Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyVen 22 Déc - 23:21

Très bon, ça victoire ! C'est très bon!!!! Quel talent! clap
Vous êtes bloquées, là? vous voulez qu'on en cause?? Parce que moi, ça y est! J'ai décidé de vous laisser faire! Mr. Green Mr. Green Mr. Green

_________________
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptySam 23 Déc - 18:15

Chapitre 15.


« - Sortez moi de là. »Mac ferma les yeux devant cet appel désespéré. Ils avaient attendu qu’il appelle et c’est maintenant qu’ils avaient les mains liées et qu’ils ne pouvaient rien faire qu’il le faisait.

« Vous êtes où ? »
« Je… »Don jeta un œil autour de lui. Sa vision était de plus en plus trouble, la douleur de plus en plus présente tout comme le manque.
« J’en sais rien. Mac, sortez moi de là. Vite. »
« Je suis désolé Don. Soyez patient. 3 jours. Tenez encore le coup 3 jours. »
« J’y arriverais pas. »
« Bien sûr que si. Don j’ai confiance en vous. Ne lâchez pas. Je vous promets que vous serez rentré à la maison dans 3 jours. »
La maison. Ce mot raisonnait bizarrement aux oreilles de Don. Il ne se sentait plus chez lui nulle part. Comment pouvait-il espérer rentrer chez lui après être descendu si bas ? Après les avoir tous trahis ? Après avoir tiré sur Danny ?
« Danny ? »
« Il va bien. »
Mac entendit le soupir de soulagement du jeune homme.
« Don, est ce que vous allez bien ? »
« Ca dépend si aller bien sous-entend une addiction à la drogue et une exsanguination. »
« Une… Qu’est ce qui s’est passé ? »
« Une rencontre malencontreuse avec une lame acérée et une garce. »
« La plaie est importante ? »
« Elles le sont oui. »
« Ok. Trouvez un médecin rapidement. Et tenez bon Don, je vous promets que tout sera fini très vite. »
« Je ne vous promets rien. Mes promesses ne valent plus rien. Veillez sur Danny d’accord ? »


Don n’attendit pas la réponse de Mac. Il raccrocha et reprit son chemin.


* * * * *


Elle longeait à nouveau les couloirs de l’hôpital. Elle détestait ce genre d’endroits, ça lui rappelait bien trop de choses qu’elle voulait oublier. La tension disparaissait à mesure qu’elle s’éloignait de la chambre de Messer. Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui facilite la tâche mais elle avait été loin du compte. Il avait été plus que réfractaire à l’idée de lui donner des infos concernant Flack et n’avait pas paru intimidé par ses menaces. C’était déstabilisant. Ils avaient tous fini pas plier rapidement. Qu’est ce qui n’allait pas chez Messer ? Elle l’avait menacé de tuer son meilleur ami et il avait à peine tiqué. Elle ne s’était rendue compte de la tension qui avait prit possession de son corps que lorsqu’elle l’avait quitté, éprouvant même un certain soulagement. Non pas qu’il l’ait effrayé, il en aurait fallu beaucoup plus. Mais comme avec Flack quelques heures plus tôt, elle avait senti une rage froide s’emparer d’elle quand il lui avait opposé une certaine résistance. Et elle avait failli le tuer. Certes elle ne l’avait pas fait mais elle devait bien admettre que si elle n’avait pas bridé ses pulsions, le couteau ne se serait pas planté dans le mur. Qu’est ce qu’ils avaient l’un comme l’autre ? Que ce soit Flack ou Messer ? Ils avaient l’air décidé à faire planter sa mission. Il ne lui restait que trois jours ! La sonnerie de son portable la fit sursauter. Décidemment ce tête à tête l’avait plus atteint qu’il ne l’aurait dû. La glace allait finir par se briser et elle avait encore besoin de sa carapace quelques jours. Ce n’était vraiment pas le moment de flancher.
Elle soupira quand elle vit le nom affiché sur l’écran. Il ne manquait plus que lui.
« Vous êtes au courant qu’il me reste trois jours. Vous ne deviez pas vous manifester avant la fin de l’opération. »
« Je sais. On a un problème. »
Sacha ferma les yeux. Décidément sa journée n’allait pas en s’améliorant.
« Lequel ? »
« On a filtré les appels de Taylor et de son équipe depuis qu’on sait que Flack faisait parti des leurs. »
« Et alors ? Vous n’allez pas me dire qu’il a tenté de les joindre quand même. »
Devant le silence de son interlocuteur elle comprit d’elle-même que Flack avait tenté de joindre ses anciens collègues et qu’il y était parvenu.
« Il l’a fait. Je vais le tuer. »
« Allez y doucement Sacha. C’est un flic. »
« Vous croyez vraiment que ça va m’arrêter ? »
« Non… mais son témoignage pourrait nous être utile si jamais… »
« …si jamais j’échoue ? Ca n’arrivera pas. »
« On ne sait jamais. On ne peut pas se permettre de laisser filer Costa parce que vous avez un compte à régler avec lui. »
« Je crois me rappeler que c’est vous qui m’avez mis sur cette affaire. Vous saviez très bien que ça deviendrait personnel dès l’instant où il lèverait la main sur moi. »
« Si on vous a intégré à cette unité c’est que nous vous pensions suffisamment intelligente pour faire abstraction de votre passé en mission. »
« Faux. C’est pour mon passé que vous m’avez justement recruté. Vous saviez que je n’hésiterai pas à tuer. Je l’avais déjà fait après tout. C’est bien ce qui vous a convaincu, non ? »
Cette question n’appelait pas de réponse, ils savaient l’un comme l’autre qu’elle disait vrai.
« Je dois vous laisser. J’ai quelques petites choses à mettre au point avec Flack. »

* * * * *


Billy Bob était réputé pour sa discrétion et pour sa clientèle peu orthodoxe. Don sut qu’il avait fait le bon choix dès qu’il fut devant sa porte. Son t-shirt ne suffisait plus à stopper le flot de sang et il sentait ses forces l’abandonner. Que Billy Bob soit compétent ou pas lui importait peu. Ce qu’il souhaitait pour le moment c’était rester en vie. Et il avait bien peur que ce médecin soit sa seule option.
Don soupira. Choisir une chambre dans un motel pour soigner des criminels n’était déjà pas très malin mais alors choisir une chambre au troisième étage dépassait l’entendement. Il frappa de sa main libre à la porte, l’autre tenant toujours le t-shirt contre ses côtes. S’il tenait Sacha entre ses mains à cet instant, il lui aurait fait payer le prix fort. Cette garce ne l’avait pas loupé.
La porte s’ouvrit sur un homme qui avait plus le profil du biker que du médecin. Ses avants bras étaient couverts de tatouages, ses cheveux longs et graisseux lui cachaient en partie le visage. Don frissonna. Autant de peur que du manque d’héroïne de plus en plus important.
Le médecin le fit entrer sans un mot et lui indiqua la table poussée contre le mur.
« Asseyez vous là-dessus. »
Don obtempéra. Il n’avait pas réellement le choix après tout, Billy Bob était sa planche de salut. L’homme fouillait à présent dans une boîte et en sortait divers objets tranchants qui donnèrent quelques sueurs froides à Don. Sa dernière rencontre avec un objet tranchant l’avait plutôt laissé diminué. Il observa les gestes du médecin avec attention. L’homme déboucha une bouteille d’alcool et inonda les instruments chirurgicaux dont il comptait se servir. Il se retourna et regarda Don un instant.
« Votre dernière prise remonte à quand ? »
« Cinq heures. »
« On va peut être se charger de ça en premier. Vos tremblements pourraient causer notre perte. »
« Notre ? »
« Ouais. Votre mort et mes déboires avec les flics. Sans compter qu’il faudrait me débarrasser de votre corps. Les flics c’est comme les requins, c’est attiré par le sang. »
« Charmant. »
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyDim 24 Déc - 13:38

Chapitre 16.


Le vieux quartier chinois de New York était concentré sur la Canal Street à Manhattan. Le Chinatown de Manhattan était décrit dans plusieurs films policiers et émissions télévisées américains, particulièrement ceux traitant des crimes et trafics en tous genres. Là part de véracité de ces fictions était plus qu’importante. Chinatown était l’endroit rêver pour monter son petit business sans avoir trop de souci avec la justice. La population avait adopté la loi du silence et ne se contentait pas de la respecter avec plus ou moins d’application. Ce n’était pas un mythe et plus d’une fois Stella s’était sentie frustrée de ne pas obtenir plus d’informations de ses témoins. Elle rageait encore quand elle revint au labo en compagnie de Lindsay. Elles n’avaient rien trouvé, pas le moindre indice. Le tuyau de Mac était visiblement percé. Elles revenaient à la case départ, n’avaient absolument rien. Rien qui puisse permettre de localiser Flack ou le réseau auquel il appartenait.
La scientifique laissa sa jeune collègue partir de son côté et prit le chemin menant au bureau de Mac. Il y avait quelque chose qu’il ne lui disait pas. Elle s’apprêtait à lui faire part de ses doutes quand elle vit son air tracassé. Quelque chose s’était passée en leur absence, elle en aurait mit sa main à couper. Mac semblait tendu, perdu même. C’était bien la première fois qu’elle le sentait aussi … hésitant.
« Quelque chose te tracasse ? »
« Pas plus que d’habitude. Alors Chinatown ? »
« Ca n’a rien donné. Le réseau dont tu as entendu parlé avait été dementlé depuis quelques mois. »
Mac ne répondit rien, confirmant ainsi les doutes de la jeune femme.
« Tu ne sembles pas surpris. »
« Disons que j’avais quelques soupçons concernant la validité de cette information. »
« Pourquoi nous y avoir envoyé alors ? »
« Parce que l’information aurait pu s’avérer être exacte. Parce qu’il ne faut rien laisser au hasard. »
Il avait raison bien sûr. Dans leur métier il fallait tout vérifier. Elle le savait. Pourtant ce sentiment que Mac lui cachait quelque chose ne la quittait pas. Elle savait qu’en les poussant dans ses retranchements elle n’obtiendrait rien.
« Je vais rejoindre Lindsay. On va reprendre toutes les infos collectées par Danny. Et on va retrouver Flack. »
Mac la regarda quitter la pièce et posa les yeux sur son bureau. S’y trouvait une épaisse chemise en carton. C’était là toutes les infos que Danny avait pu trouvé sur Don. Du moins toutes celles qui auraient pu faire avancer Stella et Lindsay.

* * * * *


Don n’avait pas compris pourquoi Alberto les avait convoqué Brad et lui. Encore moins pourquoi ils les avaient fait venir chez lui. C’était plutôt inhabituel, complètement inédit même. A l’instar de son propriétaire, l’appartement était un modèle de sophistication. Don ne s’y sentait pas très à l’aise. Heureusement, l’injection d’héroïne qu’il s’était faite avant de rejoindre Brad l’aidait à feindre une totale indifférence. Et il allait en avoir bien besoin car la reine des Garces venait de faire son entrée. Comment faisait elle pour être aussi magnifique alors que tout dans son attitude vous donnait envie de fuir. Ses yeux émeraudes n’avaient pas perdu leur éclat meurtrier. Elle s’arrêta à l’entrée de la pièce et afficha un sourire dénué de toute chaleur. Don pouvait sentir sa colère. A croire que sa petite performance d’hier ne l’avait pas calmé.
« Incroyable. Quelle résistance. Vous tenez toujours debout. »
« Ce n’est pas grâce à vous. »
Il vit sa mâchoire se contracter. Elle n’appréciait pas qu’il lui tienne tête. Et pourtant, contre toute attente, elle finit par afficher un sourire sincère.
« Vous m’amusez beaucoup Flack. Finalement ce n’est pas plus mal que vous soyez toujours en vie. On ne sait jamais, si l’envie de m’amuser me reprend je pourrais toujours m’adresser à vous. »
Don s’apprêtait à lui répondre mais Costa s’interposa.
« Sacha ! »
La jeune femme se rembrunit et de sa démarche féline approcha de son amant. Les trois hommes présents dans la pièce ne pouvaient détacher leur regard de son corps. Elle le savait et elle en jouait. Pourquoi se priver d’un tel pouvoir. Messer avait vu juste, elle n’hésitait pas à se servir de son corps. Du moins dans une certaine mesure. Entrer dans le lit d’un homme, trafiquant de drogue qui plus est, n’était pas une décision qu’elle prenait la légère. Elle se colla contre le trafiquant, le laissant poser ses mains autour de sa taille. Il s’était rendu compte lui aussi de l’intérêt que Brad et Don portaient à sa compagne. Ca n’avait rien d’étonnant, Sacha était une femme splendide. Mais elle lui appartenait. Et il ne se priva pas pour le prouver aux deux hommes. La jeune femme resta totalement impassible face à cette démonstration publique et cilla à peine lorsqu’Alberto lui laissa une marque bien distinctive sur l’épaule.
Il consentit enfin à la lâcher. Sacha s’écarta, laissant Alberto prendre le contrôle des opérations.
« Comme vous le savez, la date de l’opération a été avancé. Je veux que tout soit prêt à être écoulé d’ici trois jours. Il faudra concentrer notre action sur la sortie des lycées. Les jeunes sont de plus en plus demandeurs de nouvelles substances. Il vous reste donc trois jours messieurs pour préparer le terrain. Si l’opération devait échouée, vous vous doutez bien que vous serez tenus pour seuls responsables Je suis absolument certain que Sacha se fera un plaisir de vous le faire payer. »
Pour confirmer les dires du trafiquant, la jeune femme fit un petit signe de la main à Brad et Don. L’éclat qu’ils virent passer dans les yeux de la jeune femme suffit à leur ôter le moindre doute. Elle n’hésiterait pas à se montrer plus cruelle qu’elle ne l’avait déjà été.

* * * * *


Mac finit par quitter son bureau en fin de journée pour rendre visite à Danny. Il fut surprit par la mine sombre qu’affichait le jeune homme. Il semblait ruminer quelque chose.
« Quelque chose ne va pas ? »
Danny leva les yeux et posa son regard sur Mac.
« J’ai reçu une visite très instructive. »
« Melle Quinn je suppose. »
« On ne peut rien vous cacher. »
Le silence s’installa entre eux, chargés de questions, de doutes, de culpabilité et de crainte aussi. La crainte d’avoir définitivement perdu Don et d’en être entièrement responsable. Ils n’avaient pas su le protéger.
« Pourquoi est-ce que personne ne nous a dit que la DEA était déjà sur le coup ? »
« La DEA ? C’est donc de là que vient Melle Quinn. Ca explique ses méthodes peut orthodoxes. »
« Vous avez remarqué aussi ? Elle manie très bien le couteau. »
« Danny je sais qu’elle ne vous a probablement pas fait très bonne impression et que vous rechignez à la laisser agir comme elle l’entend… »
« Sans blague. On ne connaît pas cette femme Mac. Elle peut très bien jouer un double jeu et pas forcément en notre faveur. »
« Vous croyez vraiment qu’elle aurait pris le risque de se présenter à nous si c’était le cas ? De risquer de faire tomber sa couverture ? Et comment pourrait-elle être aussi bien informée ? »
« J’en sais rien. Tout ce qui m’importe c’est qu’elle fasse exactement ce qu’elle a dit, sortir Don de cet enfer. »
« Alors laissez la faire. Je sais très bien qu’être coincé ici vous frustre et que vous vous sentez inutile. »
« Mais ? »
« Trois jours Danny. C’est tout ce qu’elle a demandé. Patientez trois jours. »
« Les autres sont au courant ? »
« De l’existence de Melle Quinn ? »
« De ça et du reste. De tout le reste. »
« Pas encore. Mais Stella se doute que je lui cache quelque chose. C’est une femme intelligente. Elle finira par trouver un indice qui la mettra sur la bonne piste. Même si j’ai omis de lui présenter certaines pièces du dossier concernant Flack et le réseau. »
« Vous… ?! Vous avez délibérément caché des informations à votre équipe ? »
Danny sourit, amusé par cette révélation pour le moins inattendue.
« Ils ne vont pas aimer lorsqu’ils vont l’apprendre. »
« Je sais. »
Mac sourit à son protégé. Ils n’étaient pas sortis d’affaire.

* * * * *


Sacha était assise un peu à l’écart, observant la foule. Pourquoi fallait-il qu’il choisisse toujours les endroits les plus incongrus pour leurs rencontres. C’était stupide et complètement inutile. Alberto lui accordait une telle confiance qu’elle aurait aussi bien pu rencontrer son patron sous son nez sans qu’il n’y trouve rien à redire. Elle se retrouvait donc sur le ferry de Staten Island et attendait qu’il se manifeste.
Elle le sentit s’asseoir à ses côtés, feignant d’être absorbé dans la lecture de son journal. Elle sourit devant l’absurdité du geste. Ca lui rappelait ces mauvais films où les agents secrets rencontraient leurs contacts de cette façon. Quel cliché.
« Vous ne croyez pas que toutes ces précautions sont un peu exagérées ? »
« On est jamais trop prudent. »
« La prudence aurait voulu que vous vérifiez qu’aucun autre service de police n’était déjà sur le coup avec Costa. La prudence aurait voulu que vous écartiez l’équipe de Taylor. La prudence aurait voulu que vous vous arrangiez pour éloigner Flack. »
« Je sais tout ça. Mais vous étiez déjà infiltré quand Flack est entré dans l’équation. »
« Alors il aurait fallu l’en éliminer. Je n’ai pas le temps de faire du baby-sitting. »
« Tout sera terminé dans trois jours. »


« Tout sera terminé dans trois jours. »

Elle trouvait ça un peu facile. C’est elle qui prenait tous les risques. C’est elle qui devait vivre avec un trafiquant violent 24 heures sur 24, c’est elle qui devait constamment regarder par-dessus son épaule pour vérifier que les flics ne lui courraient pas après. Oui, elle trouvait ça un peu facile. Certes elle avait choisi d’elle-même d’entrer à la DEA et avait été plus que ravie lorsqu’on l’avait intégré à cette nouvelle division secrète. Mais personne ne lui avait dit qu’il faudrait qu’elle se fasse frapper par un criminel pour réussir son infiltration.
La première fois, elle avait été trop surprise et bien trop effrayée pour protester. Elle n’avait pas compris comment Costa si doux quelques minutes auparavant avait pu se transformer en brute l’instant d’après. Cet évènement avait fait remonter bien des traumatismes à la surface. Vivre avec un père violent n’avait pas été facile tous les jours. Jusqu’à ce qu’elle décide de prendre les choses en mains et de les sortir de cet enfer, sa mère et elle. Ca ne s’était pas passé de façon agréable. Elle n’aurait jamais pensé avoir à user d’une telle violence contre un autre être humain. Le détachement dont elle avait fait preuve suite à cet évènement avait étonné son entourage et avait eu un impact incroyable lors de son entretien d’embauche. Elle savait que c’est ce qui les avait décidé à l’intégrer à leur nouvelle unité. Elle n’en avait pas été dupe une seule seconde. S’ils l’avaient choisie c’est parce qu’elle pouvait tuer sans états d’âme. Et elle leur avait prouvé plus d’une fois qu’ils ne s’étaient pas trompés à ce sujet. Elle n’éprouvait aucun plaisir à tuer ou torturer un être humain, jamais. Pourtant elle en donnait l’impression. Simple façade. Elle ne ressentait rien lorsqu’elle agissait, lorsqu’elle voyait le sang couler, si ce n’est une haine intense. Le psy de l’unité lui avait dit qu’elle faisait un transfert, que ses victimes lui rappelaient son père et qu’elle cherchait à se venger à travers elles. C’était probablement vrai. Peu importe. Elle faisait son job et elle le faisait bien. C’est tout ce qui importait.
Alberto Costa s’était montré de plus en plus violent. Cherchant à la faire plier, à la rendre docile. Il appréciait sa maîtrise d’elle et sa cruauté voire son insolence mais jamais lorsqu’il en était la cible. Elle avait plus d’une fois songé à lui faire payer mais la réussite de l’opération dépendait d’elle. Elle ne pouvait pas tout gâcher en cherchant à punir Costa pour les coups qu’il lui assenait. Son heure viendrait bien assez tôt et ce jour là, elle serait aux premières loges pour assister à sa chute.
Sacha se rendit compte que son patron attendait des informations. Elle sortie de sa rêverie et reporta son entière attention sur la mission.

« Vous avez planifié l’arrestation ? »
« Oui. Costa a prévu de faire écouler sa drogue dans trois jours à la sortie des lycées. Flack et Curtis sont censés préparer le terrain. »
« Comment ? »
« Ils doivent recruter quelques jeunes. Je ne doute pas de Curtis, il satisfera aux exigences de Costa. Flack m’inquiète un peu plus. »
« Il pose problème ? »
« Pas encore. Enfin c’est sans compter sur son dernier coup d’éclat. Tirer sur son meilleur ami était une idée stupide. »
« Une explication à son geste? »
« Rien de certain. Je suppose que la drogue lui a fait perdre les pédales. Ce ne serait pas la première fois qu’un homme se laisse influencer par une substance, illégale ou non. »
« Tenez le à l’écart de l’opération. On ne peut pas se permettre qu’il fasse tout foirer à cause de son addiction. »
« Ca n’arrivera pas. »
« Vous semblez bien sure de vous. Il a quand même tiré sur un flic. »
« Je sais. »
Sacha resta songeuse quelques instants. Il allait falloir qu’elle trouve une solution pour que Flack ne soit pas trop impliqué et sans qu’Alberto ne soupçonne quoique ce soit. Elle ne pouvait pas le donner aux flics sans éveiller les soupçons et faire capoter toute l’opération. Elle se doutait aussi que l’équipe de Taylor allait probablement finir par intervenir. Elle ne doutait pas que le chef de la scientifique ait tout fait pour ralentir son équipe mais en bons flics qu’ils étaient, ils n’allaient pas tarder à comprendre que quelque chose clochait et à remonter jusqu’à Costa. Sans compter qu’elle allait devoir surveiller Flack de très près et faire en sorte qu’il n’appelle pas à nouveau ses anciens collègues.
« Je vous appellerai pour vous tenir au courant du lieu et de l’heure exacte. »

La jeune femme se leva. Le ferry venait de revenir à quai. New York était maintenant plongée dans l’obscurité. Plus que trois jours.


Dernière édition par Lexie le Mar 26 Déc - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Annabe
Miss éTinCeLLes!!
Annabe

Nombre de messages : 222
Age : 29
Date d'inscription : 24/10/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyDim 24 Déc - 17:45

Ma Lex, t'es une vraie reine de l'écriture! Bravo! respect

Chapitre 17


Danny observait la cour de l’hôpital à travers la fenêtre de sa chambre. Il voyait les secondes défiler avec une étonnante lenteur et les gens passaient dans sa chambre sans qu’il n’ait plus aucune notion du temps. Quand il avait de la visite, c’était le seul moment pendant lequel il ne s’ennuyait pas, il ressassait moins. Ou pas de la même façon.

Il pensait sans cesse à ce qui l’avait amené jusqu'à ce lit, dans cette chambre d’hôpital. Il ne pouvait pas s’en empêcher. Il comprenait Don tout à coup. Il comprenait ce que cela faisait d’être hanté par un moment particulier, de ne jamais pouvoir se débarrasser de ce souvenir. Son meilleur ami avait du réfléchir à cet événement avec le gamin sans cesse, jusqu’à en avoir la migraine. Jusqu’à sentir les larmes couler. Jusqu’à prier pour vite s’endormir et se libérer l’esprit pendant un court temps. Oui, il comprenait cette douleur là.

Cependant, il y a une chose qu’il n’arrivait pas à accepter. Don lui avait tiré dessus. Il ne l’avait pas tué, bien sûr, mais il avait osé appuyer sur la gâchette. Ce simple geste symbolisait tout. Ils étaient tout de même meilleurs amis. Et Don ne lui avait jamais parlé de ce qui le tourmentait, il ne lui avait pas demander de l’aide lorsqu’il était descendu en enfer, il ne lui avait rien dit ce soir-là.

-Pourquoi tu m’as pas parlé ? S’énerva t-il tout seul

C’est à cet instant que son portable se mit à sonner. Il tendit le bras pour le saisir et vérifia le numéro de l’appelant. Il le reconnut de suite. Don. Danny hésita quelques instants, son pouce à un ou deux millimètres de la touche « réponse ». Il soupira et appuya enfin avant de porter le téléphone à son oreille.

-Danny ?

Ce dernier ne répondit pas, attendant la suite.

-Ecoute, tu m’as dit que tu serais là si j’avais besoin d’en parler. Est-ce que ça tient toujours ? Parce que j’en ai vraiment besoin maintenant.

Le jeune scientifique baissa les yeux. Pourquoi fallait-il qu’il ne se décide que maintenant ? Pourquoi voulait-il revenir en arrière quand la ligne avait été franchie ? Ce n’étaient que des questions stupides. Il savait, quelque part, que tout le monde avait le droit à une deuxième chance. Tout le monde pouvait se tromper. Lui tout autant que Don. Et il était évident que ce dernier n’avait jamais voulut franchir la limite. On l’y avait poussé, les évènements s’étaient enchaînés et il n’était pas prêt à lutter.

-Je voulais pas en arriver là, tu sais ? Je voulais pas aller aussi loin. J’ai… perdu le contrôle. J’avais tiré sur un gosse et Mac et mon capitaine ont voulu que je fasse cette infiltration. J’étais pas prêt. Je voulais juste oublier, pouvoir me regarder à nouveau dans une glace sans me dégoûter pour ce que j’avais fait. J’ai tué un gamin.

Danny garda encore le silence. Il sentait la douleur dans la voix de son meilleur ami, il sentait à quel point cela lui coûtait de l’appeler et de lui parler de ça. Il sentait à quel point il avait besoin de cette deuxième chance, du pardon.

-La drogue c’était.. le seul moyen que j’ai trouvé pour m’en sortir. Je croyais que ça m’aiderait. C’était stupide, je sais. Mais il me fallait vraiment quelque chose. Et, avec l’héroïne, je plane. Plus de soucis, plus de malheurs. Je ne pense plus à ce que j’ai fait, j’arrête de me détester. Et plus j’en prenais, moins je voulais arrêter. A quoi bon annihiler les effets, j’étais si bien là haut ?

Don se tut quelques secondes avant de reprendre.

-Je me suis fait piéger comme tous les minables que sont les trafiquants. J’ai connu le pire, tu comprends ? J’ai dérapé, j’ai complètement perdu la tête. Te tirer dessus, ça m’a fait comme quand j’ai abattu le gamin. La seule différence, c’est que j’avais la drogue pour oublier.

Danny avala difficilement sa salive à l’entente de ces mots. Son meilleur ami ne savait plus où il en était, c’était incontestable. Plus que de la douleur, c’était le désespoir qu’il percevait dans sa voix. Il réalisa alors qu’il n’avait pas besoin de lui en vouloir, Don culpabilisait déjà suffisamment. Et, il ne pouvait pas l’abandonner. Il était son meilleur ami, celui qui avait toujours été là pour lui. Lui n’avait pas pu lui rendre la monnaie de sa pièce. Il n’avait pas eu le temps de l’aider, il n’avait pas vu que tout s’effondrait autour de lui. Il n’avait rien compris. Ces derniers temps, toutes ses actions étaient des appels au secours, des signaux désespérés pour demander de l’aide. Le coup de feu aussi.

-Je te demande pardon Danny, je voulais pas déraper comme ça.

Danny serra le téléphone dans sa main et se racla la gorge pour la dénouer.

-Je t’en veux pas Don. C’est pas grave. Maintenant, tu vas essayer de rester calme d’accord ? Tu n’as plus que trois jours à tenir et après on s’occupera de toi.
-Mac me dit la même chose. Mais trois jours, je ne suis pas sûr d’y arriver.
-Bien sûr que si tu vas y arriver ! Tu vas même me faire le plaisir de passer ces trois jours si tu veux pas que je m’occupe personnellement de ton cas. C’est bientôt finit Don, le plus gros est derrière toi. Tiens bon, ok ?
-Ouais… je vais faire mon possible.
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyDim 24 Déc - 19:53

Merci ma Anna.Je te retourne le compliment.

Chapitre 18.


Elle avait à peine fermé la porte de son appartement que la sonnerie de son portable déchira le silence et lui vrilla les tempes. Elle était épuisée et n’aspirait qu’à un peu de repos. C’était quand même peu demander. Elle pêcha son téléphone au fond de son sac et regarda le nom de son correspondant affiché. Ils venaient de se quitter, qu’est ce qu’il lui voulait encore ?
« Il a recommencé. »
« Qui ? »
« Messer. »
« Ca a duré longtemps ? »
« 20 minutes. »
« 20… Je vais le descendre de mes propres mains si Costa ne s’en est pas déjà chargé. »

Elle raccrocha, furieuse. Pourquoi ne pouvait-il pas se tenir tranquille ? Elle ramassa ses affaires, jeta un regard sur ce canapé où elle avait espéré s’allonger et ressortit, maudissant Flack, Messer et toute la scientifique.

Elle pensa à toutes les choses horribles qu’elle allait pouvoir lui faire subir et rien ne la satisfaisait vraiment. Depuis qu’il était entré au service de Costa, Flack n’avait fait que lui compliquer l’existence. Elle avait commencé par douter de la loyauté du jeune homme envers Alberto, estimant étrange qu’un flic de son envergure passe de l’autre côté de la barrière. Elle s’était fait un devoir de le surveiller jusqu’à ce qu’elle soit absolument certaine qu’il ne ferait pas échouer son opération. Elle l’avait vu développer une réelle addiction à l’héroïne, constatant jour après jour les ravages de la drogue sur son organisme et sur esprit. Il ne réfléchissait plus, agissait avec de moins en moins de lucidité jusqu’à l’erreur suprême : tirer sur Messer. Oh elle pouvait comprendre qu’il ait voulu un peu de tranquillité. Elle aussi avait rencontré Messer et elle avait réellement voulu le tuer. Elle pouvait comprendre que Don ait ressentit la même chose. Mais de là à passer à l’acte ! Sans compter que maintenant il tentait de reprendre contact avec ses anciens collègues et c’était une réussite totale. Elle avait pourtant prévenu Taylor et Messer, ils ne devaient surtout pas intervenir, de quelque façon que ce soit.
La porte de sa chambre était entrouverte. Il avait dû rentrer défoncé, comme à son habitude, planant beaucoup trop pour prendre la précaution de fermer derrière lui. Vu l’endroit où il vivait, il devait pourtant bien se douter qu’une porte entrouverte était une invitation à entrer. Et il devait aussi savoir que le visiteur ne lui voudrait pas forcément du bien. Elle en tous cas ne venait pas avec des intentions pacifistes.
Elle poussa la porte du bout du pied, constatant que le grincement ne tirait même pas Flack de sa torpeur. Elle jeta un coup d’œil au décor, surprise du désordre qui y régnait puis observa Flack, inconscient ou endormi, peu importe. Elle vit que sa plaie au flanc saignait à nouveau. Tant mieux, elle allait pouvoir en tirer parti. Elle s’approcha du lit, silencieusement, cherchant par où attaquer. Elle se pencha, arracha le fil de la lampe qui trônait sur la table de nuit. Le vacarme que fit l’objet en se brisant sur le sol ne suffit par à réveiller Don. Sacha dénuda le bout du fil et vit avec satisfaction quelques étincelles s’en échapper. Le jeu allait pouvoir commencer. Elle détacha sa ceinture, la sortie des passants de son jean et attrapa les poignets de Don qu’elle lia aux barreaux du lit. Elle le vit protester légèrement mais il n’ouvrit pas les yeux pour autant. Sacha secoua la tête, affligée. C’est pour ça qu’elle n’avait pas prit de drogue quand Alberto lui en avait proposé. Elle détestait l’idée qu’on puisse faire d’elle ce qu’on voulait lors de ces périodes de planage. Elle avait besoin de toutes ses facultés pour rester en vie et visiblement, c’était quelque chose que Flack n’avait pas compris.
S’assurant de la solidité des liens, Sacha reprit le fil électrique et grimpa à califourchon sur Flack. Elle ferma les yeux puis décida qu’il était temps de passer aux choses sérieuses. Tenant toujours le fil d’une main, elle se servit de la seconde pour appuyer sur la blessure de Flack, y mettant toute sa colère. Le jeune homme hurla de douleur et ouvrit les yeux. Il frémit lorsqu’il rencontra le regard de Sacha et tenta de se dégager. Il réalisa alors la position délicate dans laquelle il se trouvait. La garce n’avait rien laissé au hasard. Il avait littéralement les mains liées et ne pouvait pas bouger. Il était totalement à sa merci et il sentait qu’elle allait en profiter.
Et ce fut effectivement le cas. Elle déchira son t-shirt, dénudant ainsi son torse et appliqua méticuleusement l’extrémité du fil sur sa poitrine. Il sentit la douleur parcourir son corps et fut pris de tremblements. Il ne contrôlait plus rien, ni les cris ni les mouvements de son corps qui protestait du traitement infligé par Sacha.
Elle n’avait toujours pas prononcé un mot mais ses yeux suffisaient à exprimer ce qu’elle ressentait. Don se demanda entre deux électrisations ce qu’il avait fait pour mériter ça. Son torse le brûlait, elle n’avait pas épargné un centimètre de peau. Elle appliqua une dernière fois le fil sur lui, le laissa tomber sur le sol et se leva. Les tremblements n’avaient pas cessé pour autant. A la douleur venait s’ajouter l’effet de manque. Elle avait réussi à annihiler l’effet de l’héroïne à l’aide d’un simple fil électrique. Elle se retourna pour lui faire face, contemplant son œuvre avec ce sourire sadique dont elle avait le secret. Il la vit fouiller dans son sac et déposer quelque chose sur le lit, à côté de sa tête. Elle en profita pour détacher la ceinture puis s’éloigna. Ce n’est qu’arrivée à la porte qu’elle consentit enfin à parler.
« La prochaine fois que vous tentez d’appeler vos petits copains de la scientifique, souvenez-vous de ça. »
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyLun 25 Déc - 22:26

Rôôô!!! La sal....ade de fruit! queeoi?:
C'est super, les filles, continuez ainsi!!! clap victoire

_________________
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Annabe
Miss éTinCeLLes!!
Annabe

Nombre de messages : 222
Age : 29
Date d'inscription : 24/10/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 26 Déc - 14:38

Voilà la suite. Le début et la fin, de moi et le milieu de Lex! Wink

Chapitre 19


Il fallut plusieurs longues minutes avant que la douleur et les tremblements dus à sa récente électrisation ne s’atténuent. Don attendit patiemment, allongé sur son lit, incapable de bouger, grimaçant de douleur. Lorsque enfin, il ne lui resta plus que les effets du manque, il se redressa pour caler son dos contre la tête du lit. Un soupir s’échappa de sa bouche et il passa ses mains dans ses cheveux comme pour se remettre les idées en place. Bien que cela fut des plus difficiles. Le manque et la douleur toujours présente mais supportable ne l’aidaient pas à réfléchir correctement. Ses pensées étaient embrouillées.

Il tourna la tête et vit son portable posé sur la table de chevet. « La prochaine fois que vous tentez d’appeler vos petits copains de la scientifique, souvenez-vous de ça. » C’était cela la cause de sa nouvelle séance de torture. Un moment bien pire que l’expérience avec le couteau. Si ce n’est que les effets étaient plus éphémères que ses blessures au flanc ou à la cuisse. S’il continuait ainsi, il aurait bientôt plus de plaies en quelques jours qu’un soldat en six ans. Cette idée le fit enrager. Il saisit brutalement son portable et l’envoya violemment valser contre le mur. Ce simple geste lui arracha un cri de douleur qui résonna en même temps que le craquellement du mur de sa chambre.

C’est alors qu’il vit l’objet que Sacha avait précédemment posé sur le lit. Une seringue. Elle était prête à l’emploi. Cette fille pensait toujours à tout. Et encore une fois, ses mots lui revinrent à l’esprit. Son regard se posa sur les débris de portable tombés sur le sol. Comment savait-elle ? Comment avait-elle pu savoir avec autant de rapidité qu’il avait téléphoné à Danny. Son appel ne remontait qu’à une heure environ. Avait-elle mis son portable sur écoute ? Ou était-ce Costa ? Non, c’était impossible. Si Costa avait eu vent de ce coup de fil, il ne se serait jamais contenté de la torture. Il l’aurait tué. Mais, dans ce cas, pourquoi Sacha… ? Elle devait bien se douter qu’il était en infiltration, qu’il avait un rapport avec la police, alors pourquoi ne rien dire ? Pourquoi venir en personne pour le torturer ? Le balancer lui aurait apporté plus de crédit auprès de Costa. Mais elle ne l’avait pas fait.

Don prit la seringue dans sa main tremblante. Il s’injecta rapidement l’héroïne. Le besoin se faisait beaucoup trop urgent pour qu’il continue à réfléchir ainsi, dans cet état de manque. Il ne lui restait plus que trois jours à tenir. Et trois minutes sans héroïne étaient un calvaire. Trois minutes entre les mains de Sacha Quinn étaient un enfer. Maintenant, il lui fallait oublier. Peut-être que, là haut, la période à attendre pour s’en sortir lui paraîtrait beaucoup plus courte. En fait non. En planant, il oubliait complètement ce qu’il attendait et pourquoi il l’attendait.

***


Elle ne l’avait pas encore vu, sinon elle n’aurait pas agit avec autant d’insouciance. Il l’attendait depuis deux heures, sa colère ne faisant que croître. Il ne s’était même pas demandé où elle avait pu disparaître, il n’en était plus là. La dernière fois qu’il avait douté de sa fidélité et qu’il l’avait fait suivre, il l’avait vu en compagnie d’un homme que tous les trafiquants redoutant : l’administrateur de la DEA. Depuis qu’il savait, l’idée qu’elle puisse aller rendre des comptes à son patron l’inquiétait beaucoup plus. Sacha Quinn était flic, elle l’avait utilisé, trompé et maintenant elle allait payer.

Il la laissa avancer dans cet appartement qu’elle occupait depuis qu’il la connaissait. Elle n’avait jamais voulu s’installer chez lui et il comprenait mieux pourquoi aujourd’hui. Il la vit tendre la main vers l’interrupteur et la lumière inonda le salon. Lorsqu’elle se rendit compte qu’elle n’était pas seule, elle ne put réprimer un sursaut de surprise. Il en fut satisfait l’inébranlable Sacha avait ses failles elle aussi. Il la laissa agir à sa guise, persuadée qu’il ne savait rien, qu’il était toujours aveuglé par ce corps tentateur et qu’elle utilisait encore pour l’amadouer. Il la laissa approcher et lorsqu’il fut certain qu’elle était à sa merci, il attrapa son poignet et la força à s’asseoir à ses côtés. Si elle n’apprécia pas le geste, elle n’en laissa rien paraître. Cette femme était étonnante, dommage qu’elle ne soit pas du bon côté.

Elle ne s’était pas débattue inutilement. Elle avait compris qu’il savait, en témoignait l’éclair de peur qu’il avait vu apparaître dans ses prunelles vertes. Il l’avait tué. Alberto en éprouva une certaine satisfaction. Bien sûr, ne plus la voir torturer leurs ennemis allait lui manquer, Sacha avait toujours su faire preuve de créativité dans ce domaine et il devait bien admettre que ça l’avait toujours amusé. Mais ce n’était rien à côté de la satisfaction d’avoir vu mourir un flic. Elle avait toujours refusé de prendre de l’héroïne, c’est ce qui l’avait tué. Une overdose, ça ne pardonnait pas. Il avait attendu qu’elle expire son dernier souffle avant d’appeler Curtis pour qu’il se débarrasse du corps. Lorsqu’il eut expliqué à l’homme ce qu’il attendait de lui, il quitta l’appartement sans un regard en arrière.

***


Ce n’est que bien plus tard, à quelques mètres de l’embarcadère du ferry, que le corps de Sacha Quinn avait été retrouvé. Il n’avait pas fallu longtemps à Stella et Lindsay pour arriver sur les lieux. Stella reconnu immédiatement la victime et fit part de l’information à sa jeune collègue. Elle resta un moment à observer cette femme qu’il lui avait fait une si forte mais néanmoins si désagréable impression. Mac ne lui avait pas dit qui elle était, avait même éluder la question. Il était temps que leur patron arrête de leur cacher des informations. Ca n’avait que trop duré. Elle procéda à l’examen de la scène de crime, méticuleusement comme à son habitude. Il y avait bien peu d’indices mais la cause de la mort semblait évidente, en témoignait la trace de piqûre et la seringue trouvée à côté de la victime. Le fait qu’on ait coupé la langue de la jeune femme l’étonnait. L’overdose n’était peut être pas accidentelle. Stella fit envoyer le corps au labo, l’autopsie confirmerait ce qu’elle savait déjà et apporterait probablement d’autres éléments permettant de trouver celui qui avait fait ça. Elle laissa Lindsay finir de prélever les indices et rentra au laboratoire. Il était temps d’avoir une sérieuse discussion avec Mac.

***


Mac eut à peine le temps d’écarter sa tasse de café que deux dossiers s’abattaient violemment sur son bureau. Il releva la tête pour voir l’expression contrariée qu’arborait Stella. Visage fermé, lèvres pincées et mains sur les hanches, elle avait abandonné sa politique du « je ne fonce pas dans le tas » pour lui montrer qu’elle n’appréciait pas ce qui était en train de se passer.
-Le premier dossier c’est le peu de choses qu’on a sur Don. Correction, le peu de choses que tu m’as donnée sur lui. C’est impossible que Danny n’ait récolté que ces faibles indices ! Commença t-elle
Mac observa la fine chemise de carton en silence.
-Le deuxième dossier, c’est le rapport d’autopsie de Sacha Quinn.
Mac releva subitement la tête, très surpris par cette nouvelle. Cette jeune femme lui avait semblé si sure d’elle lorsqu’elle était venue le voir. Comme si la mort était incapable de la frapper. Et pourtant. Il avait sous ses yeux la preuve que personne n’était invincible. Il voulut dire quelque chose mais Stella, de plus en plus en colère, ne lui en laissa pas le temps.
-Et figure toi que j’ai fait quelques recherches. Mademoiselle Quinn s’est faite couper la langue avec son propre couteau. Et quel ADN ai-je trouvé sur la lame, sous le sien ? Celui de…, elle ouvrit le dossier à la bonne page et pointa son doigt sur le nom, Don Flack !
Elle termina sa phrase en refermant brutalement le dossier. Elle était à présent hors d’elle. Elle ressentait la même rage qu’au moment de la découverte. Parce que cela voulait dire beaucoup de choses. Ses recherches avaient comblé les trous laissés par Mac. Et cela ne lui plaisait pas. Elle avait eu sous les yeux l’évidence qu’une des dernières personnes à avoir vu Flack était morte. Et qui était réellement cette personne ? Que devait-elle penser de cela ? Et si Flack avait été lui aussi assassiné. Si elle sortait et trouvait son corps sans vie, dans un sale état quelque part dans New York. Elle frissonna à cette pensée. A la fois de peur mais aussi de colère. Si Mac ne lui avait pas caché autant de chose, le jeune homme serait peut-être sain et sauf. C’était ce qu’elle voulait. Même si elle ne comprenait toujours pas sa trahison, elle voulait le revoir vivant. Mac était lui aussi un menteur à présent.
-Tu vas m’expliquer ou il faut que je continue mes recherches pour tout comprendre ?
Mac soupira. Il était peut-être temps d’être honnête.
Revenir en haut Aller en bas
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 26 Déc - 21:53

OH!!! Génial génial génial génial génial génial génial génial génial!!!! clap clap clap J'adore la tournure que ça prend!!! thumright C'est trop cool! pompom J'ai vraiment hâte de savoir comment ça va se terminer! queeoi?: Vite vite vite! trocool

Bravo encore et encore, les filles! C'est vraiment une putain d'histoire! Je m'impatiente de voir Don rentrer au bercail!! Mr. Green Mr. Green

_________________
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 27 Déc - 17:05

Bon alors voilà les filles, j’ai relu depuis le début votre fic et je vous fais un com parce que vous le valez bien ! C'est L'Oréal qui le dit ! lol! Vi je sais, je sors ! bouletoftheday Mais attendez d'abord que je fasse mon com avant de me montrer la porte please !


Bon, vous m'excusez de ne faire un com que maintenant et de ne pas vous avoir suivi régulièrement mais j'ai vraiment eu énormément de boulot et là, comme je suis en vac j'en profite pour rattraper un peu mes innombrales retards !! Donc, pour l'instant je fais le com des 4 premiers chap et je lirai 4 chaps ce soir et vous ferai un nouveau com et ainsi de suite ! lol! lol!

Déjà je vous tire mon chapeau ! Votre fic est tout simplement géniale !


pompom pompom pompom pompom pompom pompom pompom pompom pompom
respect respect respect respect respect respect respect respect respect


Chap 1


Et tu commences fort ma Lex ! Don n’est plus le même ! Il a changé….
Et…..Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!!!!!!

affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid


Il a tiré sur son meilleur ami pour le tuer ! Sur mon pauvre Danny ! C’est horrrrrrible !


Là, Lex tu nous mets tout de suite dans le bain sans passer par quatre chemin ! Don a commis quelque chose d’épouvantable, qu’on aurait pas cru possible alors maintenant on a besoin d’en connaître absolument les raisons !

Chap 2


Punaise ! On s’y croirait ! On se met carrément trop bien à la place de Danny, blessé, entre la vie et la mort ! Tu sais super bien nous mettre dans la tête des persos ma Valm !


Les dialogues des médecins, ce que Danny ressent physiquement et psychologiquement, le fait qu’il veuille parler mais qu’il ne puisse pas ! Sa façon de réfléchir très vite à un moyen de se faire comprendre ! C’est superbement réaliste ! On sent toute l’impuissance de Danny face à ce qui lui arrive, on le sent spectateur de ce qui se passe autour de lui, je parle du ballet du personnel médical et des poches de liquide qui passent au dessus de lui. Puis Danny qui se rappelle pourquoi il est là et qui s’agite ! Wahou ! J’ai eu l’impression d’être dans le corps de Danny se voyant mourir ! Sublime !
Et tu termines par Mac de l’autre côté des portes de cette salle où se trouve Danny et qui prie pour qu’il s’en sorte !


Chap 3


Chapeau ma Anna pour ce chapitre !


On s’imagine parfaitement bien Don en état de manque, tremblant, ayant mal dans tous ses membres, retournant son appart dans le but de trouver ce qui l’amènerait à ne plus penser, à ne plus penser à l’acte immonde qu’il vient commettre parce qu’il a tiré sur son meilleur ami et qu’il l’a vu s’écrouler sur le sol !
Ta description est tout à fait réaliste !
Et puis, oui, c’est plus facile pour lui, pour accepter son geste de retourner sa colère contre Danny, de se dire que finalement tout est de sa faute à lui, car sinon, pourrait-il supporter réellement cet état de fait !
Et enfin, il met la main sur ce qu’il cherchait tant pour enfin pouvoir ne plus penser et oublier durant quelques heures ce qu’il vient de faire, ce qu’il est devenu.


Chap 4


Bon, ça commence à être une habitude ! Encore un excellent chapitre !
Alors j’imaginais tout à fait bien les réactions de chacun des personnages, leur ignorance de départ, leur incrédulité quand ils apprennent la vérité et leur colère aussi contre Don, contre Danny et contre Mac qui leur avaient caché la vérité !


Et Mac leur explique la situation ! Alors comme ça Don est passé du côté obscure de la Force ! Mais comment cela se fait-il ? J’au hâte de le savoir ! Bon, vais lire 4 npouveaux chap et faire un autre com ce soir mes demoiselles !

En tout cas Chapeau bas, c’est super !
Et vu les échos que j’ai eu d’une certaine Sacha et de ses tortures..hum disons…qui naviguent entre souffrance et plaisir je crois que ce pauvre Don n'a pas fini d’en voir de toutes les couleurs !
lol! lol! lol!


Bandes de sadiques !

Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil

J’adoooooooooooore ! Continuez !!!! lol! lol!

victoire victoire victoire victoire victoire victoire victoire

respect respect respect respect respect respect respect


Dernière édition par Lindsay le Mer 27 Déc - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 27 Déc - 17:09

Citation :
Et vu les échos que j’ai eu d’une certaine Sacha et de ses tortures..hum disons…qui naviguent entre souffrance et plaisir je crois que ce pauvre Don n'a pas fini d’en voir de toutes les couleurs !

Qui t'a spoilé?! Evil or Very Mad Mesdemoiselles, on ne spoile pas ses petites camarades enfin!!! Vous leur gâché tout leur plaisir.

Merci Linds pour ce commentaire haut en couleur et pour toutes les gentilles choses qui vont avec. love
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Lindsay
CSI niveau 2
Lindsay

Nombre de messages : 276
Age : 43
Date d'inscription : 27/10/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 27 Déc - 17:14

De rien Lex ! Vous le méritez bien ! Elle est géniale votre fic et vous m'épatez ! Qu'est-ce que vous êtes productives les filles ! Et en plus c'est de qualité !
Encore BRAVO !
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptySam 30 Déc - 17:19

Chapitre 20.



Ils étaient tous les trois rassemblés autour de la grande table, attendant des explications. Mac sentait leurs regards pesants rivés à lui. Ils savaient tous que s’ils étaient là c’est que quelque chose s’était passé.

« Avant toutes choses, vous devez absolument comprendre que la réussite du plan demandait qu’un minimum de personnes soient au courant. Ca aurait parfaitement fonctionné si on s’était rendu compte que Flack n’allait pas bien. »
« On ? » intervint Hawkes.
« Danny, le capitaine de Don et moi. L’opération a été lancée directement après l’incident avec Mitchell. Tout s’est enchaîné très vite. On a découvert qu’un trafiquant du nom d’Alberto Costa comptait mettre une nouvelle drogue sur le marché. L’idée était que Flack s’infiltre dans l’entourage de Costa et que celui-ci lui fasse suffisamment confiance pour lui révéler les tenants et aboutissants de son petit trafic. Une fois qu’on aurait eu les infos, on arrêtait Costa et Flack reprenait sa place au sein de la police.»
« Qu’est ce qui n’a pas fonctionné ? Et pourquoi une mise en scène aussi poussée ? »
« Pour obtenir la confiance de Costa, Flack devait le persuader qu’il était de son côté. C’est pour ça qu’on l’a laissé lui donner des informations sur les descentes des stups. C’est pour cette raison aussi que Flack se servait, fictivement, dans les prises réalisées par la police. Quel trafiquant ne ferait pas confiance à un flic corrompu qui leur apporte des infos essentielles sur un plateau d’argent et qui plus est se drogue ? On avait trouvé une solution pour que les effets néfastes de l’héroïne soient annihilés et ça aurait dû fonctionner si Don avait pris l’inhibiteur. C’est là que les choses ont dérapé. On ne s’est rendu compte de rien. Il nous tenait toujours au courant mais avait fini par se droguer réellement. Et puis on a perdu le contact. Danny a décidé de se lancer à la recherche de Don et a fini par le localiser. La suite vous la connaissez. »
« Alors l’enquête interne, la démission de Flack, tout ça c’était monté de toutes pièces ? »
Mac acquiesça d’un signe de tête.
« Ca ne justifie en rien le fait qu’il est tiré sur Danny. » rappela Lindsay.
« L’héroïne fait parfois faire des choses complètement irrationnelles. Lindsay, si Don avait voulu tuer Danny, il n’aurait pas loupé son coup. »
« Que vient faire Sacha Quinn là-dedans. Quel est le rapport avec Don ? »
« Melle Quinn faisait partie de la DEA. Elle était infiltrée depuis un long moment quand Don a rejoint Costa. Je ne l’ai appris que récemment, tout comme Danny. »
« Danny connaissait Sacha Quinn ? »
« Disons qu’elle lui a rendu une petite visite à l’hôpital. »
« A mon avis, Costa a découvert que Melle Quinn faisait partie de la DEA et a décidé de s’en débarrasser. Le fait qu’il lui ait coupé la langue doit être un message. » intervint Stella.
« Alors à nous de prouver que Costa a tué Sacha Quinn. On remonte jusqu’à lui et on récupère Don. »

Mac les laissa se lever quand un détail lui revint en mémoire.
« Une dernière chose avant que vous n’y alliez. Don nous a contacté hier. On lui a promis qu’il serait de retour parmi nous dans deux jours. On a jusqu’à mercredi soir. J’ai bien peur que si ce délai est dépassé on le perde définitivement. »

***


C’était donc ça qu’il leur avait caché. Stella comprenait un peu mieux. Non pas qu’elle appréciait d’avoir été tenue à l’écart de tout ça, tout comme Sheldon et Lindsay probablement, mais au mois elle comprenait. Ca ne justifiait pas le fait que Flack ait voulu tuer son meilleur ami, même sous l’emprise de l’héroïne. Et pourtant elle voulait croire qu’il n’était pas conscient de l’acte qu’il avait commis. Elle savait que Danny pardonnerait, mais Don se pardonnerait-il lui ? Les choses redeviendraient elles comme avant ? Les questions se bousculaient dans sa tête, questions qu’elle chasse bien vite pour se concentrer sur l’enquête. Ils devaient absolument mettre la main sur Costa.

***


Le délai était trop court. Il ferait son maximum bien sûr mais le délai n’en restait pas moins trop court. Les enquêtes ne se résolvaient pas en deux jours, il n’y avait qu’à la télé qu’on voyait ça. Et pourtant ils n’avaient pas le choix. C’était ça ou perdre Don. Et à choisir, il préférait boucler rapidement une enquête et revoir revenir le jeune homme parmi eux. Il n’avait aucun mal à croire que Don ait été totalement inconscient de ses actes lorsqu’il avait tiré sur Danny. Il connaissait le jeune homme et savait très bien qu’en pleine possession de ses moyens, jamais il n’aurait fait de mal à son meilleur ami, contraint ou non. Ca lui suffisait, pas besoin d’en savoir plus.

***


Elle ne décolérait pas. Pour différentes raisons. D’abord parce qu’on leur avait caché la vérité, ensuite parce qu’elle avait cru trop facilement à la culpabilité de Don. Elle le connaissait pourtant. Elle aurait dû se douter que quelque chose n’allait pas. Ils n’avaient rien vu. Tous. Ils l’avaient laissé s’enfoncer sans bouger. Elle savait à quel point descendre un gamin pouvait être traumatisant mais elle avait pensé à tord qu’il saurait surmonter ça. Il y serait sans doute parvenu s’il n’avait pas été parachuté au milieu de Costa et des autres, si on lui en avait laissé le temps.

***


Mac savait qu’il leur faudrait du temps pour accepter de ne pas avoir été mis dans la confidence. Mais ils comprendraient, il leurs faisait confiance. Son équipe était exceptionnelle, il le savait. Ca avait été difficile pour lui de leur cacher la vérité sur l’infiltration de Don. Encore plus de leur cacher certaines preuves. Il savait que ça avait été difficile pour Danny. Le jeune homme avait vu son meilleur ami s’enfoncer dans la drogue sans pouvoir agir, sans pouvoir se confier à quiconque. Et lorsqu’il avait enquêté pour retrouver Don, il avait dû le faire seul.

« Mac ? »
« Qu’est ce que vous faites ici ? »


purée comment j'ai ramé Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyLun 1 Jan - 20:34

Waou! T'as peut-être ramé, mais je te félicite! On dirait que tu as préparé le terrain pour le final! C'est excellemment bien fait! clap J'ai hâte d'y être! Je reviens à ton chapitre: bravo pour les différents points de vus des membres de l'équipe, y'a des petits détails qui sont formidables de perfection:

Citation :
On lui a promis qu’il serait de retour parmi nous dans deux jours. On a jusqu’à mercredi soir. J’ai bien peur que si ce délai est dépassé on le perde définitivement.
Je la sens, la tension! Le suspense de folie qui se dégage de cette seule phrase, c'est génial! thumright

Citation :
Il savait que ça avait été difficile pour Danny. Le jeune homme avait vu son meilleur ami s’enfoncer dans la drogue sans pouvoir agir, sans pouvoir se confier à quiconque. Et lorsqu’il avait enquêté pour retrouver Don, il avait dû le faire seul.
Et se faire tirer dessus!!! Ces deux-là, quand ils vont se retrouver, ça va être fort en chocolat émotions! Vivement!!!!! victoire
Donc encore bravo 10/10 et encore merci respect et vite la suite!!! bave trocool

_________________
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Olive
Invité



[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyVen 12 Jan - 22:32

C'est tout simplement génial! A quand la suite? bong
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyVen 12 Jan - 22:37

Merci beaucoup.

Oui alors Anna, à quand la suite? Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 23 Jan - 12:45

remonte!



Dans les épisodes précédents: Mac savait qu’il leur faudrait du temps pour accepter de ne pas avoir été mis dans la confidence. Mais ils comprendraient, il leurs faisait confiance. Son équipe était exceptionnelle, il le savait. Ca avait été difficile pour lui de leur cacher la vérité sur l’infiltration de Don. Encore plus de leur cacher certaines preuves. Il savait que ça avait été difficile pour Danny. Le jeune homme avait vu son meilleur ami s’enfoncer dans la drogue sans pouvoir agir, sans pouvoir se confier à quiconque. Et lorsqu’il avait enquêté pour retrouver Don, il avait dû le faire seul.

« Mac ? »
« Qu’est ce que vous faites ici ? »



Chapitre 21.


« Vous pensiez vraiment que j’allais attendre bien tranquillement que vous le sortiez de là ? »
Mac sourit au jeune homme. Bien sûr que non. A dire vrai, il s’était attendu à le voir arriver plutôt malgré sa blessure.
« Qui vous a laissé sortir de l’hôpital ? Une jeune infirmière charmée ? »
Ce fut au tour de Danny de sourire. Mac le connaissait décidément très bien.
« Perdu. Un jeune interne terrorisé. » lui répondit-il. Puis, il enchaîna directement avec ce qui le préoccupait. « Vous en êtes où ? Des nouvelles ? »
« Danny, asseyez vous. »
Inquiet, le jeune expert obéit à son supérieur et attendit avec tout le calme dont il était capable que Mac veuille bien parler.
« Melle Quinn ne nous sera d’aucune aide pour sortir Don des griffes de Costa. »
« Quoi ?! »
La rage et l’incompréhension envahirent Danny. Cette garce avait fait tout ça pour les planter si près du but.
« On a retrouvé son corps ce matin. On suppose, d’après le peu de preuves dont nous disposons, que Costa est à l’origine de sa mort. On l’a retrouvé près de l’embarcadère. »
« Qu’est ce qui vous fais penser que Costa est derrière tout ça ? »
Mac attrapa le dossier concernant l’ancien agent de la DEA et tendit deux clichés à Danny.
« On lui a coupé la langue. Probablement pour nous faire comprendre qu’elle avait été démasquée. »
Danny contempla les photos quelques secondes avant de relever la tête et de s’adresser à Mac. « Et pour Don ? »
« C’est là que ça devient compliqué. On a aussi retrouvé l’arme du crime. » lui répondit son supérieur, lui tendant une autre photo. « Il s’agit du… »
« Couteau de Sacha Quinn » l’interrompit Danny. « Je sais. Lui et moi avons déjà été présentés. »
« Ce n’est pas le plus étonnant » poursuivit Mac, « sous le sang de la jeune femme, Stella a trouvé celui de Don. »

Danny blêmit. Tout un tas de scénario plus terrifiants les uns que les autres l’assaillirent.
« Je sais à quoi vous pensez Danny. Mais si Costa avait aussi tué Don, on aurait déjà retrouvé son corps. »
Le jeune expert opina de la tête.
« Et maintenant Mac, on fait quoi ? »

*****


Il leur restait deux jours et Danny n’avait pas l’impression qu’ils trouveraient un moyen d’inculper Costa pour le mettre de Quinn dans ce court laps de temps. Il ne doutait absolument pas des capacités de ses collègues mais il ne doutait pas non plus de l’intelligence du trafiquant. Celui-ci n’avait certainement pas laissé de trace s’il avait lui-même tué la jeune femme si tant était qu’il ne l’avait pas fait exécuter par quelqu’un d’autre.
Il était penché par-dessus l’épaule de Stella, observant avec attention chacun de ses gestes. Il avait bien conscience que son comportement n’aidait pas mais il ne pouvait s’empêcher, à défaut de pouvoir participer à l’enquête, de superviser ce que faisant la jeune femme. Mac l’avait autorisé à rester au labo après d’âpres négociations à la condition qu’il n’approche aucun des appareils présents sur les lieux. En gros, il pouvait regarder mais pas agir. Et il détestait ça. Il savait très bien que cette injonction était due à sa sortie précipitée de l’hôpital et à sa trop grande implication dans l’affaire depuis que Don lui avait tiré dessus. Néanmoins, il ne pouvait se résoudre à attendre sagement dans son coin et c’est pour cette raison qu’il était actuellement penché au dessus de l’épaule de Stella à traquer avec elle une empreinte, même partielle, laissée sur l’arme du crime.
« Danny, te sentir penché sur mon épaule à surveiller mes moindres faits et gestes me rend nerveuse. En plus tu me gènes. Je sais que tu t’inquiètes pour Don mais laisse nous bosser. Plus vite on aura trouvé quelque chose et plus vite il rentrera à la maison. »
Le jeune homme leva les deux mains en signe d’excuse et s’écarta, laissant un peu plus d’espace à la jeune femme. Stella poussa un soupir résigné en constatant qu’il n’avait pas l’intention de la laisser travailler seule.

*****


Il avait fini par quitter Stella et Lindsay s’était vu désignée pour être sa nouvelle victime. La jeune femme traquait le moindre indice sur les vêtements de l’ex agent. Une dizaine de sachets transparents étaient déjà posés devant elle, sur la grande table blanche. Quelques uns contenaient des fibres, des cheveux, d’autres encore d’infimes particules d’un matériau non identifié. Il faudrait attendre les résultats de l’analyse chromatographique et Danny s’impatientait déjà.
Lindsay ne pouvant rien lui apprendre et lui ayant fait comprendre que sa présence n’était pas indispensable, il partit à la recherche de Sheldon. Il savait que son ami aurait la patience de supporter ses soupirs impatients, ses interventions, en résumé tout ce qui avait fait que Lindsay et Stella l’avait mis à la porte.

L’ancien légiste se tenait dos à lui lorsqu’il entra dans la pièce et faisait face à un de ces mannequins en mousse qu’ils utilisaient pour leurs reconstitutions. Il jeta un coup d’œil sur la table et vit les moulages que Syd avait fait des blessures de Sacha Quinn. Parmi ceux-là se trouvait une copie identique du jouet préféré de la victime. Danny n’eut pas le loisir de poursuivre son inventaire, Sheldon s’était retourné et avait visiblement l’intention de le mettre à contribution.
« Tu sais que Mac sera furieux s’il apprends que j’ai participé à tout ça ? » lui demanda Danny, s’assurant que son ami était parfaitement au courant des risques.
« Je sais. Mais toi seul feras l’affaire. Je t’explique. D’après les conclusions d’Hammerback, l’homme qui a poignardé notre victime faisait ta taille et ton poids. Tout ça est confirmé par les mesures prises sur le corps mais pour que tout ça tienne devant un tribunal et pour qu’on ait une chance de coincer le tueur avant demain soir, il nous faut des preuves concrètes. C’est là que tu entres en jeu. Tu prends le poignard et tu reproduis à l’identique les blessures. »
« Et ainsi, tu auras sans aucun doute possible la taille et la corpulence du tueur. D’accord. Allons-y »
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 23 Jan - 20:10

Citation :
Qui vous a laissé sortir de l’hôpital ? Une jeune infirmière charmée ? »
Ce fut au tour de Danny de sourire. Mac le connaissait décidément très bien.
« Perdu. Un jeune interne terrorisé. » lui répondit-il.
Ça j'adore! ptdrxxl
Sinon, c'est excellent, comme d'habitude! Je suis vraiment ravie que l'enquête avance un peu, et j'apprécie la façon dont elle avance, avec Danny qui fait son impatient, c'est super drôle, et bien retranscrit Wink On s'y croirait thumright !!
Bon! Il reste plus qu'à attendre le moment que j'attends depuis des semaines, les retrouvailles avec mon Donnie clap !!!
Bravo Lexie! Je sais que tu as du mal avec ce genre de chapitre, parce que les persos principaux t'intéressent pas vraiment. Mais je veux que tu saches que tu as bien fait de la zigouiller, la Sacha! Je te rassure, c'est une super très bonne fic comme ça! victoire

_________________
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 23 Jan - 20:27

Non mais j'aime tuer les gens, Don est d'ailleurs le prochain sur ma liste mais faut pas le dire à Anna Mr.Red

J'ai aucun problème avec les personnages principaux - enfin presque pas - c'est juste que j'ai toujours peur de jamais faire ce qu'il faut. C'est casse gueule les personnages principaux, tout le monde les connait. une erreur ça pardonne pas.

en tous cas ma Grenouille je suis ravie de t'avoir fait rire et merci beaucoup pour cette review bizz
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
valm.csi
Expert


Nombre de messages : 3399
Age : 39
Date d'inscription : 05/07/2005

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 23 Jan - 20:33

Y'a pas de quoi, ma Pioutch! bizz
Ah toi aussi, t'as des doutes sur ce que tu fais? Bon, et bien je vais te répondre ce que tu me réponds toujours: "non mais qu'est-ce qu'il faut pas entendre! T'es nouille, quand tu t'y mets!!" Mr. Green Voilà!
Sinon, pour tuer Don, je veux bien te donner des idées! Tu sais où me trouver! Wink lol

_________________
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Remban10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.csi-fanfics.com/
Annabe
Miss éTinCeLLes!!
Annabe

Nombre de messages : 222
Age : 29
Date d'inscription : 24/10/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 23 Jan - 22:21

Lexie a écrit:
Non mais j'aime tuer les gens, Don est d'ailleurs le prochain sur ma liste mais faut pas le dire à Anna Mr.Red

C'est bête parce que Anna vient de lire ton message. Et tu sais ce que Anna réserve à Nick si tu touches Don. Et puis tu me ferais pas ça à moi? Enfin à lui? Mais si tu le touches tu me touches... donc tu me ferais pas ça hein? Et Val non plus? pleurs

Sinon, ben superbe chapitre! Ne doutes PLUS JAMAIS de tes hcapitres/fics/drabbles/vignettes ou quoi que ce soit, c'est clair? Parce que, mon ange, tu es un auteur de grand talent, et plus encore!
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMar 23 Jan - 22:25

Citation :
Mais si tu le touches tu me touches

Et de trois Mr. Green


Merci beaucoup ma chérie. Pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 31 Jan - 16:55

Chapitre 22



L’expérience avait pris fin, Sheldon avait désormais tous les éléments qui lui manquaient et les consignait désormais avec minutie dans le dossier. Il profita du calme qui régnait dans la pièce pour interroger Danny.
« Tu lui as parlé ? »
Celui-ci, assis sur une chaise, ses jambes allongées devant lui, tourna le regard vers son collègue.
« Récemment ? »
L’ancien légiste hocha la tête et précisa sa question. « Depuis qu’il t’a tiré dessus, tu lui as parlé ? »
« Oui. Hawkes, va droit au but tu veux, qu’est ce que tu veux savoir exactement ?»
L’homme réfléchit un moment avant de répondre à Danny.
« Tout. Comment il va. Comment il gère ça. Comment tu vas, toi. »
Danny eut un sourire résigné. Sheldon n’abandonnerait pas avant d’avoir obtenu ce qu’il voulait. Il poussa un soupir et se lança.
« Comment veux tu qu’il aille. Il est drogué, dépendant et n’a plus aucun contrôle sur sa vie. On parle de Don, comment crois tu qu’il gère ça. La réponse est très mal. Et ce qui s’est passé dans cette ruelle n’a pas arrangé les choses. Il n’avait pas besoin de ça en plus. »
« Tu lui en veux ? »
Voilà, on y était. C’était la question qu’ils se posaient tous et que seul Sheldon avait eu le cran de formuler à voix haute. Danny planta ses yeux bleus dans ceux de son ami et laissa le silence s’installer, cherchant les mots adéquats qui traduiraient avec exactitude ce qu’il ressentait.
« Qu’est ce que tu en penses ? » demanda-t-il, plus pour gagner du temps que pour avoir une réponse.
« Je pense que tu cherches à gagner du temps » répondit Sheldon, arrachant un sourire à Danny « Et je pense aussi que ce n’est pas à Don que tu en veux mais à toi. »
« Bien vu Freud. Effectivement je m’en veux. Si j’avais ouvert les yeux, si j’avais agit plus rapidement, rien de tout ça ne serait arrivé. Et ce qui me fout en rogne, c’est que Don en subit les conséquences, qu’il ne va pas bien et que c’est de ma faute. »
Sheldon sentait la colère et la frustration de Danny dans sa voix. « Tu as tord. » se contenta-t-il de répondre. Il savait qu’il poussait Danny au-delà de ses retranchements mais il savait aussi que le jeune homme avait besoin d’extérioriser ce qu’il ressentait et que jusqu’ici il n’avait pas eu le loisir de le faire.
« Vraiment ? » rétorqua Danny, sarcastique.
« Oui, vraiment. Est-ce que tu as forcé Don à appuyer sur la détente ? Est ce que tu l’as forcé à se droguer ? »
« Non mais… »
« Non mais quoi ? » Sheldon ne laissa pas à Danny le temps de finir sa phrase. « Danny, c’était une mission d’infiltration. Don connaissait les risques et Mac et toi vous aviez veillé à ce que la drogue ne le détruise pas. Vrai ou faux ? »
« Vrai. » répondit Danny, cherchant à savoir où son ami voulait en venir. « Et alors ? »
« Alors, si Don a plongé, c’est qu’il l’a voulu. Tu étais là pour lui, tout comme Mac, et il le savait. Tu ne crois pas que s’il avait voulu s’en sortir il vous aurait appelé ? Non, au lieu de ça, il a préféré plonger pour oublier. C’est humain comme réaction et on ne peut pas l’en blâmer. Mais tu ne peux pas t’en vouloir pour ça. »

Danny allait répondre quand Stella entra en trombe dans la pièce, suivit de près par Lindsay et Mac.
« On a quelque chose. » jubila-t-elle. Et au sourire qu’elle affichait, Danny se dit que ce cauchemar allait peut être prendre fin plus vite qu’il ne l’avait espéré.



La fin est proche mes enfants, c'est moi qui vous le dis.
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 31 Jan - 18:00

Chapitre 23.


L’empreinte que Stella avait fini par dénicher était plus que partielle, mais elle avait suffit pour trouver une concordance dans le fichier. Le type avait un casier tellement long qu’il avait fallu très peu de temps à l’ordinateur pour sortir son nom. S’ajoutait à cela les cheveux que Lindsay avait prélevés. Elle n’attendait plus que l’ADN du type pour enfin l’incriminer définitivement.
Et le type était là justement. Mac était allé le cueillir avec Stella et ils se tenaient tous les deux devant lui, lui énumérant les preuves qui le désignaient comme le meurtrier de Sacha Quinn. Danny observait l’interrogatoire à travers la glace qui séparait les deux pièces, trépignant d’impatience. Ils n’avaient mis la main sur l’homme qu’au petit matin et ils leur restaient à peine quelques heures avant que la promesse faite à Don ne tombe à l’eau. La belle assurance dont avait fait preuve Brad Curtis à son arrivée, fondait maintenant comme neige au soleil et il s’agitait inutilement sur sa chaise, les yeux rivés sur ses mains menottées.

« Monsieur Curtis, je ne sais pas si vous vous rendez bien compte de la situation. Je n’aimerai vraiment pas être à votre place, ce n’est qu’une question de temps avant que votre patron n’apprenne où vous vous trouvez en ce moment. Que pensez vous qu’il va faire lorsqu’il apprendra que nous avons eu une petite conversation ? » Mac attendit quelques secondes le temps que Curtis comprenne ce qui l’attendait en sortant d’ici. « Vous n’avez pas vraiment le choix. Ou vous passez à table, avouez le meurtre de Sacha Quinn et dénoncez les petites magouilles de votre patron, ou nous vous relâchons et il vous tue. »
« Je n’ai pas tué Sacha Quinn. »
« Vraiment ? » intervint Stella. « Voyez vous Monsieur Curtis, j’ai un peu de mal à vous croire. Il faut dire aussi que votre empreinte sur l’arme du crime ne plaide pas en votre faveur. »
« Je vous répète que je ne l’ai pas tué. Je me suis juste débarrassé du corps. »
« Vous ne verrez donc aucun inconvénient à ce que nous prélevions un peu de votre ADN afin de vous innocenter. »
Ce n’était pas une question, Curtis le savait. Et il savait aussi qu’il n’avait pas vraiment le choix. Tout comme il savait que Costa le tuerait dès qu’il apprendrait que les flics l’avaient interrogés. Il hocha donc la tête, signifiant ainsi sa coopération et laissa la femme prélever son ADN.
« Costa a tué Quinn. Il m’a appelé vers 2h00 en m’ordonnant de me débarrasser du corps. La consigne était simple, je devais le laisser dans un endroit suffisamment fréquenté pour qu’il soit retrouvé facilement. Il a dit qu’il avait un message à faire passer. »
« Et en ce qui concerne son petit trafic ? » interrogea Mac.
Curtis releva la tête et regarda l’homme. « Qu’est ce que je gagne à vous renseigner ? »
« Une chance de rester en vie. On peut aussi s’arranger avec le procureur en échange de votre témoignage. »
L’homme sembla réfléchir une seconde puis acquiesça avant de délivrer à Mac les précieuses informations.


* * * * *


L’absence de la détraquée et celle de Brad ne semblèrent pas alarmer Costa. Celui-ci faisait preuve d’un calme exemplaire, ce qui étonnait Don compte tenu de la situation. L’enjeu était pourtant important. Costa lançait sa nouvelle drogue aujourd’hui et attendait, en compagnie de Don, les jeunes qui se chargeraient découler son poison. Les caisses contenant les pilules avaient été déchargées de la voiture, et Don vit arriver un par un les jeunes que Brad et lui avaient embauchés quelques temps plus tôt.

* * * * *


Danny avait bondit hors de la salle dès que Curtis leur avait donné ce qu’ils attendaient. Il serait sorti en courant du commissariat si Mac ne l’avait pas retenu.
« Pas de précipitation Danny. Je sais que vous voulez retrouver Don mais vous jetez au devant du danger ne va pas arranger les choses. On emmène quelques flics avec nous et on y va. Et surtout, vous me promettez de vous tenir à l’écart d’Alberto Costa et de ne pas intervenir dans son arrestation. C’est compris ? »
Danny protesta pour la forme mais hocha la tête pour signifier à Mac qu’il avait compris. Au moins n’était il pas consigné ici jusqu’à ce qu’ils reviennent. Et même s’il ne participait pas à l’arrestation de Costa, il pourrait au moins s’assurer qu’il n’arriverait rien à Don.


* * * * *


Il sentit que quelque chose allait arriver avant même que ça ne se produise. Costa vérifiait que la distribution se passait conformément à ses souhaits et ne vit pas Don relever la tête et arrêter de répartir les petits sachets de pilules. Et soudain, sans qu’ils ne comprennent comment, ils se retrouvèrent encerclés par une douzaine de voitures de flics. Don vit Costa se crisper et porter la main à son flan. L’intention était claire, il avait l’intention de sortir son arme. Sans réfléchir, don sortit la sienne et la pointa sur Costa.
« Je serais toi, je n’essaierais même pas. »
Don ne s’occupait pas des jeunes affolés qui tentaient de s’échapper, il se concentrait simplement sur Costa et sur l’arme qu’il tenait dans ses mains, empêchant celles-ci de trembler. Son regard ne quittait pas le trafiquant et il ne réalisa pas que plusieurs minutes s’étaient écoulées avant que quelqu’un n’hurle qu’un flic se trouvait parmi eux, interdisant ainsi à quiconque de tirer.
Sans qu’il ne comprenne ce qui se passait, une main se posa sur les siennes et le força à baisser son arme. Il réalisa alors ce qui se passait. Un flic avait passé les menottes à Costa et l’embarquait, le laissant pointer son arme dans le vide. Don reprit pied dans la réalité et laissa son regard errer sur l’agitation qui l’entourait avant de venir se fixer sur l’homme qui avait toujours sa main posée sur les siennes. Il était là. Il avait tenu sa promesse.
« Ca va aller Don. Tout va bien se passer. On rentre à la maison. » lui dit Danny en lui souriant.
Don sentit alors le poids qui lui pesait sur les épaules s’envoler. Oui, ils rentraient à la maison.

The End
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
minotaur
Invité



[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 31 Jan - 20:35

elle est super cette histoire, meme si la fin est peut etre un peu trop rapide. en tout cas, chapeau. 10/10
Revenir en haut Aller en bas
Lexie
Balle Rebondissante
Lexie

Nombre de messages : 644
Age : 35
Date d'inscription : 31/05/2006

[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 EmptyMer 31 Jan - 20:43

Merci beaucoup Very Happy

Oui, j'ai bien conscience que la fin est un peu rapide. Léger souci d'inspiration. Mais il vallait mieux la finir, même de façon abrupte plutôt que de la laisser en plan indéfiniment en espérant veinement que les idées affluent à nouveau.

En tous cas merci de nous avoir lu et merci d'avoir laissé un comm.
Revenir en haut Aller en bas
http://metamorfose.site.voila.fr/index.html
Contenu sponsorisé




[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance   [CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[CSI:NY] Roundrobin 2 ~ Dépendance
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: