Forum sur la série Les Experts: Miami
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Parti III (Longing)

Aller en bas 
AuteurMessage
Emmy
Bavard
Emmy

Nombre de messages : 44
Age : 28
Date d'inscription : 14/05/2007

Parti III (Longing) Empty
MessageSujet: Parti III (Longing)   Parti III (Longing) EmptyDim 16 Sep - 22:07

Des nuages dessinant de longues arabesques scintillait le soleil. De cette amertume naissait le matin. Et cette douce rumeur de rosée s’élevait des brumes sales des lendemains de cuites. Toute cette douleur et cette douceur furent amorcés par le long grognement d’un réveil assassin. Une main s’éleva de l’onctuosité de tissus. Un brouillard épais et lourd. La main atteint la boite hurlant et meurtrière, puis fit cesser les cris. La jeune fille aurait voulue que tout fusse aussi facile. Un bouton off sur le front de ses professeurs et d’autres personnes qui pourraient l’ennuyer. Elle ne se souvenais de rien après l’épisode de la voiture. Du lit où elle était se dégageait une odeur d’after-shave. Une odeur masculine. Elle ouvrit difficilement les yeux sur la lumière diffuse et les stores de nuages. Devant le réveil était marqué avec l’écriture de son oncle « Il est 7heure, le bus pour le laboratoire passe dans 1 demi heure en bas de l’immeuble, bus n°52, 6ème arrêt. Je t’attends à 8heure dans le hall des visiteurs, 3ème étage. Un croissant est dans la cuisine. A toute à l’heure ». Il avait tout prévus, il était digne d’une mère poule qui doit laisser son petit poussin de 16ans incapable de respirer sans elle… 1 demi heure ? Horatio n’avait toujours pas trouver de femme. Il n’avait pas encore vécu les longues demi heures à attendre que le genre de chromosomes XX sorte toute peinturluré de la salle de bain… Tant pis pour le maquillage, elle aurait l’air d’un zombie qui avait mal vécue sa résurrection. De toute façon, elle n’avait pas avec elle tout son nécessaire à fabriquer une face potable. Elle se redressa. Elle portait un pyjama à Horatio, à rayures bleues et blanches et surtout, énorme. Elle avait l’air d’un clown. Elle enfila ses vêtements de la veille et mangea son croissant avec un entrain cadavérique. Sa tête la tourmentait atrocement et elle assumait cette souffrance en silence. Un peu d’argent sur une commode de l’entrée avec le mot « Bus » griffonné sur un post-it laissa l’adolescente dans un profond état de réflexion pendant environs 10 minutes. Après quoi elle descendit attendre son bus. Si il y avait bien une chose de la vie qu’Emmy détestait, c’était prendre le bus. Généralement, on se retrouve coincée et souvent contre des gens étranges… Enfin, plus étranges qu’elle. Elle ne supportait pas être en publique, seule. C’est comme si les gens la dévorait de leurs regards. Il était vrai que des roux aux yeux bleus s’étaient pas banal. D’ailleurs l’équation cheveux roux + yeux verts était plus courante. Les Cain pouvaient être facilement repérés. Le chauffeur prit sa monnaie et donna un ticket à Emmy. Elle le fit poissoner et se tourna vers l’arrière du bus. Il y avait une place de libre, alléluia. Elle s’assit et entra dans une sorte de réflexion philosophique sur la destinée de son petit ticket de bus. Il allait finir dans sa poche, pourrir quelques jours et irait finir ses jours dans la terrible machine à laver… En levant la tête vers l’écran d’affichage du bus elle découvrit qu’elle s’approchait de l’arrêt du laboratoire. Ses tripes se réveillèrent en retard. Horatio ne l’avait pas fait venir à son travaille simplement pour lui dire bonjour. Leur première rencontre de l’année aura été une véritable catastrophe. L’arrêt 6… Ce numéro… Comme les chiffres de l’enfers… La corrélation était effrayante. Elle entra dans le hall et monta aux troisième étage. Ici, tout le monde savait où il allait. Les gens ne regardait que leur chemin, ils y allait franchement et ne s’arrêtait que pour laisser quelqu’un entrer ou pour attendre l’ascenseur. La porte s’ouvrit sur les mêmes robots. Elle fit un pas en avant et se retrouva devant une sorte de réception. A l’arrivée de l’adolescente l’officier fronça les sourcils. Non, elle ne venait pas avouer un meurtre… Par contre, son oncle aurait peut être à avouer celui de sa nièce…
H- Emmy…
Des nuages dessinant de longues arabesques scintillait le soleil. De cette amertume naissait le matin. Le canapé n’était pas franchement confortable. Il s’était promit de ne pas s’endormir au risque d’avoir des cernes le lendemain. Ce qu’il voulait éviter arriva, son dos le tortura. Un craquement vint ponctuer la douleur. Il était debout. Il aurait préféré se combattre contre le plus terrible des serial killer de l’Amérique plutôt que se réveiller avec une preuve de son âge avancé. La lumière s’était déjà installée dans tout l’appartement. 6heure. Les matins commençaient tôt dans le Sud du pays. Il mit un éternel costume Hugo Boss gris foncé avec une chemise blanche et alla acheté des croissants. La boulangère le regarda bizarrement. En effet, depuis le temps qu’il habitait dans le coin, jamais il n’avait acheté de pâtisserie ici. Il préférait se restaurer dans le petit bar restaurant qui prospérait en face du laboratoire. Il remonta à l’appartement, déjeuna tranquillement. Il ne voulait pas réveiller la jeune fille à une telle heure, surtout avec la soirée qu’elle avait passée. Il alla dans sa chambre et régla le réveille à 7heure : première punition. Horatio sourit devant son sadisme machiavélique. Mais ses yeux s’attendrirent. De la couverture s’élevait une longue chevelure rousse et un bras de l’autre côté. Il sortit de la chambre et soupira. Comment la faire venir jusqu’au laboratoire ? Il eu un flash. La dernière fois qu’il avait été dîner chez Yélina, il s’étonna de la quantité impossible de post-it qui recouvraient le frigo et les murs de la cuisine. Il allait donner les directives grâce à des post-it… Mais où les avait-ils mit ? Il chercha dans ses meubles « four tout » et en sortit de vieux post-it qu’il utilisait il y a bien longtemps pour se rappeler les règles de sécurités en tant qu’expert… L’époque de ses débuts… Ce matin, pas de place à la nostalgie, place à l’éducation. Il construit un plan sans faille pour que la jeune fille, même avec la gueule de bois, comprenne bien tout ce qu’il voulait qu’elle fasse. Puis il partit. Dans son Hummer, son esprit bouillonnait. Comment allait-il arrivé à se concentrer avec ce qui venait de se passer… Son esprit se mit en option « travaille » lorsqu’il arriva devant le laboratoire. Ses petits protégés étaient déjà afférés. Calleigh analysait des balles d’une fusillade de la veille, Eric comparait des empreintes pour l’équipe de nuit et Ryan était plongé dans sa paperasse qu’il ne remplissait pas aussi vite que ses camarades. Puis Il se souvint de tout : Lui aussi avait une montagne de paperasse qui occupait son bureau. Des papiers qu’il fallait qu’il remplisse et qui ne servait à rien. Il devait juste mettre son nom en bas de chaque page pour indiquait qu’il avait bien tout lut. Toujours les mêmes papiers. Puis un plan atroce naquit dans sa tête, il sourit à la vue de son génie presque terroriste. Son plan consistait à punir Emmy en lui faisant remplir ses papiers. Biensur, il l’aiderait, il n’était pas sadique au point de la laisser seule devant ces papiers meurtriers. Il fallait qu’elle sache qu’ici, il allait l’avoir à l’œil et qu’elle ne pouvait pas se permettre de tout. Il s’enferma dans son bureau pour réduire un peu le supplice de la jeune fille. Rhaaa pourquoi il n’était pas strict ? Il aurait voulut l’engueuler comme tout les pères le font mais il était du genre « papa gâteau » et crier, c’était pas dans ses cordes, surtout avec des jeunes. Lorsque 8heure s’afficha sur la montre, il se rendit compte qu’il ne restait que 2 dossiers. En fait, il s’était punit lui même sans s’en rendre compte… Il soupira devant son manque affligeant de conscience parentale exemplaire. Il se leva et se dirigea vers le hall d’accueil des visiteurs. En arrivant, il vit de loin une chevelure de feu illuminait le hall.
H- Emmy …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://experts-miami.nice-board.com/index.htm
Marion17810
Lieutenant
Marion17810

Nombre de messages : 999
Age : 26
Localisation : AU LABO SCIENTIQUE DE MIAMI, EN PLEINE ANALYSE AVEC MON BOSS ... J'AI NOMME LE LIEUTENANT HORATIO CAINE ........
Date d'inscription : 11/05/2008

Parti III (Longing) Empty
MessageSujet: Re: Parti III (Longing)   Parti III (Longing) EmptyDim 18 Jan - 0:50

super fic dommage que tu ne revienne pas la continuer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg3csi.forumparfait.com/
 
Parti III (Longing)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allez hop c'est parti!!
» [Atkinson, Kate] Parti tôt, pris mon chien
» Parti sans laisser d'adresse, mais en espagnol.
» "Depuis qu'Otar est parti",
» Le Parti Breton : Piège à Cons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Experts: Miami :: Fanfictions :: Fanfics LES EXPERTS-
Sauter vers: