréable le fait de s'attarder devant son frigo ouvert. La soirée était torride. Les températures passaient rarement sous la barre des trente degrés, en cette fin de mois d'août. Même à dix heures du soir. Comme c'était rafraîchissant... Mais il n'était pas là que pour ça.
De retour dans son salon, il s'installa sur son canapé, accoudé au côté gauche. A droite, Don le remercia pour la bière qu'il lui offrait. Idem pour Danny, assis au milieu.
"Dans un cadre photo?" tenta Sheldon.
"Non", répondit Don.
"Un tiroir à double-fond?"
Don secoua la tête. Quant à Danny, il regardait en face de lui les publicités à la TV, mais n'entendait que ses amis.
"Entre les pages d'un bouquin?"
"Tu veux utiliser un joker?" lui proposa Don.
"Volontiers", accepta Sheldon.
"Bon", réfléchit Don. "Disons que... dès que je rentre chez moi, j'ai presque tout le temps les yeux posés dessus."
"Oh! Je sais!" s'exclama aussitôt Sheldon.
Danny faillit s'étouffer en avalant une gorgée de bière de travers, et tourna la tête vers lui, stupéfait. Avait-il enfin LA réponse? Après la centaine de propositions qu'il avait énumérer sans relâche, inlassablement? Il l'avait enfin?!
Paraissant sûr de lui, Sheldon proposa: "Derrière le poster que tu as affiché sur la porte des toilettes."
Deux choses le frappèrent alors. Un coussin du canapé s'abattit tout d'abord sur l'arrière de son crâne, un cadeau de Don, sournois. Et puis le rire de Danny. Un fou rire, même, qui lui valut à lui aussi un coup de coussin sur la tête, mais qui ne l'arrêta pas pour autant.
"Je crois que tu l'as vexé pour l'éternité", rit-il.
"Pourquoi? C'est pas ça?" s'étonna Sheldon.
"Je vais faire comme si j'avais rien entendu, OK?" le fustigea Don.
Danny sembla ne plus pouvoir s'arrêter de ricaner, entre ses deux amis qui finalement, se joignirent à lui.
Puis Sheldon leva les bras, en signe de cessez-le-feu. Par miracle, aucune goutte de bière ne s'était échappée de leurs bouteilles.
"Aide-moi, Danny", finit-il par dire. "Je m'en sors pas."
"OK", fit celui-ci, remit de ses émotions. "Doc?"
"Oui?" se concentra celui-ci, tout ouïe.
"Suis mon regard."
Obéissant aux instructions, Sheldon se retrouva à regarder les publicités. Muet et immobile, pendant plusieurs secondes, il se mit à réfléchir avec ce qui lui restait de lucidité.
Don le vit arrondir la bouche en un grand et fort "bon-sang-mais-c'est-bien-sûr".
"La télévision", devina Sheldon. "Tu l'as scotchée sous la télé."
A l'expression ravie de Danny, le doc sut qu'il ne s'était pas trompé. Il tendit un index approbateur vers lui, tout en commentant, à l'adresse de Don: "C'est très astucieux".
Celui-ci acquiesça, un peu moins emballé que le doc: "Tellement que j'ai dû retourner tout l'appart pour mettre la main dessus", lui fit-il remarquer.
"Mais tu l'as trouvée", lui rappela Danny.
C'était bien là l'essentiel.
La lettre.
Sans elle, Seven serait en train de courir dans la nature, probablement dans les Steppes froides du Canada, échappant ainsi à la justice de tout un pays.
Sans elle, ils n'auraient même pas pu mettre un nom et un visage sur leurs suspects. Du moins pas à temps. Et ils auraient encore moins su de quelle manière repérer leur meurtrier, et l'attirer dans leurs filets.
Ils avaient commencé par piéger Mario, de retour chez lui, à Philadelphie, après avoir accompli pour Seven sa dernière mission. Ils l'avaient retourné comme un gant. Grâce aux infos de Danny, ils avaient su comment le retrouver, et comment le faire parler. L'homme en qui Seven avait le plus confiance avait fini par succomber aux maigres avantages de la trahison. Ironique, pas vrai?
Quant à l'idée des funérailles, elle avait germée dans la tête de Mac, avant même qu'il sache si Danny allait ou non s'en sortir. A la lecture de la lettre, que Don lui avait remise après avoir transformé son appart en champ de ruines, il avait acquis à son tour la certitude que Danny n'avait pas essayé de se donner la mort. Et il avait absolument tout fait pour que ça reste entre lui et Don, le temps que justice soit rendue.
Justice avait été rendue, Seven croupissait en cellule, Danny était revenu d'entre les morts, et tout le monde connaissait maintenant la vérité.
Quelques mots écrits à la va-vite dans un bar. Ça n'avait quasiment tenu qu'à ça.
"Le meilleur détective du monde!" fit Danny, histoire de briser le silence.
"Arrête avec ça", le pria gentiment Don.
Mais celui-ci glissa quelques mots à l'oreille de Sheldon, suffisamment fort pour que Don les entende aussi: "C'est mon meilleur ami"
Le doc se pencha en avant, et jaugea le détective, que lui désignait Danny du pouce, de haut en bas, et de bas en haut: "J'en voudrais un comme le tien", confia-t-il à Danny sur le même ton discret.
"Désolé, doc. Celui-là est déjà pris. Trouve t'en un autre."
Sheldon fit une grimace déçue, et s'enfila quelques gorgées de bière, noyant ainsi son chagrin dans l'alcool.
Danny, lui, se retourna vers Don, et avec un sourire sincère, leva sa main. A son avant-bras subsistait les blessures d'un passé à rayer de la carte, dissimulées sous un bandage. Même chose à son autre bras.
Don lui rendit son sourire, et tendit sa main, paume en l'air, Danny abaissa la sienne, et ils les scellèrent chaleureusement ensemble, renforçant un peu plus encore leur amitié.
Celui qui détruirait le lien qui les unissait n'était pas encore né...
Plus ils trinquèrent, ensemble, avec Sheldon, au futur qui leur tendait à présent les bras.

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMer 2 Aoû - 14:47

bravooooooo valm 10/10 10/10 10/10 love love
vite la suiteeeeee bong bong bong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMer 2 Aoû - 15:08

C'est définitivement mon passage préféré. Je l'adore celui-ci, il est absolument parfait en tout point. love love love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyMer 2 Aoû - 16:33

super passage Valm!!!! 10/10
bon,ben maitenant la suite de ton épilogue ça serait bien(mais c'est pas un peu dans le désordre? lol! oui,je sais dejadehors )

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyJeu 3 Aoû - 1:18

En fait, c'est important que ce qui suit vienne tout à la fin... Vous allez comprendre Wink
Sinon, merci encore pour votre assiduité, et votre fidélité tchin! Ce sont des qualités que j'aimerais avoir tongue Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation Exclamation


La lettre

A Don, le plus grand détective de l'univers (!)

Je sais pas ce qui t'a poussé à ouvrir cette enveloppe. J'aurai préféré que tu n'aies jamais à le faire. C'est sûrement trop tard pour moi. Alors... ne fais rien de stupide, d'accord? (pourquoi je te dis ça, hein?)
Bon, je vais aller droit au but:
Celui que je m'étais promis de jamais balancé se fait appeler Seven. Je crois que c'est parce qu'il a tué son père de sept coups de couteau quand il avait quinze ou seize ans. J'ai pas vérifié, mais c'est sûrement le cas. Son vrai nom, c'est Justin Travis. Les flics de Phila ont un dossier sur lui.
Passe un coup de fil à Lili Rush, elle se fera un plaisir de te renseigner, comme elle l'a fait pour moi. Dis-lui que je l'embrasse, et que je pense souvent à elle, de là où je suis. Dis-lui aussi que je la remercie pour tout ce qu'elle a fait. Je suis pas certain de l'avoir déjà fait. Du moins pas encore. De toute façon, je l'ai pas assez fait. Et c'est trop tard, je suis qu'un idiot...

Quoi d'autre? Tu me manques déjà. J'espère que j'ai pas "seulement" disparu. Que je suis pas amnésique, et perdu au fin fond de la Pennsylvanie. Parce que le pire, c'est de ne pas savoir. C'est pas à toi que je vais l'apprendre. Quitte à ne plus vous revoir, autant être mort, mais que vous le sachiez. Ça vous évitera de me chercher partout.

En parlant de ça, il y a quelques petites choses que tu dois savoir sur Seven. Il est souvent accompagné d'un être vivant non identifié, mi-homme mi-ours, répondant au nom de Mario. Je crois savoir que ce grand machin a deux filles, et qu'elles vivent à Phila avec leur mère. Il les quittera jamais. Si tu le cherches, trouves d'abord ses filles.

Sinon, j'ai déjà dû t'en parler, mais je te le répète: si j'ai rien dit avant, c'est parce que je voulais me laisser une chance de vivre quelques années (quelques mois?) de plus, sans avoir à me faire greffer des yeux derrière la tête. Les types comme Seven peuvent descendre n'importe qui, même enfermé au fond d'une prison. C'est pas à toi, et encore moins à Mac que je vais l'apprendre.
Mac. Dis-lui que même si je l'ai déçu, par mon silence, je regrette rien. J'ai jamais voulu protéger Seven. Je l'ai pas balancé, jusqu'à maintenant, parce que je sais de quoi il est capable. Si c'était à refaire, je changerai pas grand-chose. Dis-lui que je lui suis infiniment reconnaissant pour m'avoir laissé une seconde chance, et de m'avoir gardé dans son équipe. Je sais ce qu'il en a bavé, pour me faire accepter. Et je sais que ça a été encore plus difficile que la première fois. J'aurais jamais eu assez de toute ma vie pour lui prouver que j'en valais la peine.

Dis-leur, à Mac, Stella, Montana et mon frère de sang, le grand docteur Hawkes, qu'ils me manquent, eux aussi. Dis-leur que je regrette pas un seul instant des moments qu'on a partagé, et que même si j'ai pas toujours été facile à vivre, et reconnaissant envers leur gentillesse, et leur confiance, et tout le reste, ça ne m'empêchait pas de les aimer.

Don, j'ai un putain de problème. Je sais pas si je dois utiliser le passé ou le présent... Le présent, c'est mieux?

J'en étais où?
Les règles d'or! Tous ceux qui ont un jour croisé la route de Seven les connaissent sur le bout des doigts. Peut-être que l'une d'elle te sera utile. D'abord, il ne se répète jamais. Et quelque part, dans sa tête, quoi qu'il fasse, il y a toujours un plan B qui traîne. Méfie-toi de lui. Méfiez-vous tous de lui.
C'est un grand malade, je te l'ai déjà dit? Tiens, par exemple, si tu te plantes une fois, il te fais jouer à la roulette russe. La deuxième fois, il divise par deux les chances de t'en sortir vivant, en mettant une balle de plus dans le barillet (quand j'y repense, je me dis que j'ai vraiment eu beaucoup beaucoup beaucoup de chance...) La troisième fois, t'as intérêt à courir vite, parce que t'es mort.
Les balances, les traîtres et les glandeurs ont eux aussi intérêt à courir vite. Encore plus vite, même.
Et je t'explique pas ce qu'il pense des junkies amnésiques terrorisé, qui deviennent flic, du jour au lendemain. Si tu lis cette lettre, c'est qu'il croit que je lui ai créé des problèmes, ou bien qu'il a perdu le peu de confiance qu'il avait décidé de garder pour moi... En tout cas, il doit y avoir un malentendu quelque part, parce que je suis pas une putain de donneuse!

Bref. La principale règle, et j'ai dû t'en parler aussi (finalement, j'ai pas beaucoup de secrets pour toi, tu crois pas?), c'est que Seven ne croit à la mort de personne tant qu'il n'a pas vu son cadavre. Il aime aller au bout des choses, et admirer le résultat, c'est un inconditionnel du travail accompli.
Sa paranoïa lui a sauvé la vie plusieurs fois, mais je reste persuadé qu'un jour, elle aura sa peau.
J'espère seulement qu'elle l'aura avant qu'il ait la mienne, et que j'écris tout ça pour rien.

C'est tout, je crois.
Enfin pas tout à fait.
Il faut que je te remercie toi aussi. Pour...... la liste est tellement longue! Et même après que j'aurais scellé l'enveloppe, je sais qu'elle continuera à s'allonger.
Je me lance quand même: je te remercie d'être resté mon ami, même pendant ces dix mois, où j'avais disparu, et de l'être resté après.
J'ai toujours pu compter sur toi. Tu as fait plus pour moi qu'un ange gardien ou un ami imaginaire aurait fait. Franchement, j'aurais jamais pu rêver mieux! J'aimerais seulement te rendre le centième du bien que tu m'as fait, si c'est possible. Je te promets que je vais essayer. Dès que j'aurai planqué cette foutue lettre, je vais m'y mettre. Je te dois bien ça.

Merci d'avoir si parfaitement remplacé la coke, merci d'avoir toujours été là, d'être venu me chercher quand j'étais perdu et effrayé au milieu de tous ces inconnus, et de m'avoir traité comme je le méritais, comme le Danny Messer que tu as toujours connu.

Merci de m'avoir aidé à toujours voir le bon côté des choses.

Je t'oublierai jamais.

Maintenant c'est sûr, j'ai terminé! Si je suis pas mort, au moins j'aurais eu le courage de t'écrire tout ce que je t'ai jamais dit. On se voit bientôt? Y'a intérêt...

Danny


_______________________________

Et voilà! J'espère que cette fic est à la hauteur de ses prédécesseuses What the fuck ?!? En tout cas, c'est la fin de la saga "Mort / Vivant" What a Face Le POINT FINAL Mr. Green ! J'espère que tout a été dit et que j'aurais pas à y revenir! Rolling Eyes Quoi que ça me dérangerait pas plus que ça scratch :DD :DD
Votre impression particulière à ce dernier chapitre? A cette fic? A la saga générale? What the fuck ?!? Moi curieuse! clap

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
lagentillefan
La fleur la plus bleue de toutes les fleurs bleues du monde
lagentillefan

Nombre de messages : 2966
Age : 37
Localisation : à supplier l'inspiration
Date d'inscription : 22/09/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyJeu 3 Aoû - 2:18

voici un superbe point final à cette saga...générale(à moins que ça se suit aussi avec la version slash?)Bref,j'ai adoré,j'ai dévoré,j'ai eu la gorge nouée.Bref,tout plein d'émotion!!Tu es mon maître et je ne suis que ton humble padawan(arf,trop influencée par Star Wars Rolling Eyes )...
donc bravo et vivement ta prochaine fic!!! bong bong

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Csimia10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sluna
La femme sans tête
Sluna

Nombre de messages : 1572
Age : 36
Localisation : Derrière le petit caillou blanc, dans les bras de Colby Granger
Date d'inscription : 13/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyJeu 3 Aoû - 2:25

moi aussi je trouve ta fic super genail et rien a te dire 10/10 10/10 love love love love
aller j'attend avec inpactient ta nouvelle fics bong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-the4400.forumactif.com/index.forum
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyJeu 3 Aoû - 14:51

Non non, quand je disais la saga "générale", j'entendais par là les 2 versions de M/V, l'Enfer..., Cicatrices, et P/P Wink Donc c'était bien le mot de la fin, et il n'y aura pas d'autres suite, ni slash, ni générale (à moins que! comme je l'ai dit précédemment... Rolling Eyes rôôô non! Stop! Passe à autre chose rambo )
Donc merci encore pour vos avis, Sluna et gentillepadawanfleurbleue flower lol! Et à la prochaine Exclamation Exclamation

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
millie8
CSI niveau 3
millie8

Nombre de messages : 442
Age : 34
Localisation : Toujours là où il faut quand il faut (enfin presque...)
Date d'inscription : 13/06/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyJeu 3 Aoû - 21:27

pompom Extraordinaire! pompom Magnifique! pompom Sensationnelle! pompom Merveilleuse! pompom Passionnante! pompom Emouvante...
Et plein d'autres choses encore Exclamation Voilà ce que je pense de ta saga flower
Les mots me manquent mais je pense que t'as compris l'idée générale: j'ai tout simplement adoré love love

A quand la prochaine fic?? :DD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyVen 4 Aoû - 15:14

flower love flower Mille merci beaucoup, millie!!! flower love flower
Pour la prochaine, elle est presque déjà là Wink La création d'un nouveau topic est imminente!!!! study

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
yumi
CSI niveau 1
yumi

Nombre de messages : 110
Age : 29
Localisation : Sous le soleil breton (la pluie? connaît pas)
Date d'inscription : 03/07/2006

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyVen 4 Aoû - 15:28

ah... nouveau topic---> annonciateur de bonnes nouvelles Exclamation La naissance est prévue pour quand Question alien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 EmptyVen 4 Aoû - 15:37

Dans environ 4 minutes!!! taptap

_________________
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.csi-fanfics.com/
Contenu sponsorisé




CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)   CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CSI: NY - "Passé / Présent" (suite M/V)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Suite "d'Hadès Inferno"
» [RESOLU] Suite MàJ Froyo - Notification "CARTE SIM CHANGEE" à chaque démarrage.
» "Banlieue 13 : Ultimatum"
» "Bienvenue à Zombieland"
» Suite au poème de Fauve : "les chiens errants"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: